Le bibliothécaire n’est pas un animal préhistorique, les musées de sciences naturelles ne sont pas près de l’acquérir

Table des matières

« La direction se charge de réunir tous les éléments de la connaissance traditionnelle qui dans le passé était en la possession des ouvriers, de classer ces informations, d’en faire la synthèse et de tirer de ces connaissances des règles, des lois et des formules.
Tout travail intellectuel doit être enlevé à l’atelier pour être concentré dans les bureaux de planification et d’organisation. »F.W. Taylor, (1911) La direction scientifique de l’entreprise, Paris, Dunod, 1957.

Introduction

Dans les derniers numéros de la revue de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec, Argus, et de la revue de l’Association pour l’avancement des sciences et techniques de la documentation, Documentation et bibliothèques, la question de l’avenir et de la pratique de la profession de bibliothécaire a refait surface. Phénomène nouveau ou « boulet  historique » que traîne notre profession, il ne fait pas de doute qu’il s’agit d’une très vieille question qui mérite réflexion.

Il est important que la question de la profession soit longuement traitée, que certains paradigmes croisent le fer de la critique. Il faut arrêter les faux-fuyants, les têtes dans le sable, l’inertie et la facilité des théories toutes faites, de même que le défaitisme devant la technique, surtout l’informatique, son discours et son idéologie. Par défaitisme on entend le comportement qui vise l’acceptation inconditionnelle de la mise en place de la technique et de la technologie. Ceci sans jamais s’interroger sur les conditions de production de ces dernières et sur leurs effets sociaux. Le défaitisme s’oppose directement à la critique.

Pour certains, s’interroger sur des questions d’ordre philosophique et social, c’est faire preuve de conservatisme, de défaitisme ou, au mieux, de pessimisme. Le comportement acceptable serait de taire toutes réflexions sur l’avenir de la profession, surtout ne pas soulever d’interrogations visant la protection de la profession de bibliothécaire et le développement de celle-ci. Les critiques du changement concernant le travail, son organisation et sa planification sont automatiquement perçues comme des preuves de démission ou de défaitisme, dans le sens du Petit Robert : « opinion de ceux qui préconisent l’abandon de la lutte, la cessation des activités. » L’interrogation des avenues (je ne parle pas de chemins ou de ruelles mais bien d’avenues) du développement de la technique propre à la pratique professionnelle, et aussi sociale, c’est-à-dire l’informatique et ses applications que sont, par exemple, l’autoroute de l’information et l’Internet, est habituellement assimilée à des relents de conservatisme. Pour certains, on devrait faire semblant que le bonheur réside dans l’ignorance, que la joie consiste à perdre son emploi et voir le fruit du travail d’une vie dégringoler à cause d’une nouvelle technique, qui souvent ne respecte pas les normes à l’œuvre(1), et, que l’ensemble des qualités d’une profession ne devient qu’un curriculum, un simple reflet d’une demande conjoncturelle des « producteurs » et des « marchands » des industries culturelles. C’est sur le fond de ce débat que notre texte prendra son envol.

Les interrogations sur la profession sont, à l’heure actuelle,  au moins au nombres de trois: 1) quelle est la place de la bibliothéconomie dans les industries culturelles? 2) sur quelle base, ce que l’on nomme les « sciences de l’information », prétendent-elles à une certaine scientificité? 3) comment inscrire la pratique des bibliothécaires dans l’ensemble du travail social, les changements sociaux et les théories de la société de l’information?

« Ce n’est pas l’idéologie en elle-même qui est contraire à la vérité, mais plutôt sa prétention à correspondre à la réalité.Toute réification est un oubli: les objets deviennent comme des choses au moment où on les appréhende sans qu’ils soient présents dans toutes leurs parties, où quelque chose leur appartenant est oublié. »Theodor W. Adorno cité in Trent Shroyer, Critique de la domination. Origines et développement de la théorie critique, Paris, Éditions Payot, Coll. Critique de la politique, 1980, p. 191« Bien sûr le travail doit précéder la réduction du temps de travail et l’industrialisation doit précéder la réalisation des besoins et des satisfactions des hommes. Mais comme toute liberté  dépend de la conquête d’une nécessité qui lui est étrangère, la réalisation de la liberté dépend des techniques de cette conquête. Quand le travail est arrivé à la plus grande productivité possible, cette productivité peut servir à faire durer le travail, et l’industrialisation la plus efficace peut servir à restreindre et à conditionner les besoins.Quand ce stade est atteint, la domination – en guise d’abondance et de liberté – envahit toutes les sphères de l’existence privée et publique, elle intègre toute opposition réelle, elle absorbe toutes les alternatives historiques. La rationalité technologique révèle son caractère politique en même temps qu’elle devient le grand véhicule de la plus parfaite domination, en créant un univers vraiment totalitaire dans lequel la société et la nature, l’esprit et le corps sont gardés dans un état de mobilisation permanent pour défendre cet univers. »

Herbert Marcuse, (1964) L’homme unidimentionnel. Essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée, Paris, Les Éditions de Minuit, 1968, pp. 42-43

« Il est plus facile d’élever un temple que d’y faire descendre l’objet du culte. »

Samuel Beckett, L’Innommable, Paris, Éditions de Minuit.

La société de l’information : idéologie ou lubie?

Posons d’abord la question suivante: comment une université parvient-elle dans la société actuelle à établir les structures d’un programme universitaire? On sait qu’au cours des derniers mois, l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information a réfléchi sur le contenu de son programme d’études. Ceci amena l’adoption d’un nouveau programme qui sera en place dès septembre prochain (1998). Nous ne commenterons pas son contenu ici, mais plutôt les bases théoriques sur laquelle repose la société de l’information.

Pour introduire le sujet, je rappellerai que Mme Pierrette Bergeron, professeure à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information, a présenté une « analyse de la perception des représentants du marché du travail » face à la formation des bibliothécaires dans Argus, au printemps de 1997. Les résultats de cette enquête ont également fait l’objet d’une présentation lors du Congrès de 1995 de la Corporation des bibliothécaires professionnels à Montréal, par le directeur de l’École, M. Gilles Deschâtelets. En raison de l’idéologie qu’il défend, ce texte mérite quelques questions et commentaires. Nous entendons par idéologie un mode d’opération du réel qui se compose habituellement des modes généraux suivants: une légitimation de l’objet; la dissimulation de certains faits ou d’une partie de la réalité; l’unification ou modélisation d’une théorie et en même temps la fragmentation des autres théories qui s’opposent à cette idéologie et un moment de réification qui habituellement se compose d’une naturalisation de l’idéologie(2).

Lorsque l’on réunit dans une même salle des gens qui pensent la même chose, dont le profil correspond à la même chose, qui s’identifient à la même chose, dans le but précis de garantir une forme d’idéologie propre à un groupe particulier, dans ce cas-ci des professeurs d’universités, fait-on de la science? En somme, est-ce que les professeurs de sociologie ont créé des groupes de discussions pour demander aux personnes qui vivent en société : « Que voulez-vous que l’on étudie de vous? »   Doit-on porter un intérêt à la crise des valeurs des jeunes? La question de l’égalité des femmes, est-elle encore importante? Les conflits ethniques méritent-ils toujours d’être de bons sujets de recherche? Si la société évolue vers la société sans classes selon certains, la sociologie a-t-elle encore sa raison d’être? Vaut-il encore la peine d’émettre des diplômes à des personnes qui n’auront plus d’objets de recherche? De plus, faudrait-il maintenant changer le nom des sociologues? Dans l’état actuel des choses où la société se caractérise par son individualisme et son cynisme, doit-on les appeler des « individuologues spécialisés en cynisme »? En somme, c’est l’objet qu’il faudrait redéfinir, car si l’informatique crée une société virtuelle, que tout devient virtuel donc, l’objet du sociologue c’est le virtuel. La société, sa réalité et sa volonté, n’ont plus de place. Le sociologue est donc un « virtuologue »!

Pour la bibliothéconomie, la recherche d’une formation de qualité des praticiens de cette profession implique de refuser radicalement cette « méthode de développement » de curriculum universitaire. Est-ce à l’entreprise privée d’être à l’avant-garde du développement d’une société? Est-ce à ces seuls investisseurs que nous devons la réforme d’un programme universitaire? Enfin, est-il nécessaire de développer de nouveau un programme universitaire et de modifier des appellations de cours et même le nom de la profession pour l’unique raison d’un changement technique, des outils de travail du professionnel de la bibliothéconomie? Voici ce que dit à ce propos M. Jacques L’Écuyer concernant les procédures d’assurance de qualité dans les universités québécoises:

La politique touche tant la qualité au sens étroit du terme que la pertinence des programmes. En fait, les universités québécoises ont voulu signifier par là qu’un bon programme ne doit pas seulement rencontrer les standards scientifiques reconnus; il doit aussi être bien adapté au contexte local et répondre aux besoins de formation des étudiants, de façon à ce qu’ils puissent s’intégrer facilement au marché du travail. (L’Écuyer, 1995, p. 12)

L’Écuyer indique ce recours au contexte local comme troisième point dans sa présentation du processus institutionnel d’évaluation. Les deux premiers points indiquent 1) que l’enseignement, « comme raison d’être de l’université aux yeux de la société » est très important; et que 2) il faut analyser l’ensemble des départements et des activités de ces derniers, et c’est alors dans la compréhension et la saisie globale des programmes que l’on peut pratiquer une évaluation de qualité.

Dans les analyses classiques concernant les relations qu’un établissement universitaire doit maintenir avec la société et son marché du travail, les analyses ont habituellement ménagé la chèvre et le chou. L’objectif alors est de promouvoir l’autonomie du curriculum face aux demandes souvent trop conjoncturelles du marché du travail. (Teichler, 1996, p. 35 et ss)

D’autres auteurs par contre présentent comme un mal non-nécessaire la présence de l’entreprise privée dans le portail des établissements d’enseignement supérieur. Michel Freitag(3) par exemple considère que l’enseignement et la recherche universitaire sont perçus par l’État et l’entreprise privée comme des outils, des investissements qui doivent être rentabilisés. L’université aurait par le fait même perdu de son autonomie, elle serait une quasi succursale des services de recherche et développement du monde de l’entreprise. Cette idée est aussi défendue par d’autres auteurs qui d’une manière ou d’une autre critiquent la présence de l’entreprise privée dans le monde de l’enseignement supérieur. Ils considèrent que l’enseignement ne relève pas du seul secteur de l’entreprise, mais dépend de l’ensemble de ce que la société veut bien y voir. En somme, l’université devrait conserver son autonomie complète par rapport à l’économie, sinon la « McUniversity in the Postmodern Consumer Society » deviendra une réalité bien triste(4).

Il faut aussi s’interroger à propos des effets du passage d’une société capitaliste à une société de l’information(5). Cette question est à la base de la plupart des approches théoriques en bibliothéconomie, concernant l’avenir de la profession. On identifie ce passage à quelques modifications de la structure socio-professionnelle en Amérique du Nord. Théoriquement elle s’inspire d’une vision de la société dite de la connaissance (Knowledge Society) ou de l’information, une société dans laquelle la production de marchandises ferait place à la production de produits non-matériels. Elle repose sur l’hypothèse de la disparition de certains groupes dans la société, et surtout, de certaines pratiques sociales qui sont maintenant choses du passé. Plus précisément, on croit que les ouvriers des secteurs primaire et secondaire diminuent proportionnellement aux travailleurs du secteur de l’information (souvent identifié par erreur au secteur tertiaire). On reviendra sur ces points un peu plus loin dans ce texte.

Un autre problème doit être discuté de façon impérative : celui de la définition du rôle de bibliothécaire par rapport au changement technique, surtout de l’informatique et de l’Internet. Cet état de fait, oblige la question suivante : avec la possibilité nouvelle d’acquérir et de traiter l’« information documentaire », qu’advient-il de la tâche des bibliothécaires face à la progression de l’informatique? Les bibliothécaires deviendront-ils alors des professionnels inutiles? Ou pire encore, une profession dépréciée sur le marché du travail. Est-il raisonnable de croire que le grand réseau, le réseau des réseaux, prendrait notre place? Est-il raisonnable de croire enfin que la plupart des individus sont capables de se documenter, d’acquérir de l’information sans l’intermédiaire du bibliothécaire professionnel(6).

Dans ces analyses, on ne définit jamais la place de l’interaction sociale et de la communauté. C’est le cas aussi dans le Rapport sur la Grande Bibliothèque. Ce dernier renferme une série d’idées, de provenances diverses, qui ne sont jamais vraiment détaillées et expliquées. C’est ainsi que l’on compare la situation de la Grande Bibliothèque de Montréal à celle de Vancouver ou à d’autres exemples, sans analyser l’histoire des bibliothèques de ces régions avant la construction de leur « grande bibliothèque », ni les débats dont ces projets ont fait l’objet. Toute tradition et toute habitude culturelle ne sont ramenées qu’à un seul modèle : la technologie fera le travail. Il suffit d’être à la pointe des nouvelles techniques, pour permettre à la clientèle potentielle d’accéder à Internet (cinq cent postes prévus à Montréal, ce qui bat le record des trois cent postes de San Francisco) et pour qu’automatiquement cette clientèle prenne d’assaut la bibliothèque de nos rêves. En somme, le lieu architectural et technique domine toute autre analyse. Encore une fois, on est pris ici dans une idéologie de l’informatique à  saveur de politique nationale et de « nationalisme culturel ». Jamais ne peut-on imaginer un État sans sa Grande Bibliothèque. Les habitants de la Colombie-Britannique et ceux de la Californie et des autres États américains remercient M. Richard de leur apprendre qu’ils forment un peuple et un État. Mais derrière cette façade se profile un seul fantasme: le lieu et l’objet « façonneur » de besoins. L’habitude de lecture vient avec la lecture et non pas avec une structure de béton. En fait, ce projet est teinté d’optimisme reposant sur l’idée que la société ne consiste pas en l’ensemble de ses rapports sociaux, mais en un construit économique et des rapports d’échanges marchands qui prennent la place des rapports sociaux(7).

« Or le rapport entre la vie et la production matérielle, qui dans les faits ravale la première au rang d’épiphénomène de la seconde, est un non-sens complet. La fin et les moyens sont pris l’un pour l’autre. »Theodor W. Adorno, (1951) Minima Moralia. Réflexions sur la vie mutilée, Paris, Éditions Payot, Critique de la politique, 1980, p. 9.« Partout ainsi le degré de perfection d’une machine est donné comme proportionnel à son degré d’automatisme. Or, pour rendre une machine automatique, il faut sacrifier des possibilités de fonctionnement. Pour rendre un objet pratique automatique, il faut le stéréotyper dans sa fonction et le fragiliser. Loin d’avoir en soi une signification technique, l’automatisme comporte toujours un risque d’arrêt technologique: tant qu’un objet n’est pas automatisé, il est susceptible de remaniement, de dépassement dans un ensemble fonctionnel plus large. S’il devient automatique, sa fonction s’accomplit, mais s’achève aussi: elle devient exclusive. L’automatisme est ainsi comme une clôture, une redondance fonctionnelle, expulsant l’homme dans une irresponsabilité spectatrice. C’est le rêve d’un monde asservi, d’une technicalité formellement accomplie au service d’une humanité inerte et rêveuse. »Jean Baudrillard, Le système des objets, Paris, Denoël-Gonthier, 1968,  pp. 132-133.« Notre langage même en témoigne : on parle d’analphabétisme informatique, d’autoroutes de la communication, de maisons « intelligentes », de robots autoreproducteurs, de cybercafés, d’internautes, de bébé-éprouvette, de télématique rose, de réalité virtuelle. Dans le monde d’expression spectaculaire des médias et de la politique, la référence aux « nouvelles technologies » est devenue un fait ordinaire. Mais sous cette partie visible et rassurante de l’iceberg, un renversement radical des valeurs culturelles et sociales a eu lieu.
Celui-ci a consisté dans le passage d’une culture (relativement) tournée vers les hommes et leur devenir, à une culture centrée sur les outils et les moyens. Dans un monde de plus en plus incertain, à cause des choix des hommes, les visions d’avenir et les stratégies d’action à court et à moyen terme sont davantage inspirées par la promotion des outils que par celles des personnages, davantage axées sur les moyens que sur les finalités. La glorification de la technologie n’a jamais été aussi grandiloquente et convaincue qu’à l’heure actuelle, notamment à propos des technologies de l’information et de communication.
À l’ère de la société dite de l’information, tout est fonction des outils (ordinateurs, satellites, infrastructures, réseaux, terminaux, standards, normes, marchés, prix). Tout est réduit à des priorités de développement technologique, à des stratégies industrielles. Tout est mis au service des besoins des entreprises. »

Riccardo Petrella, Le bien commun. Éloge de la solidarité. Bruxelles, Éditions Labor, coll. Quartier libre, 1996, p. 53

Les changements sociaux : une analyse idéologique?

Nous vivons dans une société dite « complexe » où l’information est de plus en plus stratégique. La valeur ajoutée est le concept central de cette position. La veille informationnelle, est devenue le nouveau rôle du spécialiste de l’information. On se serait métamorphosé en tant que professionnels. Nous serions maintenant des « conseillers en ressources documentaires », des « professionnels de l’information documentaire », des « information specialists », des « veilleurs », et plein d’autres appellations. Voilà quelques « titres » que l’on retrouve dans des textes publiés dans les revues de bibliothéconomie québécoises et françaises, et, qui plus est, font l’objet d’enseignements et d’encouragement dans les Écoles de bibliothéconomie d’ici et d’ailleurs.

La société de l’information représente l’imaginaire qui englobe toutes les considérations sur la profession. C’est sur lui que repose l’affirmation soutenant que les bibliothécaires ont un avenir assuré comme spécialistes de l’information. Ceci, en rupture avec l’ancien champ de spécialisation qui est celui de la bibliothéconomie comme telle. Ce qui distingue l’un de l’autre, c’est l’acceptation du caractère véridique de la société actuelle comme société de l’information. Puis, par effet d’entraînement, on est induit aussi à croire que la bibliothéconomie est un objet dépassé et en somme, que l’objet de la profession est devenu un fantôme hantant des étagères de documents papiers pliés ou collés sous une couverture, c’est-à-dire un livre.

James R. Beniger propose une analyse très pénétrante de la notion de la société de l’information. Il la fait remonter à la révolution industrielle et à son besoin d’accélération des moyens de communication et d’échange (Beniger, 1986, p. 8). Il classe le concept de société de l’information dans une liste d’une centaine d’appellations différentes qualifiant les changements sociaux des sociétés du capitalisme développé entre 1950 à 1984 environ (date de la première édition du livre)(Beniger, 1986, pp.4-5). Depuis 1984, ces appellations du changement économique ont plus que doublé. Ainsi, simultanément à l’appellation de société de l’information, on peut parler de révolution électronique, de technocratie, de société bureaucratique, de société post-industrielle, etc.

Mais qu’est-ce que cette société de l’information? Les premiers à parler concrètement de la société de l’information sont Fritz Machlup (il parlait de « production and distribution of knowledge » (1962, 1980), et plus tard : Burck (1964), Marschak (1968), Marc Uri Porat (1977), Martin et Butler (1981) et plusieurs autres. Dans ce mouvement théorique, on présente la société américaine comme étant une société de plus en plus organisée selon deux valeurs : la communication et l’informatique ou les nouvelles technologies de l’information. Ce modèle est construit comme si le développement économique était le même partout dans le monde ou, à tout le moins, comme si ces deux valeurs en étaient le modèle absolu. Dans les faits, ce qui est dominant c’est la société américaine en marche vers la mondialisation : monopole économique, expansion des marchés, contrôle de l’économie mondiale, gestionnaire des finances mondiales, etc(8).

« Créer une image plus réelle que le réel dont elle est la copie, c’est, en effet, un des thèmes centraux de la pensée antique ; il exprime cette attitude à la fois de crainte pieuse et de défi permanent qui caractérisent les rapports que les hommes de cette époque entretenaient avec leurs dieux. C’est cette très vieille histoire qui nous est servie à nouveaux frais sous le couvert de nouvelles technologies. L’ordinateur multimédia, branché sur la toile d’araignée nous ferait ainsi entrer dans un monde virtuel qui finirait par se substituer au monde réel. »Denis Collin, La fin du travail et la mondialisation. Idéologie et réalité sociale, Paris-Montréal, L’Harmattan, coll. Ouverture philosophique, 1997, p. 77

Théorie de la société de l’information

Frank WEBSTER (1995), dans Theories of the Information Society, propose une analyse des principaux défenseurs de la société de l’information et de ses critiques. Rarement a-t-on présenté d’un trait un ensemble de penseurs, des sociologues pour la plupart, des commentateurs de grand talent de la société actuelle et de son évolution(9), qui proposent une vue d’ensemble du concept d’information et celui de société de l’information. Webster analyse plusieurs auteurs. Ainsi, figurent à ce palmarès les Daniel Bell, Anthony Giddens, Herbert Schiller, Jürgen Habermas, les théoriciens du fordisme et de la régulation (Aglietta (1976); Lipietz, 1987) et John Urry, (1987, 1994) , ceux de la post-modernité (Baudrillard, Vattimo, 1989) et Lyotard, (1984) et de l’urbanisme et de la société de l’information (Castells, 1989, 1997). À partir de ce groupe d’auteurs, il est possible de se faire une idée assez précise de l’évolution du concept de société de l’information dans divers champs de la connaissance.

Selon Webster, le terme d’information apparaît selon diverses formules : société de l’information, mode d’information, âge de l’information, information de la vie sociale et autres. Selon lui, il est important d’interroger et de scruter minutieusement le concept de société de l’information. Il présente diverses interprétations des liens entre la société de l’information et le développement social. Il tente ainsi de répondre à la question suivante : qu’entendent les auteurs lorsqu’ils parlent de société de l’information ? Quels sont les critères qui servent à distinguer la société de l’information des autres formes de sociétés ? C’est à partir de l’analyse de diverses théories « sectorielles » de la société de l’information  (technologique, économique, occupationnelle, spatiale et culturelle) que l’auteur cherche une réponse à ces questions.

L’approche technologique :

Selon cette approche, la principale caractéristique de la société de l’information repose sur le spectaculaire développement de la technologie informatique. Le développement de l’ordinateur, outil spectaculaire lorsque mis en relation avec les réseaux de télécommunication et de communication. D’ailleurs, cette mise en réseau de l’ordinateur est la caractéristique principale de la vision technologique de la société de l’information. Ce point de vue est largement influencé par la perspective d’un développement technique sans fin. Le développement technique serait l’événement permettant une vie meilleure, la diminution du temps de travail, donc le développement des loisirs, l’ouverture infinie au monde par la communication. Mais rapidement se pose le problème d’établir une pondération, en fait une évaluation , du développement technologique. Plusieurs inventions et une masse importante de technologie ne dépassent jamais le stade du laboratoire. En même temps que l’on parle de société de l’information, on doute de sa réalité. Par exemple, les données les plus optimistes évaluent le nombre de personnes possédant un micro-ordinateur personnel aux alentours de 20 à 25% aux États-Unis. En France, environ 20% de la population est dotée d’un ordinateur ou d’un terminal. La situation est semblable au Québec. En somme, cette révolution ne touche pas encore l’ensemble de la population, et la globalisation de l’informatique n’est pas pour demain. La question du degré de diffusion de la technologie est donc problématique. À quel moment une société industrielle deviendrait-elle une société postindustrielle ou une société de l’information? (p. 9) En somme, il y a ici une difficulté majeure dans l’approche technologique de la société de l’information. Cette approche est caractérisée par un déterminisme. Voir la technologie comme l’objet unique d’explication de la société de l’information est en soi réductionniste dans la mesure où on réduit la pratique sociale à un de ses éléments constituants.

L’approche économique:

La définition de l’économie de l’information relève du même mouvement réducteur. La tentative de définir l’évolution de l’économie de l’information comme un phénomène important du XXe siècle est problématique. Fritz Machlup (1962), dans The Production and Distribution of Knowledge in the United States, proposera le premier une systématisation de ce courant. Selon lui, c’est en terme statistique ou quantitatif que l’on peut identifier les industries de l’information. Il définit cinq groupes d’industries de l’information dans l’ensemble de la production : 1) l’éducation ; 2) les médias et la communication ; 3) les machines qui gèrent l’information (ordinateurs) ; 4) les services d’information ; 5) les autres activités de l’information (R&D par exemple). À partir de ce modèle, il prétend que près de 30% du PNB provient du développement de l’industrie de la connaissance (Webster, 1995, p. 11). Dans cette problématique, la bibliothéconomie fait partie de la section des services d’information. Elle n’est pas la science de l’information, mais seulement un secteur des industries de l’information: celui des services de bibliothèques et centres de documentation, du classement de l’information, etc.

