Knowledge management: another management fad? Leonard J. Ponzi et Michael Koenig

Knowledge management: another management fad?

Leonard J. Ponzi
Doctoral Candidate, College of
Information and Computer Science, Long Island University, New York, USA

Michael Koenig
Professor & Dean, Palmer School of
Library and Information Science, Long Island University, New York, USA


Paru dans le no 9 de HRC  (HERMÈS : revue critique)

Introduction

Analytical framework for examining management fads

Quality Circles

Total Quality Management & Business Process Reengineering

The case of knowledge management

Summary


Introduction

Starting in 1995 there has been an explosion in the literature surrounding the developing concept of knowledge management. Today, hardly anyone can attend a conference or read a journal without seeing literature referring to the concept. Despite its popularity, the jury is still out as to whether knowledge management will become a significant and permanent component of management, or just another management fad.

The concept has been defined broadly with a number of definitions being touted. For example, Ponelis and Fair-Wessels (1998) assert that knowledge management is a new dimension of strategic information management. Davenport and Prusak (1998) claim that knowledge management is the process of capturing, distributing, and effectively using knowledge. Skyrme (1997) suggests that knowledge management is the explicit and systematic management of vital knowledge along with its associated processes of creating, gathering, organizing, diffusing, using, and exploiting that knowledge.

This paper’s objective is not to provide another knowledge management definition but to illuminate its current state of development. It uses annual frequency counts of articles on three well-known fads to demonstrate that management fads generally peak in approximately five years. Applying this technique to the concept of knowledge management allows the paper to shed light on the field as a whole.

Analytical framework for examining management fads

In this section, we present empirical evidence that management fads generally peak in approximately five years. We provide support by applying the simple bibliometric technique of article counting to three well-known management fads.

A management fad can be considered an innovative concept or technique that is promoted as the forefront of management progress and then diffuses very rapidly among early adopters eager to gain a competitive advantage. After organizational leaders come to the realization that the concept has fallen short of its expected benefits, the concept is quickly discontinued or drops back to very modest usage.

The graphing of article-counts annually is a bibliometric technique that determines how many articles have been devoted to a given concept over time. The rationale for this method is that bibliographic records are a relativety objective indicator for measuring discourse popularity. In other words, the higher the article counts, the larger the volume of discussion.

The initial result of the article-counting technique is time-series data that can be charted into a lifecycle (Abrahamson & Fairchild, 1999). The most well-known lifecycle shape is an S-curve. It depicts an ideal representation for the emergence, growth, maturity, and decline of an idea or product. In reality, however, not all ideas and products exhibit an S-shaped lifecycle (Rogers, 1995). Our concern is the lifecycles of fads and fashions. As illustrated in Figure 1, fads emerge quickly and are adopted with great zeal, then peak and decline just as fast. Fashions, on the other hand, are fads that briefly show signs of maturity before declining (Wasson, 1978).

Figure 1: Fad & fashion lifecycles
(Source: Wasson 1978)

The theory of management fashion primarily draws from the work of Eric Abrahamson. Abrahamson’s (1991, 1996) theory describes the process by which « fashion setters, » or fashion evangelists, which are generally consulting firms, management gurus, mass-media publications, and business schools, disseminate beliefs that certain management techniques are at the forefront of management progress.

Once information is published in the form of articles, annual counts can be captured to provide time-series data that can be charted and analyzed. Based on the work of Abrahamson (1991, 1996) and Abrahamson & Fairchild (1999), the bibliometric technique of article counting is a reliable analytical approach to begin an analysis of the published literature in order to illuminate and trace the development of a concept.

In recent years, the academic and industry communities have observed numerous management fads – for example, Quality Circles, Total Quality Management, and Business Process Reengineering (Hilmer & Donaldson, 1996). The Quality Circles movement is graphed below for illustration.

Quality Circles

In the early 1980s, Quality Circles became of interest to American manufacturers as a competitive tool in response to the quality gap with Japan. This management technique theorized the importance of organizational goals to achieve greater quality and labour productivity.

A literature review shows that between 1980 and 1982, 90% of the Fortune 500 companies had adopted the Quality Circles management approach (Lawler & Mohrman, 1985). Afterwards, a survey conducted by Castorina and Wood (1988) revealed that more than 80% of the Fortune 500 companies that originally adopted Quality Circle programs in the early 1980s had abandoned them by 1987.

In 1996, Abrahamson created a Quality Circles lifecycle that independently confirms the literature’s claims that the Quality Circle movement was indeed a management fad. Retrieving article counts from ABI Inform, Abrahamson graphed a ten-year trend line representing articles that include the phrase ‘Quality Circles’ in either the title or abstract.

Abrahamson’s results revealed that the Quality Circles movement to have a bell-shape pattern. The pattern depicts a rapid growth starting in 1978 and then reversing in 1982 (see Figure 2). By 1986, this measure returned to its pre-popularity levels, which indicates a management fad.

Figure 2: The lifecycle of quality circles, 1977-1986
(Source: Abrahamson, 1996)

Furthermore, we also observed that Quality Circles’ momentum peaked in five years and we wanted to know if this time period was consistent in other management fashions. To test this proposition, we developed lifecycles with an accepted management fad and a management fashion, namely, Total Quality Management and Business Process Reengineering.

Total Quality Management & Business Process Reengineering

Total Quality Management and Business Process Reengineering were quality movements that became popular in the 1980s and 1990s. To date, neither lifecycle has been charted from a bibliometric perspective.

To capture a broader lifecycle image than Abrahamson’s work, article counts were retrieved on March 16, 2002 from three DIALOG files: Science Citation Index (File 34), Social Science Citation Index (File 7), and ABI Inform (File 15). (See Appendix for Dialog search strings and commands) These files were selected because of their comprehensive and broad coverage of the academic and industry literature.

After counts were captured annually by querying for each key phrase located in the title, abstract or descriptor fields and duplicates removed, the results were graphed using Microsoft Excel. The assumption made is that retrieved records that included each key search phrase in the mentioned bibliographic fields are representative writings focused on the subject.

The resulting Total Quality Management and Business Process Reengineering lifecycle graphs clearly resemble the bell-shape fashion pattern noted earlier in the Quality Circles movement (see Figure 3 and Figure 4). The graphs strikingly illustrate the way in which these movements grew and fell in popularity as represented in the academic and industry literature.

Figure 3: Total Quality Management, 1990-2001


Figure 4: Business Process Reengineering, 1990-2001

When comparing Figures 2, 3, and 4, each management fashion peaked from four to six years after some momentum had started. More specifically, in 1979 Quality Circles appeared to have momentum only to peak in five years. The same holds true for Total Quality Management (starting in the late 1980s and peaking in 1993) as well as Business Process Reengineering (starting in 1991 and peaking in 1995). To this end, it is reasonable to assume that management fads begin to lose popularity in about five years.

The limitations to this assumption are, of course, that this phenomenon has been tested in only three cases and that the article counts were limited to just three databases. The following section discusses the above approach in the context of knowledge management.

The case of knowledge management

To a large extent, knowledge management is being considered by many as an emerging multidisciplinary field associated with the likes of system engineering, organizational learning, and decision support, to mention a few. Skeptics, on the other hand, are claiming that knowledge management is just another fad like Total Quality Management or Business Process Reengineering. In this section, the article-counting technique is applied to the concept of knowledge management in order to illuminate its current state of development.

Using the same approach employed in the earlier cases, article counts were retrieved from the three DIALOG files i.e., Science Citation Index (File 34), Social Science Citation Index (File 7), and ABI Inform (File 15). The retrieved counts were articles that included the phrase ‘knowledge management’ in its title, abstract, or descriptor fields. The assumption made is that retrieved records that included ‘knowledge management’ in these fields represent writings focused on knowledge management.

Figure 5: Knowledge management, 1991-2001

The results, which are graphed above in Figure 5, suggest that knowledge management has weathered the five-year mark and perhaps is becoming an addition to the management practice. The diagram illustrates that the popularity of Knowledge Management expanded rapidly from 1997 through 1999, contracted in 2000, and then rebounded in 2001. To explore the growth period of the knowledge management lifecycle further, an additional bibliometric technique was used to reveal of Interdisciplinary Activity.

Interdisciplinary activity indicates the exportation and integration of theories or methods to other disciplines (Pierce, 1999; Klein, 1996), in our case, to the development of the emerging field of knowledge management. The method ranks journal names of knowledge management source articles from above and then assigns an ISI’s Subject Category Code. ISI’s codes have been operationalized by ISI and have been assumed as indicators of disciplines (White, 1996). This study assumed a threshold count of three or greater. In other words, three or more sources articles in ISI-assigned journals needed to occur in order to be included in the analysis. This threshold reduces the number of random occurrences in journals and indicates the concentration of publication activity.

Table 1: Interdisciplinary activity by column percentage, 1996-2001
Discipline 1996 1997 1998 1999 2000 2001
Computer Science 35.7% 43.1% 42.0% 38.8% 28.7% 36.2%
Business 21.4% 16.9% 32.4% 25.6% 18.0% 20.7%
Management 42.9% 7.7% 5.3% 12.8% 13.2% 17.2%
Information Science & Library Science 15.4% 10.6% 7.9% 16.9% 14.2%
Engineering 10.8% 4.3% 8.6% 13.6% 7.7%
Psychology 6.2% 5.3% 1.7% 1.8% 1.5%
Multidisciplinary Sciences 2.0% 4.0%
Energy & Fuels 0.7% 3.7% 0.7%
Social Sciences 1.7%
Operations Research & Mgt. Science 1.0%
Planning & Development 1.0%
Total: 14 65 207 407 272 401
Interdisciplinary Breadth: 3 6 6 10 8 8

Table 1 is the proportion of disciplinary affiliation of journals over time. In the 1996, interdisciplinary activity appeared mainly in three areas of study, namely, Computer Science, Business, and Management. Through 1999, the number of disciplines, or Interdisciplinary Breadth expanded to 10. According to Koenig (2000), this expansion was in response to new developments in technology and to organizations seeking an advantage in an increasingly competitive market.

In 2000, a pullback in popularity occurred that is, the total number of articles dropped by about 30%. Proportionally, Computer Science and Business experienced a decrease while the remaining six disciplines increased. According to Abrahamson (1991, 1996), swings downward in popularity might be the direct result of shortfalls in realized benefits being experienced by organizations. One such study that indicated knowledge management was coming up short was in 1999, when Bain & Company conducted their well-known survey on management tools and techniques. Bain & Company reported that knowledge management « not only had relatively low utilization but also very low satisfaction scores relative to the average » (Rigby 2001: 145). Finally, while in 2001 the top two disciplines return approximately to 1996 proportions, the breadth of disciplines participating has more than doubled since 1996.

Summary

This paper provides empirical evidence that management movements generally reveal themselves as fads or fashions within approximately five years after having gained some type of momentum. When applying this general rule of thumb to the popular concept of knowledge management, it appears that knowledge management has initially survived.

It is certainly plausible to hypothesize that if knowledge management does indeed mature into a permanent new component of managerial attention, it will continue to grow and in the process undergo a tweaking phenomenon — that is, morphing or transforming into clearer, easier understood concept. The 2000 dip in popularity does suggest such a phenomenon.

To examine whether knowledge management indeed has survived and is on its way to becoming a significant and permanent part of management’s tool box, will require not only the passage of time, but will also require a somewhat more sophisticated analysis. It is quite plausible that this phenomenon could obscure the continued growth of a movement. In other words, focusing on the appearance of a new title term can distinguish between typical fads and more long-lasting phenomena, but a more detailed analysis, which the authors look forward to conducting, needs to be undertaken to determine whether knowledge management is more than an unusually broad shouldered-fad.


