Présentation du numéro 6 de Hermèes : revue critique

Présentation

Un numéro d’HERMÈS avec un peu de retard… c’est la norme. Un numéro d’HERMÈS avec beaucoup de retard… c’est un disque rigide qui flanche. Et les copies de sécurité alors ! Hum ! Oublié…

Mais un nouveau numéro avec une nouvelle présentation. J’espère qu’elle vous plaira.

Voici un numéro qui était en grande partie terminé depuis un bon mois. Vous pouvez le lire, le savourer peu-être. Un prochain HERMÈS verra le jour dans les deux mois qui viennent. Le prochain portera sur les questions de la bibliothéconomie et de la société de l’information, de la mondialisation et du conservatisme. Nos thèmes habituels quoi.

Vous remarquerez en lisant le sommaire du présent numéro, qu’il est surtout question dans cette sixième mouture d’économie politique, mais d’économie politique de la bibliothéconomie, comme William F. Birdsall nous y introduit. Pierre Blouin continue dans cette vague en s’interrogeant sur la nouvelle économie et de ses rapports avec l’ancienne, et il propose aussi, dans un second texte, une interrogation très intéressante sur les sciences de l’information. Timothy Luke propose une analyse des plus perspicace de l’économie mondiale. Ce texte, je ne le cacherai pas, j’aurais aimé en être l’artisan. Mais, l’important c’est qu’il soit publié ici dans HERMÈS. Il nous propose aussi un texte critique de Negroponte, texte déjà publié en anglais, et que nous reprenons ici pour les lecteurs d’HERMÈS. Il y aura d’autres textes de Tim Luke qui seront publiés dans un avenir rapproché dans HERMÈS.

Un seul autre compte rendu est disponible dans ce numéro. Mais il est important. Il faut réfléchir de manière sérieuse sur cet individu qu’est Jean-Charles Harvey, sur son oeuvre et sa vie. Dans un Québec des plus conservateur, il a réussi de peine et de misère à défendre ses idées, il a réussi à les publier, à les rendre disponibles au citoyen « libre » du Québec. Alain Lacombe nous propose un compte rendu d’une biographie de Harvey.

Enfin je me permet d’inclure dans ce numéro un poème de Primo Levi qui figure au tout début de Si c’est un homme. Ce livre relate son expérience dans les camps nazis durant la dernière guerre mondiale.

Bonne lecture et merci pour vos commentaires.

Roger Charland

A propos charro1010

Bibliothécaire des Appalaches
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s