Cette idée de la société de l’information sera plus tard reprise par plusieurs auteurs, entre autre par Peter Drucker, depuis le début des années soixante (post-capitalist society), et d’une manière différente, par des auteurs comme Alvin Toffler et les théoriciens actuels de la société de l’information que sont Nicholas Negroponte, Blaise Cronin et Nick Moore. Pour ces auteurs, l’économie moderne reposerait sur le développement de l’économie de l’information ou de la connaissance. Elle est caractérisée, selon Moore, par trois éléments :

  1. « l’information y est utilisée comme une ressource économique. Les entreprises recourent davantage à l’information pour accroître leur efficacité, leur compétitivité, stimuler l’innovation et obtenir de meilleurs résultats, souvent en améliorant la qualité des biens et des services qu’elles produisent. »(Moore, 1997, p. 289)
  2. « on y distingue une plus grande utilisation de l’information par le grand public. Les gens recourent plus intensivement à l’information dans leurs activités de consommateurs, que ce soit pour faire des choix avisés entre différents produits, connaître leurs droits aux services publics ou mieux prendre leur vie en main. Ils utilisent également l’information en tant que citoyens, afin d’exercer leurs droits et responsabilités civiques. De plus, les systèmes informatiques qui s’y développent vont ouvrir plus largement l’accès à l’éducation et à la culture. » (Moore, 1997 p. 289-90)
  3. elle « voit se développer un secteur de l’information ayant pour fonction de répondre à la demande générale de moyens et des services d’information. Une part importante de ce secteur a trait à l’infrastructure technologique, à savoir les réseaux de télécommunications et d’ordinateurs. Cela étant, on convient actuellement qu’il est également nécessaire de développer l’industrie créatrice de l’information circulant dans les réseaux, c’est-à-dire les fournisseurs de contenu informationnel. »(Moore, 1997, p. 290)

Si la théorie de la société de la connaissance (Knowledge Society) marque le début d’une école de pensée, elle prend forme dans les années 60 et 70. Importante aussi, dans cette courte histoire, est la pensée de Marc Uri Porat. C’est avec lui, dans la décennie suivante, que la société de l’information obtiendra ses lettres de noblesse. Porat établit que stratégiquement l’information se divise en deux secteurs : le secteur primaire et le secteur secondaire. Le secteur primaire produit directement de l’information. Il s’agit ici des médias d’information, du secteur de l’éducation, la publicité, etc. Le secteur secondaire se caractérise par l’utilisation importante d’information primaire. La recherche et le développement est un bon exemple du secteur secondaire. Selon Porat, le secteur de l’information dans la décennie soixante dix représente près de 46% du PNB. Soit une augmentation substantielle par rapport aux années soixante, tel qu’indiqué plus haut selon la théorie de Machlup.

Plusieurs critiques peuvent être faites de cette conception. La première est sans doute la plus importante. Le traitement que Porat fait subir à ce qu’il appelle le secteur primaire de l’information est caractérisé par la difficulté de le définir de manière efficace et suffisante. Ainsi, ce qui dans un secteur industriel donné est vraiment de l’information reste difficile à établir. Par exemple, dans le secteur automobile, les chercheurs, les professionnels du marketing et autres font appel à de l’information pour développer un produit et le mettre sur le marché. Dans ce schéma est-ce toute l’industrie de l’automobile qui est une industrie de l’information ou seulement une partie de cette industrie ? Selon Porat, c’est le secteur au complet qui est défini comme secteur de l’information! Un second problème doit être relevé: comment définir ce qui est le penser et le faire (thinking and doing)’ Quel est le taux réel de réflexion et de demande d’information des ouvriers d’une ligne de montage ? Malgré le fait qu’un ouvrier utilise ses capacités mentales pour faire fonctionner une machine ou réaliser quelque travail que ce soit, est-il membre de la société de l’information? Comment distinguer d’une manière certaine ce qui est du travail intellectuel dans le travail manuel? Les économistes de l’information sont plutôt silencieux face à cette problématique. Ceci entraîne une dernière question qui mérite d’être relevée: quelle est la différence entre les indicateurs qualitatifs et quantitatifs dans les analyses de l’économie de l’information  telles que présentées par Porat et ses prédécesseurs?

Une réévaluation des théories de Machlup et de Porat effectuées en 1986 propose que les industries de la connaissance représentent, en terme réel, une valeur de 28.6% du PNB en 1958 puis de 34.3% en 1980. Depuis 1970, il n’y aurait plus d’augmentation de ce secteur du PNB, et d’autres secteurs croîtraient beaucoup plus rapidement que celui des industries de la connaissance. Comment se fait-il que l’on parle toujours d’une situation en développement et en progrès selon les théories de l’information’ Et surtout, comment se fait-il que ces théories reçoivent encore aujourd’hui des éloges importants?

L’approche occupationnelle:

Selon l’approche occupationnelle, le révélateur le plus intéressant de la progression de la société de l’information est l’augmentation de la population active qui travaille dans ce secteur de production. Selon Porat, le secteur de l’information occupait, en 1960, près de 50% de la population active. Ce qui équivaut à une augmentation de près de 500% au cours du dernier siècle. C’est la transformation occupationnelle de la société américaine qui est présentée ici. On sait que la population des pays formant l’Amérique du Nord était, au XIXe siècle, largement regroupée dans le secteur de l’agriculture. Porat considère que la force de travail a progressé, entre 1860 à 1980, de 18.7% par année, dans le secteur de l’information. Daniel Bell de son côté propose, au début des années soixante, une explication reposant sur le concept de l’émergence de la société des cols blancs, c’est-à-dire une société dans laquelle la majorité de la population oeuvre maintenant dans le secteur tertiaire. De plus, le nombre d’ouvriers des secteurs primaire et secondaire, en baisse, alimenterait le secteur de l’information. Bell considère cette situation comme un état de fait.

Cette analyse a été l’objet de multiples critiques tant au niveau de sa méthodologie, une fois de plus, qu’au niveau conceptuel. Au niveau méthodologique, c’est la manière dont les auteurs de ce mouvement procèdent à l’identification, à la classification et à l’énumération de la population active qui pose problème. Selon Marc Porat, trois classes caractérisent l’occupation des personnes dans le secteur de l’information. Une première classe de personnes est formée par ceux qui produisent et vendent de la connaissance. La seconde classe est constituée de ceux qui recueillent et qui distribuent la connaissance. La dernière classe de travailleurs est celle qui opère des machines ou des technologies informatives (téléphonistes, réparateurs de télévision, techniciens d’ordinateurs, etc.). (Porat, 1978, p. 5-6) Un autre auteur, Jonscher (1983), réduira les grands secteurs de la production industrielle à deux: soit celui de l’information et celui de la production. (Webster, 1995, p. 15)

Au niveau conceptuel le problème reste toujours le même : comment peut-on en arriver à faire une distinction claire des occupations des travailleurs entre ceux qui relèvent de l’information et ceux qui n’en relèveront pas ? Par exemple, ces auteurs considèrent un contrôleur aérien comme une personne faisant partie du secteur de l’information. La raison en est simple : il doit communiquer, échanger de l’information avec d’autres personnes. Il partage des connaissances stratégiques avec d’autres personnes. La même chose se passe lorsqu’il s’agit de professions comme celles de technicien en informatique, préposé aux réparations des photocopieurs… Dans ces analyses, ces travailleurs sont comptabilisés comme des travailleurs de l’information. Un problème méthodologique se pose ici concernant ces divisions – un peu artificielles – des occupations de la population qui travaille. Il n’est pas facile de le résoudre non plus.

Certains auteurs comme Harold Perkin (1990) et Alvin Gouldner ont étudié ces problèmes d’interprétation et ils arrivent à des conclusions intéressantes. Selon eux, il faut insister sur le fait que les spécialistes en sciences sociales ont tendance, depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, à écrire l’histoire de leur propre classe de travailleurs. On tente selon Perkin de définir et de structurer le groupe dominant des intellectuels à partir de la Deuxième guerre et d’en faire un groupe homogène. Et par ce fait, on veut donner à ce groupe de professionnels certaines caractéristiques qui lui seraient propres. Ainsi la volonté de servir, la qualité des services et l’efficacité de ceux-ci seraient au centre du processus de professionnalisation. Ils seraient aussi au centre de la constitution d’une nouvelle classe de travailleurs dont la gestion du social serait centrale. Gouldner ira plus loin et parlera d’une « nouvelle classe » composée d’intellectuels et de techniciens. (Gouldner, 1979, p. 153) Cette nouvelle classe se diviserait en deux catégories : la première serait porteuse de volonté technocratique et conformiste face à la gestion des choses, ce seraient les technocrates; la deuxième tendance, inspirée de l’humanisme et d’une tradition critique, se retrouverait surtout dans les humanités et dans le secteur public et désirait maintenir l’État social, et son intervention, dans le fonctionnement de la vie sociale et politique. Dans ce dernier cas, l’État est vu comme un médiateur universel face aux conflits que renferme la société. Si la première catégorie pataugeait surtout dans le secteur privé, elle s’intègre de plus en plus dans le secteur public, et crée un nouveau groupe visant l’élaboration du retour à l’État minimum et la défense des théories néo-libérales ou conservatrices. Ces deux dernières approches tentent de formuler une explication globale du phénomène(10).

L’approche spatiale

L’analyse de la société de l’information par John Goddard (1992) propose une vision spatiale de son objet. Pour ce dernier, c’est la question du réseau qui est centrale dans la théorie de la société de l’information. La société de l’information devient ainsi le centre de ressources stratégiques sur lesquelles le monde prend forme. Ainsi parle-t-on de rapports, de dépendance et de domination par l’économie. Les rapports mondiaux demandent une structuration très forte, une planification des rapports entre États et gouvernements, une coopération internationale ordonnée. On parle beaucoup dans ce cas de gestion de l’information et de management de l’information. Les réseaux de communication permettent une vitesse de transfert de l’information au niveau mondial comme on ne l’a jamais vu. Le contrôle de ces nouveaux réseaux devient un problème central dans le développement économique et social, mais pose aussi une interrogation sérieuse quant à la sécurité des nations. Les immenses réseaux de banques de données, les différents serveurs, l’Internet, la diffusion de l’information sont des éléments que les spécialistes des études en relations internationales sont obligés d’intégrer à leurs recherches, comme l’arme alimentaire l’est depuis une trentaine d’année dans les analyses touchant les échanges et le développement international. À ce phénomène de mondialisation s’ajoute aussi celui du nivellement des cultures et des différences(11).

Alors, peut-on s’attendre à une situation dans laquelle l’espace, le spatial, deviendrait local? On prétend souvent que le monde est un village global, un cyberespace dont les frontières sont infinies. On ne peut pas nier la progression globale de l’information au niveau mondial, résultat de l’innovation technologique militaire et des nécessités des échanges du capital et des marchandises. Cependant, les technologies de l’information et la mondialisation des valeurs technocratiques ne règlent pas la faim, l’accès à l’éducation et ne mènent pas à une vie plus humaine et meilleure (la santé par exemple). Elles augmentent plutôt les effets pervers d’un système-monde en transformation. Là où le marché du travail était vu comme «en crise» par rapport à l’implantation des nouvelles technologies se développent la précarité et l’exclusion sociale. Enfin, ce courant est peu bavard concernant les répercussions de cette globalisation des réseaux sur les cultures nationales, des questions pourtant importantes!

L’approche culturelle

La dernière vision de la société de l’information est culturelle. On en a fait mention plus haut en parlant de l’analyse spatiale. La mondialisation entraîne une certaine uniformisation des cultures. La télévision est un bel exemple de cette mondialisation culturelle. On connaît tout le succès international de certaines émissions américaines, qui, somme toute, reflètent des idéologies et des symboles propres aux valeurs culturelles américaines. On pense à des émissions comme Dallas qui, dans ce cas particulier, a même été portée à l’écran en Afrique, au Moyen-Orient, etc.

Il est très difficile d’établir comme tel ce qui est régressif dans ce mouvement de mondialisation des valeurs occidentales. Le débat est toujours ouvert concernant l’analyse des valeurs « primitives » et de la volonté occidentale de « colonisation » de ces cultures. L’Europe depuis l’an mil a donné des leçons d’histoire assez intéressantes à ce sujet (Schulze 1996). La colonisation a été dans un premier temps une colonisation interne. Par la suite elle prendra une expansion vers la conquête de territoire, surtout pour des causes économiques(12).

Si l’on quitte momentanément la question du politique pour revenir à la question de l’information et de la société de l’information, force est de se demander si on n’arrive pas à la quadrature du cercle. Car, comme Baudrillard le fait remarquer depuis plusieurs années, il y a de plus en plus d’informations qui circulent, mais de moins en moins de réflexions. (Baudrillard, 1983, p. 95) D’ailleurs l’approche du post-modernisme est très intéressante dans l’étude de la production d’une société de l’immatériel. Reprenant certaines idées des analyses économiques et technologiques, les chantres de la post-modernité font choeur en soutenant que l’on traverse l’espace qui différencie la société marchande – de type capitaliste – et la société de l’immatériel, fondée sur l’échange et la symbolique. Certaines de ces idées sont présentées par des auteurs comme Marc Poster aux États-Unis qui, à la suite de Jean Baudrillard et de Pierre Lévy(13), voit dans l’informatique et la virtualité une nouvelle définition de l’existence humaine et sociale. (Lévy, 1995) Au Québec, les travaux de Ctheory reflètent bien l’aventure de la postmodernité. Ces derniers s’inspirent largement des théories de Jean Baudrillard dans leurs écrits et analyses(14).

Dans la plupart des approches présentées plus haut, la méthodologie demeure problématique. Elle se caractérise plus souvent qu’autrement par un mouvement de déconstruction à l’infini. L’objet déconstruit perd sa capacité d’apparaître de nouveau dans le monde. En somme, poussées à l’extrême, ces analyses détruisent l’objet de leurs préoccupations et éliminent, de manière radicale, toute possibilité de synthèse(15). Certains auteurs vont jusqu’à juger ce courant par l’expression de « Poverty of Postmodernism »(16).

« Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. (…) Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. »A. de Tocqueville, (1835-1840) De la démocratie en Amérique in Œuvres, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1992, vol. 2, p. 836-837

Actualisation du concept de société de l’information

On a vu plus haut les trois caractéristiques de la société de l’information tel que les présente Nick Moore dans une publication récente de l’UNESCO. Chez Moore, la société de l’information est caractérisée par le fait que: 1) l’information est utilisée comme une ressource économique; 2) qu’elle fait l’objet d’une importante utilisation par le grand public et 3) qu’elle se globalise de plus en plus.

Dans cette section de notre texte, on discutera plus particulièrement des prémisses d’une théorie de la société de l’information en discutant les propositions de Moore. Ce dernier soutient que le développement et l’origine de la société de l’information sont l’effet de deux facteurs : soit, le développement économique à long terme, soit l’évolution technologique comme telle.

Développement économique :

Le développement économique est présenté exactement comme chez Daniel Bell. La société capitaliste serait passée par plusieurs phases de développement qui, une à une, influençaient et caractérisaient une structure de l’occupation des citoyens d’un pays. Ainsi, au départ, nous aurions été une société dont la grande partie des citoyens travaillaient dans le secteur primaire de la production. L’agriculture, la sylviculture et l’industrie minière étaient les trois grands secteurs économiques dans lesquels les hommes travaillaient. En l’espace de quelques années, on verra une modification importante de ce processus de production. La révolution industrielle allait modifier de fond en comble la structure occupationnelle de la main-d’œuvre. Les travailleurs du secteur primaire migreront vers le secteur de la transformation des produits. La manufacture et l’usine seront au cœur de cette nouvelle étape vers l’économie de l’information. Car, Moore insiste sur cela, en même temps que la société industrielle se développe, le secteur tertiaire prend aussi de l’expansion. Ce qui implique que la société de l’information est aussi une société où l’ensemble des personnes quitte les secteurs primaire et secondaire pour venir grossir le secteur des services ou de la connaissance. De plus, le développement de la grande industrie et le développement des nouveaux procédés de production vont engendrer la spécialisation du travail, sa division et sa gestion. La connaissance qui prévalait sur les planchers de l’usine prendra de plus en plus ses origines dans la formation d’ingénieurs de toutes sortes. De l’enseignement technique qu’offraient les entreprises dans un premier temps, on construira bientôt des écoles techniques autonomes, financées par l’État et par l’entreprise dans une moindre mesure. Moore commente ainsi ce phénomène :

À chaque stade de cette progression, la productivité du travail augmente, plus de valeur ajoutée par chaque ouvrier, l’investissement en capitaux s’accroît et l’économie enregistre une hausse. Facteur tout aussi significatif, l’importance relative des différents secteurs économiques se modifie. (…)

Tous les pays de la planète ont subi cette mutation au cours du dernier millénaire. Mais depuis cinquante ans, comme l’ont montré des économistes tels que Fritz Machlup, Marc Uri Porat et Daniel Bell, le tertiaire, ou secteur des services, s’oriente de plus en plus vers le traitement de l’information sous différentes formes. (Moore, 1997, p. 291)

Technologie de l’information

L’importance du développement économique actuel est particulièrement due au développement de la technologie de l’information et des impacts de celle-ci. Moore identifie trois caractéristiques liées au développement de la technologie de l’information :

1. Il s’agit d’une « technologie qui se donne des moyens : elle est applicable à toutes sortes de situations et peut en elle-même contribuer à l’évolution technologique  » (Moore, 1997, p. 291)

2. «  Ensuite sa capacité a augmenté à un rythme exponentiel depuis une vingtaine d’années, et rien n’indique que ce rythme va ralentir  » (Idem)

3. Le point le plus important c’est que «  son coût a baissé rapidement au cours de la même période et, là encore, ce phénomène est appelé à durer.  » (Idem)

On est ici en face d’une vision du progrès économique basée uniquement sur le développement technologique. Jamais dans ces théories ne fait-on mention des répercussions sociales et personnelles de l’implantation de ces nouvelles technologies. Par exemple, personne ne s’intéresse vraiment à l’impact sur le marché de l’emploi. Moore est à ce niveau un cas particulier.

Emploi et exclusion

La société de l’information cause des changements structuraux que l’on continue d’observer dans les économies de divers pays bouleversent les schémas traditionnels de l’emploi, entraînant dans leur sillage le déplacement géographique, le chômage et la rupture sociale. Dans le monde entier, poursuit-il, la distribution du travail n’a cessé d’évoluer : du secteur primaire vers le secondaire, puis du secondaire vers le tertiaire. A chaque étape, l’investissement de capitaux s’est traduit, en dépit d’une baisse de main-d’œuvre, par une hausse de production. (Moore, 1997, p. 291)

Dans les deux premiers secteurs de la production, les travailleurs ont été remplacés par des outils et des machines. L’automatisation crée la perte de nombreux emplois dans des secteurs comme les banques, les emplois cléricaux de la fonction publique et les emplois liés au classement et à la diffusion de l’information. En plus du manque d’emploi, il se produit des modifications quant à la nature de ceux qui se créent. D’ailleurs, l’auteur propose quelques commentaires sur les comportements douteux et critiquables des employeurs. La précarité d’emploi est un phénomène qui n’est pas récent. La précarité est un quasi synonyme du capitalisme. Mais la théorie de la société de l’information ne lésine pas avec ces « détails ». Sa volonté et sa structure sont la victoire et la réussite. D’ailleurs voici une phrase intéressante : « Il s’avère très difficile de définir et de décrire les sociétés de l’information en termes qualitatifs… il est bien malaisé d’aller au-delà de définitions générales telles que « une société de l’information est une société dans laquelle l’information est utilisée intensivement en tant qu’aspect de la vie économique, sociale, culturelle et politique.  » (Moore, 1997, p. 292)

C’est donc dire la difficulté que nous avons à définir cette société. De plus, Moore ne cache pas qu’il est très difficile de définir cette réalité de l’utilisation de l’information. Il propose pour sa part l’idée suivante :

On peut donner une définition du secteur économique de l’information. En gros, il s’agit des entreprises, privées ou publiques, qui créent le contenu informationnel ou la propriété intellectuelle ; de celles qui fournissent les équipements pour livrer l’information aux consommateurs, et de celles qui produisent le matériel et les logiciels qui nous permettent de traiter l’information. Mais il est plus difficile de définir et de mesurer l’activité relative à l’information des entreprises extérieures au secteur de l’information. (Moore, 1997 p. 292)

On voit combien cette définition est à ce point fragile. Elle est descriptive et en même temps abstraite. Le concept même d’information pose problème. En quoi consiste au juste l’information ? Quel est le lien entre information et théorie économique ? Est-ce que l’information est créatrice de valeur ajoutée ou seulement un élément négatif dans le cycle du capital, c’est-à-dire contre productif ?

À titre d’exemple, le Gouvernement du Québec vient tout juste de publier une nouvelle politique sur l’autoroute de l’information. Dans Agir autrement (Gouvernement du Québec, 1998) on propose une vision positive de la société de l’information, laquelle n’est pas une lubie.

La société de l’information et l’économie du savoir ne sont pas des constructions de l’esprit et ne se réduisent pas à cet univers de l’éphémère et du virtuel dont les médias donnent parfois l’image. À court terme, c’est dans cette nouvelle économie que se concentreront la majorité des investissements productifs, la plupart des échanges de services et la majeur partie des emplois. À l’instar de plusieurs pays, le Québec doit donc adopter rapidement une stratégie pour accélérer la transition vers cette nouvelle économie et appuyer le développement de l’emploi. Il en va de la compétitivité globale des entreprises québécoises. (Gouvernement du Québec, 1998, p. 49)

Cette définition n’implique pas de manière immédiate un questionnement sur les formes que prendront ce « développement de l’emploi » et cette « compétitivité globale des entreprises ». Comme le dit bien Dominique Méda parlant du travail dans la société des économies marchandes:

le travail est au cœur du processus: moyen d’aménagement de la nature, il est le nouvel organisateur des rapports sociaux. (MÉDA, 1995, p. 159)

La compétition devient processus et nouvel organisateur des rapports sociaux. Jamais n’avons-nous autant entendu parler de compétitivité et de concurrence. On revient presque à un discours propre à la propagande contre l’ennemi, lorsqu’en période de guerre on utilisait les médias pour « informer » le peuple des actions des alliés ou des ennemis. La théorie sociale n’est plus ici qu’un facteur, qu’une équation dans de savants calculs techniciens. Comme le conceptualisaient Adorno et Horkheimer dans les années immédiates de l’après-guerre, parlant justement de cette raison technicienne:

Sur la voie qui les conduit vers la science moderne, les hommes renoncent au sens. Ils remplacent le concept par la formule, la cause par la règle et la probabilité. […] La logique formelle fut la grande école de l’unification. Elle offrait aux partisans de la Raison le schéma suivant lequel le monde pouvait être l’objet d’un calcul. (Adorno et Horkheimer, 1974, p. 23 et p. 25)

On voit ainsi un discours prendre de plus en plus la forme d’une idéologie. Le monde comme calcul, c’est aussi le monde comme explosion de sens et de signification. L’irrationalisme n’est pas loin, le totalitarisme non plus.

D’autres problèmes apparaissent concernant la définition de la notion d’information : ceux du contrôle de l’information. L’internationalisation et la mondialisation forcent le théoricien à circonscrire une situation en plein bouleversement. Cette mondialisation n’est pas non plus sans remettre en cause certaines idées sur le développement économique et les laissés pour compte des pays développés : l’immigration chômeuse, les exclus qui grandissent de plus en plus, le monde de l’itinérance et les personnes dont le manque de formation scolaire fait en sorte qu’elles doivent soit se recycler ou se retirer formellement du marché du travail. Mais autant les tenants de la société de l’information que ceux de l’autoroute de l’information préfèrent ignorer ces variables.

L’émergence de la société de l’information

Le secteur de l’information est composé de trois domaines : l’industrie du contenu informationnel, l’industrie de la diffusion de l’information et l’industrie du traitement de l’information.

Le premier domaine, l’industrie du contenu informationnel, se définit comme l’industrie de la production des biens de propriété intellectuelle. On inclut dans ce champ les artistes de toutes catégories, écrivains, scénaristes, compositeurs, etc. Ce secteur est largement caractérisé par le rôle de l’État et des gouvernements. Ce sont ces institutions qui votent les lois, qui gèrent les droits d’auteurs et les brevets.