To discuss this paper, join the IR-DISCUSS discussion list by subscribing at http://www.jiscmail.ac.uk/lists/IR-DISCUSS.html


Appendix

B 7,15,34
? S ((Total Quality Management) or TQM)/de,ti,ab and py=Year
S1
? rd
Record count

B 7,15,34
S (Business Process Reengineering) or BPR)/de,ti,ab and py=Year
S1 ?
rd
Record count

How to cite this paper:Ponzi, L and Koenig, M (2002) « Knowledge management: another management fad? »   Information Research, 8(1) [Available at http://InformationR.net/ir/8-1/paper145.html%5D© the authors 2002.
Last updated: 24th September 2002
Publié dans Bibliothéconomie, Société de l'information | Laisser un commentaire

The nonsense of ‘knowledge management’ T.D. Wilson

The nonsense of ‘knowledge management’

T.D. Wilson
Professor Emeritus
University of Sheffield, UK
Visiting Professor, Högskolan i Borås
Borås, Sweden

Paru dans le no 9 de HRC (HERMÈS : revue critique)

Wilson, T.D. (2002) « The nonsense of ‘knowledge management' » Information Research, 8(1)
[Available at http://InformationR.net/ir/8-1/paper144.html ]

Abstract

Examines critically the origins and basis of ‘knowledge management’, its components and its development as a field of consultancy practice. Problems in the distinction between ‘knowledge’ and ‘information’ are explored, as well as Polanyi’s concept of ‘tacit knowing’. The concept is examined in the journal literature, the Web sites of consultancy companies, and in the presentation of business schools. The conclusion is reached that ‘knowledge management’ is an umbrella term for a variety of organizational activities, none of which are concerned with the management of knowledge. Those activities that are not concerned with the management of information are concerned with the management of work practices, in the expectation that changes in such areas as communication practice will enable information sharing.


Summary

Introduction

‘Knowledge’ and ‘information’

What is ‘knowledge management’?

Decision Support Systems

Journal of Management Information Systems

Wirtschaftsinformatik

European Journal of Information Systems

Expert Systems with Applications

Nfd Information Wissenschaft und Praxis

IBM Systems Journal

Journal of Strategic Information Systems

Journal of Management Studies

Journal of the American Medical Informatics Association

The consultancy view

Accenture

Cap Gemini Ernst and Young

Deloitte and Touche

Ernst and Young

KPMG Consulting

McKinsey and Company

Price waterhouse Coopers

Conclusion on the consultancies

The view from the business schools

‘Search and replace marketing’

Tacit knowledge

The people perspective

Conclusion

References


Introduction

The growth of ‘knowledge management’ as a strategy of consultancy companies is one of a series of such strategies dating from Taylor’s (1911) ‘scientific management’ of the early part of the last century. ‘Time and motion study’ developed directly out of scientific management and continued into the 1970s as a widespread industrial engineering technique. In the late 1930s, the ‘human relations school’ emerged out of research between 1927 and 1932 at the Western Electric Hawthorne Works in Chicago (Mayo, 1933) and had a considerable influence in the emerging consultancy companies after the Second World War.

In the second half of the last century, the pace of new techniques quickened considerably: we have seen (not in chronological order and not a complete list):

‘the repertory grid’ ‘management by objectives’
‘theory X and theory Y’ ‘T-groups’
‘the matrix organization’ ‘Planning Programming Budgeting System’
‘zero-based budgeting’ ‘organization development’
‘total quality management’ ‘downsizing’
‘organizational learning’ ‘systems thinking’
‘team-building’ ‘cultural change’
‘strategic information systems’ ‘benchmarking’
‘ISO9000 certification’ ‘the balanced scorecard’
‘core competencies’ ‘business process re-engineering’
‘enterprise resource planning’ ‘customer relationship management’
and now
‘knowledge management’.

These have sometimes been called management fads and fashions, but it would be wrong to assume that, for that reason, they all lacked effectiveness when applied in organizations. Some, however, have been disastrous: Stephen Roach, Chief Economist at Morgan Stanley, was a strong protagonist for downsizing, arguing that it was the cure for any company’s problems, but in 1997 he reversed that opinion, arguing that, on the contrary, it could be a recipe for industrial disaster. Jenkins (1997) reports Cameron, a researcher in organizational behaviour, as saying that, « downsizing [is] the most pervasive yet unsuccessful change effort in the business world ». Some techniques fail, or at least are dropped from the repertoire, because they are Utopian in character: organizations are told that the technique must be applied throughout the organization for the full benefits to be achieved. This was the case with business process re-engineering, but businesses quickly realised that the costs of carrying out BPR throughout the organization would be crippling and, because they attempted to apply the technique to only part of the company, the results were less than satisfactory – in fact, two thirds of BPR efforts are said to have failed (Hall, et al., 1994). Knowledge management (whatever it is) also shows signs of being offered as a Utopian ideal and the results are likely to be similar.

‘Knowledge’ and ‘information’

In management consultancy it is, perhaps, not too serious to fail to distinguish between related concepts (although I suspect that management researchers would not be happy with this proposition), but for the fields of information science and information systems, it is clearly necessary for us to distinguish between ‘information’ and ‘knowledge’. Failure to do so results in one or other of these terms standing as a synonym for the other, thereby confusing anyone who wishes to understand what each term signifies.

Happily, it is quite easy to distinguish between ‘knowledge’ and ‘information’ in such a way as to remove ambiguity and, at the same time, demonstrate the fundamental nonsense of ‘knowledge management’.

‘Knowledge’ is defined as what we know: knowledge involves the mental processes of comprehension, understanding and learning that go on in the mind and only in the mind, however much they involve interaction with the world outside the mind, and interaction with others. Whenever we wish to express what we know, we can only do so by uttering messages of one kind or another – oral, written, graphic, gestural or even through ‘body language’. Such messages do not carry ‘knowledge’, they constitute ‘information’, which a knowing mind may assimilate, understand, comprehend and incorporate into its own knowledge structures. These structures are not identical for the person uttering the message and the receiver, because each person’s knowledge structures are, as Schutz (1967) puts it, ‘biographically determined’. Therefore, the knowledge built from the messages can never be exactly the same as the knowledge base from which the messages were uttered.

In common usage, these two terms are frequently used as synonyms, but the task of the academic researcher is to clarify the use of terms so that the field of investigation has a clearly defined vocabulary. The present confusion over ‘knowledge management’ illustrates this need perfectly.

The consequence of this analysis is that everything outside the mind that can be manipulated in any way, can be defined as ‘data’, if it consists of simple facts, or as ‘information’, if the data are embedded in a context of relevance to the recipient. Collections of messages, composed in various ways, may be considered as ‘information resources’ of various kinds – collections of papers in a journal, e-mail messages in an electronic ‘folder’, manuscript letters in an archive, or whatever. Generally, these are regarded as ‘information resources’. Thus, data and information may be managed, and information resources may be managed, but knowledge (i.e., what we know) can never be managed, except by the individual knower and, even then, only imperfectly. The fact is that we often do not know what we know: that we know something may only emerge when we need to employ the knowledge to accomplish something. Much of what we have learnt is apparently forgotten, but can emerge unexpectedly when needed, or even when not needed. In other words we seem to have very little control over ‘what we know’.

What is ‘knowledge management’?

If the definitions above are adequate to distinguish between ‘knowledge’ and ‘information’ (and genuine debate on this would be useful), the question of what ‘knowledge management’ might be becomes interesting. The Web of Science (all three citation indexes) was searched, from 1981 to 2002 for papers with the term ‘knowledge management’ in the title. The search was restricted to the title mainly to produce a manageable data file, but also on the proposition that if the term appeared in the title, the papers were likely to focus clearly on the topic.. The result is shown in Figure 1:

It can be seen that the term did not occur until 1986 and from 1986 to 1996, there were only a few occurrences in each year. From 1997 to date, however, the growth has been exponential (note: the data for 2002 are projected from the data available on 1st November 2002 and, if the projection is accurate, it suggests that the rate of growth has slowed considerably). There is, of course, a problem with a quantitative analysis of this kind – we do not know whether all of the items in the file actually deal with the same subject. Given the fuzziness of the term, authors may be using it to cover a very diverse range of topics. This problem is addressed, partly, in what follows.

When we look in more detail at the items in the first eleven years (1986-1996) we find a very wide range of subjects represented under the heading ‘knowledge management’. Two items were simply editorials in journals – when these are removed we are left with thirty-three papers, the largest single category of which deal with artificial intelligence and expert systems (seven papers), followed by general aspects of computing (four papers), decision support systems (three papers) information technology in general (two papers) and miscellaneous subjects (i.e., databases, digitisation, geographical information systems, and human-computer interaction – four papers) Taking these together as dealing with computing and its applications, we have 61% of the papers. Apart from these computing topics we have education, the human genome project, information policy, information management, organizational structure, product development, terminology, and a variety of other subjects. Clearly, however, before the surge in publication in 1997, ‘knowledge management’ meant some application or other of computers, with the influence stemming from the notion of ‘knowledge bases’ in the expert systems field. The analysis also suggests that, from the beginning, there has been confusion over what the term meant, since few of these papers bother to define the term.

This focus on technology appears to persist: I downloaded 158 references from the Web of Science for 1999 to 2001 into EndNote and then searched the abstracts for specific terms: without taking account of double counting, ‘information technology’, ‘technology’ and ‘software’ occurred a total of 66 times, while ‘information sharing’, ‘communities of practice’ and ‘knowledge sharing’ occurred a total of only 10 times.

To determine the current nature of ‘knowledge management’ in more detail, I searched the Web of Science again (all three citation indexes) for papers published in 2001 with the phrase ‘knowledge management’ in the record. Excluding abstracts of papers, this produced 242 items, distributed over 106 journals. On a relatively crude classification, the 106 journals were distributed across 26 subject fields, with six fields having more than three journal titles. This suggests that the concept (although interpreted in different ways in different fields) is widely distributed across fields of practice.

Table 1: Subject range of journals
Subject area No. of titles
Computing & Information systems 26
Information Science, Information Management & Librarianship 18
Management 13
Artificial Intelligence 10
Engineering 8
Medicine 4

Only 41 journals carried more than one paper with the relevant phrase in the title in the year, and only 10 journals carried more than four. These were:

Table 2: Journal titles with more than four papers on
‘knowledge management’ in 2000
Journal Title No.
Decision Support Systems (SI) 12
Journal of Management Information Systems (SI) 10
Wirtschaftsinformatik (SI) 10
European Journal of Information Systems (SI) 9
Expert Systems with Applications (SI) 9
Nfd Information Wissenschaft Und Praxis 8
IBM Systems Journal (SI) 7
Journal of Strategic Information Systems (SI) 7
Journal of Management Studies (SI) 6
Journal of the American Medical Informatics Association 5

Assuming that these journals constitute the ‘core’ journals of the field (at least for the year 2001), it is interesting to note the strong orientation towards the field of information systems. At least six of the journals are in this area, seven if we include medical informatics within information systems. The exceptions are Expert systems with applications and Nfd Information Wissenschaft und Praxis (interestingly, the only information science journal in the set – although others appear with lower paper counts). This raises the suspicion that, while the range of subject fields in which the concept appears may be wide, the subject within any field is likely to have an information systems orientation.

Further examination of the journals revealed that eight of the papers retrieved were simply Editorials to thematic issues and that the IBM Systems Journal special issue had twelve papers rather than the seven revealed by the search. This gives a grand total of eighty papers to examine to discover what they have in common that can define ‘knowledge management’.

Decision Support Systems

Ten of these papers were in one special issue devoted to ‘knowledge management’. In seven of the eleven papers, the authors are using ‘knowledge’ simply as a synonym for ‘information’. Use of the word ‘knowledge’ adds nothing to the argument and often simply confuses. Sometimes the terms are juxtaposed in curious ways, for example:

« Knowledge management has inspired a shift from a transaction to a distributed knowledge management (DKM) perspective on inter-organizational information processing… Each player in the network acquires specific knowledge from other players for decision support. » (Pederson & Larson, 2001)

This appears to mean no more than, ‘We have decided to call inter-organizational information systems that involve information sharing « distributed knowledge management systems »‘.

One of the eleven papers deals with data-mining, and one deals with business process re-engineering. One offers a systems framework for knowledge management, which is little different from a systems framework for information management, and one explores how managers need to understand things before they make decisions (!).

Journal of Management Information Systems

All of the papers in this journal were in one special issue devoted to ‘knowledge management’ and one was simply the Editorial, without an abstract. The papers are rather less information systems focused than in Decision Support Systems and cover a wide range of topics. At least three or four are simply using ‘knowledge’ as a synonym for ‘information’ and at times the jargon that attempts to hide this fact can be impenetrable One deals with ways to make e-mail more effective, one with other aspects of communication in organization, one with intellectual property rights, one with the fact that firms need an information infrastructure, and one deals with how difficult it is to transfer ‘tacit knowledge’ – quoting Polanyi, but assuming, wrongly, that tacit knowledge can be made explicit.

