Extraits de Geneviève Desrosiers, Nombreux seront nos ennemis. Montréal, L’Oie de Cravan, 1999, 71 p.


Extraits de Geneviève Desrosiers, Nombreux seront nos ennemis. Montréal, L’Oie de Cravan, 1999, 71 p.

La poésie est l’arme de la survie, au-delà du temps; elle permet de saisir l’âme universelle et particulière. Geneviève Desrosiers en fait la démonstration.

Sa liberté est plus qu’un mot du langage, c’est une pratique quotidienne qui se traduit à travers son regard pénétrant sur la vie, sur ses espoirs et sur ses malheurs. La poésie vit ainsi et pour toujours. R.C.



Ce texte est daté du 23 février 1996 et s’intitule Faut l’faire.

Toutes ces belles lignes que je te prie. Et tu sais, toi qui m’as vue grandir, à quel point je sais prier. Particulièrement dans le lit des grandes personnes. Le doute n’est plus car la substance est morte. De sa belle mort. Carré blanc sur fond beige. Moutons-nous en choeur. Il n’y a qu’une chose à conserver, ce sont les post-scriptum. On vient vers moi. On vient vers moi. Je me suis brûlée sur un poêle à vivre. Que de chaleur. Débarque en ma temporaire demeure, ami, nous gouacherons ensemble. Depuis que je suis au monde, j’ai pris vingt-cinq ans. Ils forment du sommeil de la résignation et il y a fort longtemps que l’insurgement n’est plus de mise. Faut l’faire.
(p. 59-60)

Elle

Elle a construit mille et un navires qu’elle a déposés sur vos rives

Sans songer un seul instant que l’on pouvait calculer les eaux

Le ciel l’a abandonnée sur une valise à moitié vide de petits soucis

Allez savoir pourquoi, je vous récompenserais

Je vous récompenserais.
(p. 18)


La lumière

C’est la fermeture, la grande ouverture, la mort de l’attache. Je ne prendrai plus jamais le champ. L’idylle est consommée et le cadre entier. Note de passage indélébile.

Geste gratuit.

C’est d’ailleurs ce que je vais passer ma vie à vendre, de la gratuité.

Il neige à l’intérieur de la voiture.

Ce qui force la vie, c’est que la lumière est indélébile.
(p. 42)



Hélas, il n’y a pas d’évidence. Il n’y a pas droit. Il n’y a que des faits. Des faits divers. Et l’hiver est si long par ici.
(p. 68)

 

Hermès remercie l’éditeur et vous propose de faire vos propres choix de ces mots, de cette poésie. Le livre est disponible dans plusieurs librairies du Québec et en France, ou chez l’éditeur, à l’adresse suivante :

L’Oie de Cravan
5460, rue Waverly
Montréal
H2T 2X9

 

A propos charro1010

Bibliothécaire des Appalaches
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s