Le deuxième domaine est celui de la diffusion de l’information. Le livre sans le libraire, c’est un peu comme le papier sans l’encre. Mais il y a davantage que la simple circulation des produits culturels. La multiplication des réseaux de distribution, les autoroutes de l’information et l’industrie de la radio et de la télévision sont maintenant au centre de cette tornade de l’information.

Mais c’est dans le traitement de l’information que les changements se font les plus importants. Ce troisième domaine de la société de l’information est celui qui se développe le plus actuellement. Nous parlons ici de l’informatique et des télécommunications. Tout le monde est conscient de ce phénomène. L’informatique et les NTI sont à elles seules, un moteur important de ce développement.

Malgré cette émergence, un problème se pose encore. C’est celui des professions reliées à ces révolutions. Quel est l’impact de ce changement dans l’occupation des travailleurs sur le marché de l’emploi ? On sait que l’informatique est un domaine où l’emploi est au mieux. En Amérique du Nord, le développement des emplois reliés à cette industrie est grand. Mais si on exclut le secteur de l’informatique, on est un peu sceptique face à cette idée d’un grand développement de l’emploi relié à ce secteur. Il est pourtant clair que l’emploi dans les domaines de la communication (le journalisme par exemple), du traitement documentaire (les bibliothécaires et les archivistes) et des médias est plutôt rare. On ne peut pas dire qu’il y a ici révolution. Comme on le verra plus loin, les professions liées au secteur de l’information, ne sont pas aussi en progrès que les gouvernements et les organismes para-gouvernementaux se plaisent à le dire. Ainsi:

Manuel Castells constate la raréfaction du travail industriel (à la chaîne ou tayloriste), mais seulement dans les pays de l’OCDE, alors que ce type d’emploi augmente « rapidement dans les pays en voie de développement, avec un solde largement positif au niveau mondial. (Marongiu, 1998).

Mondialisation et développement inégal ne sont pas des concepts nouveaux. Le développement de société dans lequel le tertiaire domine peut être présenté comme un effet ancien du développement de la société marchande. Ceci est représenté depuis longtemps par le concept de la nouvelle division du travail au niveau international. Ce point de vue permet de mettre en situation un discours propre à des mouvements idéologiques précis. C’est cette situation que nous analyserons partiellement dans les pages qui suivent. On s’attardera surtout à la question des bibliothécaires comme professionnels dans le monde moderne. Mais auparavant il faut présenter l’influence qu’a eu la théorie de la communication de Shannon dans le développement du paradigme de la société de l’information.

« La communication, parallèlement au développement des techniques, va prendre une place de plus en plus importante dans les sciences, les discours intellectuels et la littérature, et, pour finir, dans la culture. [Il y a quatre grandes voies de l’influence intellectuelle dans la communication. R.C.] La première passe par l’influence de la nouvelle notion de communication dans un certain nombre de champs disciplinaires qui se renouvelleront partiellement de ce fait. La notion de communication y acquiert sa légitimité. La deuxième voie est celle de la littérature de vulgarisation qui consacrera une place importante à cette nouvelle problématique, et cela de façon constante jusqu’à aujourd’hui. La troisième voie est celle du noyau dur de la littérature de science-fiction, dont l’influence a été et est encore très importante dans certains milieux et particulièrement celui des ingénieurs dans le domaine des nouvelles technologies. Cette littérature, loin d’être marginale, a largement contribué à la formation de l’imaginaire de notre modernité. La quatrième voie enfin est celle des essayistes, sociologues, futurologues, qui décrivent, en tentant de les anticiper, les grandes évolutions sociales. Il seront les propagateurs infatigables de la nouvelle utopie. Petit à petit, grâce à eux, l’association entre le futur et la communication va sembler devenir naturelle. »Philippe Breton, L’utopie de la communication. Le mythe du «village planétaire». Paris, La Découverte, coll. Essais, 1995, p. 109.

La théorie de la communication de Claude Elwood Shannon

Dans le domaine de la bibliothéconomie, une théorie allait donner naissance à tout un mouvement de pensées et de travaux: c’est la théorie de la communication de Claude E. Shannon. D’entrée de jeu définissons les termes et corrigeons les erreurs classiques concernant cette théorie.

Premièrement, il est clair que Shannon n’a jamais parlé de théorie de l’information. Sa théorie porte bien le nom de théorie de la communication (Shannon, 1948 et 1949). La communication est définie de diverses manières. Dans son sens de liaison ou de rapport, la communication est « le fait de communiquer, d’établir une relation ou un rapport avec quelqu’un ». La communication a aussi trouvé une définition dans la cybernétique: « Toute relation dynamique qui intervient dans un fonctionnement »; de plus, la communication a aussi un sens d’information ou de diffusion : le résultat de l’« action de communiquer quelque chose à quelqu’un ». Dans un sens, qui nous préoccupe peu, il y a la chose que l’on communique : une nouvelle, un avis, une note ou un message. Finalement, il y a le sens le plus près de notre argumentation, c’est l’idée de transmission, de circulation ou de transport. Ainsi, pour ce qui est de la transmission, on entend « moyen technique par lequel des personnes communiquent; message qu’elles transmettent ». Alors que par circulation ou transport on parle de « ce qui permet de communiquer; passage d’un lieu à un autre. » (Le Petit Robert, 1988, p. 346; Le Nouveau Petit Robert, 1993 p. 417)

Pour ce qui est du concept d’information, on trouve dans Le Nouveau Petit Robert des définitions qui se rapportent à celle de communication. On retrouve dans ce dictionnaire le même flottement que dans les diverses publications du domaine des sciences de l’information dans son sens large (informatique, science, biologie, bibliothéconomie…). Ainsi trois grandes familles de sens sont données pour « information ».

1. En droit, on parle d’information comme l’« ensemble des actes qui tendent à établir la preuve d’une infraction et à en découvrir les auteurs »(Le Nouveau Petit Robert, 1993, p. 1172)

2. Dans un sens courant, on parlera de «renseignements sur quelqu’un [ou] sur quelque chose… d’une action de s’informer, de prendre des renseignements… ou d’un fait ou jugement qu’on porte à la connaissance d’une personne, d’un public à l’aide de mots, de sons ou d’images…» et, plus globalement, « l’action d’informer l’opinion sur la vie publique, les événements récents ». Dans ce dernier cas on parle encore de communication.

3. Au niveau scientifique la définition d’information prend une tournure plus spécifique. Ainsi l’information serait un « élément ou système pouvant être transmis par un signal ou une combinaison de signaux (-> message), appartenant à un répertoire fini; ce qui est transmis (objet de connaissance, de mémoire). Théorie de l’information. Bruit masquant l’information. Information et redondance. Traitement de l’information. => cybernétique, informatique; donnée. Unité d’information => bit, byte. » (Le Nouveau Petit Robert, 1993, p. 1172)

4. Au niveau de la génétique on parle d’information génétique lorsqu’il est question des « caractères héréditaires transmis par les gènes. » (Idem)

Dans ces quelques définitions, il est clair qu’il faut exclure quelques significations. Tout ce qui concerne l’information dans le sens de nouvelles, d’enquêtes, de renseignements sur une personne, comme état de relations entre personnes sont à rejeter. Par contre, deux thèmes sont à retenir. Premièrement, il faut maintenir les définitions de la communication comme « action de communiquer » dont le sens implique l’information de quelque chose à quelqu’un. C’est le concept de communication comme « moyen technique par lequel des personnes communiquent » qui est le second sens du terme communication qu’il faut conserver. Du côté de l’information, on conservera aussi deux thèmes. Le premier signifie « action d’informer l’opinion sur la vie publique, les événements récents ». Finalement c’est le sens scientifique propre à la cybernétique et à l’informatique qu’il est primordial de conserver. Dans ce dernier sens on parlera de « élément ou système pouvant être transmis par un signal ou une combinaison de signaux ».

Il est difficile, dans un premier temps, de bien définir ce qu’est la distinction entre communication et information. Pour notre part c’est en retraçant l’évolution de la notion de communication (dans le sens de Shannon) que nous croyons retracer une première définition. Par la suite, il faudra expliquer pourquoi les deux notions ont toujours été mêlées dans les idées de la cybernétique, et par la suite, dans l’utilisation des deux concepts comme étant de simples synonymes interchangeables.

Trois moments de développement de la théorie de la communication

La première théorisation d’une théorie quantifiable de l’information provient du chercheur Ronald A. Fisher fondateur de la statistique mathématique. C’est à l’intérieur de sa théorie des probabilités et des échantillons que l’on trouve une théorisation de l’information.

Partant de cette hypothèse, Fisher définit techniquement l’information comme la valeur moyenne du carré de la dérivée du logarithme de la loi de la probabilité étudiée. La célèbre inégalité de Cramer permet alors de montrer que la valeur d’une telle information est proportionnelle à la faible variabilité – c’est-à-dire au fort degré de certitude – des conclusions qu’elle permet de tirer. Cette idée, qui est à la racine de toute la théorie de l’estimation et de l’inférence statistique, est exactement celle que l’on retrouvera vingt ans plus tard chez Shannon, exprimée cette fois en des termes non plus statistiques mais probabilistes. (Dion, 1997, p. 21)

Ce premier moment est simultanément renforcé par un second, concernant les recherches sur « l’amélioration de la vitesse de transmission des signaux sur les lignes de télégraphe » par Nyquist et Hartley.

C’est donc Hartley qui propose la première formule faisant apparaître une mesure mathématique de la quantité d’information, définie comme étant égale à n.log s, n désignant le nombre de signes du message et s le nombre de signes de l’alphabet utilisé. (Dion, 1997, p. 22)

Nous sommes donc en face d’une théorisation formelle de la théorie de l’information, mais il faut attendre une vingtaine d’années pour que cette théorie trouve son expression dans les études de Shannon et de Weaver. Ce troisième moment est important dans l’histoire de la bibliothéconomie et des sciences de l’information. Elle est au centre du paradigme qui prendra, plusieurs années plus tard, le champ de la théorie de l’information.

Shannon remet en cause l’usage de sa conception

Shannon propose dans une revue interne des Bell Laboratories une théorie de la communication qui est propre à l’émission et à la réception d’un message. Shannon construira une modélisation et une quantification statistique de la communication réussie, donc la réalisation avec succès du passage d’une information sur quelque chose vers quelqu’un. Shannon construit une théorie mathématique de la communication de l’information. C’est d’ailleurs ce qui fera dire à Shannon que :

La théorie de l’information est devenue, au cours de ces dernières années une sorte de «bandwagon scientifique». Au départ instrument technique pour l’ingénieur des télécommunications, elle a reçu une publicité extraordinaire tant dans la littérature scientifique qu’auprès du grand public. Cela est dû en partie aux liens existant avec des domaines à la mode tels que les machines à calculer, la cybernétique, l’automatique, et en partie à la nouveauté du sujet. Par voie de conséquence, il est probable qu’on lui a accordé une importance démesurée par rapport à ses applications effectives. (Lancry, 1982, pp. 53-54)

Dion argumente en affirmant que la théorie de la communication de Shannon sera reprise dans une foule de domaines tel la psychologie, la linguistique, la biologie, la physique, l’économie politique mais surtout dans les théories de l’organisation, donc de la cybernétique (Weiner). Et Shannon de déclarer que :

Bien qu’un tel phénomène soit bien sûr agréable et flatteur pour ceux d’entre nous qui travaillent dans cette voie, il présente un risque certain : alors que nous pensons que la théorie de l’information est un instrument valable éclairant la nature des problèmes de communication sur un plan fondamental, et que de ce fait elle devrait continuer de se développer, elle n’est certainement pas la panacée pour l’ingénieur des télécommunications, ni certainement pour aucun autre.

On ne peut percer que quelques secrets de la nature différents à la fois, et il se pourrait bien que notre célébrité un peu artificielle s’efface fort rapidement une fois qu’on aura pris conscience du fait que les mots « information », « entropie » ou « redondance » ne suffisent pas à résoudre tous nos problèmes.

La théorie de l’information est survendue (oversold), dit encore Shannon, qui semble regretter au passage qu’on parle trop de cette théorie pour n’en faire au bout du compte qu’une utilisation superficielle. (Dion, 1997, pp. 39-40)

Ces définitions de communication ou d’information sont librement utilisées dans les différentes analyses. D’autres commentateurs iront plus loin. Comme McKay qui, prenant la défense de Shannon, écrira :

Shannon n’a jamais défini un concept d’information ; il a nié explicitement que ce concept était information. Ce serait beaucoup plus clair, je crois, si nous appelions la mesure de Shannon « imprévisibilité » plutôt qu’ «information ». (Cité dans Dion, 1997, p. 38)

Un autre commentateur écrira un jugement très sévère sur cette mode, car en théorie de l’information :

On crée des théories, on se sert de théories, on se leurre de mots parce que précisément on ne veut pas prendre conscience de l’abîme d’ignorance devant lequel on se trouve et on jongle avec des mots dans l’espoir de dissiper cette ignorance. (Thom, 1975, p. 10)

Ces quelques jugements sont très importants pour notre démarche(17). L’un des objectifs que nous poursuivons ici est de démontrer que la théorie de la communication de Shannon est presque un non-sens dans son utilisation comme paradigme dans la théorie de la bibliothéconomie. En somme, elle est un construit statistique qui décrit un cheminement de communication particulier. Il s’agit de voir comment on peut mesurer la quantité d’information qui peut circuler d’un emplacement à un autre, c’est-à-dire d’une source à un destinataire. Voici le schéma de multiples fois présenté de Shannon :

Schéma fondamental d’une théorie mathématique de la communication
(paradigme de Shannon)

Perturbations (sources de bruit)
Message émis Message reçu
Sources => Canal => Destinataire

Deux théories permettent de comprendre l’idée de la théorie de la communication de Shannon : la première idée est celle de la quantité d’information et la seconde est la notion d’entropie. L’information est l’antonyme d’entropie. Plus il y a d’information, moins il y a d’entropie. Le schéma que l’on présente ici est descriptif. Ce qui est plus important, c’est la précision de

la capacité de transport du canal de transmission ainsi défini, et, à cette fin, elle utilise une définition quantifiée de la notion d’information. Or c’est de là que jaillit toute sa puissance, bien qu’on puisse encore une fois souligner le caractère extrêmement réducteur de cette démarche, qui conduit à évacuer l’ensemble des problèmes de signification dans la problématique de la transcription des messages. (Dion, 1997, p. 54-55)

Une information est donc un ensemble défini d’événements possibles. La probabilité qu’un message ou une information passe d’une source à un destinataire est alors calculée selon la quantité d’information qui réussit le passage d’un point à un autre. Il s’agit donc d’un processus de communication. Je donne une pièce de vingt-cinq cents de ma main à mon garçon et une pièce de dix sous à sa sœur. La source est ma main et le destinataire mes enfants, donc le canal est nos mains. La communication est réelle seulement si mes enfants ont effectivement la pièce de vingt-cinq cents et celle de dix cents dans leurs mains. Ainsi «quand on dispose de deux informations indépendantes, la quantité d’information totale est égale, grâce au logarithme, à la somme arithmétique de deux quantités calculées indépendamment » (Dion, 1997, p. 55). La probabilité d’erreur dans cette communication est presque nulle car je connais bien les destinataires, je ne me tromperai pas sur quelque chose qui me tient tant à cœur, c’est-à-dire donner à mes enfants des cents pour qu’ils puissent acheter des friandises. Mais la situation est différente si je ne connais pas l’ensemble du processus impliqué dans l’émission d’une information. C’est alors que la réception du message doit être connue pour qu’il soit considéré comme complet.

C’est ici que le concept d’entropie doit être bien saisi, car il est aussi important que la quantité d’information transférée. Le concept d’entropie provint de la physique, de la thermodynamique pour être plus précis. Ce concept est très important. La quantité d’information est un concept statique « qui permet de jauger une situation finalisée, une production, un résultat. » (Dion, 1997, p. 64)

Dans le cas de notre exemple, une réalité connue et maîtrisable. « Face à un événement (une information) donné, la formule de la quantité d’information propose une échelle de mesure. Mais cette mesure ne dit pas comment évaluer le potentiel informationnel d’une situation avant l’apparition de l’événement. » (Dion, 1997, p. 64)

Une situation donnée peut avoir plusieurs possibilités. Dans l’exemple mes enfants, ils se sont très bien comportés. Ils ne se sont pas chicanés, ils ont bien réagi. Mais, j’ai oublié de vous dire que mon épouse n’était pas d’accord. Elle trouvait que j’étais un peu avare. Elle me dit : « 10 et 25 cents, que veux-tu qu’ils s’achètent avec ça ? » Ouf ! Ça c’est de l’entropie. Je me suis aperçu de la « probabilité d’intervention » de mon épouse. L’entropie est le potentiel d’information d’une information. L’entropie, c’est la quantité de possibilités d’un événement ou d’une information de trouver sa réalisation en étant captée par le récepteur. L’entropie est la quantité des virtualités d’un événement ou d’une chose ; elle est ce qui est constant dans le processus vers l’information et sa réalisation communicationnelle. Une chaise est un concept. Car la chaise dans mon bureau n’est pas du tout la même chose que la chaise dans ma salle à manger. Le concept de chaise est une information, son entropie se compose de toutes les chaises possibles et imaginables. Donc ici, la chaise est l’entropie, c’est ce qu’il y a de permanent dans l’identification propre à la chaise spécifique. L’entropie est une mesure mathématique visant à mesurer la quantité d’information.

Une information étant un mouvement qui, tant que le contexte ne change pas, réduit l’incertitude, le contexte doit pour sa part être imaginé comme un réservoir d’incertitude. Un contexte fortement néguentropique est un contexte dans lequel les hypothèses sont nombreuses. (…)

Aussi, évoquer l’entropie d’un message (ce qui est courant) est une forme d’abus de langage. En réalité, un message véhicule une certaine quantité d’information définie qui réduit la néguentropie du contexte. (Dion, 1997, p. 111)

Un problème alors se pose dans le contexte de l’entropie. On sait que les questions que se pose l’humanité ouvrent plus de nouvelles pistes de recherche qu’elles n’en résolvent. Ce phénomène, ce caractère ouvert, écrit Dion, « rend d’ailleurs la théorie de l’information contestable quand on recherche à l’appliquer à des problèmes trop généraux, dont le cadre de référence est insuffisamment délimité. » (Dion, 1997, p. 112)

Ainsi l’information est la réduction de l’incertitude. La communication serait alors la réalisation et la cristallisation de la connaissance. Chaque connaissance est la résolution de l’incertitude et d’un questionnement. L’ensemble des connaissances est le savoir.

En conclusion, nous sommes tentés de dire à la suite de Thayer que l’on « oublie souvent que Claude Shannon et Norbert Wiener ont autrefois démenti spécifiquement que leur théorie soit pertinente quant à l’analyse et au processus concret de la communication humaine. On oublie que Shannon pensait principalement à la transmission et à l’acquisition de signaux électroniques ». (Sfez, 1992, p. 116)

D’autres définitions tentent de donner un autre sens à l’idée d’information :

Some individuals equate information with meaning (Miller, 1987). Hearing a statement is not enought to make an event an informative act; its meaning must be perceived to make the statement informative. Arguing againt this approach, Bar-Hillel points out that «it is psychologically almost impossible not to make the shift from the one sense of information… i.e. information = signant sequence, to the other sense, information = what is expressed by the signal sequences. (Losee, 1996, p. 255).

Dans cette approche, la question de l’information n’est pas seulement une question de communication d’un point à l’autre. Il faut donc s’interroger sur le rôle de la signification (meaning). Et cette position nous entraîne dans un tout autre débat sur l’intersubjectivité du phénomène de la communication, donc de l’interaction et de la subjectivité. Mais résumons rapidement ici ce phénomène. Comme l’ajoute Losee:

In an approach similar to defening information as meaning, information is often understood in terms of knowledge that is transmitted to a sentient being. For exemple, Peters (1988) defines information as «knowledge with human body taken out of it». Similarly, information may be understood as «that with occurs within the mind upon the absorbtion of a message (Pratt, 1982). (Losee, 1996, p. 255)

Ces diverses conceptions du concept d’information obligent ses utilisateurs à deux comportements opposés. Premièrement, soit que l’on demeure du côté de l’analyse formelle de la communication comme des entités floues, des valeurs quantitatives ou, si l’on veut, une forme qui implique que lorsque x est diffusé, y est plus que x. Donc une information communiquée est plus que ce qui est communiqué. Ainsi l’économie de l’information peut être ici saisie comme une valeur ajoutée, un plus à la fin que l’on ne trouve pas au début. Mais c’est cette position qui pose problème.

Deuxièmement, si l’information est la transmission d’un message qui prend de la valeur, cette valeur ne peut être prise à vide. C’est justement la signification que l’on donne à une information qui fait d’elle une valeur supplémentaire, ou une valeur peu importante pour celui qui reçoit le message. Si l’on désire parler de valeur ajoutée, nous sommes obligés de discuter des phénomènes de perception et de connaissance. Donc la communication d’un signe doit, dans un premier temps, être perçu, et en l’étant, il devient connaissance. Car la connaissance c’est comme l’exprime l’International Encyclopedia of Information and Library Science:

Knowledge is information evaluated and organized in the humain mind so that it can be used purposefully. (Feather et Sturges, 1997, p. 240)

La reprise du concept de la théorie de la communication de Shannon par la bibliothéconomie est centrale dans l’analyse de l’avenir de la profession et de la supposée société de l’information.

C’est à travers les travaux de l’ASIS (American Society for Information Science)(18) que l’idée d’une théorie de l’information a fait son chemin dans la bibliothéconomie. Mais avant d’arriver à ce constat, on tentera dans les prochaines pages de tracer les contours de la profession de bibliothécaire depuis son apparition formelle au début du XXe siècle.

« L’ordre professionnel et, de proche en proche, tout l’ordre social, paraît fondé sur un ordre des «compétences» ou, pire, des «intelligences». Plus peut-être que les manipulations techniciennes des rapports de travail et les stratégies spécialement aménagées en vue d’obtenir la soumission et l’obéissance qui font l’objet d’une attention incessante et d’une réinvention permanente, plus que l’énorme investissement en personnel, en temps, en recherche et en travail que suppose l’invention continue de nouvelles normes de gestion de la main-d’œuvre et de nouvelles techniques de commandement, c’est la croyance dans la hiérarchie des compétences scolairement garanties qui fonde l’ordre et la discipline dans l’entreprise privée et aussi, de plus en plus, dans la fonction publique: obligés de se penser par rapport à la grande noblesse d’école, vouée aux tâches de commandement, et à la petite noblesse des employés et des techniciens cantonnés dans les tâches d’exécution et toujours en sursis, parce que toujours obligés de faire leurs preuves, les travailleurs condamnés à la précarité et à l’insécurité d’un emploi sans cesse suspendu et menacés de relégation dans l’indignité du chômage ne peuvent concevoir qu’une image désenchantée et d’eux-mêmes en tant qu’individus, et de leur groupe; autrefois objet de fierté, enraciné dans des traditions et fort de tout un héritage technique et politique, le groupe ouvrier, si tant est qu’il existe encore en tant que tel, est voué à la démoralisation, à la dévalorisation et à la désillusion politique, qui s’exprime dans la crise du militantisme ou, pire, dans le ralliement désespéré aux thèses de l’extrémisme fascistoïde».Pierre Bourdieu, Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale, Paris, Liber, Raison d’agir, 1998, pp. 113-114.

Définition du rôle de bibliothécaire par rapport au changement technique

Quel est le rôle du bibliothécaire dans la société actuelle ? Il est toujours difficile de situer le bibliothécaire dans l’ensemble des professions. Ces difficultés reposent 1) sur la comparaison et les rapports qu’entretiennent les professions envers elles-mêmes, comme corps ou ordre, 2) sur la reconnaissance autant sociale que politique de leurs responsabilités et exigences, et, finalement 3) sur la part importante que ces professions ont acquise avec le temps, dans le champ de la connaissance, champ presque jamais remis en cause ou contesté par une autre profession. Bien sûr, c’est le résultat d’un long processus historique marqué par une lutte intense entre les corps de métiers différents.

Dans cette partie on s’interrogera sur quelques questions. Face à un marché du travail en crise, comment peut-on faire de la profession de bibliothécaire une profession caractérisée par une fonction reconnue quant à son rôle social ? Comment peut-on reconnaître dans la profession de bibliothécaire son faire-valoir, ainsi que la croyance partagée à l’interne de la profession, mais aussi à l’externe, de la valeur sociale, et de la nécessité structurelle d’individus disposant d’un corpus de connaissances données ?