Wirtschaftsinformatik

Another case of the number of papers being inflated by a special issue – eight of the ten papers are from this issue and one appears to be the Editorial. Half of the papers are simply using ‘knowledge’ as a synonym; for example, describing documents as ‘documented knowledge’, two deal with the barriers in human communication in organizations, one with expert systems, one with hiring people to acquire ‘external information’, and one with the evaluation of ‘knowledge management systems’, i.e., information systems under another name.

European Journal of Information Systems

Six of the nine papers were in one issue of the journal and one was the Editorial. The remaining five deal with various organizational issues, usually without defining what is meant be knowledge, so that one is forced to the conclusion that the authors are writing about ‘information’. How is it possible, for example, to speak of transferring ‘knowledge’ into a ‘database’? It is possible to transfer data about what we know into a database, but it is never possible to transfer the knowledge. Only one paper (Sutton, 2001) asks what knowledge is and whether it can be managed, but then confuses things by referring to information as ‘codified knowledge’. In fact, in most papers, one has the impression that the authors are trying desperately to avoid talking about information and information systems – presumably in order to satisfy the requirements for having their papers accepted in a special issue!

Expert Systems with Applications

Another special issue in which all of the papers are attempts to present expert systems as part of the ‘knowledge management’ fashion. Various techniques are described as ‘knowledge management tools’, but in all cases it turns out that these involve not knowledge but, for example, information about the intellectual resources of a firm, or software ‘agents’ that function on the use of information. It all appears to be part of the attempt to re-sell expert systems under a new label.

Nfd Information Wissenschaft und Praxis

Occasionally authors get tangled up in the lack of a clear distinction between knowledge and information: thus an ‘Enterprise Information Portal’ becomes a ‘knowledge management system’. (Koenemann, et al., 2000) . This journal is predominantly concerned with information science (as the title indicates) and, not surprisingly two of the papers are concerned with information retrieval and information extraction, one with journals and patents as repositories of ‘organizational knowledge’, one with information software of various kinds, one with the role of the information worker in a ‘knowledge economy’, and two with the use of the ‘balanced scorecard’ technique – thereby nicely linking two managerial fads!

IBM Systems Journal

All of the papers are in one special issue of the journal, which, in fact, contains thirteen papers on the subject, not simply the seven retrieved by the search strategy. The papers are rather more diverse that those in the journals examined previously and, overall, are less oriented towards information systems. Nevertheless, five papers have a technology orientation. The first of these, by Marwick (2001) is flawed simply because it accepts, uncritically, Nonaka’s mistaken understanding of Polanyi’s concept of tacit and explicit knowledge. However, this analysis is soon abandoned because Marwick comes to the unsurprising conclusion that, ‘there are still significant shortfalls in the ability of technology to support the use of tacit knowledge – for which face-to-face meetings are still the touchstone of effectiveness.’ and ‘…the strongest contribution to current solutions is made by technologies that deal largely with explicit knowledge, such as search and classification.’ [‘Explicit knowledge’, of course, is simply a synonym for ‘information’.] The first of the remaining ‘technology’ papers deals with ‘knowledge portals’, which turn out to be, ‘…single-point-access software systems intended to provide easy and timely access to information and to support communities of knowledge workers who share common goals.’ In other words, a Web-based information system. The rationale for adopting the term ‘knowledge portal’ becomes very convoluted at times: ‘We refer to information portals used by knowledge workers as knowledge portals (or K Portals for short) to differentiate this KM role and usage from other portal roles, such as consumer shopping or business-to-business commerce.’ (Mack, et al., 2001). The ‘Lotus Knowledge Discovery System’ (Pohs, et al., 2001) consists of a ‘K-station portal’, which is a system to manage ‘…mail, calendar, discussions, to-do items, team rooms, custom applications, and Web sites…’ [Lotus Domino perhaps?], the ‘Discovery Server’, which is ‘…an index to the written information and expertise that exist within an organization’ and which includes ‘spiders’ to gather information from Notes databases, file system files, and external Web sites, and the ‘K-map’, which is, essentially, an information mapping and retrieval system. Of the remaining two technology oriented papers one is on the application of data-mining techniques to textual data bases, but instead of referring to this as ‘text-mining’, it is described as ‘knowledge-mining’. The other paper is a review of the state of the art of speech recognition.

Four papers have more of a social or human orientation: two deal with ‘communities of practice’, defined as ‘…a group whose members regularly engage in sharing and learning, based on their common interests’ (Lesser & Storck, 2001). Somewhat obviously, the authors conclude that such groups benefit the organizations of which they form part, and ought to be fostered by management. The second paper (Gongla & Rizzuto, 2001) describes how such communities have been fostered in IBM. The remaining two papers in this category deal with « human and social factors in knowledge management » and with possibility that one’s view of knowledge management is likely to be determined by one’s personality type – while this argument might have some force, however, the paper is devoid of data and simply offers speculation. Even the first of these two is, in part, a thinly disguised discussion of technology, so perhaps it ought to go into the first category of technology related papers. The authors describe an experimental system at IBM called ‘Babble’, which ‘…resembles a multichannel, text-based chat system to which many users can connect, and either select from a list of conversations to participate in, or create their own.’ (Thomas, et al., 2001) The authors claim that the system differs from a conventional chat system in two ways: first, by the text of the chat persisting over time so that anyone joining a chat can review the whole of what has gone before, and secondly, by representing the participants graphically so that who is present can be seen in one of the windows on the screen. Quite how this constitutes ‘knowledge management’ is not explained.

Two of the remaining three papers deal with what we might term business processes: Fahey, et al. (2001) examine the role of knowledge management in linking e-business and operating processes, which boils down to saying that businesses need to know about their customers in order to develop the right products and the appropriate means of reaching those customers. Here, ‘knowledge’ is, in general, a synonym for information and, where it is not, the authors are describing ways of organizing people so that information can be shared. The second paper, on exchanging ‘knowledge resources’ in strategic alliances suffers from the same problem – generally, the knowledge resources turn out to be information resources, ‘contracts, manuals, databases, licenses, or embedded in products’ or people (Parise & Henderson, 2001).

The final paper in the collection is, ‘Where did knowledge management come from?’ (Prusak, 2001) This is an interesting paper, which cleverly tries to defuse the proposition that knowledge management is nothing but a management consultancy fad, claiming that, ‘knowledge management is not just a consultants’ invention but a practitioner-based, substantive response to real social and economic trends’. However, no evidence is produced to support this contention, so we must assume that it is little more than management consultancy rhetoric.

I have given this issue of IBM Systems Journal more attention than the others partly because some of the papers are genuinely interesting and partly because they are freely available on the Web. However, they reveal much of the same tendencies as in the other journals: a concern with information technology, a tendency to elide the distinction between ‘knowledge’ (what I know) and ‘information’ (what I am able to convey about what I know), and confusion of the management of work practices in the organization with the management of knowledge.

Journal of Strategic Information Systems

Again, we have a special issue devoted to knowledge management (and, interesting to note, no other issue in 2000 had any papers on the subject). We have here a disparate mix of papers (one is the Editorial), half of them concerned with technology. For example, one explores how artificial intelligence might help knowledge management – the general conclusion appears to be ‘not a lot at present’; another, more interestingly, shows the lack of congruence between what a group of competitive intelligence analysts did and the technology being developed to help them (Schultze & Boland, 2000). Two or three papers, however, deal with the ‘people problems’: why people do or do not help one another in communities of practice (Wasko & Faraj, 2000) and how people need to share some underlying cognitive framework if they are to benefit from attempts to share information (Merali, 2000).

Journal of Management Studies

Another special issue and, again, one of the items is the Editorial. As with the other journals, one of the things that jumps out of the page is the lack of any consensus about what ‘knowledge management’ might be. A thoughtful paper argues that, ‘… knowledge is an ambiguous, unspecific and dynamic phenomenon, intrinsically related to meaning, understanding and process, and therefore difficult to manage.’ and ‘…knowledge management is as likely, if not more so, to operate as a practice of managing people or information than as a practice attuned towards facilitating knowledge creation.’ (Alvesson & Karreman, 2001). Another paper, on ‘dispersed knowledge’ in organizations (Becker, 2001) is a case of ‘knowledge’ being used as a synonym for information. The remaining papers are, in effect, cases on how information is created in organizations, and how information is used to guide practice – needless to say, information in these cases is called ‘knowledge’ without the distinction being elucidated.

Journal of the American Medical Informatics Association

The final case is a little complicated, since the search for items in this journal published in 2001 revealed papers actually published in 1999 and 2000 – an instance, presumably, of the Association being well behind in its publication programme. Three of the papers deal with the application of expert systems to clinical decision making and call it ‘knowledge management’; one (Swoboda, et al., 1999) reveals its confusion in the title: ‘Knowledge management: easy access to clinical information’; and the last (Vimarlund, et al., 1999) uses ‘knowledge’ as a synonym for information.

A number of points arise out of this analysis: first, it is curious that the vast majority of papers are in special issues of journals and that, in some cases, no other paper has been published on this topic in the same journal since 2001. This suggests that the topic has not entered the normal stream of papers in these journals using the same terminology – although papers on the same subjects – expert systems, decision making, decision support systems, etc., – have continued to be published. The second point reflects the first: there is absolutely no agreement on what constitutes ‘knowledge management’ and, in the case of the special issues there is a suspicion that the papers have adopted this terminology simply to be published in that issue. Thirdly, those papers that seriously address the question of whether knowledge can be managed generally conclude that it cannot and that the topic breaks down into the management of information and the management of work practices.

On the basis of this evidence, we appear to be with Alice in the land through the looking-glass, listening to Humpty Dumpty’s theory of language.

Of course, the citation indexes of ISI do not index all journals and it takes a considerable length of time before they accept that a journal is worthy of inclusion. This explains the absence of, for example, the Journal of Knowledge Management, now in its sixth volume and the freely available Journal of Knowledge Management Practice, now in its third volume. An examination of the contents of these journals reveals the same problems with the concept of ‘knowledge management’ as those set out above, and the quality of some of the papers is sometimes below that of the journals surveyed here. In the case of the Journal of Knowledge Management, we are informed that it is, ‘…not a refereed journal in its true academic sense.’ (Emerald, n.d.) and this may be a contributory factor.

The consultancy view

If, as proposed, ‘knowledge management’ is, at its centre, a movement driven by management consultancies, it can be useful to look at some of these consultancies to discover what ‘knowledge management’ means to them. We can begin with one of the ‘founding fathers’ of the idea – perhaps the founding father – Karl Erik Sveiby, who wrote the first book on the subject in 1990 under the Swedish title, ‘Kunskapledning‘ (Sveiby, 1990). Sveiby is now a consultant, based in Australia but working globally, and his Web site contains a great deal of information on the subject, although his main concern is now with the measurement of ‘intangible assets’ and other aspects of ‘intellectual capital’. A paper originally written in 1996 notes that ‘knowledge management’ consists of two ‘tracks’: the ‘IT- track’, which is information management, and the ‘people track’, which is the management of people (Sveiby, 2001a). Elsewhere on the site, in the Frequently Asked Questions file, Sveiby answers the question, ‘Why should knowledge be managed?’, to which the response is:

I don’t believe knowledge can be managed. Knowledge Management is a poor term, but we are stuck with it, I suppose. « Knowledge Focus » or « Knowledge Creation » (Nonaka) are better terms, because they describe a mindset, which sees knowledge as activity not an object. A is a human vision, not a technological one. (Sveiby, 2001b)

Of course, academic researchers and teachers do not need to be ‘stuck with’ anything that fails to stand up to rigorous analysis, but it is interesting to see that one of the founders of ‘knowledge management’ is uncomfortable with the term.

Turning to an older and probably better known consultant, we find that Peter Drucker, one of the first people to write about the idea of the ‘knowledge society’ and the ‘knowledge economy’ (Drucker, 1969), disputes the notion that knowledge can be managed. At the Delphi Group’s Collaborative Commerce Summit, Kotzer (2001) reports Drucker as follows:

…Drucker… scoffs at the notion of knowledge management. ‘You can’t manage knowledge,’ he says. ‘Knowledge is between two ears, and only between two ears.’ To that extent, Drucker says it’s really about what individual workers do with the knowledge they have. When employees leave a company, he says, their knowledge goes with them, no matter how much they’ve shared.

