Présentation de Hermès : revue critique numéro 9 par Roger Charland

Présentation

Paru dans le no 9 de HRC (HERMES : revue critique)

Voici un numéro en solo. En effet Pierre Blouin, co-éditeur de cette revue électronique, prend une retraite bien méritée. Il n’a pas l’âge de la retraite, mais il veut se concentrer sur d’autres choses. Je lui souhaite bonne chance. Je le remercie pour les traductions et les excellents textes qu’il a publié ici.

Je salue, pour autant qu’il est possible, un grand ami Michel Ouellet. Une amitié qui datait de longtemps et qui était signifiante pour moi. Je n’en écris pas plus ici, je vous invite à lire ce court texte qui ne fut pas très facile à rédiger.

Dans un long texte, présenté en deux parties, Raphaël CLERGET propose une lecture serrée de la Théorie esthétique d’Adorno et des rapports de cette dernière avec la pensée de Marx. Il s’agit d’une contribution importante concernant les racines de la théorie esthétique de Adorno. La fin du texte paraîtra dans le numéro 10 de Hermès : revue critique.

Dans une toute autre optique, Sandrine Daraut nous présente une approche systémique de l’information organisationnelle. Elle nous présente un texte très intéressant qui, enfin, n’est pas qu’une suite d’idées toutes faites de cette théorie. La tautologie habituelle est évitée ici. Celle qui dit que nous sommes dans une société de l’information qui repose sur l’information. Position futile et idiote il faut le répéter qui est celle courante en bibliothéconomie. Une tautologie creuse, comme Pierre Blouin le démontrait fort bien dans sa série de textes sur le discours idéaliste de l’information.

Wilson, Ponzi et Koenig proposent deux textes tout aussi amusant. Un de ces textes nous pose une très bonne question « Knowledge management: another management fad? »  La réponse est positive. Il faudra très bien lire ces textes. Sandrine Daraut interroge l’information organisationnelle, Wilson analyse le non-sens d’une telle approche, et finalement, Ponzi et Koenig nous convainc qu’il ne s’agit que d’une mode. La victoire du discours technologique sera peut-être de courte durée. Les scandales politiques et financiers ne sont que l’ombre d’un système qui s’en tire très mal. (1)

Enfin, Joseph Henrotin nous entraîne dans les méandres du surhumain, ce militaire cyborg. Certains d’entre vous se demandent pourquoi Hermès publie un article sur un sujet de cette sorte? La réponse est bien simple, observez bien les origines de l’approche de ce militaire surhomme, elles sont les mêmes qu’utilise les théoriciens de la société de l’information. L’humain est imparfait, la technologie aide à l’améliorer. On verra sans doute là une logique implacable du progrès, une nécessité. Pourquoi lutter alors contre l’histoire, surtout celle des vainqueurs nous dirait Walter Benjamin ?  Juste pour l’humanité !

En mai prochain, pour saluer le prochain congrès de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec qui portera sur le thème suivant  « D’un service d’aide à un service stratégique pour l’usager : le positionnement de la bibliothèque dans la nouvelle société de l’information », nous proposerons un numéro spécial sur le mythe de la dite société. Comment mettre en place une critique de ce mythe : simplement en montrant comment la mondialisation néolibérale fonctionne, comment elle est la machine réelle de cette nouvelle société dite de l’information. Soyez patients… vous verrez bien.

Si vous voulez participer à Hermès, je vous y invite en m’envoyant vos textes.

Bonne lecture !

Roger Charland

NOTES

(1) À ce propos voir le texte de présentation intitulé « The New Economy: Myth and Reality » d’un numéro de Monthly Review, de l’été 2001, portant sur la nouvelle économie. Il y était écrit : « We are living through an unprecedented situation marked by dramatic new developments, including not only the New Economy boom and bust, but also an unheard of polarization of wealth, rampant globalization, and the greatest merger wave in history aimed at the takeover of larger and larger sections of the world market by a relatively small number of global-monopolistic corporations. Rather than trying to predict what will happen under these rapidly changing circumstances we should be keeping our eyes on the main contradictions and tendencies that will feature prominently in any future developments, recognizing all along that this is a phenomenon of capital accumulation and crisis—and hence class struggle. » http://www.monthlyreview.org/0401edit.htm . Imaginez maintenant les conclusions de cette présentation à la lumière de la crise boursière et surtout de l’écroulement du marché des nouvelles technologies. Et tout cela a été écrit avant le 11 septembre 2001.

A propos charro1010

Bibliothécaire des Appalaches
Cet article a été publié dans Présentation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s