Les professions se caractérisent par certains éléments constitutifs. Dans les relations de travail, le contrat fixe un rapport typique quant aux normes de formation, de recrutement et de promotion (Paradeise, 1988) Il est possible de formuler que dans ce premier élément, le contrat, on retrouve les diplômes et les conditions menant à l’accès de la profession et à l’utilisation du titre. Un deuxième élément concerne l’activité professionnelle. Ainsi la coutume caractérise les rapports entre la pratique professionnelle et les clientèles. Le lieu de travail, le fait que la société se soit octroyée des moyens comme les bibliothèques, caractérisent cet élément. Sans bibliothèque, lieu où l’on retrouve des documents, il n’y aurait pas de coutume professionnelle. Enfin il faut que cette pratique trouve une reconnaissance globale quant à son statut juridique. Il s’agit bien ici de la loi qui institue les relations de travail, c’est-à-dire un cadre juridique précis qui définit et circonscrit des rôles de citoyenneté et de profession dans les sociétés.

Ces développements n’ont jamais été simples. La profession quelle qu’elle soit n’apparaît pas d’un coup et surtout elle n’apparaît pas sans créer de la confusion. Dans un premier temps, les professions se sont presque toujours définies par l’exclusion. Exclusion en regard au sexe(19), exclusion par rapport à la formation, et exclusion par rapport à l’utilisation de connaissances et de techniques non reconnues ou particulières. La profession est définie par des éléments de contraintes à la fidélité (Paradeise, 1988) et par le développement d’un argument logique qui constitue l’apport aux connaissances d’une époque. Par la suite, le phénomène prend une autre forme. En fait, l’État tente, par son souci de protection du public, de constituer et de regrouper les professionnels en ordres (anciennes corporations professionnelles). Cette histoire caractérise tout le XIXe siècle, car c’est à ce moment que la plupart des professions se sont constituées et ont été reconnues par l’État. En parallèle c’est aussi à ce moment que s’est cristallisée la reconnaissance des syndicats qui dans un premier temps étaient des syndicats de métier, dont le but était la protection et la défense des intérêts de leurs membres. On en est d’ailleurs rendu aujourd’hui à reconvertir en « métier » la profession de bibliothécaire, comme en fait foi le Bulletin des bibliothèques de France de janvier et février 1998 par exemple.

Avant d’entrer dans le cœur du sujet, il serait important de noter que la révolution industrielle a entraîné des modifications importantes dans l’évolution que connaissait la mise en place des ordres professionnels. Du côté des métiers traditionnels, le syndicalisme de métier, dans un premier temps, et le syndicalisme d’usine, ensuite, visaient la protection d’acquis en danger de disparition (conditions de travail, salaires, prestige, etc.). Pour ce qui était des professions en devenir, les professions libérales dans le cas qui nous importe ici, le regroupement en association visait surtout à satisfaire l’exigence de circonscrire un corpus de connaissances et de pratiques en les organisant et en leur donnant une structure globale. Cette rationalisation, pour reprendre les termes de Max Weber, portait en elle le rêve d’une pratique rationnelle (Colliot-Thélène, 1992). En réalité, les professions libérales se sont structurées en pratiquant l’exclusion. Dans les métiers traditionnels, le savoir se transmettait par une stratégie d’héritage : par le compagnonnage, l’apprentissage et la transmission directe de la connaissance. Pour ce qui est des professions libérales, l’héritage correspondait à une transmission des connaissances par le truchement des écoles, des écoles techniques et des universités. En somme, la coupure entre le travail manuel et le travail intellectuel fixera le mode de socialisation des personnes. Les relations du travail, appelées maintenant relations professionnelles, sont devenues le nid des pratiques techniques propres à la société technicienne(20).

Ainsi la profession de bibliothécaire a une longue histoire. Mais ce sera à la fin du XIXe siècle que la profession prendra forme avec les efforts de Melvil Dewey, entre autres. Il est reconnu que Dewey est au centre des premiers moments de la normalisation des pratiques, des systèmes de classification et d’une défense de la profession comme telle. L’American Library Association est fondée en 1876. L’année suivante, est instituée la première école de bibliothéconomie (1887) à l’Université Columbia, à New York, sous l’impulsion de Dewey.

Par contre, ce dernier énonçait des idées que l’on associe maintenant à la crise de la profession. Dans une texte publié dans Daeladus, Kenneth E. Carpenter, notait :

Even Melvil Dewey suggested, in 1886, that libraries ought not necessarily to be under the control of trained librarians. In an address before the Association of Collegiate Alumnae, he stated:

The great element of success [for a library] is the earnest moving spirit which supplies to the institution its life. This should be the librarian, though often the one who bears that name is little more than a clerk and the real librarian will be found among the active members of the trustees or the committee, or possibly not officially connected with the library.

It is understandable that what Dewey described was often the case at a time when librarianship was just emerging as a field of work requiring special preparation. But why today are non-librarians chosen to lead these great libraries? Specifically, why do the directorships go to scholars in the traditional academic disciplines? Or, these questions could better be phrased, «Why are there no librarians deemed to be appropriate to lead these institutions?» That there are none is a symptom of a malaise in librarianship.(21)

On remarque ici que cet auteur maintient que cette situation était à l’époque possible. Par contre, il poursuit son texte et commente en disant qu’il s’agit d’un des problèmes des bibliothèques actuelles, cent ans plus tard, c’est-à-dire d’être dirigées par des personnes qui ne sont pas bibliothécaires.

Dans une présentation faite en 1995, Blaise Cronin, directeur de la School of Library and Information Science de l’Université d’Indiana, énonçait une liste de symptômes révélateurs de la crise secouant la bibliothéconomie :

Fundamentalism, inertia, resistance to change, fetishism, inbreeding, feminization, censorship, social activism, clutching at straws, and intimations of xenophobia constitute the principal elements in a dispiritingly self-critical catalog of what is awry in the LIS [Library and Information Science] field. (Cronin, 1995, p. 55)

Selon Cronin la pratique de la bibliothéconomie est bien malade. Elle est dans une crise profonde. Cette crise est habituellement présentée chez nos voisins du sud comme étant le résultat de la situation particulière de la profession qui est une profession féminine. Comme les femmes ont toujours occupé des emplois dévalorisés, cette situation est un fait objectif. D’ailleurs, c’est le cas au Québec aussi, une double structure prévaut : les hommes bibliothécaires ont historiquement eu accès aux postes de direction, tandis que les femmes ne pouvaient accéder aux postes de gestion ou de direction. De plus le fait que la société donne plus d’importance à la recherche pure (connaissances et savoir) qu’à la diffusion de ces dernières. n’a pu avoir que des effets négatifs pour la profession(22).

Plusieurs articles de revue, des associations représentatives de la profession, se sont longuement attardés à cette question touchant la profession. Dans les quinze dernières années on a toujours exposé longuement la légitimation de ces modifications de programme. (Lajeunesse, 1987; Lajeunesse et Bertrand-Castaldy,1990) Ces bilans proviennent des professeurs de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal.

Dans un article publié en 1992 dans Argus, Réjean Savard posait quelques bonnes questions. D’entrée de jeu, il affirmait que l’on vit « maintenant dans ce qu’il est convenu d’appeler la société de l’information. » (Savard, 1992, p. 9) Mais aussitôt il s’interrogeait sur l’avenir de la profession de bibliothécaire. Comment peut-on vivre dans une société de l’information et s’interroger du même coup sur la profession de ceux qui classifient, choisissent et distribuent l’information? Finalement, le questionnement de Savard est simple : comment, dans une société de l’information, l’une des principales professions de cette société post-industrielle connaîtrait-elle une baisse d’importance en tant que profession puisque ces dernières, selon Daniel Bell, devraient connaître une évolution constante? Réjean Savard présente dans ce texte une vision « réaliste ». Sans reprendre l’ensemble de l’argumentation, en voici les grandes lignes.

Dans une première partie de son texte, Savard interroge les rapports entre la bibliothéconomie et les nouvelles technologies. Il présente une perception de la profession de bibliothécaire à travers l’optique d’une neutralité de la technologie. Le mariage entre les deux en est un de raison. Savard, par contre, soulève bien la qualité de la formation et la préparation adéquate des futurs diplômés au marché du travail. Chose intéressante, il soutient que les bibliothécaires ne connaissent pas de problèmes particuliers avec ces nouvelles technologies. Il croit que le problème est ailleurs(23). Il écrit :

…les bibliothécaires souffrent d’une perpétuelle crise d’identité, que les nouvelles technologies, il est vrai, ont sans doute accentuée.

Cette crise d’identité pourrait probablement prendre sa source dans un « problème d’aliénation », au sens philosophique du terme, problème dont auraient été victimes les bibliothécaires il y a longtemps. Par aliénation, nous entendons une déviation de la mission originale du bibliothécaire dans la société. (Savard, 1992, pp. 10-11)

Il propose que cette aliénation est d’abord une rupture entre le mandat du bibliothécaire d’être l’intermédiaire entre « les individus ayant un besoin d’information, et l’information comme telle » (Idem, p. 11) Pour Savard, le bibliothécaire avait au Moyen-Âge un rôle d’érudit dans la gestion et l’accès à l’information. C’est à l’arrivée de l’imprimerie qu’une révolution se fera sentir. Les bibliothécaires se sont alors transformés : de gestionnaires de l’information ils sont devenus gestionnaires du livre. Car le bibliothécaire est devenu un gestionnaire du contenant et non plus du contenu. C’est là que le bibliothécaire se serait « aliéné » « en s’attachant au support qui servait au transfert, plutôt qu’en maintenant son objectif de départ qui était de satisfaire l’usager. » (Idem. p. 11) S’appuyant sur un texte de Charles Curran, Savard indique que les bibliothécaires sont obligés maintenant de choisir entre être « de simples portiers au temple de la connaissance » alors qu’ils pourraient être « les grands prêtres d’une nouvelle religion». Et il ajoute que le temps est venu de choisir entre les deux modèles. » (Idem, p. 11)

Savard par la suite présente certains auteurs américains qui proposent des conclusions semblables : le bibliothécaire doit choisir entre disparaître ou devenir un acteur important dans la société de l’information. Il hésite à conclure à une nouvelle crise d’identification, d’aliénation dit-il, du bibliothécaire avec ses outils de travail que sont le document et les nouvelles technologies. Il écrit :

En tant que groupe professionnel, les bibliothécaires sont attachés à un certain nombre de valeurs qui leur sont propres en tant que profession. (…) Ainsi, la plus importante de ces valeurs professionnelles est sans contredit la défense de la liberté intellectuelle, c’est-à-dire le fait que les bibliothécaires soutiennent depuis longtemps l’accessibilité à l’information. Pour la profession de bibliothécaire, l’information est un bien public qui garantit à chaque individu des chances égales de se développer dans la société. (Idem, pp. 11-12)

Deux points sont à préciser ici. Premièrement, la profession de bibliothécaire n’est pas une profession qui distribue ou qui donne accès à de l’information. Deuxièmement, l’accès à l’information n’est pas un concept-clé de la profession non plus. Nous avons longuement cité Le Petit Robert plus haut concernant les concepts de communication et d’information. Dans les définitions que nous avons présentées, aucune ne décrivait comme telle l’information comme étant un objet se rapprochant de la profession de bibliothécaire. Il s’agit, lorsque nous parlons de la profession de bibliothécaire, d’un travail de gestion des documents. On entend bien ici une définition globale de document quel que soit le support ou la forme de ce document. Là-dessus nous irons jusqu’à dire que le concept de documentaliste, comme on le retrouve chez nos cousins de France, est plus exact. Nous sommes des gestionnaires de documents. En somme, dans la plupart des textes publiés, il ne faut qu’échanger le terme « accès à l’information » par le terme « accès au document ». Nous reviendrons largement là-dessus plus loin. Le deuxième point que nous aimerions corriger est celui de l’accès à l’« information », c’est-à-dire l’accès au document. Le bibliothécaire occupe une profession dont l’œuvre consiste à repérer, classifier, indexer, rendre accessible des documents. Le dernier point n’est pas le seul qui caractérise notre profession. Le traitement documentaire, la constitution de bases de données, l’acquisition d’une étendue de connaissances dans des domaines particuliers qui permet par la suite l’acquisition des bons documents sont aussi importants que la valeur d’accès au document. On sait qu’aux États-Unis, cette question d’accès à l’information est largement tributaire de la Constitution américaine et de questions politiques beaucoup plus récentes que sont le mccarthéisme et la guerre froide. Les bibliothécaires américains ont joué, à cette époque, un rôle très important de «résistance» à la censure et à la dénonciation. Sur cela nous sommes d’accord. Mais le rôle du bibliothécaire n’est pas celui d’un simple agent et gardien de l’accès à l’information car il faut bien que cette information ait été repérée avant que l’on en organise l’accès. Nous reviendrons sur ces questions un peu plus loin ; mais auparavant, revenons aux propositions de Savard.

Nous croyons que le fait de réduire la profession de bibliothécaire à un seul de ses éléments, est par le fait même participer à ce que Savard tente de dénoncer, c’est-à-dire l’exclusion et la destruction de la profession de bibliothécaire. En oubliant tout un pan du travail du bibliothécaire, on réduit par le fait même la profession à une simple fonction de ce qu’elle est. Dans un article très important se rapportant à l’exemple français, Laurent Bernat écrivait :

En effet, existe-t-il encore un modèle standard de documentaliste ? Peut-on encore parler d’un seul métier et n’apposer qu’une seule étiquette à l’ensemble des professionnels qui se réclament de la documentation ? N’est-ce pas là une manière de procéder terriblement réductrice, qui masque l’étonnante diversité des activités et la grande richesse des situations professionnelles dans lesquelles les acteurs de la documentation évoluent quotidiennement ? N’y a-t-il pas lieu de parler des métiers de la documentation, en écartant, au moins provisoirement, le terme ambigu de documentaliste ? (Bernat, 1995, 270)

Premièrement, répétons le, l’équivalent en France du bibliothécaire, c’est le documentaliste. Deuxièmement, lorsque les Français parlent de métiers, ils ne parlent pas de corps de métier mais d’attachement à certaines fonctions. Ainsi dans ce qui sépare le conservateur de bibliothèque qui relève de l’État ou du documentaliste dans l’Université de Poitiers, ce n’est que la fonction qu’il occupe dont il est question. En France, il est important de noter que la fonction occupée est largement tributaire de la «formation initiale d’une catégorie de personnel (telle qu’elle) se compose, au niveau des objectifs de formation, d’une liste de compétences associées à des niveaux.» (Gleyze, 1995, p. 27) Mais cette situation n’est pas unique.

Savard se reprend un peu plus loin dans son texte lorsqu’il énumère les problèmes auxquels fait face la profession. Pour lui 1) il manque aux bibliothécaires une masse critique et un bon sentiment d’appartenance; 2) la profession de bibliothécaire est une profession qui a peu de visibilité; 3) le bibliothécaire n’aurait que peu d’ouverture d’esprit; 4) les bibliothécaires seraient trop individualistes. Nous analyserons chacun de ces énoncés.

Manque de masse critique et peu d’appartenance

Savard indique que nous n’avons au Québec que très peu de bibliothécaires. Il indique que l’ALA (American Library Association) compte quelques soixante mille membres. Le nombre de bibliothécaires dans les bibliothèques publiques ontariennes sont deux fois plus nombreux que les bibliothécaires québécois tout secteur confondu. Au Québec, il affirme que le nombre des bibliothécaires est de moins d’un millier. Sur ce dernier point, il y a erreur. Savard confond sans doute ici les membres de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec (qui maintenant ne représente que sept cent membres environ, et qui ont déjà été 1 100 membres) avec le nombre total de bibliothécaires. On comptait, en 1997, au Québec environ 6 000 bibliothécaires et archivistes. (Ministère de la Culture et des Communications, 1997, p. 116) Des deux écoles de bibliothéconomie, près de soixante-dix personnes sont diplômées par année. Alors nous ne croyons pas que nous manquons de masse critique, en tout cas pas si l’on retient l’indicateur du nombre. Car il faut le dire, une masse critique peut être très grande selon les milieux de travail. Par exemple, un bibliothécaire qui travaille en solitaire dans une entreprise ne pourra pas avoir un pouvoir très grand sur sa destinée. Par contre, le nombre de bibliothécaires dans une bibliothèque universitaire aide fortement ce corps d’emploi dans ses revendications et oblige l’établissement à respecter la masse critique qu’ils peuvent représenter. Mais le problème n’est pas seulement une question de nombre de bibliothécaires dans la masse des salariés d’une entreprise quelconque. Car une masse critique, c’est aussi un comportement précis, un esprit de corps, un sentiment d’appartenance. Mais là-dessus Savard, dans une petite phrase, affirme une grande vérité: « De plus, les bibliothécaires québécois n’ont pas un sentiment d’appartenance très fort. Ils ne sont pas vraiment attachés à leur profession : la plupart l’ont en effet choisi « par défaut ». (Savard, 1992, p. 13) Nous croyons que dans le cas du Québec cette situation est très importante quant aux deux facteurs suivants: le sentiment d’appartenance à la profession, et surtout le comportement non-revendicatif des membres de cette profession. Mais il s’agit ici d’un autre débat.

Visibilité de la profession dans la société

La visibilité de la profession de bibliothécaire est une question très intéressante. Comme nous le disions dans les paragraphes précédents, il est étonnant qu’on accepte toujours l’idée que nous sommes dans une société de l’information, que la profession de ceux qui doivent repérer, classer et donner accès à cette information ne soit pas plus connue et reconnue. Pour Savard, il s’agit d’une question de marketing, qu’il présente comme une « philosophie de gestion ». Pour notre part nous ne croyons pas que la visibilité de la profession n’est qu’affaire de marketing. La visibilité d’une profession c’est la responsabilité des gens qui la pratiquent, c’est la volonté d’être connu et reconnu et aussi la nécessité de cette profession dans la société. Bien sûr, la capacité de nos voisins du sud de se regrouper et de faire pression face à des situations particulières est bien connue. Poursuites juridiques, revendications politiques et professionnelles et prises de position politique sont monnaie courante. L’ALA par exemple, regroupe une panoplie de groupes de travail sur des questions importantes pour la profession. Au Québec, il y a plusieurs organismes liés à la profession. Au moins trois groupes se partagent le membership des bibliothécaires.

Le travail en commun sur des sujets comme la Grande Bibliothèque, le financement des bibliothèques publiques, le développement de politiques d’achat regroupé sont presque inexistantes. Dans ces derniers exemples, ce n’est pas le manque de visibilité de la profession qui est problématique mais la volonté de gens qui pratiquent cette profession de défendre leurs droits. Il est toujours plus difficile de défendre des positions que de laisser les « pouvoirs» le faire pour nous. Une analyse sociologique concernant les personnes qui ont choisi la profession pourrait nous en apprendre beaucoup sur ces questions. A titre d’hypothèse, il est très intéressant de voir que la profession de bibliothécaire a plus souvent été une profession refuge pour les membres des communautés religieuses. Avant 1970, ils occupaient une grande partie des postes de bibliothécaire dans les établissements scolaires et dans le secteur hospitalier. Après 1970, la profession était souvent le lieu où ceux qui désiraient œuvrer dans le champ premier d’études se réfugiaient. Rappelons que le baccalauréat dans une autre discipline que la bibliothéconomie devient, au milieu des années soixante-dix une obligation, alors que l’ALA fixa la maîtrise comme unique niveau de reconnaissance en Amérique du Nord. Nous ne voulons pas conclure trop vite sur ce sujet, mais il est clair que la profession de bibliothécaire n’est pas a priori une profession dans laquelle on retrouve des individus revendicatifs. Roma Harris a publié de très bons textes sur la question de la représentation féminine dans la profession et les effets de cette représentation sur la profession comme telle. Nous maintenons que des études plus poussées sur ces sujets sont nécessaires pour aller plus avant dans nos hypothèses.

L’ouverture d’esprit

Savard affirme « On a parfois l’impression que les bibliothécaires québécois vivent en autarcie « (Savard, 1992, p. 13) Il poursuit en disant que le bibliothécaire québécois s’intéresserait très peu à ce qui se passe dans les autres régions et pays concernant sa profession. « Pourtant, poursuit-il, la curiosité intellectuelle est essentielle au bon professionnel et elle permet souvent de générer de bonnes idées, car celles-ci tombent rarement du ciel, quoi qu’on en pense ». (Idem, p. 13)

Sur ce problème, nous croyons que Savard a tort. Par exemple, les bibliothécaires d’ici ont depuis plusieurs années accepté et mis en application les standards de la profession : format MARC, les ISO comme le Z39.9, les Règles nord-américaines de catalogage, le système Dewey ou Library of Congress. De plus, avec l’acceptation de théories en provenance des revues et des intellectuels américains sur la profession, la société de l’information et autres sont la preuve d’une trop grande ouverture d’esprit de notre part. Nous soulignons ce passage, car il nous semble qu’il y a là un problème précis. La pratique de la profession dans le reste de l’Amérique du nord est très différente de celle du Québec. On confond fréquemment notre tâche quotidienne comme la classification, l’utilisation des mêmes technologies (informatique surtout et plan de classification) et l’objet propre de notre activité et les règles dans lesquelles elle se pratique. Par exemple, il n’y a rien de comparable entre le statut des bibliothécaires anglophones et francophones dans les établissements universitaires québécois. Le premier est intégré comme partout en Amérique du Nord, tant bien que mal, au personnel enseignant, tandis que le second a un statut de professionnel tout comme l’informaticien ou le professionnel du service des admissions. Les bibliothécaires universitaires au Québec ne sont pas pleinement parties prenante du processus d’acquisition de connaissances des étudiants, ils ne peuvent pas participer aux grandes orientations des politiques et des enseignements dispensés. Dans les bibliothèques publiques, secteur sous-développé dans notre province, les bibliothécaires sont plus souvent qu’autrement en lutte pour un budget adéquat; ils naviguent avec deux niveaux de gouvernement (provincial et municipal), ils héritent plus souvent qu’autrement de fonds de tiroir. D’ailleurs, nous n’avons qu’à lire les bilans que produisent Morin et Lajeunesse (1996), pour se rendre compte de la situation pitoyable des développements du secteur des bibliothèques publiques. Au niveau scolaire, la situation n’est pas plus rose. Des budgets de bibliothèques scolaires affectés à l’achat de manuels scolaires, il ne reste plus rien, car ils ont été dépensés pour l’achat de matériel informatique. Dans les bibliothèques spécialisées le problème est différent. C’est le salaire de bibliothécaire qui est sous évalué. Nous avons souvent entendu des exemples incroyables de bibliothécaires qui, avec une dizaine d’années de service, gagnaient moins de 25 000$. Les veilleurs, les spécialistes en information documentaire et autres étaient de ce groupe. Il ne s’agit pas d’un fantasme, mais d’une situation réelle. Ce petit tableau, tiré d’une publication récente du Bureau de la statistique du Québec, reflète bien cette situation(24) :

Salaire de la population active occupant les fonctions de bibliothécaires, archivistes et conservateurs, Québec, 1985 et 1990. (Recensement Canada)

Année de recensement Nombres de bibliothécaires, archivistes et conservateurs Moins de 10 000 $ 10 000 à 39 999 $ 40 000 et plus Total
1985 (1986) 4 360 19,9 71,1 8,9 100,0
1990 (1991) 6 240 16,9 64,8 18,3 100,0

On se trouve ici en face d’une situation qui n’est pas facile. Du côté de la formation continue, il y aurait aussi beaucoup à dire. L’absence presque complète de recherche académique est un problème supplémentaire. Ce sont aussi des questions qui seraient à développer et à analyser plus à fond.

L’individualisme des bibliothécaires

Le dernier problème que relève Savard est le peu de sens de la coopération des bibliothécaires entre eux. Là-dessus, nous sommes aussi en désaccord. Le réseau des bibliothèques québécoises est très développé. Au niveau universitaire, la CREPUQ (Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec) et son sous-comité des bibliothèques font un travail remarquable, qui mériterait d’être plus connu. Et le secteur universitaire n’est pas le seul. Au niveau collégial, la Fédération des cégeps en fait tout autant. Le réseau des bibliothèques de santé, le réseau et les regroupements régionaux de bibliothèques municipales sont des exemples de coopération très intéressants. Bien sûr, la concertation est difficile. Mais le problème de cette concertation n’est pas toujours lié aux bibliothécaires eux-mêmes. Les municipalités, les directions de cégeps ou d’universités autant que celles des hôpitaux ont souvent beaucoup de difficulté à accepter la mise en commun de services et à percevoir l’avantage quant aux coûts de cette situation. On n’est pas loin de croire que la réticence vient plus des autorités qui chapeautent les bibliothèques que des bibliothèques elles-mêmes.