Frank Miller, another independent consultant, working in Australia, and with an invited paper in this issue of Information Research, agrees. In the original version of the paper, available on his Web site he says:

…knowledge is the uniquely human capability of making meaning from information – ideally in relationships with other human beings…’
Knowledge is, after all, what we know. And what we know can’t be commodified. Perhaps if we didn’t have the word ‘knowledge’ and were constrained to say ‘what I know’, the notion of ‘knowledge capture’ would be seen for what it is – nonsense! (Miller, 2000)

These, however, are very much individual views. What corporate view of ‘knowledge management’ is presented by the major consultancy companies?

Accenture

Accenture is the former Andersen Consulting: its strengths have long been in the area of information technology management, so it is no surprise to find ‘knowledge management’ equated mainly with information technology. For example, Lotus Software is identified as a partner and the description reads:

This Knowledge Management solution provider enables workers to capture, manage and share information throughout their organizations. (http://www.accenture.com/)

which neatly demonstrates the use of ‘knowledge’ as a synonym for ‘information’. Elsewhere on the site, ‘knowledge management’ is defined as:

…ensuring that the right information is available in an easily digestible format to employees across the organization at the point of need so they can leverage experiences and make more effective business decisions. (http://www.accenture.com/)

which, to this author, reads very much like a 1970s definition of information management.

Cap Gemini Ernst and Young

The management consultancy arm of Ernst and Young was bought in 2000 by the French group, Cap Gemini, to form Cap Gemini Ernst and Young. In this company, ‘knowledge management’ appears to be equated with the management of ‘intellectual capital’ (Loudes, 1999) and this, in turn, means, for example:

  • encouraging information exchange among staff, for example, through formal and informal networking following training;
  • building intranets to provide access to information resources;
  • creating ‘yellow pages’ or indexes to expertise; and
  • creating newsgroups for employees to encourage information exchange.

In other words, at CGEY, ‘knowledge management’ is information management.

Deloitte and Touche

Deloitte and Touch promote ‘knowledge management’ (Eyler, 2001) under a definition provided by another consultancy, the Gartner Group:

Knowledge management is a discipline that promotes an integrated approach to the creation, capture, organization, access, and use of an enterprise’s information assets. These assets include structured databases, textual information such as policy and procedure documents, and most importantly, the tacit knowledge and expertise resident in the heads of individual employees.

which quite clearly proposes ‘knowledge’ as a synonym for ‘information’. The idea of ‘tacit knowledge’ will be dealt with later.

The company clearly views ‘knowledge management’ as amenable to technical solutions, claiming that:

Deloitte Consulting provides system consulting and implementation services for knowledge management solutions in a wide range of applications and scales. The solutions include data warehouse systems, enterprise system integration (data exchange system) with middleware, and workflow or document management systems with groupware such as Lotus Notes/Domino. (Eyler, 2001)

Ernst and Young

This company’s main concern appears to be in the application of ‘knowledge management’ to its own business: I could find no publications or site locations that promoted ‘knowledge management’ services other than e-learning. Internally, ‘knowledge management’ is translated as information sharing among Ernst and Young staff around the world (although it is called, of course, ‘knowledge sharing’) , and the provision of business intelligence to clients. These activities are supported by a network of ‘Centers for Business Knowledge’, which appear to be a combination of the traditional company library and information service, plus specialised services such as statistical analysis and financial benchmarking. Thus, although the rhetoric is about ‘knowledge’, the reality is about information, its organization and transfer.

KPMG Consulting

It seems that, at one time, KPMG had a ‘knowledge management practice’, but all trace of this appears to have disappeared from the site, except in descriptions of the authors of certain documents. It appears that KPMG thinks that there is more to be gained by ‘leverage intellectual assets’ and by drawing attention to the concept of ‘intellectual property’ and the ‘hidden value’ of such property. For example, a recent report, Intellectual gold, defines intellectual property as:

…not just patents, trade marks, copyrights, database rights and other « pure » IP, but other forms of articulated knowledge, such as business processes, methodologies and know how. (KPMG, 2002)

It may well be that KPMG has reached the conclusion that the area of intellectual property, broadly defined, offers more opportunity for income growth than the rather less well defined idea of ‘knowledge management’.

McKinsey and Company

McKinsey and co. do not have a significant representation of the idea of ‘knowledge management’ on their site. Most of the entries in the search results refer to the content of McKinsey Quarterly as a source of information on ‘the world of knowledge’. Apart from this, the employment pages refer to job opportunities in the sector of ‘Knowledge management and research’, where roles such as ‘Research analyst’ and ‘Knowledge specialist’ are identified. A typical ‘research analyst’ job description begins:

‘The Insurance Research Analyst will assist teams by collecting, summarizing, analyzing, and synthesizing facts that serve as critical inputs to client service teams, interpreting their findings into implications for teams.’

which seems like a straightforward information analysis job. The ‘knowledge specialist’ role is somewhat more diverse, but includes a number of tasks that would be familiar to anyone working under a title such as ‘information officer’:

‘Participate in the Practice’s knowledge capture and codification program by sourcing internal knowledge and experts; develop topical material relevant for internal and client related activities. Enhance the ability of client teams to access internal knowledge and experts, advise client teams on the application of practice knowledge and expertise; provide hands-on guidance for teams without prior experience in the financial services industry.
Build and maintain « self-service » tools/databases for consultants and research professionals to access knowledge, including intranet sites.
Maintain the Practice’s knowledge databases and tools for internal knowledge codification and storage. Provide ad hoc support to the Practice’s leaders for internal knowledge sharing meetings, performance metrics and other practice events/activities.’

It can be seen that ‘knowledge’ is being used as a synonym for ‘information’.

Price waterhouse Coopers

PwC’s global Web site has a number of pages devoted to two books written by PwC staff: The knowledge management fieldbook, by Bukowitz and Williams (1999a) and Knowledge management – a guide to good practice, by Kelleher and Levene (2001). An extract from the first of these (called, rather amusingly coincidentally in view of the above figure, ‘Looking through the knowledge glass’) appears on the Web site of CIO Enterprise Magazine (1999). The extract is written in typical ‘management consultancy speak’, which cannot hide the fact that most of the time ‘knowledge’ is simply a synonym for information. On the same page there is an interview with the authors, where the confusion of the two words increases:

Some early KM theorists hoped that somehow if we instituted knowledge management repositories, places to capture information, we really wouldn’t need that middle manager level.

Comment becomes unnecessary at this point.

However, the main area of the PwC business under which ‘knowledge management’ now falls appears to be the ‘Intellectual Asset Management Practice’ (to which Bukowitz and Williams belong). Most of the work in this practice appears to deal with issues such as licensing (both into companies and out of companies) and intellectual asset aspects of mergers and acquisitions and security. The site previously devoted to the Knowledge Management Practice appears no longer to exist, since a search for known documents using the search facility at http://www.pwcglobal.com revealed nothing. However, some papers are still available.

In particular, there is an issue of the house journal Investment Management Perspectives which contains eight papers on various aspects of ‘knowledge management’. The first (Yu, 2000), has a section headed, ‘What is knowledge management?’, which then fails to define it – there is a good deal on what ‘knowledge’ is and about what it is important to include in a ‘knowledge management’ programme, but no definition. There is also the usual confusion between ‘tacit knowledge’ and what we might call ‘expressible but previously unexpressed’ or implicit knowledge. The other papers deal with the problem of measuring the success of a knowledge management programme, but there is no definition of knowledge that distinguishes it from information, and the cases explored appear to be cases of information management rather than ‘knowledge management’ (Petrash, 2000). Similar problems plague the remaining papers – they deal with interesting topics, such as information sharing and the role of information technology, but they lack any coherent theoretical basis upon which to base any conception of ‘knowledge management’.

PwC has now been bought by IBM, thereby tying the consultancy even more closely to hardware and software selling.

Conclusion on the consultancies.

The conclusion to this brief exploration of consultancy Web sites is that ‘knowledge management’ means different things to different companies and that one or two of them that have previously dabbled with the idea have moved on to other things.

Some of the consultancies covered claim that companies are flocking to them to discover the joys of ‘knowledge management’. However, since 1993, Bain and Company have been tracking the use of various management tools and according to their latest survey covering the year 2000 (Bain & Company, 2001) only about 35% of their world-wide sample of 451 companies was using ‘knowledge management’, reporting a satisfaction rating of about 3.5 on a five-point scale. The usage figure puts ‘knowledge management’ in 19th position, out of 25 management tools. This compares with about 70% using benchmarking, and almost 80% using strategic planning. The Bain survey suggests that the flood may be more of a trickle.

The view from the business schools

Similar difficulties of definition and distinction seem to exist in the business schools: for example, the course on ‘knowledge management’ at the Stuart Graduate School of Business at Illinois Institute of Technology is part of the information management stream and covers:

Basic concepts of intelligent systems for improving business decision-making. Topics include opportunity/problem identification, data mining, visual model building, expert systems, neural networks and their successful implementation. Students will build prototype knowledge-based systems using commercial software. Case studies address knowledge management system implementation and benefit measurement challenges.

So, here: ‘knowledge management’ is equated, essentially, with expert systems for decision support and related software technologies.

At the George Mason University School of Management, ‘knowledge management’ is part of the information systems management stream and the relevant course is described as follows:

Examines the firms that use knowledge management principles and approaches: intellectual capital, human capital, customer capital, tacit and explicit knowledge, the new role of the Chief Knowledge Officer, leveraging of knowledge management.

This is not particularly helpful in terms of definition and the detailed syllabus is no longer available at the new site for the School. However, the cached file at Google reveals an array of topics that covers virtually all the definitions of ‘knowledge management’ imaginable, with no clear distinction offered between ‘information’ and ‘knowledge’. The structure of the course has no readily apparent logic and the description of Week 1 as presenting a ‘collage overview’, seems to apply to the entire course.

In the University of Kentucky’s Gattan College of Business and Economics, the Kentucky Initiative for Knowledge Management notes:

A variety of computer-based techniques for managing knowledge (i.e., representing and processing it) have been and will continue to be devised to supplement innate human knowledge management skills.

and ‘knowledge management’ is then defined as being concerned with:

…the invention, improvement, integration, usage, administration, evaluation, and impacts of such techniques.

Of course, as we have seen, only information can be ‘represented and processed’ by computers, so this initiative is concerned with information systems under another name; presumably one with public relations significance.

At the McCombs School of Business at the University of Texas at Austin, ‘knowledge management’ is part of the information management concentration in the MBA, with one core course on ‘Managing information’, The description notes:

A sample of the topics covered in the course includes business intelligence; knowledge management; knowledge-worker productivity, data modeling, and group decision support systems.

which looks like a very cursory nod in the direction of ‘knowledge management’. There is also an elective course on ‘Information and knowledge management’, with no detailed description.

Georgetown University, Washington DC is one of the most prestigious universities in the USA and its MBA programme has an elective course in ‘Technology and Knowledge Management‘, which:

‘…provides a managerial perspective on the effective use of information technology for strategic advantage and operational performance in global organizations through case analyses and class discussion. Topics include: information technology’s relationship to business competition and strategy; the business value of information systems; the use of information systems to enhance decision-making, communication, and knowledge use in organizations; using information technology to redesign business processes; the ways information systems can add value to products and services; and the organizational, social, and ethical issues arising from information technologies.’

The information systems orientation is clear.

At the Robert H. Smith School of Business, the University of Maryland, the Center for Knowledge & Information Management,

‘…focuses on research dealing with the transformation of business practices through information technology, and the creation, management, and deployment of knowledge and information.’

Very little additional information is available, since the relevant links appear to be ‘dead’, but from what can be found, the information technology orientation is obvious.

At the Harvard Business School, ‘knowledge management’ figures in part of a course on « General Management: Processes and Action », with the module title, ‘Organization Learning and Knowledge Management Processes’. The description makes the intention clear:

Learning processes determine how individuals and organizations create, acquire, interpret, transfer, and retain knowledge; they too may take a variety of forms. The approaches examined in this module include experimentation, benchmarking, and learning from past successes and failures.

Here, ‘organization learning’ is re-badged as ‘knowledge management’. This appears to be the only course at the School that deals with the subject.

The Wharton School of Business at the University of Pennsylvania is another prestigious institution in the USA. Although its site has a number of ‘knowledge management’ links, the subject does not appear to feature in the MBA programme. It does, on the other hand, have what appears to be a very soundly based course on, ‘Information: Strategy, Systems, and Economics‘:

Understanding the strategic aspects of information and information management is being transformed; what were once skills of specialized technologists are now critical aspects of the preparation of all executives. This major will prepare students for careers in consulting and venture capital, and for senior management positions in a wide range of industries already being transformed by the interacting forces of information, globalization, and deregulation.

No hyperbolae about ‘knowledge management’ here.

‘Knowledge management’ does not appear in the syllabus of the MBA at the London Business School although a seminar is offered at the Doctoral level. At the Manchester Business School, a Google search on the site revealed no information on courses on ‘knowledge management’ in the MBA programme, and the subject does not appear in the lists of core and elective courses.

The Said Business School at Oxford University appears to have no core or elective course in ‘knowledge management’ in its MBA programme’ However, one of the core courses, ‘People and organizations‘ includes « managing knowledge and change’, and ‘Managing knowledge-based organizations’ has been offered as an elective.

At the Cass Business School, City University, London, there are about twenty links to ‘knowledge management’ on the site, but none link to core or elective courses in the MBA programme. Most of them link to research topics: for example, a team working on ‘Operations management and quantitative analysis‘, refer to ‘Information and knowledge management – model building skills, management learning’, as a key topic. The usual confusion between ‘information’ and ‘knowledge’ can be seen: the main paragraph on this page refers to ‘…applying innovative systems thinking and information management to improve business performance and learning.’

Warwick University Business School, which is another leading UK institution and the joint home (the other institution is the University of Oxford) of the ESRC Centre on Skills, Knowledge and Organizational Performance, does not have a course on ‘knowledge management’ in its MBA programme. It does, however, have a course on ‘information management’.

One’s overall impression, from this review of business school sites is that the most prestigious steer well away from ‘knowledge management’, other than in the statements of interest of faculty. Nor does the subject appear to enter significantly into the teaching programmes. The sites often include documents in the form of reports, working papers, or draft papers and these reveal the same difficulties with the concept as shown in the review of journals.

‘Search and replace marketing’

The review of journal papers, the review of consultancy Web sites and those of the business schools, suggest that, in many cases, ‘knowledge management’ is being used simply as a synonym for ‘information management’. This has been referred to by David Weinberger, citing Adina Levin as the originator, as ‘search and replace marketing’ in reporting the KM Summit of 1998:

‘Andy Moore, editor of KM World and the event’s genial host, asked the group how you reply to a customer who says, « Isn’t this just search-and-replace marketing? » That is, do you become a KM vendor simply by taking your old marketing literature and doing a search and replace, changing, say, « information retrieval » into « KM »? The question rattled the group. Answers sputtered forth. This was obviously a sore subject. It seems to me that there are three possible answers to the question « Is this search-and-replace marketing? » given that this question expresses customer pain and suspicion:

  1. No, we’ve added important new features designed to help you with your KM chores.
  2. Sort of. We have the same features as always but have discovered new applications for them.
  3. Yes, you pathetic loser.

The first two answers are perfectly acceptable. The third is perhaps a tad too honest to make it in this imperfect world, although undoubtedly there is some « kewl » company that is contemplating using this as the center of its advertising campaign. (« Companies will love that we’re being so upfront with them, man. »)’ (Weinberger, 1998)

The software industry has become particularly prone to search and replace marketing, with almost everything from e-mail systems to Lotus Notes groupware being re-branded as ‘knowledge management’ software.

The same re-branding can be found in other places. Once upon a time the excellent business research site, www.brint.com, had a large section devoted to information management but, in 1999, if I remember aright, I wanted to locate something I had previously found there and used my hot-link, with no result. Eventually, I found that everything that had previously been located under ‘information management’ was now identified as ‘knowledge management’ and brint.com was claiming to be the Web’s best site for information on the subject.

As noted above, the confusion of ‘knowledge’ as a synonym for ‘information’ is one of the most common effects of the ‘knowledge management’ fad. The World Bank site (of which more below) used to carry a document by the former head of ‘knowledge management’, Stephen Denning, which is now available on Denning’s own site. The following piece is taken from that paper:

The reach of the new technology for information sharing: Many factors have transformed the way in which organizations now view information, but perhaps the pivotal development has been the dramatically extended reach of know-how through new information technology. Rapidly falling costs of communications and computing and the extraordinary growth and accessibility of the World Wide Web present new opportunities for information-based organizations, to share knowledge more widely and cheaply than ever before. Thus organizations with operations and employees around the world are now able to mobilize their expertise from whatever origin to apply rapidly to new situations. As a result, clients are coming to expect from global organizations, not merely the know-how of the particular team that has been assigned to the task, but the very best that the organization as a whole has to offer. Information sharing is thus enabling – and forcing – institutions that are international in the scope of their operations, to become truly global in character by enabling information transfer to occur across large distances within a very short time. (Denning, 1998)

However, I have changed all of the occurrences of ‘knowledge’ to ‘information’ and, as far as I can see, it makes no difference at all to the sense of the piece.

The ‘search and replace’ strategy is also seen in action in KPMG Consulting’s (2000) report on ‘knowledge management’. The report notes:

Companies still see knowledge management as a purely technology solution
Organisations have adopted a number of relevant technologies for KM purposes. 93% of respondents used the Internet to access external knowledge, 78% used an intranet, 63% used data warehousing or mining technologies, 61% document management systems, 49% decision support, 43% groupware and 38% extranets. (KPMG Consulting, 2000: 3

All of the technologies mentioned, of course, are information handling systems or database technologies, but for the purposes of the exercise, they are re-named ‘relevant technologies for KM purposes’

Finally, international organizations are not protected from the lure of ‘knowledge management’. The European Union’s Fifth Framework Programme made great play with the concept of ‘the Information Society’; however, when the Sixth Framework Programme was announced all the material that formerly appeared under the heading of ‘the Information Society’ appeared under the new heading – ‘the Knowledge Society’! No conceptual differences – just search and replace marketing.

Tacit knowledge

Mention has been made more than once of the idea of ‘tacit knowledge’ and the idea of ‘capturing’ such knowledge is often presented as central to ‘knowledge management’. However, what is ‘tacit knowledge’? The term originates with Polanyi (1958), chemist turned philosopher of science, and has been described as:

‘the idea that certain cognitive processes and/or behaviors are undergirded by operations inaccessible to consciousness’ (Barbiero, n.d.)

This is the key point about Polanyi’s concept: ‘tacit’ means ‘hidden’, tacit knowledge is hidden knowledge, hidden even from the consciousness of the knower. This is why Polanyi used the phrase ‘We know more than we can tell.’ A phrase parroted even by those who mis-use the idea and believe that this hidden knowledge, inaccessible to the consciousness of the knower, can somehow be ‘captured’.

Polanyi equates tacit knowledge with ‘acts of comprehension’:

‘tacit knowing achieves comprehension by indwelling, and… all knowledge consists of or is rooted in such acts of comprehension’ (Polanyi, 1958)

In other words, ‘tacit knowledge’ involves the process of comprehension, a process which is, itself, little understood. Consequently, tacit knowledge is an inexpressible process that enables an assessment of phenomena in the course of becoming knowledgeable about the world. In what sense, then, can it be captured? The answer, of course, is that it cannot be ‘captured’ – it can only be demonstrated through our expressible knowledge and through our acts.

How did the idea that tacit knowledge could be ‘captured’ arise? The guilty party appears to be Nonaka, (1991) and Nonaka and Takeuchi (1995), who appear to have either misunderstood Polanyi’s work, or deliberately distorted it to enable them to construct the well-known two-by-two diagram.


Tacit knowledge to
explicit knowledge
Tacit Knowledge from
explicit knowlwdge
Socialization Externalization
Internalization Combination

Having cited Polanyi as the source of the idea of ‘tacit knowledge’ and having noted that Polanyi refers to the process of ‘indwelling’, whereby people create knowledge of the world around them, Nonaka and Takeuchi go on to state that:

While Polanyi argues the contents for tacit knowledge further in a philosophic context, it is also possible to expand his idea [my emphasis] in a more practical direction. (Nonaka & Takeuchi, 1995: 60)

They then note that:

Mental models, such as schemata, paradigms, perspectives, beliefs and viewpoints help individuals to perceive and define their world. (Nonaka & Takeuchi, 1995: 60)

and include such models within tacit knowledge. However, if such models can be expressed by the person they constitute not tacit knowledge, which, as noted earlier, is inexpressible, but expressible knowledge, which, when expressed, becomes information. Such previously unexpressed but expressible knowledge may be termed ‘implicit’ knowledge.

In fact, the example cited by Nonaka & Takeuchi (1995:63-64) makes it clear that implicit knowledge is being talked about here. The case of bread-making is discussed and the fact that the head baker of the Osaka International Hotel twisted the dough as well as stretching it, is given as an example of ‘tacit’ knowledge – but no-one appears to have asked the baker how he made the bread! I have no doubt that (as a bread-maker myself) that he would have been able to describe his bread-making process in detail, including the process of twisting. The approach appears to be, « If I see something I hadn’t noticed before, or knew of before, then those actions, or whatever, must constitute tacit knowledge. » As a research approach this is somewhat lacking, nor is it very helpful as a guide to discovering practice. One must also bear in mind the cultural context of this example: I asked a Japanese colleague whether someone acting the role of apprentice in Japan would think of questioning the ‘master’ and, of course, she shook her head and smiled. The ‘apprentices’ in the example would never have thought of asking.

Nonaka and Takeuchi put forward the proposition, embodied in the diagram, that ‘tacit knowledge’ is somehow derived from explicit knowledge and, by other means, is made explicit. However, it is clear, from the analysis above, that implicit knowledge, which is not normally expressed, but may be expressed, is actually intended here. Implicit knowledge is that which we take for granted in our actions, and which may be shared by others through common experience or culture. For example, in establishing a production facility in a foreign country, a company knows it needs to acquire local knowledge of ‘how things are done here’. Such knowledge may not be written down, but is known by people living and working in the culture and is capable of being written down, or otherwise conveyed to those who need to know. The knowledge is implicit in the way people behave towards one another, and towards authority, in that foreign culture, and the appropriate norms of behaviour can be taught to the newcomers. Implicit knowledge, in other words, is expressible: tacit knowledge is not, and Nonaka would have saved a great deal of confusion had he chosen the more appropriate term. The critical reader might ask him/herself: ‘Does it make any difference to the argument if, in the diagram, we replace « tacit knowledge » with « knowledge » and « explicit knowledge » with « information »?’

The people perspective

The literature of ‘knowledge management’ claims that the ‘people’ dimension is more important than the technological (in spite of the fact that most of the same literature is heavily oriented towards technology use). As noted earlier, Sveiby (2001a) holds that the ‘management of people’ is one of the two tracks of ‘knowledge management’, and the work of the World Bank is held up by a number of writers as evidence for the power of the ‘people management’ track of ‘knowledge management’.

However, when we examine the World Bank’s ‘knowledge management’ strategy, the reality (as with the technology track) bears little relation to the rhetoric. The ‘vision’ of the World Bank is that it should become not simply a financial agency but the world’s ‘Knowledge Bank’.

With the retirement of Stephen Denning as head of the Bank’s ‘knowledge management’ initiative, and his re-emergence as a ‘knowledge management’ consultant (see, http://www.stevedenning.com/), the Bank has re-thought its strategy and removed the earlier documents. The rhetoric is no longer about ‘knowledge management’, but about ‘knowledge sharing’. The new initiative as described by the Bank’s Managing Director, Mamphela Ramphele (2002) still has four elements, but these are now expressed as follows:

  • The first, is fostering policy, regulatory, and network readiness, by supporting the development of an adequate enabling environment for efficiency, competition, and innovation in knowledge sharing, and development of information and communication technologies.
  • The second element focuses on building human capacity for the knowledge economy, by promoting excellence in education, from the basic to the tertiary level, as well as the new skills needed for information and communication technologies. Associated activities include work towards getting schools, classrooms, and libraries online, and promoting development of innovative approaches that extend the reach of education and training, such as distance learning, community-based training, and networking of educational institutions.
  • The third element of the strategy focuses on continued efforts to expand basic connectivity and access, and invest in information technology applications. Key activities include mobilizing resources to improve information infrastructure, working on ways to reduce the cost of connectivity, supporting community access programs, and developing local content and entrepreneurial information technology opportunities.
  • The final key element of the strategy is focused on promoting the generation and sharing of global knowledge, through support for knowledge networking, global research, and communities of practice. This will focus on creating and applying the knowledge necessary to stimulate and facilitate the transition to the knowledge economy-as well as the knowledge necessary to reap its full economic, social, and cultural benefits.