La situation particulière du bibliothécaire se situe au-delà des problèmes rapidement énoncés et critiqués ici en argumentant les positions de Savard. Toutefois, reconnaissons à ce dernier d’avoir posé de très bonnes questions. De plus, nous ne cacherons pas que le texte de Savard aurait mérité d’être commenté et discuté bien avant aujourd’hui. Il aurait dû faire l’objet de larges discussions. On reconnaît, ici, l’esprit opiniâtre de la plupart des bibliothécaires de garder le silence.

De plus, Savard ne mentionne aucune réserve dans son texte quant à la formation que reçoivent les bibliothécaires. Si ces derniers ont, comme il le dit, des problèmes caractéristiques en tant que professionnels, il se pourrait que ce soit parce que les professeurs des Écoles de bibliothéconomie (on peu inclure ici les départements de technique de la documentation) ne proposent, dans leur formation, aucun esprit critique face à la profession et au rôle qu’elle joue dans la société en général. Est-il question une seule fois du salaire, des conditions de travail concrètes, du comment négocier l’application d’une convention collective pour ceux de nous qui devront gérer du personnel et tous ces sujets qui sont le lot vécu d’une grande partie des bibliothécaires? Pour notre part, ayant côtoyé plusieurs étudiants en bibliothéconomie ces dernières années, les critiques sont nombreuses. La qualité de la formation en général, non pas son contenu académique (les cours et leurs descriptions), mais la capacité pour les professeurs d’être actifs dans la transmission des connaissances comme telle pose problème. Ce n’est pas le programme que ces étudiants remettent en cause. Il faut insister sur cela. C’est la manière par trop descriptive et superficielle dont la matière est enseignée. Surplus de travaux pratiques, cours trop techniques sans explication des fondements de certaines pratiques, départ de professeurs à la retraite ou délaissement de tâches d’enseignement pour des tâches administratives sont aussi des phénomènes importants qui touchent l’évolution de l’enseignement de la bibliothéconomie.

Enfin, une autre remarque visant la sacro sainte reconnaissance de la formation des bibliothécaires québécois par l’American Library Association. A quoi sert cette reconnaissance ? La permission pour les diplômés du Québec d’allez pratiquer chez nos voisins du sud ? Nous croyons qu’un curriculum universitaire doit dans un premier temps refléter l’ensemble de la connaissance du domaine. Cette particularité de l’enseignement universitaire est souvent oubliée ou simplement omise.

« Les intellectuels de la classe ouvrière ont pu arracher au patronat de nombreuses concessions parce qu’ils étaient capables de battre la classe possédante sur son propre terrain, celui de la réflexion et du savoir. Il n’est donc pas sans conséquence que la démocratisation relative de l’enseignement prive les classes populaires de leurs éléments les plus critiques et les plus actifs et cela dans un moment même où ces classes auraient le plus grand besoin d’esprit critique pour se défendre contre certaines des influences les plus douteuses de la presse à grande diffusion. »David Hoggart, La Culture du pauvre. (1957) Paris, Les Éditions de Minuit, 1970, p 393

Qu’est-ce que la profession de bibliothécaire : analyse française

Dans le dernier numéro du Bulletin des bibliothèques de France, la question est posée: Qu’est-ce que la profession de bibliothécaire? Plusieurs auteurs tentent une réflexion sur le sujet. Dans cete section, nous tenterons de synthétiser leur position.

L’objectif de ce numéro est:

Il ne s’agit pas ici d’inviter à refonder la bibliothéconomie comme supposée discipline autonome. Il s’agit bien au contraire d’envisager la manière dont toute politique de développement des bibliothèques et services de documentation doit se nourrir de l’apport d’une multitude de disciplines. (Éditorial, 1998, p. 4)

On voit déjà poindre ici une idée très différente de l’avenir de la profession que celle que l’on retrouve en Amérique du Nord. Les bibliothécaires sont plutôt présentés dans ce numéro comme des personnes très importantes dans le fonctionnement des bibliothèques et de la gestion des collections, donc de la connaissance ou des disciplines scientifiques avec lesquelles les bibliothécaires ont à évoluer de manière directe ou indirecte.

La bibliothéconomie comme profession

On sait qu’une profession s’identifie habituellement de près avec un objet ou un champ d’action précis. Pour Bertrand Calenge, le bibliothécaire ne fait pas de la bibliothéconomie. En ce sens, il part du mauvais pied. Car effectivement, sa comparaison est plutôt boiteuse. Si le boulanger fait de la boulangerie, l’architecte de l’architecture, le bibliothécaire fait effectivement de la bibliothéconomie. Car le métier(25) (architecte, bibliothécaire) renferme un ensemble de tâches techniques et intellectuelles propres à une action à effectuer. Le lieu de travail n’est pas une raison pour remettre en cause ce point de vue. L’architecte ne travaille pas en chirurgie de première pointe, il travaille dans des bureaux et veille à la réalisation de ses dessins et inventions architecturales sur les chantiers de construction. Le bibliothécaire veille au bon fonctionnement des bibliothèques. Isoler les tâches propres à un métier n’implique pas la remise en cause des caractéristiques principales d’un métier. Par exemple, le temps que nous passons à consulter les cédéroms ou les banques de données sur Internet ne redéfinit pas obligatoirement le métier. Le chirurgien voit dans sa profession des modifications fondamentales plusieurs fois dans sa pratique. L’architecte verra des modes, des produits de construction nouveaux et utilisera l’ordinateur dans son travail. Il ne deviendra pas modéliste ou informaticien pour autant. Il demeurera un architecte. Le métier est composé d’une multitude de tâches. Ces dernières utilisent les connaissances acquises lors de la formation ou sur le tas; elles sont les moyens techniques que l’individu utilise pour mener à bien la tâche qu’il a à effectuer. Il y a un problème de départ: la profession de bibliothécaire est effectivement une profession dont le métier est d’œuvrer dans une bibliothèque ou un centre de documentation. La profession comporte des tâches qui sont reliées directement au métier, mais qui lui sont accessoires.

Or, il faut bien le dire, les Français ont une vision particulière de la notion de métier. Ils identifient à métier la notion de tâche. Une influence qui ici prend la forme d’un mélange entre métier ou profession et titre de poste.

En 1994 et 1995, la DISTB a procédée à la recension des métiers des bibliothèques. Ces métiers, conclut ce rapport, sont au nombre d’une trentaine. (Calenge, 1998, p. 9) En voici la liste:

LISTE DES METIERS RECENSÉS

Généraliste des bibliothèques

1. Métiers liés aux collections

Gestionnaire du circuit documentaire Indexeur
Développeur de collections Gestionnaire d’autorités
Sélectionneur de documents Normalisateur
Acheteur de documents Gestionnaire de collections
Acquéreur de documents Chargé des plans de conservation des collections
Catalogueur Chargé des travaux de conservation des collections
Administrateur de système informatique documentaire

2. Métiers liés aux publics

Gestionnaire du public Bibliographe
Gestionnaire du service public Biblio-orienteur
Communicateur de documents Gestionnaire du prêt entre bibliothèques
Concepteur de la politique d’accueil du public Organisateur d’activités de valorisation
Organisateur des accès documentaires

3. Métiers liés à la formation, à l’étude et à la recherche

Formateur Chargé de recherche en bibliothèque
Spécialiste en ingénierie pédagogique Chargé d’étude et de contrôle des bibliothèques
Chargé d’étude en bibliothèque

4. Métiers liés à la conduite de projet et de service

Chargé de projet en ingénierie bibliothéconomique Directeur de bibliothèque ou de service à vocation documentaire et culturelle
Responsable d’unité documentaire

On ne commentera pas ici cette nomenclature, mais il est important de noter que cette liste correspond à des tâches précises de la bibliothéconomie, et non pas à des métiers particuliers. Par le fait même, on remarque ainsi ce que l’on veut dire quant on parle de l’identification d’une pratique professionnelle à un métier. Le veilleur dans une entreprise est un administrateur, un bibliothécaire ou tout autre métier. Le bibliothécaire qui fait de la veille est un bibliothécaire quand même. La fonction ou la tâche de travail ne définit pas la profession.

Calenge développe par contre des idées avec lesquelles nous sommes en accord. Il cite Daniel Parrochia qui écrit:

Traiter les flux de connaissances, les concentrer et les redistribuer nécessite, là comme ailleurs, un réservoir. Celui-ci a nom bibliothèque, lieu mythique qui a fait couler beaucoup d’encre, sans qu’on saisisse toutefois, à notre avis, sa fonction véritable, qui est de régulation(…) La fonction principale de la bibliothèque est selon nous, d’aide à la détermination autant qu’à l’orientation de la recherche. (Calenge, 1998, p. 10-11)

Un autre rôle du bibliothécaire est donc de gérer des connaissances. Ces connaissances se retrouvent le plus souvent dans des livres, des revues et maintenant sur des supports comme les cédéroms et les disquettes ou bien sûr dans des bibliothèques électroniques sous forme de fichiers d’ordinateur. Enfin le rôle premier du bibliothécaire est bien de gérer une partie du savoir global de l’humanité: la bibliothèque de Babel, quoi. Chaque bibliothèque est une partie de ce savoir, elle renferme des connaissances qui sont propres au champ d’intervention de l’organisme et des mandats des bibliothèques. La bibliothèque se définit alors comme étant l’institution autour de laquelle la collectivité et ses besoins, le contenu et le savoir-faire des personnes s’affrontent dans une joute vers la diffusion et la gestion des connaissances. Les utilisateurs confrontent alors le service en demandant à ce dernier de répondre aux questions qu’ils posent. Comme Calenge l’écrit:

Le bibliothécaire ne peut se contenter de «connaître» les publics ou les contenus du savoir, il doit agir pour permettre une bonne appropriation de ce savoir par ces publics. (Calenge, 1998, p. 15)

Fondation de la bibliothéconomie

Frédéric Saby se pose la question de « fonder » à nouveau la bibliothéconomie. Pour lui, le métier de base aurait connu des modifications importantes dans les dernières années. Il définit bien la profession comme étant un mélange de techniques et de savoir-faire. D’ailleurs, sans explication plus détaillée, Saby écrit:

Évacuons d’emblée le faux débat sur l’opposition entre «bibliothéconomie» et «sciences de l’information», la deuxième entité se définissant comme une discipline, en considérant au mieux que la bibliothéconomie peut, dans certains de ses aspects, toucher à certains de ses aspects, toucher à certains champs des sciences de l’information; et ne faisons porter la réflexion que sur l’application de la seule bibliothéconomie. (Saby, 1998, p. 22)

Cette distinction, nous l’avons présentée lorsque nous discutions plus haut de la théorie de Machlup. Le secteur de l’information englobe beaucoup plus que la bibliothéconomie, il regroupe la recherche et le développement, les communications, les industries culturelles, l’éducation, puis la bibliothéconomie.

Saby indique que dans l’histoire de la bibliothéconomie, de Gabriel Naudé à Morel et finalement, au plus important au XX e siècle, Paul Otlet(26), la plupart des penseurs s’attardaient aux problèmes d’ordre technique et pratique. Ces quelques lignes sur l’histoire de la profession sont vites oubliées. Avec lucidité, Saby s’interroge sur le présent. « Aujourd’hui, écrit-il, les cartes sont brouillées, parce que l’évolution technique remet en cause la nature du processus, mais aussi cette place centrale du bibliothécaire » (Saby, 1998, p. 22) L’évolution entraîne donc le bibliothécaire à réaffirmer son rôle dans la diffusion de la connaissance et dans la gestion et la classification de celle-ci. Ainsi, dans ce sens, la bibliothéconomie:

doit être plus que jamais un ensemble de techniques, sans doute, mais articulées sur un savoir-faire professionnel qui évolue vers un ensemble de services qui placent le lecteur (ou l’utilisateur) et non plus le seul document, au centre du processus d’accès à l’information. (Saby, 1998, p. 23)

Pour ce faire, la formation professionnelle doit-elle aussi être modifiée ? Suby note aussi que la demande des praticiens sur le terrain, ne se reconnaît plus dans les formations des diplômés. Un retard serait à corriger dans le but d’ajuster formation et marché du travail. Les moyens pour y parvenir ne sont pas énoncés, mais il note en conclusion que la formation de bibliothécaire ne peut plus être uniquement une formation technique. Elle devrait permettre de le « situer en permanence dans l’évolution de la pratique professionnelle, en lui donnant les moyens de définir sa place dans le processus de recherche et de mise à disposition de l’information ». (Saby, 1998, p. 24)

La formation devrait être permanente. Il faudrait mettre l’accent sur le développement de cette formation permanente. Cependant, cette formation ne peut pas s’effectuer uniquement dans le sens d’une spécialisation technique uniquement. La formation du bibliothécaire doit suivre les grandes lignes de la demande mais aussi les processus et les mandats des organismes les chapeautant, que ce soit les élus municipaux, les directions d’entreprises ou gouvernementales. C’est du moins ce que propose Thierry Giappiconi dans un autre texte du numéro spécial du Bulletin des bibliothèques de France.

Bibliothéconomie et sciences humaines

Giappiconi propose une approche un peu unique dans ce numéro. Il tente de faire le lien entre les principaux courants des sciences humaines et les influences qu’elles peuvent avoir dans le domaine de la bibliothéconomie. C’est à l’invitation à une certaine dépendance à l’égard des autres sciences humaines à laquelle notre auteur nous convie. Les bibliothèques sont alors présentées dans leur fonction de contrôle social, de diffusion de la connaissance et dans leur rôle dans le domaine de la finance. De plus, il croit que le fait que la bibliothéconomie échappe à un statut de discipline universitaire est un atout pour la profession. Il écrit:

la bibliothéconomie échappe, en France, à la prétention d’un statut de discipline universitaire. La formation bibliothéconomique complète en effet une formation scientifique sanctionnée par un diplôme de deuxième cycle. Elle n’est considérée, au sein même des écoles et centres de formation, que comme l’un des éléments de la formation des personnels. Il y a lieu que de se féliciter de cette situation.

D’abord, parce que l’exercice de responsabilités intellectuelles et stratégiques en bibliothèque requiert avant tout une culture générale solide. Ensuite parce que les techniques mises en œuvre ne sont pas toujours spécifiques. Enfin, parce que la relative modestie des cursus professionnels peut éviter la formalisation excessive d’une bibliothéconomie dont on constate chaque jour les limites et le besoin d’une évolution constante. (Giappiconi, 1998, p. 33-34)

Pour lui, le fait que la formation ne soit pas trop embrigadée est un atout. De plus, la possibilité de mouvance du personnel bibliothécaire dans les organismes différents l’un de l’autre (municipalité à université, etc.) est un acquis très récent chez nos cousins d’outre-mer.

Information et sociologie de la connaissance

En somme, nous assistons au cours de la lecture de ces textes à l’interrogation sur le rôle de la connaissance et de sa sociologie dans la profession de bibliothécaire. Anne Kupiec suit les traces proposées par Marie-France Blanquet dans un livre portant le titre de: Science de l’information et philosophie: une communauté d’interrogations(27). Le concept d’information est ici interrogé. Kupiec analyse les aspects de l’information en insistant sur le type de bibliothèque dont on parle. Mais il y a aussi des constantes. Dans un premier temps ces constantes impliquent «un constant renouvellement qui actualise et valorise les savoirs.» (Kupiec, 1998, p. 35-36) Cette actualisation des connaissances (car les connaissances sont le savoir, il n’y a pas des savoirs mais le savoir et des connaissances) implique alors une constante mise à jour des connaissances dans le contenu intellectuel de la collection d’une bibliothèque. Cette situation oblige alors le bibliothécaire à classer, structurer et rendre disponible cette connaissance, qui est ici de l’information dans le sens d’informer la société de quelque chose ou d’informer quelqu’un de quelque chose. Cette situation fait du bibliothécaire un grand utilisateur de technologie, et cette utilisation aliène le bibliothécaire de son rôle premier. Aussi, cette situation remet en cause le travail classique du bibliothécaire. Cette évolution est:

Le signe d’une rupture avec une autre conception de la bibliothèque, qui considérait celle-ci comme la transposition dans l’espace d’une encyclopédie. (…)A partir du moment où, dans une bibliothèque, les exigences de la gestion de l’information prévalent, en termes de structuration et d’accès, cela peut être au détriment d’une relation étroite au contenu des documents rassemblés. (Kupiec, 1998, p. 36)

En somme, nous nous retrouvons devant une question très intéressante. Kupiec indique que le bibliothécaire, en faisant de plus en plus un travail de modification de l’information, deviendrait de plus en plus un documentaliste. Pourtant, très fréquemment on oublie que :

Le documentaliste ne récuse ni ne discute la substance des ouvrages qu’il analyse pour en tirer les unités constitutives de son code ou y adapter celles-ci, soit en les combinant entre elles, soit en les décomposant en unités plus fines si besoin est. Il traite donc les auteurs comme des dieux dont les révélations seraient écrites sur du papier au lieu d’être inscrites dans les êtres et les choses. (Rolland-Thomas, 1995)

Rolland-Thomas, citant Levi-Strauss, soulève ici un problème propre à la profession. Le bibliothécaire se définit souvent comme un gestionnaire de l’information. Mais c’est justement l’interprétation du terme information qui porte à confusion. On ne gère pas de l’information, on n’intervient pas dans son contenu car on modifierait l’information pour des buts ou des intérêts précis. Il y aurait désinformation ou surinformation ou « misinformation ». Mais la connaissance est à ce niveau plus malléable. La connaissance est un concept qui implique le travail de l’objet. Ce n’est pas un concept qui implique une vérité. D’ailleurs c’est un phénomène très précis qui est caractérisé par le terme de l’historicisme. La dynamique du monde, sa compréhension ne peut se produire en dehors de la situation historique de laquelle émerge l’information. (Kupiec, 1998, p. 36) D’ailleurs cette situation est dénoncée ainsi par Kupiec:

Associée à une sorte d’arraisonnement des contenus par les techniques documentaires, la conception historiciste semble favoriser la prise en compte de l’information dans la constitution des savoirs actuels et bloque, au-delà de l’accès à la connaissance, tout mouvement vers le sens et la compréhension. (Kupiec, 1998, p. 36)

Enfin le questionnement prend une forme intéressante. Le savoir alors peut être saisi comme une mise en œuvre des connaissances. Celles-ci sont ainsi présentées comme un processus compréhensif. L’enjeu social de ces questions est important. Premièrement depuis la Deuxième Guerre Mondiale, l’accès à l’éducation est une question importante pour l’ensemble de la société et surtout des classes sociales les plus pauvres. Bien que cet accès subit des ratés, l’accès au savoir est très important. Mais l’accès à l’éducation n’implique pas automatiquement un accès au savoir et aux connaissances. Les bibliothèques sont ainsi un lieu privilégié d’accès à cette «formation permanente». Cette ouverture et accès à la connaissance ne fut-elle pas une longue revendication des mouvements ouvriers? Ce ne fut pas un cadeau du ciel, c’est une longue lutte qui a marqué l’histoire des deux derniers siècles(28). La lutte pour la connaissance et le savoir est toujours d’actualité. Il faut lutter tous les jours pour que l’accès à la production des connaissances soit universel et gratuit. C’est un des rôles que les bibliothécaires doivent jouer.

La bibliothéconomie comme objet de la société de l’information

Si ces idées offrent une ouverture vers un rôle plus grand des bibliothèques et des bibliothécaires, d’autres personnes proposent une fermeture, ou bien limitent l’accès au monde de l’économie de l’information et de la production de l’information. Donc une vision limitative du rôle du bibliothécaire. Le texte qui implique ce retour vers le modèle mythique provient du Québec, c’est un texte de Gilles Caron de l’Université du Québec à Chicoutimi. Une voix d’Amérique, une célébration de l’inflation de l’utilisation du concept d’information. Ne soyons pas étonnés de lire des phrases comme: «L’apport de l’information à l’économie réelle des cinquante dernières années a connu une évolution évidente». (Caron, 1998, p. 38) Ouf! Bien sûr Peter Drucker n’est pas loin, Bill Gates ouvrait les premières lignes du texte, mais n’oublions pas le Japon… le mythe moderne du management et de la production robotisée. Et Caron de s’exclamer:

Désormais, on pouvait produire en qualité et quantité à des échelles inconnues jusque-là. Les investissements pour ce faire étaient colossaux et on avait besoin de marchés étendus en mesure d’assurer les économies d’échelle nécessaires. La révolution technologique, et entre autres la robotisation, a alimenté la mondialisation qui a elle-même imposé la nécessité de moderniser les règles d’accès aux marchés, d’où les fameux Rounds (Kennedy Round, Uruguay Round, etc.); le tout dans une spirale sans fin. (Caron, 1998, p. 39)

Quel courage soutient cette personne dans ses affirmations, car face à elle se présente une situation économique où les exclus, les chômeurs et la crise sociale font partie du quotidien! Que cache cet aveuglement? Mais attention, il en remet dès le paragraphe suivant:

L’objectif aujourd’hui, est partout le même: tous les pays tentent d’assurer leur prospérité domestique et celle de leurs entreprises à la faveur d’une recette unique – spécialisation, domination de son marché et exportation de ses produits et de son savoir-faire à l’échelle de la planète. (Caron, 1998, p. 39)

Plus loin dans son texte, l’auteur persiste. Il écrit: « L’individu devient porteur de la capacité concurrentielle de l’organisation ». (p. 39) Et nous voici en pleine science fiction ou l’individu devient un porteur de l’aliénation universelle: la technologie… c’est l’objectif; le pouvoir, c’est le moyen et l’aliénation l’absolue. Du Peter Drucker à la petite semaine, en fait des idées toutes faites du clergé du monde des finances et des affaires, lequel regroupe maintenant quatre qualités:

qui en font un modèle parfaitement adapté à la nouvelle donne technologique: immatérialité, immédiateté, permanence et planétarité. Des attributs qui, logiquement, donnent lieu à un nouveau culte, une nouvelle religion: celle du Marché. (Ramonet, 1996, p. 15)

Caron, lui, ne tient compte de rien de cela. Partout où on trouve dans son texte des mots comme « personne », « individu » ou «employé» on pourrait tout autant les remplacer par machine. Un exemple:

Cette situation, on le perçoit aisément, nécessite la présence de personnes éclairées, donc en mesure de gérer leur propre apport d’information. Pour l’individu porteur d’un tel niveau de responsabilité, maintenir à jour sa base de connaissance et l’enrichir en permanence afin de pouvoir rapidement «documenter» une situation et prendre les décisions appropriées devient un facteur de compétence. (Caron, 1998, p. 39)

En somme, en changeant les termes par machine, on est en plein dans le rêve de la cybernétique. La machine remplacerait l’humain dans les tâches du travail et de la déduction. Mais ce que Caron oublie ici, c’est que cette machine-humaine « responsable » et « compétente » n’est rien d’autre qu’une vue de l’esprit. Alors, on assiste ici à un discours fantasmatique. En voici un autre exemple:

Au niveau plus fondamental, on commence à percevoir que la relation qu’entretenaient traditionnellement la société, les organisations qui la composent et le citoyen vis-à-vis de l’information, a changé. Tous voient désormais dans l’information le moteur de la prospérité collective du prochain siècle. (Caron, 1998, p. 40)

Je ne dois pas être un bon «concitoyen». Ou bien je suis aveugle. Caron soutient ainsi une demande démesurée d’information. Mais les bibliothécaires sont prêts à relever le défi. La profession « est en fort bonne position pour récupérer à terme le support et le développement des outils récents qui ont été proposés pour la recherche sur Internet ». Et les bibliothécaires seront ainsi des intervenants de première zone pour aider au développement de ces nouveaux outils. Ainsi:

Je crois donc que les développements récents et à venir nous offrent des opportunités majeures en terme «d’occupation du terrain» du marché de l’information, donc des perspectives d’emploi en expansion dans ce secteur et ce, pour autant que nous sachions bien «mettre en marché» nos capacités et savoir-faire en organisation et gestion de l’information. (Caron, 1998, p. 41)

Cet optimisme prend aussi une tournure positive quant à l’analyse du défi que doit relever le praticien de la bibliothéconomie. Pour Caron, le bibliothécaire doit mettre de côté l’attitude passive qui le caractérise dans la pratique. Il doit devenir un acteur pro-actif. Pour répondre aux demandes de la clientèle en information, il faut faire preuve de performance professionnelle dans le milieu de la bibliothéconomie. Mais ce rôle est présenté uniquement dans l’objectif du succès de l’usager. Ainsi rien n’est fait qui ne soit visible utilitairement vers un succès. Cette «vision utilitaire» de la bibliothéconomie ne laisse pas grande place à une perspective hédoniste. L’auteur est obnubilé par le discours de la société de l’information. Il n’interroge pas ce discours. Il ne semble pas se questionner sur sa réalité et sur les effets de cette vision totalitaire du développement. En soi, ce texte est une réplique des discours entrepreneuriaux qu’on lit chez les vulgarisateurs de la société de l’information et dans leurs magazines.