In fact, these are almost identical to the original four, the second and third have the same titles. The focus continues to be heavily technology-oriented and one might be forgiven for imagining that the real aim of the World Bank is to help U.S.-based global industries to sell more hardware and software to the developing world. Given that the Bank is located in Washington, D.C., where one of the biggest industries is the lobby industry, this would not be surprising.

Another ‘knowledge management’ legend, promulgated by Davenport (1997) is that Microsoft has a ‘knowledge management’ strategy. What does this turn out to be?

The knowledge base for Microsoft IT must always be current. Therefore, the IT group has focused heavily on the issue of identifying and maintaining knowledge competencies.

In other words, this ‘knowledge management strategy’ is a training programme. Of course, it is wrapped up in the jargon of the day:

‘The project, called Skills Planning « und » Development (thus affectionately known as « SPUD ») is focused not on entry level competencies, but rather on those needed and acquired to stay on the leading edge of the workplace.’

and

  • ‘Development of a structure of competency types and levels;
  • Defining the competencies required for particular jobs;
  • Rating the performance of individual employees in particular jobs based on the competencies;
  • Implementing the knowledge competencies in an online system;
  • Linkage of the competency model to learning offerings.’

However, a training programme remains a training programme and the fact that a high-technology company like Microsoft needs knowledgeable people and needs to maintain their knowledge bases hardly seems remarkable.

There is more to the ‘people perspective’ than the efforts of the World Bank, of course. The principal aim of this arm of ‘knowledge management’ is to improve the sharing of information in organizations and one of the chief ways in which this is attempted is by encouraging personal networking and the development of ‘communities of practice’.

Lesser and Storck (2001), in a paper referred to earlier, in the analysis of journal papers, and citing a paper by Storck and Hill (2000), draw attention to the difference between teams and communities of practice:

  • Team relationships are established when the organization assigns people to be team members. Community relationships are formed around practice.
  • Similarly, authority relationships within the team are organizationally determined. Authority relationships in a community of practice emerge through interaction around expertise.
  • Teams have goals, which are often established by people not on the team. Communities are only responsible to their members.
  • Teams rely on work and reporting processes that are organizationally defined. Communities develop their own processes.

Of course these distinctions would be meaningful if organizations were structured in such a way as to encourage the creation of ‘communities’ in which members owed allegiance only to one another and had the autonomy to develop their own ways of working. Expertise might well then be shared. However, organizations are not like this and business organizations in particular are certainly not always like this. Business organizations (especially public companies) are generally driven by the idea of ‘shareholder value’, which emphasises short-term strategies that are likely to increase the share value. Chief of these strategies are those that seek cost savings, leading often to a rather blinkered choice of the reduction of staff to achieve savings. Coupled with the kind of corporate misgovernance that we have seen in the cases of Enron, WorldCom, and others, one must doubt that business organizations are busy building the kind of corporate cultures that will actually encourage ‘communities of practice’

Conclusion

The inescapable conclusion of this analysis of the ‘knowledge management’ idea is that it is, in large part, a management fad, promulgated mainly by certain consultancy companies, and the probability is that it will fade away like previous fads. It rests on two foundations: the management of information – where a large part of the fad exists (and where the ‘search and replace marketing’ phenomenon is found), and the effective management of work practices. However, these latter practices are predicated upon a Utopian idea of organizational culture in which the benefits of information exchange are shared by all, where individuals are given autonomy in the development of their expertise, and where ‘communities’ within the organization can determine how that expertise will be used. Sadly, we are a long way removed from that Utopia: whatever businesses claim about people being their most important resource, they are never reluctant to rid themselves of that resource (and the knowledge it possesses) when market conditions decline. In the U.K. we can point to British Airways, which, in the aftermath of the terrorist attack of the 11th September 2001, paid off more than 7,000 of its ‘knowledge resources’ – financial observers suggested that they were simply waiting for a suitable excuse to do so, management having taken disastrous business decisions which had reduced profitability. We can also point to Barclays Bank, with profits of more than £2 billion in 2001 and profit growth that year of almost 3.0%, which, nevertheless, paid off some 10% of its total global workforce. No imagination appears to have been used by either of these companies to determine ways in which their ‘most important resource’ might be more effectively employed to increase turnover and profits.

The two companies mentioned are not atypical and we have to ask, ‘If getting promotion, or holding your job, or finding a new one is based on the knowledge you possess – what incentive is there to reveal that knowledge and share it?’

This is not to say that enabling people to contribute effectively to the management of organizations is impossible and that sharing knowledge and enabling people to use their creativity in innovative ways in organizations is impossible – simply that it is very difficult, and that it does not reduce to some simplistic concept of ‘knowledge management’! It demands a change in business culture, from the macho Harvard Business School model, to something more thoughtful and understanding of what motivates human beings. Organizations need to learn to think about problems, rather than grab at proffered ‘solutions’ – which often turn out to be expensive side-tracks away from the main issues. For example, if you have a poorly-rewarded and, hence, poor sales force, no amount of data warehousing (another so-called ‘knowledge management’ tool) is going to give you good customer relations.

A reasonable question to ask, at this stage, is, ‘Why now?’. Why has ‘knowledge management’ achieved such a fashionable status is the business world? This question was asked on the KNOW-ORG mailing list and my response was as follows:

First, and largely because of a fixation on internal organizational data, the term ‘information’ has become almost synonymous with data in the minds of organizational heads. For example, I’ve been told that the National Electronic Library for Health uses the term ‘Knowledge’ because in the NHS information=data and a different term was needed. We have to lay this, I think, at the feet of the information systems profession whose focus for years was data and data definitions, etc. In fact, they dealt not with information systems but with data systems.

Secondly, and opportunely for the software houses and IT firms, ‘km’ came along just as they were being hit by the wave of scepticism over the possibility of IT ever delivering more than problems – and certainly never likely to deliver productivity and performance. ‘Whoops, we’ve cracked it!’ cried the IBMs and MSofts of this world – ‘We should have been dealing with ‘knowledge’ all along, and now we are – Lotus Notes is no longer groupware and personal information management, it’s KnowledgeWare!’ So they are happily marketing the same product under a new name.

Thirdly, the organization and management boys finally began to realise that all this text that people were creating on word-processors, etc., needed to be managed effectively and, indeed, organized, shared and disseminated more effectively, but they couldn’t use ‘information management’ because that was ‘information systems’ and data, wasn’t it? So it must be ‘knowledge’, right? If we can only get people to share their ‘knowledge’ performance must improve because it is the communication barriers that are preventing the free flow of ‘knowledge’ (i.e., information). So, now, every aspect of organization and management theory has to have a ‘knowledge’ dimension, otherwise you aren’t in the game. In the literature, of course, this amounts to the token use of the term ‘knowledge management’ and the use of ‘knowledge’ as a synonym for ‘information’.

Fourthly, at the forefront of all this were the management consultancies – why? Because BPR and Organizational Learning were running out of steam. Amusingly, all organizational learning work appears to come under the heading of ‘km’ – more search and replace marketing. So, the consultancies grabbed at km in order to have something to sell at the end of the 90s.

Finally,… most (or at least many) departments of information management or information science, and departments of information systems in academia, are somewhat low on the totem pole in most of their institutions, and each needs to differentiate itself from the other in order to try to work its way up that greasy pole, so both have seized on km as an aid in the struggle. I foresee turf-wars over which department, where there is one of each, has the right to run degrees in km. Where only one of the kind exists, it will seek to make km all-embracing of management, computer science, information systems, etc., etc. – because the logic leads nowhere else 🙂 ‘If WE deal with knowledge – then how can anyone else presume to do so?’ (Wilson, 2001)

I see no reason to change my opinions as a result of the analysis carried out for this paper, but I would add that, according to the rhetoric of ‘knowledge management’, ‘mind’ becomes ‘manageable’, the content of mind can be captured or down-loaded and the accountant’s dream of people-free production, distribution and sales is realized – ‘knowledge’ is now in the database, recoverable at any time. That may be Utopia for some, but not for many. Fortunately, like most Utopias, it cannot be realized.

This analysis of ‘knowledge management’ may not have much significance to the world of business practice, where the academic literature is rarely read unless filtered through the ‘airport book’. One might argue that for information practitioners to call themselves (or for the organization to call them) ‘Knowledge Managers’ does no harm and may do some good, in terms of giving a higher profile to their role (even if a number of them are rather embarrassed by the title). However, the aim of the university and of those who work for it is to expose ideas to critical analysis and to inculcate in students the same abilities. It is, perhaps, a sad reflection on the way in which the university, world-wide, has changed from the ‘temple’ to the ‘factory’ (Beckman, 1989) that so many academics are prepared to jump on the bandwagon – one’s only satisfaction is that the bandwagon lacks wheels.


To discuss this paper, join the IR-DISCUSS discussion list by subscribing at http://www.jiscmail.ac.uk/lists/IR-DISCUSS.html

How to cite this paper:

Wilson, T.D. (2002) « The nonsense of ‘knowledge management' » Information Research, 8(1) [Available at http://InformationR.net/ir/8-1/paper144.html ]


© the author, 2002.
Last updated: 20th September, 2002


References

Alvesson, M. & Karreman, D. (2001) Odd couple: making sense of the curious concept of knowledge management. Journal of Management Studies, 38(7), 995-1018

Bain & Company (2001) Management tools. Boston, MA: Bain & Company. Available at: http://www.bain.com/bainweb/expertise/tools/overview.asp [Site visited 16th July 2002]

Barbiero, Daniel (n.d.) Tacit knowledge, in: Chris Eliasmith, ed. Dictionary of philosophy of mind. St. Louis, MO: Washington University in St. Louis. Available at: http://www.artsci.wustl.edu/~philos/MindDict/tacitknowledge.html [Site visited 7th August 2002]

Becker, M.C. (2001) Managing dispersed knowledge: organizational problems, managerial strategies, and their effectiveness. Journal of Management Studies, 38(7), 1037-1051

Beckman, S. (1989) Tema research and university ideals, in: Lind, I., Maunsbach, T., & Olsson, L. eds. Initiation, growth and consolidation: the scientific dynamics and societal relevance of a non-traditional research organization. pp. 31-41. Stockholm: Swedish National Board of Universities and Colleges.

Bukowitz, W. & Williams, R. (1999a) The knowledge management fieldbook. London: Financial Times/Prentice Hall.

Bukowitz, W. & Williams, R. (1999b) Looking through the knowledge glass. CIO Enterprise Magazine, October 15. Available at: http://www.cio.com/archive/enterprise/101599_book.html [Site visited 16th July 2002]

Davenport, T. (1997) Knowledge management case study: knowledge management at Microsoft. Austin, TX: University of Texas, McCombs School of Business. Available at: http://www.bus.utexas.edu/kman/microsoft.htm [Site visited 14th August 2002]

Denning, S. (1998) What is knowledge management? (A background paper to the World Development Report 1998). http://www.stevedenning.com Available at: http://www.stevedenning.com/knowledge.htm [Site visited 16th August 2002]

Drucker, P.F. (1969) The age of discontinuity: guidelines to our changing society. New York, NY: Harper and Row

Dueck, G. (2001) Views of knowledge are human views. IBM Systems Journal, 40(4), 885-888 Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/dueck.html [Site visited 14th July 2002]

Emerald (n.d.) Journal of Knowledge Management: the reviewing process. Bradford: MCB University Press, Ltd. Available at: http://www.emeraldinsight.com/journals/jkm/notes.htm [Site visited 16th August 2002]

Eyler, A.N. (2001) Corporate knowledge management. ProTopics, July/August, 6-9 Available at http://www.deloitte.com/dt/cda/doc/content/JulyAugustEnglish.pdf [Site visited 7th August 2002]

Fahey, L., Srivastava, R., Sharon, J.S. & Smith, D.E. (2001) Linking e-business and operating processes: the role of knowledge management. IBM Systems Journal, 40(4), 889-907. Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/fahey.html [Site visited 14th July 2002]

Gongla, P. & Rizzuto, C.R. (2001) Evolving communities of practice: IBM Global Services experience. IBM Systems Journal, 40(4), 831-841 Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/gongla.html [Site visited 14th July 2002]

Hall, E.A., Rosenthal, J., & Wade, J. (1994). How to make reengineering really work. McKinsey Quarterly, (No. 2), 107-128.

Jenkins, Carri P. (1997) Downsizing or dumbsizing? The restructuring of corporate America. Brigham Young Magazine, 51(1) Available at http://advance.byu.edu/bym/1997/97spring/downsizing.html [Site visited 08.03.02]

Kelleher, D. & Levene, S. (2001) Knowledge management – a guide to good practice. London: British Standards Institution.

Koenemann, J., Lindner, H.G., & Thomas, C. (2000). Enterprise Information Portals: From search engines to knowledge management. Nfd Information-Wissenschaft und Praxis 51(6), 325-334.

Kontzer, T. (2001) Management legend: trust never goes out of style. Call Center Magazine. Available at: http://www.callcentermagazine.com/article/IWK20010604S0011 [Site visited 16th July 2002]

KPMG Consulting (2000). Knowledge management research report. London: Atos KPMG Consulting. Available at: http://www.kpmgconsulting.co.uk/research/othermedia/wf_8519kmreport.pdf [Site visited 24th September 2002]

KPMG Consulting (2002) Intellectual gold. London: KPMG. Available at: http://www.kpmg.co.uk/kpmg/uk/image/intell_prop.pdf [Site visited 7th August 2002]

Lesser, E.L. & Storck, J. (2001) Communities of practice and organizational performance. IBM Systems Journal, 40(4), 831-841 Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/lesser.html [Site visited 14th July 2002]

Loudes, J-J (1999) Knowledge management that works. Focus E-zine, No. 2. Available at http://www.cgey.com/focus/issue2/ideas2.shtml [Site visited 7th August 2002]

Mack, R., Ravin, Y. & Byrd, R.J. (2001) Knowledge portals and the emerging digital knowledge workplace. IBM Systems Journal, 40(4), 925-955 Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/mack.html [Site visited 14th July 2002]

Marwick, A.D. (2001) Knowledge management technology. IBM Systems Journal, 40(4), 814-830. Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/marwick.html [Site visited 14th July 2002]

Mayo, Elton (1933) The social problems of an industrial civilization. New York, NY: Macmillan.

Merali, Y. (2000) Individual and collective congruence in the knowledge management process. Journal of Strategic Information Systems, 9(2-3), 213-234

Miller, F. (2000) I = 0 (Information has no intrinsic meaning). Brisbane: Fernstar.
Available at: http://www.fernstar.com.au/publications/papers/i=o.htm [Site visited 16th July 2002] Revised version available at http://InformationR.net/ir/8-1/paper140.html

Nonaka, I. (1991) The knowledge creating company. Harvard Business Review, 69, 96-104

Nonaka, I. & Takeuchi, H. (1995) The knowledge creating company: how Japanese companies create the dynasties of innovation. Oxford: Oxford University Press.

Parise, S. & Henderson, J.C. (2001) Knowledge resource exchange in strategic alliances. IBM Systems Journal, 40(4), 908-924. Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/parise.html [Site visited 14th July 2002]

Pedersen, M.K. & Larsen, M.H. (2001). Distributed knowledge management based on product state models – the case of decision support in health care administration. Decision Support Systems, 31(1): 139-158.

Petrash, G. (2000) Measure what matters: linking knowledge assets to strategy. Investment Management Perspectives, No. 1, 12-17. Available at: http://www.pwcglobal.com/extweb/pwcpublications.nsf/4bd5f76b48e282738525662b00739e22/92f014728e1030bf852568a3006b19c0/$FILE/
knowledge%20mgt.pdf [Site visited 18th July 2002]

Pohs, W., Pinder, G., Dougherty, C. & White, M. (2001) The Lotus Knowledge Discovery System: tools and experiences. IBM Systems Journal, 40(4), 956-966. Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/pohs.html [Site visited 14th July 2002]

Polanyi, M. (1958). Personal knowledge: towards a post-critical philosophy. Chicago, IL: University of Chicago Press.

Prusak, L. (2001) Where did knowledge management come from? IBM Systems Journal, 40(4), 1002-1007.
Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/prusak.html [Site visited 14th July 2002]

Ramphele, M. (2002) Sharpened focus for Bank’s global knowledge strategy. Washington, DC: World Bank. Available at: http://www.worldbank.org/wbi/todayarticles/whats_newknowledgebank.htm [Site visited 7th August 2002]

Schultze, U. & Boland, R.J. (2000) Knowledge management technology and the reproduction of knowledge work practices. Journal of Strategic Information Systems, 9(2-3), 193-212

Schutz, Alfred. (1967) The phenomenology of the social world. Evanston, IL: Northwestern University Press.

Sutton, D. C. (2001). What is knowledge and can it be managed? European Journal of Information Systems, 10(2), 80-88.

Sveiby, Karl Erik (1990) Kunskapsledning: 101 råd till ledare i kunskapsintensiva organisationer. [Knowledge management: 101 tips for leaders in knowledge-intensive organizations.] Stockholm: Affärsvärlden.

Sveiby, Karl Erik (2001a) What is knowledge management? Brisbane: Sveiby Knowledge Associates. Available at: http://www.sveiby.com.au/faq.html [Site visited 16th July 2001]

Sveiby, Karl Erik (2001b) Frequently asked questions. Brisbane: Sveiby Knowledge Associates.
Available at: http://www.sveiby.com.au/faq.html [Site visited 16th July 2001]

Swoboda, W.J., Swoboda, N. & Krafczyk, S. (1999) Knowledge management: Easy access to clinical information. Journal of The American Medical Informatics Association, Supplement S, 1174-1174.

Taylor, Frederick W. (1911) The principles of scientific management. New York, NY: Harper Bros.

Thomas, J.C., Kellogg, W.A. & Erickson, T. (2001) The knowledge management puzzle: human and social factors in knowledge management. IBM Systems Journal, 40(4), 863-884 Available at http://www.research.ibm.com/journal/sj/404/thomas.html [Site visited 14th July 2002]

Tracy, J. (n.d.) E-learning: a new cost-effective knowledge frontier. New York: Ernst & Young. Available at: http://www.ey.com/global/content.nsf/International/E-Learning%3A_A_New_Cost-Effective_Knowledge_Frontier [Site visited 18th July 2002]

Vimarlund, V., Timpka, T. & Patel, V.L. (1999) Information technology and knowledge exchange in health-care organizations. Journal of The American Medical Informatics Association, Supplement S, 632-636

Wasko, M.M. & Faraj, S. (2000) « It is what one does »: why people participate and help others in electronic communities of practice. Journal of Strategic Information Systems, 9(2-3), 155-173

Weinberger, D. (1998) The view from the (KM) summit. Journal of the Hyperlinked Organization, August 17.
Available at: http://www.hyperorg.com/backissues/joho-aug17-98.html [Site visited 16th August 2002]

Wilson, T.D. (2001) [Message on the KNOW-ORG mailing list.] Available at: http://www.jiscmail.ac.uk/cgi-bin/wa.exe?A2=ind0112&L=know-org&P=R224&I=-3 [Site visited 5th September 2002]

Yu, D. (2000) Seize the knowledge advantage: use what you know to invent what you need. Investment Management Perspectives, No. 1, 4-9 Available at: http://www.pwcglobal.com/extweb/pwcpublications.nsf/4bd5f76b48e282738525662b00739e22/92f014728e1030bf852568a3006b19c0/$FILE/
knowledge%20mgt.pdf [Site visited 18th July 2002



©HERMÈS : revue critique et T.D. Wilson
ISSN- 1481-0301
À jour le jeudi 20 mars 2003

Publié dans Bibliothéconomie, Société de l'information | Laisser un commentaire

Le système d’information organisationnel, objet et support d’apprentissage Sandrine DARAUT

LE SYSTEME D’INFORMATION ORGANISATIONNEL,
OBJET ET SUPPORT D’APPRENTISSAGE

Sandrine DARAUT  [1]

Paru dans le no 9 de HRC (HERMÈS : revue critique)


Sommaire

INTRODUCTION

I – SYSTEME D’INFORMATION ET APPRENTISSAGE

1. LE SYSTEME D’INFORMATION COMME SUPPORT DE LA MEMOIRE ORGANISATIONNELLE

1.1 Les différents supports de mémorisation

1.2 De la nécessité d’une utilisation flexibilisée du SIO

2. INFORMATION VERSUS CONNAISSANCES OU LA FORMATION DE REPRESENTATIONS PARTAGEES

2.1 La firme comme dépositaire de schémas d’action transférables

2.2 Apprentissage organisationnel, représentations collectives du réel et modes de traitement décisionnel

II – UNE APPLICATION A LA RELATION HOMME – POSTE INFORMATIQUE

1.VERS DES DYNAMIQUES DE CO-EVOLUTION TECHNICO -COGNITIVES

2.UNE MISE EN PERSPECTIVE AU SERVICE DE L’ACTION COLLECTIVE : L’INTRODUCTION DES NTIC DANS L’ENTREPRISE

2.1 Dynamiques d’innovation et dynamiques d’apprentissage : une application aux modes de déploiement des NTIC

2.2 Des acteurs-projets pour la structuration d’espaces de coordination au travers des NTIC

CONCLUSION

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

NOTES


INTRODUCTION

Il est aujourd’hui commun de relever que les nouveaux rapports à l’information privilégient la mémorisation, la rapidité d’accès et de circulation en s’appuyant, en particulier, sur des technologies nouvelles dites « de l’information et de la communication » – et sur tout un ensemble d’institutions qui régulent des flux informationnels de plus en plus denses. Cependant, il convient surtout de rappeler que ces nouveaux rapports constituent également des rapports à la connaissance et au savoir, rapports sans lesquels l’information n’a littéralement pas de sens. En tant que donnée, cette information ne va acquérir quelques utilités – pour une firme ou un groupe d’individus – qu’après avoir fait l’objet de divers travaux d’appropriation, de contextualisation, d’élaboration et de mise en forme.

Dans un second temps, elle ne pourra être acquise ou assimilée – et, donc, éventuellement transformée en connaissance ou savoir – que via un long processus de maturation et d’adaptation – suivant l’échéancier d’objectifs de l’utilisateur potentiel.

Ainsi, outre la nature du canal de transmission ainsi que les connaissances et savoirs respectifs de l’émetteur et du récepteur – qui, nous renvoient au contexte socio-économique de l’action tout autant qu’aux capacités de mémorisation des individus – il s’agit de mettre en œuvre un construit relationnel un tant soit peu transférable…

Dans une première partie, nous envisageons, donc, plus particulièrement, le passage des niveaux individuels à l’organisation, quant à la diffusion des connaissances et la formation des compétences. De ce point de vue, un usage flexibilisé du SIO permettrait l’émergence et la mise en œuvre d’un construit relationnel, intégrant la spécificité et la subjectivité des individus ainsi que les structures d’action, dans lesquelles ils évoluent.

Dans une seconde partie, nous nous attachons – plus modestement – à appliquer de tels schémas coordonnateurs au poste de travail informatisé. Dans ce cadre, on peut notamment s’interroger sur l’intégration des nouvelles technologies comme aptitude collective à construire des contextes d’interactions, nécessaires aux transferts – dans l’action – et au maintien du capital cognitif organisationnel.

I – SYSTEME D’INFORMATION ET APPRENTISSAGE

L’information collectée n’est, donc, généralement pas accessible directement aux membres de l’organisation, ils doivent l’interpréter suivant un ensemble de savoirs et de savoir-faire hétérogènes.

Au niveau individuel, ces derniers sont préalablement mis en forme via des mécanismes d’apprentissage, associés à un certain substrat institutionnel. Au niveau collectif, intervient le SIO. En tant qu’objet collectif cristallisant les résultats des processus d’apprentissage, un tel artefact appuie l’action collective. Mais, interviennent, aussi – à cet endroit – les modes de relation et de coordination inter-individuels – et, notamment le développement de codes communs, de règles et de représentations partagées, de « theories of action » (Argyris, Schön, 1996) – spécifiques à l’organisation considérée.