Et pour en conclure quelque chose

En discutant de ce numéro de Bulletin des bibliothèques de France, nous avons voulu présenter la différence qui existe entre la compréhension de la profession en Europe et en Amérique du Nord. Bien sûr que certains européens partagent la vision américaine et vice versa. Mais globalement, les auteurs européens sont moins partisans d’une vision utilitaire du savoir et des connaissances comme unique source du développement économique et de son utilisation dans la concurrence mondiale. Ceci implique, et nous ne pouvons pas développer cette question ici, que le discours américain est très proche de l’industrie de l’informatique. Le discours de l’information comme moteur d’une nouvelle économie est en fait une publicité gratuite à la commercialisation de l’informatique. Le discours de la société de l’information est alors un discours commun de l’industrie du logiciel, de l’industrie de la fabrication des machines (ordinateurs, etc.) et de la réalisation de banques de données. On assiste alors à une normalisation du marketing informatique, un modèle de vie et surtout un mode de consommation(29).

Cette problématique devrait faire l’objet d’analyses, mais ce n’est pas notre objectif ici. Pour le moment, nous revenons sur la question de la formation de la profession. Car nous croyons que la formation devient un sujet important dans le débat entre les «utilitaristes» et les «holistes». Nous défendons, le lecteur l’aura perçu, ce dernier point.

« L’économie mondialisée est un idéal-type distinct de celui de l’économie internationale. Construit de manière contrastée par rapport à celui-ci. Dans cette économie globalisée, les économies nationales se fondent et se réarticulent au niveau mondial à travers un ensemble de processus et d’échanges. Une telle organisation économique pose d’abord la question du gouvernement: qui peut régir un ensemble de transaction et de processus ayant un effet puissant sur les nations, mais échappant à leur autorité? Dans ce modèle, par ailleurs, les firmes multinationales deviennent globales au sens où elles coupent les liens qui les relient à leur base nationale, se défont de toute allégeance et ne sont plus mues que par une stricte logique d’optimisation de leur chaîne de valeur au niveau mondial. Dès lors, toute politique nationale volontaire est soit impossible, soit contreproductive. Il résulte, enfin, d’un tel modèle que la distribution des pouvoirs entre acteurs nationaux sur la scène domestique et entre nations sur la scène internationale est radicalement modifiée. Les États-nations ne peuvent plus prétendre au monopole du pouvoir dans le concert international, ils doivent composer avec des organisations régionales, internationales, voire avec les firmes globales ».COHEN, Élie, « Mondialisation et souveraineté économique » in Le Débat, novembre-décembre, no. 97, 1997 p. 24

La Mondialisation et la société de l’information

Avant d’entamer cette section, il serait bon de faire un retour en arrière et de systématiser les principales idées que nous avons défendues jusqu’ici.

Trois types de discours se recoupent dans la théorie de la société de l’information. Dans un premier temps, il y a eu un discours sociologique qui soutenait que nous étions maintenant passés d’une société industrielle à une société post-industrielle. La production de marchandises et de biens de consommation matérielle serait maintenant remplacée par la production de biens immatériels forts en information. Dans la structure de l’emploi, la main-d’œuvre occuperait des postes dans le domaine tertiaire.

Un autre discours soutient que nous serions maintenant dans une société de l’information. Très proche du concept de société post-industrielle, celui de société de l’information provient de l’économie, qui est en fait une économie principale de l’information. Ce qui est devenu la matière première, c’est l’information. À la différence des analyses de la société post-industrielle, les tenants de la société de l’information insistent surtout sur l’utilisation de l’informatique et de ses diverses applications industrielles et bureautiques. Les tenants de la société post-industrielle mettent l’accent sur le développement social tandis que ceux de la société de l’information mettent l’accent davantage sur l’évolution des technologies de l’information (ordinateurs, robots etc.). Chez les premiers, le développement économique et social a entraîné ces changements dans la société, tandis que chez les seconds le moteur de ce changement est plutôt d’ordre technique.

Le troisième type de discours repose surtout sur une conceptualisation issue de la recherche en transmission des messages, donc de la communication, tel que proposé par Shannon. On peut dire que ce sont ses partisans qui ont le plus influencé le monde de la bibliothéconomie.

Selon les analyses que nous proposons ici, ces divers discours relèvent davantage de l’idéologie que de la réalité. Pour conclure notre démarche, on tentera d’établir sur quelle base on peut, dans le monde du capitalisme avancé, soutenir, et le rôle, et la formation particulière d’une profession comme celle du bibliothécaire.

Ursula Franklin résume bien cette atmosphère théorique dans ce passage:

La présence incontestée du modèle de production dans la mentalité et le discours politique de notre époque ainsi que son application désastreuse à des situations où il est parfaitement inapproprié montrent clairement à quel point la technologie, en tant que pratique, a transformé notre culture. Les nouveaux modèles et les nouvelles métaphores fondés sur la production sont déjà si profondément enracinés dans notre organisation sociale et notre sensibilité qu’il devient quasi sacrilège de les remettre en question. On se permet de questionner la valeur de la personne humaine (d’un point de vue démographique), mais on s’interdit de mettre en doute la valeur fondamentale des technologies et de leurs produits.

Il faut pourtant le faire. Le monde de la technologie est aujourd’hui planifié et géré selon les normes d’un modèle de production qui ne peut pas nous servir pour les tâches que nous voulons entreprendre. Critiquer ou évaluer le monde technologique, c’est donc d’abord remettre sérieusement en question les structures sous-jacentes à nos modèles et à notre mentalité. (Franklin, 1995, p. 39)

Ce modèle de production se caractérise aussi par ce que Petrella présente:

À l’ère de la société dite de l’information, tout est fonction des outils (ordinateurs, satellites, infrastructures, réseaux, terminaux, standards, normes, marchés, prix). Tout est réduit à des priorités de développement technologique, à des stratégies industrielles. Tout est mis au service des besoins des entreprises. (Petrella, 1996, p. 53)

Cette idéologie du «tout est mis au service des besoins des entreprises » correspond à ce que nous affirmions plus haut concernant la vision tronquée des programmes universitaires. Voyons donc les répercussions de cette «vision du monde » plus en détail.

Société de l’information

La formation d’une profession est de plus en plus tributaire de la réalité économique de la société. On pourrait largement discuter sur la validité du discours propre à l’utilitarisme. Car c’est bien à cet utilitarisme technologique que l’on fixe les curriculums. On entend ici par «utilitarisme » l’idée qu’une formation académique doit être le reflet direct de la demande de l’entreprise privée ou publique. La formation devrait à ce niveau répondre à une demande conjoncturelle et limitée dans le temps. Dans le meilleur des cas, on tenterait de former des travailleurs en leur donnant des capacités d’adaptation la plus grande possible aux modification et transformation du marché du travail. Ou bien, et il semble que ce soit le choix dominant, on forme des techniciens du savoir pratique dont l’efficacité à court terme prime sur leur capacité de jugement et d’autoformation. Cette dernière option semble de plus en plus dominante dans l’analyse que font les décideurs publics. Elle repose à notre avis sur deux critères idéologiques.

  1. Le taux de chômage est en fait un taux d’incompétence. C’est à dire que le chômage serait presque inexistant si la main-d’œuvre était bien formée.
  2. Le marché qui se mondialise créerait une situation problématique. La performance économique des pays industriels demanderait la rationalisation des coûts de main-d’œuvre et produirait aussi une demande plus grande d’informatisation de la production et un usage plus grand de l’«information ».

L’idée (ou l’idéologie ?) que le taux de chômage serait un taux d’incompétence vient de loin. Déjà dans les années 60 et 70 plusieurs personnes avançaient cette théorie. Selon Daniel Bell, la société devait, dans les années à venir, se professionnaliser de plus en plus. Il faut remarquer qu’au contraire, elle se déspécialise. Entendons ici que la société, plus spécifiquement le marché du travail, se divise de plus en plus en deux catégories. Une première est effectivement caractérisée par une main-d’œuvre spécialisée, hautement scolarisée et en perpétuel apprentissage. L’autre catégorie est composée d’une masse de personnes qui effectuent des travaux de routine répétitifs à l’infini. Voici comment Harry Braverman traitait ce phénomène en parlant du travail de bureau :

Au départ, le travail de bureau était le lieu du travail intellectuel et l’atelier le lieu du travail manuel. Cela était vrai, comme nous l’avons vu, même après Taylor et en partie à cause de Taylor : l’organisation scientifique du travail donnait au bureau le monopole de la conception, de l’organisation, du jugement, de l’estimation des résultats, alors que rien ne devait se faire dans les ateliers en dehors de l’exécution matérielle de tout ce qui avait été pensé dans les bureaux. Dans la mesure où cela était vrai, l’identification du travail de bureau avec un travail de réflexion réservé aux gens instruits et du travail de production proprement dit avec un travail où la réflexion et la formation étaient inutiles, était encore assez justifiée. Mais, dès que le bureau fut lui-même soumis au processus de rationalisation, le contraste s’atténua. Les fonctions de la pensée et de l’organisation se concentrèrent entre les mains d’un groupe de plus en plus réduit au sein du bureau et, pour la grande majorité des employés, le bureau devint autant un lieu de travail manuel que l’atelier d’usine. Les tâches de direction et d’organisation se transforment en processus de travail administratif, le travail manuel s’étend au bureau et devient bientôt le trait caractéristique des tâches de la majorité des employés de bureau. (Braverman, 1976, p. 259-60)

Ainsi la coupure classique entre le travail intellectuel et manuel est remodelée au moment où l’organisation du travail tente de globaliser la connaissance entre les mains de la direction des milieux de travail. L’ingénieur dans l’industrie devient l’unique possesseur du savoir «  productif  ». Les connaissances qui appartenaient au producteur, de l’artisan au prolétaire moderne, passent aux mains de l’ingénieur. Ce mouvement, rappelons-le, est aussi un mouvement de dépossession des producteurs du contrôle du travail. L’arrivée de l’ordinateur, gestionnaire de l’information, marque un nouveau mouvement de dépossession du contrôle du travailleur sur ses outils. L’informatique implique la présence de personnel « technique  » qui voit à la bonne fonctionnalité des ordinateurs et des réseaux. Ce phénomène, qui paraît n’être qu’un acte d’abstraction, se transforme en argument lorsqu’il est appliqué à la bibliothéconomie et la formation du bibliothécaire.

D’ailleurs, la production matérielle dans la révolution dite de l’information est plus problématique que souvent présentée. Lojkine note dans un article dans la revue Terminal:

Dans la révolution informationnelle, l’information ne se substitue plus à la production mais l’inverse. Selon les thèses de la Société post-industrielle (Bell, D. 1976), ce bouleversement technologique pourrait être analysé comme une substitution inéluctable, liée au « progrès technique », des activités fondées sur le traitement de l’information aux activités industrielles fondées sur la manipulation de la matière, de même que l’on a assisté au siècle dernier à la substitution de l’industrie à l’agriculture. Cette substitution serait en même temps marquée par une intellectualisation des nouveaux métiers informationnels : le savoir abstrait de la « science » et des savants remplacerait le bricolage et l’expérience concrète des savoirs faire productifs ; une « technologie de l’intellect » substituerait aux jugements intuitifs des algorithmes incorporés dans des calculateurs pour les prises de décision. Or c’est justement cette conception technocratique de l’innovation par le haut qui tend aujourd’hui à être remise en cause par de très nombreux économistes et gestionnaires occidentaux, y compris des américains. (Lojkine)
http://terminal.ens-cachan.fr/Terminal/publication.html

Lojkine cite pour prouver son analyse des auteurs américains et japonais. En effet, le développement récent de la société tente à centraliser le pouvoir au lieu de le décentraliser. De plus s’ajoute à cette question du pouvoir, celle de la fiabilité de l’équipement informatique. Il est fréquent en effet que les capacités de sécurité de ces différents appareils apparaissent comme douteuses. Mais ces questions nous éloignent de notre objectif(30).

La formation du bibliothécaire est particulière au Québec et en Amérique du Nord. Dans la plupart des universités nord américaines, la formation en bibliothéconomie se compose d’un premier diplôme de niveau maîtrise. Il n’y a pas au Québec un diplôme de premier cycle en bibliothéconomie. C’est au début des années soixante-dix que le diplôme de premier cycle est disparu. Cette situation correspond à la volonté que l’on a, et que l’on a toujours, que le diplôme (ou l’École ?) soit reconnu par l’ALA. Sauf pour les étudiants qui désireraient faire carrière aux États-Unis, l’exigence de reconnaissance est plutôt d’ordre symbolique. Comprenons-nous bien ici, la reconnaissance du diplôme de bibliothéconomie par l’ALA n’est aucunement une obligation pour la pratique de la profession ici au Québec comme ailleurs au Canada. Sauf pour les établissements universitaires américains qui exigent cette reconnaissance du diplôme par l’ALA. Ainsi la formation de bibliothécaire est ici calquée sur les exigences américaines. À notre connaissance, cette situation est unique dans le milieu universitaire québécois.

Il est cependant difficile de comprendre pourquoi la formation au niveau baccalauréat (undergraduate disent nos voisins du sud) n’existe pas. Il serait intéressant que la formation fondamentale dans le domaine (les cours de bases nécessaires et obligatoires) soient dispensés au niveau inférieur de la maîtrise. Cette dernière deviendrait alors une maîtrise spécialisée comme les autres maîtrises en sciences humaines et sociales. Dans cette optique, il est important de signaler que la procédure d’équité salariale pour les bibliothécaires est un échec. Deux arguments ont été retenus pour l’analyse négative de la situation des bibliothécaires : 1) les bibliothécaires utilisent des outils déjà existants, donc l’effort demandé dans la réalisation des tâches est plus faible que dans d’autres professions ; 2) en plus de cette vision de la tâche, il semblerait que la durée d’initiation et d’adaptation au lieu de travail se ferait rapidement. 3. l’effort mental serait aussi moins important que dans des postes comme l’informatique, des postes d’agent d’information ou d’administration et autres.

En somme, dans l’équité salariale, après avoir reconnu le diplôme de maîtrise, on a simplement abaissé les autres facteurs liés à l’emploi pour balancer le tout. Le bibliothécaire, malgré sa maîtrise dans le domaine, est considéré comme inférieur à d’autres emplois comme les agents d’information, les attachés d’administration et les agents de recherche et de planification. Il est aussi important de noter que l’équité salariale dans la fonction publique et parapublique fut l’objet de négociation, et que dans certains cas la partie patronale a défendu le dossier des bibliothécaires plus que la partie syndicale. Mais ceci n’est qu’une preuve que la reconnaissance d’une profession, comme celle des bibliothécaires est encore à faire. Et que souvent, c’est dans la profession qu’il faut trouver l’ennemi ; comme dans l’histoire du cheval de Troie, l’ennemi est à l’intérieur(31).

Idéologie de la mondialisation comme discours périphérique

De nombreux textes concernant la profession de bibliothécaire font allusion à la situation de la mondialisation de l’économie et insiste sur ce fait pour mousser l’importance des théories des sciences de l’information. Comme le dit Riccardo Petrella:

Aujourd’hui, un discours qui se veut explicatif (et légitimant) du temps présent, du « sens de l’histoire en cours », prédomine dans les milieux politiques, socio-économiques et scientifiques… Selon ce discours, la mondialisation actuelle de l’économie, des marchés, des entreprises, des capitaux serait en train, de pair avec la « révolution technologique » liée, notamment, aux nouvelles technologies d’information et de communication, d’enterrer le XX e siècle et d’enfanter le troisième millénaire. (Petrella, 1997, p. 7)

Dans le discours propre aux bibliothécaires on lit des phrases comme celles-ci:

La mondialisation des marchés crée une nouvelle dynamique d’affaires à laquelle aucune entreprise n’est insensible. Restructuration de l’organisation et réingénierie des procédés pour des gains de productivité sont la préoccupation des dirigeants d’aujourd’hui. Les bibliothèques spécialisées en entreprise (ou centre de documentation corporatifs) vivent aussi au rythme de cet environnement en mutation. À l’aube du XXIe siècle, cet article propose des pistes d’action qui éclaireront le choix des stratégies future ». (…)

En cette fin de XX e siècle, l’information est la « matière première de la nouvelle économie » expression proposée par l’économiste Nuala Beck dans son ouvrage Shifting Gears: Thriving in the New Economy (…) En trente ans, le monde de l’informatique s’est transformé à une vitesse vertigineuse« (Dumont, 1997, p. 57 et 58)

L’auteure représente l’inverse de la position de Petrella. Car ce dernier parle bien de « discours dominant » et, Mme Dumont, de « révolution de l’information ». Elle propose même l’idée que l’École de bibliothéconomie prenne les choses en main et transforme le programme de formation de maîtrise en un programme qui réponde à la demande de plus en plus pressante du milieu des affaires. Petrella écrit dans son opuscule que dans ce discours dominant:

le mot clé est « adaptation ». Il faut s’adapter à la mondialisation. Ceux qui ne s’adaptent pas seront éliminés. La survie de chacun passe par une adaptation efficace.

D’où l’impératif de la compétitivité mondiale de tous contre tous. La compétitivité est le nouvel évangile du nouveau monde universel de la haute technologie. Elle est élevée au rang d’option stratégique inévitable pour toute entreprise, ville, région, pays, État. D’où également l’idée que les nouvelles technologies représentent l’instrument le plus puissant et le plus efficace pour assurer et renforcer la compétitivité sur les marchés mondiaux.

Freiner, empêcher ou s’opposer à cette évolution naturelle et inévitable est considéré comme faire acte d’aveuglement, d’inconscience, comme si l’on s’excluait de l’histoire.(Petrella, 1997, p. 8-9)

Facteurs de mondialisation, nouvelle division du travail pour d’autres, en bibliothéconomie, plusieurs personnes ne suivent plus. La réponse à cet état de fait est fort simple : la bibliothéconomie ne peut être isolée des événements du monde saisis comme totalité. En procédant de la sorte, on est obligé de définir, ou au moins de questionner, la place d’une profession dans l’ensemble des autres, donc de la structure de cette profession dans la structure de la société. Comme l’indique Méda:

après avoir développé un travail immatériel et des processus très complexes demandant des interventions humaines hautement qualifiées, [la société post-industrielle] serait capable aujourd’hui, à condition d’adapter la formation de ses membres, de rendre au travail son autonomie. Nous entrerions dans une société de services, dans laquelle la productivité serait moindre, la division du travail moins poussée, la possibilité de dominer l’ensemble d’un processus, d’une opération ou d’une relation, plus grande. (Méda, 1995, p. 163)

Dans ce passage de Dominique Méda, on retrouve des idées qui planent et vivent dans l’ensemble des documents gouvernementaux et dans la plupart des théories à la mode inspirées du néo-libéralisme ambiant.

On se souviendra qu’au début du texte il était question de la tertiarisation de l’économie, de la montée réelle d’une société nouvelle. Le document sur l’autoroute de l’information que vient de publier le Gouvernement du Québec répète sans relâche ce beau discours:

Affirmer que le savoir est au cœur du développement économique est une chose, être capable de mesurer, d’évaluer, de comparer et de comprendre cette nouvelle réalité économique en est une autre. Les rouages de l’économie du savoir sont encore méconnus et ne permettent pas toujours de bien situer le savoir dans un processus de production où, jusqu’ici, la main-d’œuvre, le capital, les ressources matérielles et l’énergie ont toujours occupé le haut du pavé. Les données précises, valides et fiables sur l’économie du savoir dans la société québécoise proviennent de sources non homogènes, et l’on connaît encore mal les méthodes à mettre en place pour mesurer le capital intangible et les actifs intellectuels de nos organisations, compris ceux du gouvernement. (Gouvernement du Québec, 1998, p. 50)

Comme on peut le voir, c’est beaucoup de théorie, mais lorsque vient le temps d’identifier le fonctionnement d’une telle société, sa structure et son économie il n’y a que du discours. D’ailleurs dans la même politique du Gouvernement du Québec, on déclare que le nouveau mode de produire implique de nouveaux modes d’organisation du travail. Ainsi:

Fonctionnement en réseau, traitement sophistiqué de l’information écrite et visuelle, autonomisation des opérations répétitives, travail et encadrement du personnel à distance permettent à une nouvelle organisation du travail de se profiler.

Jusqu’à présent, poursuit-on, les divers acteurs, publics et privés, ont réagi au coup par coup et tenté de préserver l’essentiel d’un système de relations industrielles, hérité d’une époque dominée par l’industrie manufacturière, qui colle pourtant de moins en moins à une réalité que l’on appréhende encore difficilement. (Gouvernement du Québec, 1998, p. 51)

Ces deux dernières positions sont intéressantes. Depuis le Rapport Berlinguet, énoncé de politique sur l’autoroute de l’information, le gouvernement du Québec a investi plusieurs millions dans la politique de développement de l’autoroute de l’information et de l’Internet. Ces millions n’ont pas toujours été utilisés de manière « intelligente ». Mais ce qui est intéressant ici c’est de poser la question de la situation du travail dans la société de l’information. Peu d’auteurs se sont aventurés à décrire cette situation(32).

Pour nous, ces questions doivent laisser la place à des a priori précis. Il faut donc, dans un premier temps, prendre pour acquis que la société de l’information n’amène pas du nouveau dans ce qu’est le travail. Depuis un certain temps on assiste à la présentation de la société de l’information comme moyen de détruire à la racine l’aliénation du travail, c’est-à-dire la coupure entre le producteur et son produit. La nouvelle société permettrait alors de restaurer le travail comme créateur d’œuvre. Cette lubie affirme que le travail aussi aliénant qu’il puisse être dans la production des produits manufacturés changerait de sens et d’état dans la production non marchande. (voir la section où nous parlons des théories de Gouldner).

Deuxièmement, cette nouvelle vision du travail nous oblige à remettre en question la recherche infinie de l’abondance et la question du sens précis du travail. Si la société du travail n’est plus caractérisée par sa forme ou sa structure qui lui est propre, à quelle idée du travail la société de l’information nous entraîne-t-elle? Que l’on produise une boîte de métal dans laquelle on montera un ordinateur fait-il du travailleur un travailleur de l’information? Les philippins (construction de disques rigides), les mexicains (assemblage de Apple MacIntosh) et les québécois qui assemblent ou vendent des ordinateurs sont-ils des travailleurs dont les conditions de travail sont différentes? Contrôlent-ils leurs moyens de production? Troisièmement, la difficulté de ces analyses est que l’on refuse de penser la différence entre la fonction du travail et les supports qui permettent la réalisation de la production (d’autres diraient entre la force de travail et les moyens de production technique).

La volonté de présenter le travail comme un moyen de libération, un moyen de réalisation relève d’une histoire qui est propre à la société capitaliste. La société de l’information fonctionne, s’établit en continuité avec la révolution industrielle. (Beniger, 1986)

Dans la présentation d’un numéro de la revue Sociologie et sociétés portant sur L’informatisation: mutation technique, changement de société? Serge Proulx écrivait concernant l’informatisation:

a) Il y a d’abord l’interprétation sectorielle qui définit les transformations à partir du domaine des communications: on assisterait à une « révolution télématique » ou à une « révolution des communications » selon que l’on élargit plus ou moins le secteur socioéconomique touché par les innovations technologiques.

b) Il y a ensuite l’interprétation structurelle ou sociohistorique qui définit la nature des transformations dans les termes d’une « nouvelle révolution industrielle »: L’utilisation massive du capital dans le processus de production et le remplacement du travail humain par le travail des machines se poursuivent et s’amplifient. Alors que la machine à vapeur et le moteur à explosion étaient des machines énergétiques susceptibles de remplacer les muscles (la capacité physique) des travailleurs, le microprocesseur est une machine informationnelle (cf. S. Papert, 1967) qui se substitue non seulement à du travail physique mais aussi à l’intelligence (la capacité mentale et intellectuelle) du travailleur.

c) Il y a enfin une interprétation en termes de civilisation: l’invention du langage informatique serait du même ordre que l’invention de l’alphabet phonétique ou que celle de l’imprimerie. Nous serions à l’orée d’une ère de transformations fulgurantes qui risquent à long terme de modifier l’évolution de la conscience humaine en raison de l’apparition d’une nouvelle synergie humains/machines informationnelles (G. Pask, 1982). Il faut bien avouer que les thèses sur la « postindustrialisation » D. Bell, 1973; M. Porat, 1977; Y. Masuda, 1980) qui devraient a priori se situer dans ce troisième bloc interprétatif cadrent assez mal avec cette perspective civilisationnelle puisque ses principaux auteurs réduisent la société d’après l’industrialisme à une « société de services », ramenant ainsi leur problématique à une interprétation « sectorielle » (on assisterait ainsi à la naissance d’un quatrième secteur de main-d’œuvre, le secteur informationnel où tous les manipulateurs de symboles – qu’ils/qu’elles soient journalistes, secrétaires, enseignants, comptables ou écrivains – sont confondus dans ce nouveau mégasecteur de l’informationnel qui ne veut plus dire grand chose). (Proulx, 1984, p. 4-5)

Dans ce long passage, on indique comment et dans quel cadre la lecture de l’informatisation de la société est la même que celle qui célèbre aujourd’hui la société de l’information. Les quelques années qui séparent ces textes de 1984 et ceux que l’on publi en 1998 ont entraîné une redéfinition de la société de l’information et des critères qui la définissent.

« En fin de compte, on peut se demander si, dans ce type de société qui assure la conciliation entre individu et collectivité, et qui le fait exclusivement par le travail, la sociabilité ne devient pas elle-même quelque chose d’extrêmement abstrait, qui s’opère par des signes, et même si, l’abondance étant acquise, le but ultime de la production n’est pas de permettre aux individus de s’échanger des signes, des miroirs de ce qu’ils sont. Il s’agit dès lors peut-être moins de fabriquer des objets visant à satisfaire les besoins matériels que de produire des signes dans lesquels la société éprouve sa propre sociabilité. Comme si le travail et la production n’étaient plus qu’un prétexte ou une scène montrant aux autres ce qu’il est et faisant signe à la fois vers ce qu’il est intimement et vers ce qu’il est socialement, un lieu où le produit n’est plus qu’un support d’autre chose. »Dominique Méda, Le travail, une valeur en voie de disparition, Paris, Flamarion, coll. Champs, 1995, p. 128

Conclusion

Dans tout ce mélange, la particularité de l’idéologie des bibliothécaires et des scientifiques de l’information repose sur un amalgame fragile. Dans le fond, on utilise des notions et des concepts que l’on ne définit jamais, on les insère dans un texte, dans une structure de connaissance sans analyser leur fondement, leur implication propre, leur signification particulière. Il serait temps que les concepts fondateurs de la profession soient enfin définis, et que ce ne soit pas seulement une suite de termes, qui, plus souvent qu’autrement, sont contradictoires les uns avec les autres.(33)

La profession de bibliothécaire, au sens dit « traditionnel » du mot, est une profession qui est loin d’être à sa fin, elle sera une profession prospère et d’actualité dans les décennies à venir. Car, même si l’on acceptait la position théorique de la société de l’information, dans le sens très large que lui donne par exemple Machlup, le bibliothécaire continuerait son travail de gestion, de sélection et de traitement de l’information. Chez Machlup, la bibliothéconomie et son objet qui est la gestion des documents, quel que soit le support de ces derniers, sont une partie de la société de la connaissance. Cette société est plus globale que ce que les spécialistes en information veulent bien en dire. Elle englobe la recherche et le développement, l’enseignement, le monde des médias, et tous les secteurs dans lesquels des personnes œuvrent. Pour tout dire, la société de l’information englobe les secteurs autres que la production de « marchandise matérielle » comme telle. Elle est la production de l’immatériel.

Dans ce texte, qui ressemble plus à une première synthèse d’idées qu’à une systématisation finale, nous croyons que le contenu d’un débat s’y trouve. Ce débat, il faut le mener, et durement, c’est-à-dire avec vigueur et sans compromis.

Il faut que les bibliothécaires trouvent l’énergie pour défendre leur pratique sociale, mais surtout pour comprendre où cette dernière est inscrite, dans quel champ elle prend forme. À force de se cacher dans des pense-bêtes, des idées toutes faites et des vulgarisations fictives, on se crée un univers sécurisant et plein de facilité intellectuelle; la reprise de possession de nos armes critiques est donc essentielle.

Dans cette reprise de contrôle, figure au premier plan la formation de la profession. Il faut croire que la formation en bibliothéconomie devrait reposer sur un acquis solide de culture générale. Le programme universitaire devrait porter sur une formation de premier cycle qui serait séparée en deux étapes précises. Premièrement, il faudrait une formation de culture générale portant sur la structuration de la connaissance, suivie d’une formation sur la classification de celle-ci. Il serait temps aussi que quelques cours portent sur l’histoire de la profession, les difficultés que celle-ci a connus au cours des derniers siècles, mais surtout des dernières décennies qui ont vu la profession se donner ses outils méthodologiques. Ensuite le reste de la formation, c’est-à-dire la dernière année du baccalauréat, consisterait à fournir à l’étudiant les outils propres aux technologies de gestion des connaissances. Dans ces technologies logent autant les ordinateurs, que la constitution d’un thésaurus. En somme, il s’agirait d’un programme de premier cycle donnant accès à la pratique de ce que l’on appellerait un bibliothécaire de niveau 1. Ce bibliothécaire ne pourrait pas par exemple devenir directeur de bibliothèque ou chef de service de grandes bibliothèques de recherches.

Au niveau de la maîtrise, la formation verrait à produire des bibliothécaires chercheurs et développeurs. Ces derniers, après avoir occupé des poste de bibliothécaire de niveau 1, pourront prendre les postes de direction. Au niveau du contenu de la formation, le deuxième cycle sera nécessairement un deuxième cycle de recherche. Une première année de scolarité orientée sur l’approfondissement des connaissances acquises au premier cycle, serait suivie d’une année de rédaction d’un mémoire sur un projet de recherche précis dans le domaine.

Cette nouvelle formation devrait faire l’objet d’une reconnaissance de la part des organismes représentant les bibliothécaires, que ce soit au niveau de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec ou de l’Office des professions du Québec. La bibliothéconomie est au centre d’une évolution qui ne remet pas en question le rôle de cette profession, mais plutôt les outils qu’elle utilise. En ce sens, elle ne diffère pas de plusieurs autres professions comme la médecine, l’architecture ou les traducteurs.

Une chose est certaine, c’est que la formation en bibliothéconomie n’a rien à voir avec une quelconque société de l’information qui verrait le jour. Ce discours est, soit une pure idéologie, ou soit une stratégie de légitimation d’une profession qui n’a jamais découvert ses fondements épistémologiques propres.

Au niveau professionnel, la réouverture du statut de la profession nous semble une nécessité. Cette position bien sûr demandera une préparation très grande. Il faut bien souligner que l’Office des professions limite de plus en plus les critères d’accession au statut de professions à « titres réservés » ou à « pratique exclusive ». Les informaticiens viennent de connaître un refus de la part de l’Office. C’est la protection du public, le contrôle de l’exercice de la profession par ses membres et la surveillance de la compétence et de l’intégrité des professionnels  qui sont les objectifs principaux de l’Office des professions.(34)

Cette orientation rencontrera des problèmes particuliers. Quels types de gradués pourraient enseigner dans les programmes de premier cycle? Comment pourrait-on utiliser les potentiels de professeurs venant d’autres départements?

Voilà donc toute une série de questions auxquelles il faudra bien formuler des réponses à un moment donné.

Roger Charland
Bibliothécaire professionnel


NOTES:

(1) Combien de logiciels de base de données documentaires gèrent de véritables thesaurus? Combien de ceux-ci proposent une structure suivant les normes et exigences du travail du bibliothécaire? Il n’y a pas si longtemps certains bibliothécaires préféraient développer des systèmes maison. Au moins ils pouvaient respecter des pratiques déjà en place dans leur bibliothèque. Une bonne partie du temps perdu lors de l’automatisation des bibliothèques et des centres de documentation est dû à l’obligation pour les bibliothécaires de modifier des pratiques et des organisations du travail valables et souvent enrichissantes, pour les incorporer (les modeler serait un meilleur terme) au  » système  » qu’ils viennent d’acheter. Je ne me souviens pas dans mes dix dernières années de pratique avoir entendu une seule personne qui était pleinement satisfaite de l’implantation de l’informatique. Bien sûr il y avait l’extase, l’impression que plusieurs tâches fastidieuses et techniques venaient de disparaître. C’était oublier combien l’informatique ajoute de ces tâches répétitives. De plus, les bilans à ce sujet sont rares. Les élucubrations festives face au bonheur de l’implantation d’un catalogue automatisé ne se sont jamais accompagnées d’une enquête sur la satisfaction des travailleurs et des usagers. Que l’on calcule, dans le même ordre d’idées, les sommes investies dans la technologie ces derniers cinq ans et, à partir de ce total, rêvons à l’amélioration du service à la clientèle et même aux emplois que l’on aurait créés. Dans le même sens, une longue discussion pourrait avoir lieu sur l’implantation de l’Internet dans les bibliothèques publiques. (Retour au texte)

(2) Sur cette vision de l’idéologie, voir entre autres le travail de THOMPSON, John B. (1990); Ideology and Modern Culture. Critical Social Theory in the Era of Mass Communication. Stanford, Stanford University Press, 362 p. et THOMPSON, John B. (1995); The Media and Modernity. A Social Theory of the Media. Stanford, Stanford University Press, 314 p. Sur le concept de réification VANDENBERGHE, Frédéric (1997); Une histoire critique de la sociologie allemande. Aliénation et réification. Tome I: Marx, Simmel, Weber, Lukacs. Paris, La Découverte / M.A.U.S.S., 290 p. ; et à propos du cadre théorique global de ce texte et de la revue HERMÈS : Revue critique dans laquelle il est publié: CALHOUN, Craig (1995) Critical Social Theory. Culture, History and the Challenge of Difference. Oxford & Cambridge, Blackwell, coll. Twentieh-Century Social Theory, 326 p. et finalement FERRY, Jean-Marc (1991); Les puissances de l’expérience. 1. Le sujet et le verbe. Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Passages, 216 p. ; FERRY, Jean-Marc (1991); Les puissances de l’expérience. 2. Les ordres de la reconnaissance. Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Passages, 254 p. ; FERRY, Jean-Marc (1994); Philosophie de la communication. 1. De l’antinomie de la vérité à la fondation ultime de la raison. Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Humanités, 123 p.; FERRY, Jean-Marc (1994); Philosophie de la communication. 2. Justice politique et démocratie procédurale. Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Humanités, 125 p. (Retour au texte)

(3) Il écrit: « À partir de là, c’est l’université qui produit la disparition d’un « public cultivé » dont la formation était justement une de ses tâches traditionnelles » (p. 63) et de poursuivre « Il est impératif de recréer des milieux académiques « forts » et « vivants », régis d’abord par une normativité interne autonome (idéal de la maîtrise disciplinaire, du scholarship), valorisant la connaissance synthétique et, dans une certain mesure, toujours encyclopédique, et non l’« excellence » ponctuelle et compétitive, toujours extravertie. » (p. 67) (Retour au texte)

(4) À ce sujet le texte de George Ritzer « McUniversity in the Postmodern Consumer Society » in Quality in Higher Education, vol. 2, no. 3, november 1996, pp. 185-199. Et le livre de Bill Readings (1996), The University in Ruins. Cambridge, Mass. and London: Harvard University Press., 238p; Aussi Slaughter, Sheila, and Leslie, Larry L. (1997). Academic Capitalism: Politics, Policies, and the Entrepreneurial University. Baltimore, MD.: The John Hopkins University Press. 276 p. (Retour au texte)

(5) La documentation à ce sujet est vaste. On est cependant frappé par le côté non-scientifique des approches. Souvent aucune référence sérieuse ne figure dans les pages de ces auteurs. On assiste plutôt à des essais qui s’inspirent autant de la science fiction que de la réalité. Un auteur toutefois propose une approche plus crédible; il est un des rares à se démarquer du courant idéologique de la société de l’information. Cf. James R. BENINGER, (1994) The Control Revolution. Technological and Economic Origins of the Information Society, Harvard University Press, Cambridge, 4e édition (1986), 493 p. (Retour au texte)

(6) Voir à ce sujet les articles du numéro de Documentation et bibliothèques de l’été 1997 sur les bibliothèques spécialisées, et l’article de Caron (1998). Dans ces deux cas le choix est clair : le bibliothécaire devient de plus en plus une profession sans avenir. Il faut, selon eux, modifier la pratique pour devenir une profession caractérisée par un mélange hybride d’un gestionnaire de la documentation et d’un informaticien. (Retour au texte)

(7) Pour un exposé très intéressant sur ces questions les textes de: Dominique Méda (1998) et Michel Kail (1998). (Retour au texte)

(8) Dans le domaine de la bibliothéconomie très peu d’analyses sont effectuées à ce sujet. Mais notons quand même le travail solitaire et de pionnier du couple Anita R. Shiller et Herbert I. Shiller aux États-Unis. Plus précisément du dernier : Communication and Cultural Domination, New York, International Arts and Sciences Press, 1976 et des deux : « Commercializing Information » in The Nation, 4 october 1986, pp. 306-09. Aux Etats-Unis les travaux du Progressive Librarian Guild et en France ceux de CREPAC ( http://www.crepac.com/forum.htm ) sont importants. Au Québec, il faut saluer le travail des étudiants en communication de l’UQAM et du GRICIS qui publie une revue électronique COMMposite ( http://www.comm.uqam.ca/~COMMposite ). Et bien sûr nos recherches que l’on présente partiellement ici. (Retour au texte)

(9) Une approche plus économique regroupant plusieurs auteurs et touchant le concept d’économie de l’information a été proposé il y a quelques années par Mosco, et Wasko (1984) et plus récemment sous la direction de Anne MAYÈRE et de Blaise CRONIN ; La société informationnelle : enjeux sociaux et approches économiques, Paris, Éditions l’Harmattan, 1997, 239 p. (Retour au texte)

(10) Cette conception n’est pas très éloignée de celle de Pierre Bourdieu lorsqu’il parle de la noblesse de l’État. (Bourdieu, 1989) pour la thèse et (Bourdieu (1998) pour certaines constatations politiques. (Retour au texte)

(11) Voir à ce sujet «Le nouveau système-monde: entretien avec Michel Albert» in Le Débat, novembre-décembre 1997, no, 97, pp. 4-19. Ainsi que l’article de Elie Cohen, «Mondialisation et souveraineté économique» in Idem, pp. 20-32. (Retour au texte)

(12) Pour ce qui est du nivellement culturel, voir les analyses percutantes de Shiller et de Mattelart. Sur l’effet des médias et les questions de la réception les analyses de Breton et de Proulx sont importantes. (Retour au texte)

(13) Sur cet auteur, notre compte rendu dans Argus, vol. 26, no. 1, printemps-été 1997, p.35-36 (Retour au texte)

(14) Kroker et Weinstein reprennent la théorie de la classe technocratique de Gouldner dans leur élaboration de la «virtual class», la classe des infocrates qui vivent des NTI et des technologies du virtuel, et qui acquièrent un pouvoir grâce à elles. Les nouvelles conceptions formulées par ces analyses se démarquent surtout par une théorisation beaucoup plus symbolique, voire langagière, comme chez Arthur et Marie-Louise Kroker. L’article de Pierre Blouin dans ce numéro émet une opinion différente sur ces approches « postmodernes » que les miennes. (Retour au texte)

(15) « Dissémination et différence, écrit Christian Ruby, élevées au rang de justification philosophique de la culture post-moderne, produisent les arguments théoriques qui éclairent les voies empruntées par les post-modernes, tant sur le plan esthétique que sur les autres plans. Ces notions érigent le monument requis pour une détermination de l’ère contemporain. Ils énoncent les principes dont peut se réclamer l’errance sociale qui sert de pierre de touche à la réduction et à la suspension du projet moderne. » in Ruby (1990) p.127 (Retour au texte)

(16) Titre d’un livre de John O’Neil (1995). Pour une analyse plus polémique du même mouvement voir l’analyse de Sokal et Bricmont consacrée à la pensée française, cf. Impostures intellectuelles, Paris. Odile Jacob, 1997. (Retour au texte)

(17) Dans un même ordre d’idées, voir le texte beaucoup plus récent de Robert M. Losee «A discipline Independent Definition of Information» in Journal of American Society of Information Science, Vol. 48, no. 3, March 1997, pp. 254-269. Sur Dion, le compte rendu de Pierre Blouin dans Argus, Vol. 27, no. 1, Printemps-été 1998, pp. 38-40. (Retour au texte)

(18) Pour une histoire rapide telle que l’ASIS la propose : 1) 1937- Beginnings in Documentation ; 2) 1950’s – Transition to Modern Information Science ; 3) 1960’s – The Information Explosion ; 4) 1970’s – The Move to Online Information ; 5) 1980’s – Personal Computers Change the Market ; 6) ASIS in the 90’s — Rising above the Tides of Change ; http://www.asis.org/AboutASIS/the-society.html (Retour au texte)

(19) Dans les cas de la bibliothéconomie ce facteur est très important. Je ne parle pas seulement de l’occupation de postes à l’intérieur de lieux de travail où les femmes sont minoritaires dans les postes de direction. Je parle de la discrimination structurelle des emplois de type féminin dans la société au cours des deux derniers siècles. Sur ce sujet le livre de Roma Harris, Librarianship: The erosion of a woman’s profession. Norwood, New Jersey: Ablex, 1992. Et de la même auteure, avec Juris Dilevko «Information Technology and Social Relations: Portrayals of Gender Roles in High Tech Product Advertisments» in Journal of the American Society for Information Science, Vol. 48, No. 8 (August 1997): 718-727. (Retour au texte)

(20) Le livre de Harry Braverman demeure une synthèse de première qualité à propos de l’histoire du travail et de l’organisation de ce dernier. Cf. Travail et capitalisme monopoliste. La dégradation du travail au xxe siècle. François Maspéro, Paris, 1976. Pour une synthèse québécoise c’est à Jean Ellezam que l’on réfère le lecteur : Groupe et capital. Un nouveau mode social de produire le travailleur, Hurtubise HMH, Montréal, 1984. (Retour au texte)

(21) Carpenter, Kenneth E. (1996) «A library historian looks at librarianship» in Daedalus, Fall (v,125, n. 4) qui cite Orvin Lee Shiflett, Origins of American Academic Librarianship,(Norwood, N.J. Ablex Publishing Corporation, 1981, p. 254 (Retour au texte)

(22) Ces idées sont présentées dans le texte suivant: Burton J. Bledstein, (1978) The Cuture of Professionalism: The Middle Class and the Development of Higher Education in America, New York, W.W. Norton & Co., pp. 65-79 et 78-79 dans la section : «Words and Communication Revolution». (Retour au texte)

(23) Il est étonnant que le programme soit revu complètement quelque quatre années plus tard. (Retour au texte)

(24) Ministère de la Culture et des Communications; Bureau de la statistique du Québec (1997); Indicateurs d’activités culturelles au Québec. Sainte-Foy: Le Gouvernement, 1997. (Retour au texte)

(25) Par métier nous entendons ici la profession de bibliothécaire et non une appellation de poste ou de tâche. Le bibliothécaire est toujours un bibliothécaire que son poste s’intitule Spécialiste des moyens et techniques de l’enseignement, documentaliste, vidéothécaire, veilleur ou toutes autres appellations. Par exemple, les historiens sont toujours des historiens quelque soit la spécialisation qu’ils ont choisie. (Retour au texte)

(26) Paul Otlet a écrit un Traité de documentation: le livre sur le livre: théorie et pratique (1934) réédité en 1989. (Retour au texte)

(27) BLANQUET, Marie-France (1997) Science de l’information et philosophie: une communauté d’interrogations, Paris, ADBS, 1997. (Retour au texte)

(28) Voir le très bon livre de Claudine Leleux, Repenser l’éducation «civique». Autonomie, coopération, participation. Paris, Les éditions du CERF, Coll. Humanités, 1997 (Retour au texte)

(29) Dans le domaine de la bibliothéconomie, il est fascinant de voir les membres de la profession faire clan avec les marchands dans un discours tout à fait aliéné. On ne peut vivre si notre bibliothèque n’a pas le dernier cédérom ou le dernier lecteur de code à barre. Mais il y a plus. On ingurgite sans aucune réticence les discours souvent promus par des revues et périodiques appartenant à des entreprises privées, dont l’objectif unique est la vente. Le discours technologique proposé par ces compagnies est perçu comme une présentation objective des faits et des évènements. Toute remise en cause de ce phénomène est rejetée car étant politique, critique ou philosophique. Pourtant l’aliénation est aussi politique, l’histoire humaine du dernier siècle nous l’a prouvée plus d’une fois. (Retour au texte)

(30) Lojkine dans un autre texte soutient que : « Ici le diagnostic précurseur cède le pas au discours mythologique. Le raisonnement de Touraine, comme celui de Bell ou de Fourastié dans le domaine économique, est fondé sur une analogie entre la société industrielle fondée sur le travail dans la production (et le conflit capital/ travail) et la société post-industrielle fondée sur l’information (et le conflit entre détenteurs et non détenteurs de l’information stratégique). Cette analogie fonctionne, comme chez Bell, à la substitution : «  de même que » les ouvriers de l’industrie se sont substitués aux paysans lors de la révolution industrielle, «  de même » aujourd’hui les agents sociaux qui sont au centre du traitement de l’information (professeurs, chercheurs, étudiants, ingénieurs, techniciens, etc) remplaceraient la classe ouvrière dans le nouveau conflit central qui dominerait la société. » (LOJKINE) (Retour au texte)

(31) Nous croyons que la syndicalisation est une bonne chose. Mais dans la stratégie défendue par les syndicats au moment de l’équité salariale, l’objectif était de promouvoir l’ensemble des travailleurs… dans le sens du plus grand nombre. Les groupes les moins représentatifs à l’intérieur de ces syndicats on été laissés pour compte. Les bibliothécaires dans certains syndicats locaux ont ainsi été moins évalués que leurs collègues informaticiens. N’oublions pas que la profession de bibliothécaire au niveau académique est composée d’une maîtrise, précédée d’un baccalauréat dans un domaine quelconque; et que pour les informaticiens, nous ne parlons ici que du niveau baccalauréat. C’est sur cette base que l’évaluation a été supérieure pour certains groupes d’emplois. De plus, il est clair que dans certaines négociations, certaines professions à caractère majoritairement féminin, sont désavantagées. C’est pourquoi l’équité salariale n’a rarement été une demande provenant des directions syndicales, mais des membres de la base. Il est notable aussi de voir que ces revendications provenaient surtout des groupes de pression féministes ou d’associations défendant les droits des personnes à l’équité et à l’égalité. Un bibliothécaire, dont le premier diplôme serait en informatique, serait dans le modèle de rémunération que nous venons de présenter, mieux payé avec son baccalauréat qu’avec sa maîtrise. C’est ça de l’équité ?  (Retour au texte)

(32) Candice Stevens, dans « Le savoir, moteur de la croissance » L’observateur de l’OCDE, no. 200, juin-juillet 1996, notait que « Bien que le secteur manufacturier perde actuellement des emplois dans l’ensemble de la zone OCDE, l’emploi augmente dans les secteurs de haute technologie à caractère scientifique, des ordinateurs aux produits pharmaceutiques ». (p. 7)  Il faut aussi analyser les données concernant le développement ou le déplacement de la production manufacturière vers des régions et des pays moins développés.  (Retour au texte)

(33) On peut dire qu’« une discipline scientifique procède d’une matrice disciplinaire largement partagée par ses praticiens : elle s’interroge sur la pertinence d’une définition a priori de la discipline par cette matrice, paradigme méthodologique supposé spécifique. Au fondement de toute discipline, il existe un ensemble, à la fois composite et assez bien partagé, de règles, de structures mentales, d’instruments, de concepts et de normes. Ces outils de pensée ne peuvent émerger qu’en résonance avec des conditions objectives/subjectives de production tout comme d’ailleurs la naissance des différentes sciences suppose la prise en compte des mécanismes cognitifs et des modes de pensée à l’oeuvre à un instant donné et des conditions culturelles économique et sociales présidant à cette naissance. »…« La nomadisation des concepts est ainsi constitutive de l’histoire des sciences et, en ce sens, nie l’idée de frontières disciplinaires intangibles et intrinsèques. Cette propagation des concepts se fait de champ en champ scientifique, structuré par des espaces de « pouvoir-dire-le-réel». » (BONFILS-MABILON et ÉTIENNE, 1998, p. 64) et les auteurs B. Bonfils-Mabilon et B. Étienne de citer Jon Elser qui dans Plaidoyer pour l’autonomie des sciences écrit que : « dans cette course aux obtacles qu’est le développement scientifique, surmonter la tentation du recours aux analogies est l’une des épreuves décisives. Tans que la discipline en question ne s’est pas constituée en domaine conceptuel et théorique autonome, la voie de la moindre résistance sera toujours d’emprunter aux sciences voisines ce qui fait défaut. » (BONFILS-MABILON et ÉTIENNE, 1998, p. 65)  (Retour au texte)

(34) La stratégie qu’a adopté la Corporation historiquement demeure valable. Elle procède, depuis sa fondation, suivant les critères énumérés dans le texte. Elle a adopté une série de réglementations administratives portant sur le fonctionnement de la Corporation. Elle a élaboré un code d’éthique et de déontologie (revue de manière permanente), un comité de discipline est actif et participe et se prononce sur l’évolution des programmes et sur les grandes questions de la profession. Dans le cadre actuel cela va de soit qu’une remise en cause du statut de la profession ou de l’appellation de la profession risquerait de subir un refu sans appel.   (Retour au texte)

Références:

ADORNO, Théodor W. ((1951)1980) ; Minima moralia. Réflexions sur la vie mutilée. Paris, Éditions Payot, Critique de la politique, 230 p.

ADORNO Théodor W.; HORKHEIMER, Max ((1947)1974); La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques. Paris, Éditions Gallimard, col. Bibliothèque des Idées, 281 p.

AGLIETTA, Michel ((1976)1997); Régulation et crises du capitalisme, Paris, Odile Jacob, 486 p.

ALBERT, Michel (1997); « Le nouveau système-monde: entretien avec Michel Albert » in Le Débat, novembre-décembre, no. 97, pp. 4-19

BAUDRILLARD, Jean (1982); A l’ombre des majorites silencieuses : ou La fin du social ; Paris : Denoël/Gonthier, 114 p.

BELL, Daniel (1973) The Comming Post-Industrial Society. A Venture in Social Forecasting, New York, Basic Books, (en français chez Robert Laffont). 507 p.

BELL, Daniel (1979) Les contradictions culturelles du capitalisme. Paris, Presses Universitaires de France, 292 p.

BENINGER, James R. ((1986)1994) The Control Revolution. Technological and Economic Origins of the Information Society, Harvard University Press, Cambridge, 4e édition, 493 p.

BIJKER, Wiebe E. ; Thomas P. HUGUES ; Trevor J. PINCH (eds.) (1987) The Social Construction of Technological System. New Direction in the Sociology and History of Technology, Cambridge, The MIT Press, 405 p.

BLANQUET, Marie-France (1997); Science de l’information et philosophie : une communauté d’interrogations, Paris, ADBS.

BLOUIN, Pierre (1998); « Compte-rendu de E. Dion, Invitation à une théorie de l’information, Paris, Éditions du Seuil, Coll. Points, 1997, 156 p. » in Argus, Vol. 27, No. 1, printemps-été 1998, pp. 38-39

BONFILS-MABILON, Béatrice; ÉTIENNE, Bruno (1998); La science politique est-elle une science? Un exposé pour comprendre. Un essai pour réfléchir. Paris, Flamarion, Coll. Dominos, 127  p.

BOURDIEU, Pierre (1989) ; La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps. Paris, Les Éditions de Minuit, coll. Le sens commun, 568 p.

BOURDIEU, Pierre (1998); Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale. Paris, Liber-Raison d’agir, 125 p.

BOUTHILLIER, France; OSHAUGHNESSY, John (1997); « Transformation d’un vieux métier ou émergence d’une nouvelle profession? » in Documentation et bibliothèques, avril-juin, pp. 95-98.

BRAVERMAN, Harry (1976) Travail et capitalisme monopoliste. La dégradation du travail au xxe siècle. François Maspéro, Paris, 360 p.

BRETON, Philippe (1995) L’utopie de la communication. Le mythe du village planétaire, Paris, La Découverte, coll. Essais, 171 p.

BRETON, Philippe ; PROULX, Serge (1994) L’explosion de la communication. La naissance d’une nouvelle idéologie. Montréal, coll. Compact, Éditions Boréal, , 340 p.

BURCK, Gilbert (1964), «  Knowledge : The Biggest Growth Industry of Them All » » in Fortune, (November), 128-131 p.

BURTON J. Bledstein, (1978) The Culture of Professionalism: The Middle Class and the Development of Higher Education in America. New York: W. W. Norton & Co

CACALY, Serge (ed) (1997); Dictionnaire encyclopédique de l’information et de la documentation, Coll. « réf. », Nathan Université, Paris, 634 p.

CAILLÉ, Alain (1993) La démission des clercs. La crise des sciences sociales et l’oubli du politique, Paris, La Découverte, Armillaire, 296 p.

CALENGE, Bertrand (1998); « Peut-on définir la bibliothéconomie? Essai théorique » in Bulletin des bibliothèques de France, vol. 43, no. 2, pp. 8-20

CALHOUN, Craig (1995) Critical Social Theory. Culture, History and the Challenge of Difference. Oxford & Cambridge, Blackwell, coll. Twentieh-Century Social Theory, 326 p.

CARON, Gilles (1998); « Du soutien au partenariat. La bibliothéconomie en devenir » in Bulletin des bibliothèques de France, vol. 43, no. 2, pp. 38-43

CARPENTER, Kenneth E. (1996) « A library historian looks at librarianship ». In Daedalus, Fall (v125 n4)

CASTELLS, Manuel (1989) The Informational City. Information Technology, Economic Restructuring and the Urban-Regional Process, Oxford, Blackwell. 402 p.

CASTELLS, Manuel (1998) La société en réseaux. L’ère de l’information, Traduit de l’anglais par Philippe Delemare, Paris, Fayard, 614 pp.

CHARLAND, Roger (1997) « Compte rendu de Pierre Lévy, Qu’est-ce que le virtuel ? Paris, Éditions La Découverte, coll. Sciences et société, 1995, 156 p. » in Argus, Vol. 26, no. 1, printemps-été, pp. 35-36

COHEN, Elie (1997); « Mondialisatoin et souveraineté économique » in Le Débat, novembre-décembre, no. 97, pp. 20-32

COLLIOT-THÉLÈNE, Catherine (1992) Le désenchantement de l’état de Hegel à Max Weber, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. Philosophie, 270 p.

CONSEIL DE LA LANGUE FRANÇAISE (1996), L’arrivée des inforoutes: occasion pour un nouvel essor du français. Québec, Le Conseil.

CRONIN, Blaise (1995); « Shibboleth and Substance in North American Library and Information Science Education » in Libri, 45, p. 55

DION, Emmanuel (1997) Invitation à la théorie de l’information, Paris, Éditions du Seuil, coll. Sciences, 156 p.

DUMONT, Monique (1997); « La bibliothèque spécialisée: expertise et actions à l’aube du XXI e siècle » in Documentation et bibliothèques, Avril-juin, pp. 57-63

ELLEZAM, Jean  (1984) Groupe et capital. Un nouveau mode de produire le travailleur, Montréal, Hurtubise HMH, coll. Brèches, 261 p.

FEATHER, John; STURGES, Paul eds. (1997); Internatl Encyclopedia of Information and Library Science, Routledge, London et New York, 492 p.

FERRY, Jean-Marc (1991); Les puissances de l’expérience. 1. Le sujet et le verbe. Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Passages, 216 p.

FERRY, Jean-Marc (1991); Les puissances de l’expérience. 2. Les ordres de la reconnaissance. Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Passages, 254 p.

FERRY, Jean-Marc (1994); Philosophie de la communication. 1. De l’antinomie de la vérité à la fondation ultime de la raison. Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Humanités, 123 p.

FERRY, Jean-Marc (1994); Philosophie de la communication. 2. Justice politique et démocratie procédurale. Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Humanités, 125 p.

FISHER, Frank (1990) Technocracy and the Politics of Expertise, Newbury Park, Sage.

FRANKLIN, Ursula (1990) Le nouvel ordre technologique. Montréal, Bellarmin, coll. L’essentiel, 176 p.

FREIDSON, Eliott (1988) Professionnal Powers. A Study of the Institutionalization of Formal Knowledge, Chicago, The Chicago Press. 241 p.

GARDNER, Richard K. (19987) « Quelques réflexions sur la place des écoles de bibliothéconomie et des sciences de l’information dans le milieu universitaire » in Argus, 16, no 1, mars 1987, p. 27-30.

GIAPPICONI, Thierry (1998); « De la bibliothéconomie au management. Subordonner la gestion aux missions » in Bulletin des bibliothèques de France, vol. 43, no. 2, pp. 26-34

GIDDENS, Anthony (1987); La constitution de la société : éléments de la théorie de la structuration. (trad. par Michel Audet), Paris, Presses Universitaires de France, 474 p.

GIDDENS, Anthony (1991) Modernity and Self-Identity : Self and Society in the Late Modern Age, Cambridge, Polity Press

GIDDENS, Anthony (1994); Les conséquences de la modernité. Paris, L’Harmattan, 192 p.

GODDARD, John B. (1992) ; « New technology and the Geography of the UK Information Economy » in Robins, Kevin ed. Understanding Information : Business, Technology and Geography, Belhaven Press

GOMEZ HERNANDEZ, José A. (1998); « Un espace pour la bibliothéconomie dans les sciences de la documentation. État des lieux en Espagne » in Bulletin des bibliothèques de France, vol. 43, no. 2, pp. 61-66

GOULDNER, Alvin W. (1979), The Future of Intellectuals and the Rise of the New Class, New York, Continuum, 121 p.

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC (1998), Agir autrement. La politique québécoise de l’autoroute de l’information, Québec, Le Gouvernement, 96 p.

HABERMAS, Jürgen (1978) L’espace public. Archéologie de la Publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Éditions Payot, Coll. Critique de la politique, 324 p.

HARBERMAS, Jürgen (1987) Théorie de l’agir communicationnel. Tome 1 : Rationalité de l’agir et rationalisation de la société, Paris, Éditions Fayard, L’espace du politique, 448 p.

HARBERMAS, Jürgen (1987) Théorie de l’agir communicationnel. Tome 2 : Pour une critique de la raison fonctionaliste, Paris, Éditions Fayard, L’espace du politique, 480 p.

HARRIS, Roma (1992); Librarianship : The erosion of a woman’s profession, Norwood, New Jersey, Ablex.

HARRIS, Roma et DILEVKO, Juris (1997); « Information technology and social relations: Portrayals of gender roles in high tech product advertisments » in Journal of the American Society for Information Science , vol. 48, no. 8 (August): 718-727.

HEIN, Sophie (1997); L’information gouvernementale: vers un droit d’accès sur l’inforoute. Montréal, Les Éditions Thémis, 308 p.

HOGGART, Richard (1970); La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre. Paris, Les Éditions de Minuit, 420 p.

HUYSSEN, Andreas (1986) After the Great Divide. Modernism, Mass Culture, Postmodernism. Bloominton, Indiana University Press, 244 p.

INDUSTRIE CANADA (1996), La société canadienne à l’ère de l’information: Pour entrer de plain-pied dans le XXIe siècle, Ottawa, Industrie Canada.

JONSCHER (1983) ; « Information ressources and Economic Productivity » in Information Economics and Policy, 1, pp. 13-35.

KAIL, Michel (1998); « Économie et politique » in Les Temps Modernes, 53e année, janvier-février, no. 587, pp.51-74

KUPIEC, Anne (1998); « Bibliothèque et sociologie de la connaissance » in Bulletin des bibliothèques de France, vol. 43, no. 2, pp. 35-37

LAJEUNESSE, Marcel (1987); « L’Ecole de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal : un quart de siècle de formation des professionnels de l’information (1961-1986) » in Argus, 16, no 1, mars 1987, p. 3-8.

LAJEUNESSE, Marcel; BERTRAND-CASTALDY, Suzanne (1990); « La réaction de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal aux mutations de la société de l’information : l’évaluation et la révision de son programme de maîtrise » in Argus, 19, no 1, printemps 1990, p.

LAJEUNESSE, Marcel; MORIN, Daniel (1996); « Les bibliothèques publiques du Québec 1977-1992 : analyse comparée des performances des bibliothèques autonomes  » in Argus, Vol. 25, no. 1, jan.-avril 1996, pp. 14-28

LALLEMENT, Michel (1996); Sociologie des relations professionnelles. Paris, La découverte, coll. Repères, 123 p.

LANCRY, Pierre-Jean; (1982)Théorie de l’information et économie, Paris, Économica, 129 p.

LANDA, Eveline (1994); « Qu’en est-il de l’enseignement de la bibliothéconomie et des sciences de l’information au Québec? » In Argus, volume 23, no 2, mai-août, p. 9-12.

LASH, Scott et John URRY, (1987) The End of Organized Capitalism, Madisson, University of Wisconsin Press, 383 p.

LASH, Scott et John URRY, (1994) Economies of Signs and Space, New York, Sage

L’ÉCUYER, Jacques (1995) « Les procédures d’assurance de qualité dans les universités québécoises » in Gestion de l’enseignement supérieur, Vol. 7, No. 1, mars, pp. 7-15

LELEUX, Claudine (1997) Repenser l’éducation « civique ». Autonomie, coopération, participation. Paris, Les Éditions du CERF, coll. Humanités, 120 p.

LÉVY, Pierre (1990) Les technologies de l’intelligence. L’avenir de la pensée à l’ère informatique. Paris, Éditions du Seuil, coll. Sciences, 233 p.

LÉVY, Pierre (1995) Qu’est-ce que le virtuel? Paris, La Découverte, Collection Sciences et société, 1995, 156 p.

LINE, Maurice B. (1998); Le métier de bibliothécaire. Un ensemble de pratiques confuses et discontinues » in Bulletin des bibliothèques de France, vol. 43, no. 2, pp. 44-48

LIPIETZ, Alain (1985); Mirages et miracles : problèmes de l’industrialisation dans le tiers monde. Paris, La Découverte, 188 p.

LIPIETZ, Alain (1993) Towards a New Economic Order : Postfordism, Ecology and democracy, Cambridge, Polity Press

LOJKINE, Jean (1994?) « La révolution informationnelle » in Terminal, Numéro 61 [ou à l’adresse Internet suivante http://terminal.ens-cachan.fr/Terminal/publication.html ]

LOJKINE, Jean (1998) « Quelle révolution aujourd’hui? » in Espaces-Marx, numéro spécial sur le 150e anniversaires du Manifeste du parti communiste.
http://www.iaf.regards.fr/EspMarx/Marx_98/Contributions/Autres%20contributions/Lojkine.html

LOSEE, Robert M. (1997); « A discipline Independent Definition of Information » in Journal of American Society of Information Science, Vol. 48, no. 3, (march), pp. 254-269

LYOTARD, François (1979) La condition post-moderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les Éditions de Minuit, 109 p.

MACHLUP, Fritz (1962); The Production and Distribution of Knowledge in the United States, Princeton, Princeton University Press, 416 p.

MACHLUP, Fritz (1970); Education and Economic Growth, Lincloln, University of Nebraska Press, 106 p.

MACHLUP, Fritz (1980), Knowledge : Its Creation, Distribution and Economic Signifiance, Knowledge and knowledge production, vol. 1, Princeton, Princeton University Press, 272 p.

MACHLUP, Fritz (1982), Knowledge : its creation, distribution, and economic significance. The Branches of Learning. vol. 2,  Princeton, Princeton University Press, 205 p.

MACHLUP, Fritz (1984), Knowledge : its creation, distribution, and economic significance. The Economics of Information and Human Capital. vol.3, Princeton, Princeton University Press, 205 p.

MARONGIU, Jean-Bastiste (1998) « L’âge de réseaux. Travail, capital espace temps, culture: le périple encyclopédique du sociologue Manuel Castells dans le monde façonné par la révolution de l’information. Premier tome » in Libération, le 26/2/98

MARSCHAK, Jacob (1968), « Economics of Inquiries, Communicatin and Deciding » in American Economic Review, 58(2), pp. 1-8

MARTIN, James et BUTLER, David (1981) Viewdata and the Information Society, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

MATTELART, Armand (1994) L’invention de la communication, Paris, La Découverte, 375 p.

MAYÈRE, Anne ; CRONIN, Blaise (sous la direction) (1997); La société informationnelle : enjeux sociaux et approches économiques, Paris, Éditions l’Harmattan, 1997, 239 p.

MÉDA, Dominique (1995) Le travail : une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, 1995, 358 p.

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS; BUREAU DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC (1997); Indicateurs d’activités culturelles au Québec. Sainte-Foy: Le Ministère, 1997, 148 p.

MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION (1996), Partenaires de demain. Éducation et technologie: État de situation, conférence socio-économique sur les technologies de l’information et des communications en éducation. Québec, Le Ministère.

MINISTÈRE DES FINANCES (1998), Québec objectif emploi. Vers une économie d’avant-garde. Une stratégie de développement économique créateur d’emplois. Québec, Le Ministère, 1998

MORIN, Daniel ; LAJEUNESSE, Marcel (1996) ; « Les bibliothèques publiques du Québec 1977-1992 : analyse comparée des performances des bibliothèques autonomes. » in Argus, janvier-avril 1996, Vol. 25, No. 1, pp. 14-28

MOSCO, Vincent ; WASKO, Janet (eds) (1984) The Political Economy of Information, Madison, University of Wisconsin Press.

O’NEIL, John (1995) The Povrety of Postmodernism, London, Routledge, 205 p.

SHIFLETT, Orvin Lee (1981); Origins of American Academic Librarianship, Ablex.

O’SULLIVAN, Tim (et autres) (1994) Key Concepts in Communication and Cultural Studies, Londres, Routledge, coll. Studies in Culture and Communication, 367 p.

OTLET, Paul (1934); Traité de documentation : le livre sur le livre : théorie et pratique, réédité en 1989, Liège, Centre de lecture publique de la communauté française, 431 p.

PARADEISE, Catherine. (1988); « Les professions comme marchés du travail fermés. » in Sociologie et société, vol XX, no. 2, octobre, pp. 9-21

PETRELLA, Riccardo (1996) Le bien commun. Éloge de la solidarité. 2e édition, Bruxelles, Éditions Labor, Collection Quartier Libre,93 p.

PETRELLA, Riccardo (1997) Écueils de la mondialisation. Urgence d’un nouveau contrat social. Montréal – Québec, Éditions Fides – Musée de la Civilisation, 48 p.

PORAT, Marc Uri ((1977) The Information Economy. Definition and Measurement. Washington, Office of Telecommunications, U.S. Department of Commerce.

PORAT, Marc Uri(1978), « Communication Policy in an Information Society » in Robinson, Glen O. Communications for Tomorrow : Policy Perspectives for the 1980’s, New York, Preager

POSTER, Marc (1990) ; The Mode of Information. Postructuralism and Social Context, Cambridge, Polity

PROULX, Serge (1984); « Présentation: L’informatisation : mutation technique, changement de société? » in Sociologie et sociétés, vol. XVI, no. 1, (avril), pp. 3-12.

QUÉRÉ, Louis (1982) Des miroirs équivoques. Aux origines de la communication moderne. Paris, Aubier, coll. Res Babel, 214 p.

RAMONET, Ignacio (1996); Nouveaux pouvoirs, nouveaux maîtres du monde. Un monde sans cap. Montréal – Québec, Éditions Fides – Musée de la civilisation, 28 p.

RITZER George (1996) « McUniversity in the Postmodern Consumer Society » in Quality in Higher Education, vol. 2, no. 3, november, pp. 185-199

ROLLAND-THOMAS, Paule (1995); « Essai sur la contribution de l’anthropologie culturelle aux fondements de la classification documentaire » in Documentation et bibliothèques, (janvier-mars), p. 7-18

ROUVILLOIS, Frédéric (1996) L’invention du progrès. Aux origines de la pensée totalitaire (1680-1730). Paris, Éditions Kimé, 487 p.

RUBY, Christian (1990); Christian Ruby, Le champ de bataille post-moderne / néo-moderne. Paris, L’Harmattan, 232 p.

SABY, Frédéric (1998); « Faut-il refonder la bibliothéconomie? » in Bulletin des bibliothèques de France, vol. 43, no. 2, pp. 21-24

Sans auteur (1995) « Premier recensement des métiers des bibliothèques » in Liaison bibliothèques N° 6.

SAVARD, Réjean (1992) ; « À la croisée des chemins : l’évolution de la profession de bibliothécaire » in Argus, printemps-été, Vol. 21, No. 1, pp. 9-15

SCHILLER, Herbert (1976) Communication and Cultural Domination. New York, International Arts and Sciences Press.

SFEZ, Lucien (1988) Critique de la communication, Paris, Éditions du Seuil. 520 p.

SHANNON, C.E.; (1956) « The Bandwagon » in Prague Conference on Information Theory, Statistical Decision Functions, Random Processes, Transaction of the… Prague Conference on Information Theory, Statistical Decision Functions, Random Process, 1st (November 28-30, 1956, Praha, Publishing House of the Czechoslovak Academy of Sciences.

SHANNON, Claude E. ; WEAVER, Warren (1975); Théorie mathématique de la communication. Paris, Retz-Centre d’Études et de Promotion de la Lecture, 188 p.

SOKAL, Alan; BRICMONT, Jean (1997), Impostures intellectuelles, Paris. Odile Jacob.

SPENCE-RICHARDS, Pamela (1998); « Vivre au rythme de l’utilisateur. Un enjeu aujourd’hui essentiel pour les bibliothécaires américains » in Bulletin des bibliothèques de France, vol. 43, no. 2, pp. 50-54

STENBERG, Catharina; HÖGLUND, Lars (1998); « Bibliothéconomie et sciences de l’information en Suède » in Bulletin des bibliothèques de France, vol.43, no. 2, pp. 55-60

STEVENS, Candice (1996) « Le savoir, moteur de la croissance » L’observateur de l’OCDE, no. 200, juin-juillet, p. 6-10

TAPSCOTT, Don (1996) The Digital Economy. Promise and Peril in the Age of Networked Intelligence, New York, McGraw-Hill.

TEICHLER, U. (1996) « L’enseignement supérieur et l’emploi: le débat d’idées et les réalités : 25 ans d’évolution » in Gestion de l’enseignement supérieur, Vol. 8, No. 3, novembre, pp. 29-44

THOM, René (1975) La théorie des catastrophes et ses applications. Actes du colloque de juin 1975, Paris, Systéma.

THOMPSON, John B. (1990); Ideology and Modern Culture. Critical Social Theory in the Era of Mass Communication. Stanford, Stanford University Press, 362 .

THOMPSON, John B. (1995); The Media and Modernity. A Social Theory of the Media. Stanford, Stanford University Press, 314 p.

TRABER, Michael (ed) (1986) The Myth of the Information Revolution. Social and Ethical Implications of Communication Technology. London, Sage.

VANDENBERGHE, Frédéric (1997); Une histoire critique de la sociologie allemande. Aliénation et réification. Tome I: Marx, Simmel, Weber, Lukacs. Paris, La Découverte / M.A.U.S.S., 290 p.

VATTIMO, Gianni (1990) La société transparente, Paris, Desclée de Brouwer, 98 p.

WAGNER, Peter (1995) « The technology question and the first crisis of modernity » in Mikael HARD et Andrew Jamison (ed) ; The Machine in the Mind. Technology Discourses 1900-1939.

WEBSTER, Frank (1995) The Theories of the Information Society, Routledge, London, 257 p.

WIENER, Norbert (1971) Cybernétique et société, Paris, Union Générale d’Éditions, 509 p.

WILLMOTT, H. C. Strength is ignorance; slavery is freedom: Managing culture in modern organizations. In Journal of Management Studies, 1993, 30(4), 515-552.

WINSLOW, Charles D. ; BRAMER, William B. (1994) Future Work : Putting Knowledge to Work in the Knowledge Economy, Toronto, Free Press.

WRIGHT MILLS, C. (1970) Les cols blancs. Essai sur les classes moyennes américaines, Paris, François Maspéro, (1951), 411 p.

A propos charro1010

Bibliothécaire des Appalaches
Cet article, publié dans Idéologie, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s