1. LE SYSTEME D’INFORMATION COMME SUPPORT DE LA MEMOIRE ORGANISATIONNELLE

Comme le constataient Cyert et March (1970 , p.95), « l’une des principales contraintes qui pèsent sur l’entreprise est sa capacité limitée à rassembler stocker et utiliser les[connaissances ; S.D]». En tant que support de la mémorisation, le Système d’Information et de Communication de l’organisation est l’instrument pour améliorer cette aptitude .

Mais, plus généralement, ces différents supports de mémorisation présentent des caractéristiques spécifiques : les produits et autres artefacts ont un contenu en connaissance donné – ils constituent une mémoire « morte » – alors que la connaissance individuelle et les routines présentent un caractère de variation ; et, donc, de potentialités supérieures – en ce sens que ces connaissances sont en action ; en un mot, elles sont « vivantes » (Azoulay et Weinstein, 2000, p.137).

1.1 Les différents supports de mémorisation

Tout d’abord, les individus conservent une certaine mémoire de leurs observations et de l’expérience. La connaissance conservée dans la mémoire individuelle peut concerner des faits bruts (stimuli reçus de l’environnement et résultats de décision). Elle peut se traduire, à un second niveau, sous forme de croyances ou de représentations particulières – justement utilisées dans les processus d’interprétation informationnelle.

En ce qui concerne ce dernier point, précisons, dans un premier temps, que la notion de représentation peut être définie suivant une double perspective.

·         Un premier sens correspond à « des structures de connaissances stabilisées, qui sont donc stockées en mémoire à long terme et qui ont besoin d’être recherchées, activées pour être utilisées » (Avenier, 1997, p.97). A ce titre, la représentation peut nous intéresser comme rendant compte des  moyens ou instruments,  dont disposent les individus pour s’adapter.

·         Une seconde acception renvoie à « des constructions circonstancielles faites dans un contexte particulier et à des fins spécifiques, élaborées dans une situation donnée et pour faire face à l’exigence de la tâche en cours » (Richard, 1990 , p.86). Cette seconde définition se rapproche, également, de celle de P.Falzon (1989 , p.11) : «  (…)l’idée d’un modèle interne élaboré par le sujet pour traiter les situations. Ce modèle interne résulte d’une construction, qui repose sur une analyse des données de la situation et sur l’évocation des connaissances en mémoire ». Cette citation englobe, alors, les deux aspects du concept de représentation. Nous retiendrons, pour notre part, surtout le fait qu’une telle notion est toujours liée à un contexte historique, culturel, technique – en dehors duquel elle est difficilement lisible.

A cet égard, interviennent notamment le substrat culturel et structurel de l’organisation. D’une part, la culture organisationnelle véhicule auprès du personnel, une certaine façon d’appréhender les problèmes ; elle repose sur des symboles, des mythes, etc. et véhicule, consécutivement, certaines valeurs. D’autre part, la notion de rôle encadre les comportements ; le découpage des activités (ou, la division du travail) s’accompagne de l’établissement de nomenclatures fonctionnelles générales – qui, imposent aux individus, se succédant sur le poste (de travail), une définition des tâches à accomplir (dans le cadre de leur affectation ).

Cependant, en termes de « rationalité adaptative » et de continuité interprétative, il s’agit, tout en préservant la structure cognitive existante de construire de nouvelles représentations – requises par les perturbations rencontrées.

Partant, il serait question « de standardiser et stabiliser des formes cognitives intermédiaires, des îlots de connaissances considérés comme temporairement satisfaisants » (Lorino, 1997, p.126). En effet, « en résolution (de problèmes) [constate H.A. Simon (1991)], un résultat partiel représentant un progrès identifiable vers le but joue le rôle d’un sous-assemblage stable ». Ce dernier représente une « économie d’attention », pour les membres d’une organisation qui, peuvent alors se concentrer sur les aspects vraiment problématiques. Ces îlots de stabilité constituent, également, des îlots de consolidation.

Mais, à ce stade de la réflexion, il conviendrait de donner un contenu plus théorique à la coordination de telles « convictions individuelles ». En particulier, « pour qu’un schéma soit remplacé, il faut que l’expression de son successeur soit aussi accessible et qu’il puisse avoir le même ancrage dans les systèmes de représentations [individuels ; S.D] » (Teulier-Bourgine, 1997 , p.129). On s’achemine, en conséquence, vers des formes simplifiées et tacites d’échanges et d’actions – qui, structurent récursivement les « régularités actionnables » (Reynaud, 1996). Autant de ROUTINES ou de « rules – ready-to-use » qui, incorporent des variables comportementales (associées à un certain contexte d’action).

De plus, outre l’articulation de processus cognitifs élémentaires, la cohérence du cheminement interprétatif fait intervenir une mémoire collective ; des artefacts physiques – supports et objets de PROCEDURES.

En pratique, la mémorisation interne (au sujet) est accompagnée par la constitution d’archives personnelles, de fichiers – qui, sont autant de mémoires auxiliaires. En particulier, la plupart des organisations formalisées prévoient un archivage systématique des enregistrements de leurs activités, sous forme de rapports, de comptes rendus, etc. Ces archives collectives conservent une trace des réponses, apportées par l’organisation, aux sollicitations de l’environnement.

Cependant, de façon plus générale, nous pouvons dire – à l’instar de N. Fabbe-Costes (1997 , p. 205) – que « la mémoire dans les organisations procède à la fois de la mémoire individuelle des acteurs qui la constituent, et de la mémoire collective que se construit l’organisation à travers son [Système d’Information] ».

De ce point de vue, une définition du concept de SIO est donnée par J-L. Peaucelle, en 1981 (p. 30). « Le SI est un langage de communication de l’organisation construit pour représenter, de manière fiable et objective, rapidement et économiquement, certains aspects de son activité passée ou à venir. Les phrases et les mots de ce langage sont les données dont le sens vient des règles élaborées, par des Hommes (…). Les mécanismes de représentation propres à ce type de langage prennent leur efficacité dans les répétitivités des actes [au sein ; S.D] des organisations » (souligné par nous).

Deux points sont, dès lors, à reprendre. D’un côté, l’information peut constituer un élément codifiable et transmissible ; mais encore, elle peut être non formalisable – car, liée au contexte dans sa signification, ainsi qu’à l’aptitude des membres de l’organisation à l’acquérir et à la diffuser ; même de façon informelle .

Par conséquent, nous percevons clairement, ici , l’importance d’une approche organisationnelle, en termes de lieu d’interactions entre centres d’information décentralisés; connaissances formalisées et informations tacites seraient, ensuite, prises en compte – au niveau du SIO – dans une perspective de réalisme et de complétude…D’un autre côté, une telle structure n’est intelligible que, si nous la confrontons aux procédures décisionnelles de l’organisation considérée (Favereau, 1989). En effet, la cohésion d’ensemble est fondée sur ces règles (de procédure) – ou « heuristiques au sein (et au service) d’un processus d’apprentissage collectif » (Favereau, 1994) – propres à faire émerger les significations. Ces procédures opératoires (quoi faire dans telle ou telle circonstance ?) – éléments majeurs, encore, de la mémoire organisationnelle – encadrent les perceptions individuelles ; elles fixent, par exemple, les règles d’exécution du travail, la façon de recueillir et de traiter les données, les objectifs à respecter, etc.

Au final, donc, la notion de mémoire collective serait plus globalement liée à un système d’inscriptions matérielles externes ; mais, collectivement produites, interprétées ou modifiées, suivant les histoires personnelles des individus et les structures organisationnelles dans lesquelles ils évoluent…

A partir de cette définition, considérant donc l’activité de mémorisation qui s’opère à travers le SI de l’organisation, nous ne pouvons qu’envisager un usage flexible de cet artefact.

Cependant, en guise de synthèse, dans le cadre des interactions dynamiques entre les membres de l’organisation et leur environnement, le SIO – en cristallisant les résultats des processus interprétatifs et d’apprentissage, au niveau du concept d’INFORMATION – peut impulser, après la mise en forme et la collectivisation associées à l’émergence des CONNAISSANCES, la construction de compétences « actionnables ». Ainsi, la boucle est bouclée. D’après une réflexion de P. Garrouste, une « information » ne devient « connaissance » que si l’on est capable de l’utiliser ; ce qui renvoie aux problèmes tenant notamment à la spécialisation des savoirs et à la différenciation des codes – y compris dans leurs aspects spécifiques et locaux (tout ce que D.Foray appelle « le marquage institutionnel de la connaissance ») – et, qui justifie, pour une firme, le maintien non seulement, d’une activité de recherche interne mais aussi, d’une capacité d’expertise (interne).

Nous partageons, donc, l’approche de J.C. Perrin (1991) qui, s’élève contre l’assimilation des savoir-faire à une combinaison d’informations. En effet, en fin de cycle, dans le champ de la mise en acte, la connaissance est confrontée au contexte d’interactions[2]. De fait, dans cette perspective, « l’information importante [qui constituera, à terme, une donnée ; S.D] n’est pas explicitée dans le langage général de la rationalité cognitive du fait qu’elle est spécifique à un contexte particulier et que, avant d’être formalisée dans un langage objectif, elle est mise au point et vécue expérimentalement par le collectif (de travail) » (1991 ; Perrin op.cit).

Nous envisageons, donc, l’enchaînement suivant :

Consécutivement, « le problème n’est pas de faire circuler toute [la connaissance ; S.D] systématiquement, mais de la rendre économiquement accessible à la demande, sans contraindre tous les acteurs de l’organisation à la consommer malgré eux » (Le Moigne, 1986, p. 24).

L’opérationnalisation de la mémorisation – au niveau organisationnel – impliquerait, donc, plutôt, des outils laissant place à une appropriation sélective des connaissances produites.

1.2 De la nécessité d’une utilisation flexibilisée du SIO

En réalité, la capacité d’accéder – en toute liberté ! – aux éléments en mémoire s’inscrit dans une dynamique de construction des décisions, au sein des organisations. En cela, « si le [Système d’Information] n’est pas le système de représentation de l’organisation, il lui est intimement lié ; il en est une expression tangible et le conditionne » (Couix, 1997 , p.176).

De façon plus pragmatique, nous sommes attentifs à certains signaux de nos environnements (entreprise, famille, etc.). Nous décidons, en conséquence, d’acquérir, mémoriser telle ou telle information, d’échanger telle ou telle connaissance ; ou bien, de représenter tel ou tel stimulus par telles ou telles variables interprétatives.

A contrario, une information peut influencer la représentation que l’on se fait d’un phénomène.

Aussi, J. March de préciser que « la construction [collective ; S.D ] d’informations peut être considérée comme plus importante que l’information elle-même, tout comme la prise de décisions a plus d’importance que ses résultats » (March, 1991 , p.12).

Plus précisément, une grande partie du traitement de l’information (visant à faciliter le travail, au sein des organisations ) « consiste à remplacer des informations brutes (perçus localement ; mais, nombreuses ) par une information de synthèse, élaborée selon des règles propres à celui qui fait la synthèse et difficilement contrôlables par ceux qui les recevront et les utiliseront » (Thévenot, France-Lanord, août 1993 , p.105).

Dans cette optique, le SIO constituerait l’interface « support d’attention – réducteur d’incertitude » – entre l’environnement organisationnel et la structure décisionnelle de l’organisation . En effet, considérant le rapport capacité de traitement informationnel / opacité des environnements organisationnels, nous pouvons mesurer l’importance d’une remise en question permanente de l’effectivité, quant à la collecte de données, au traitement et à la mémorisation de l’information. D’ailleurs, la ressource rare – notamment relativement à la rationalité limitée des agents économiques – réside autant dans les capacités de traitement que dans l’information elle-même . Dès lors, un projet de suivi des signaux environnementaux – médiatisé par le SIO – commence par une sélection des stimuli pertinents ; sélection qui, contribuera – en retour – à faire évoluer, chaque membre de l’organisation, à travers ses pratiques, son expérience…

Toutefois, il faut également envisager le « difficile » passage à la capitalisation collective des savoirs individuels.

2. INFORMATION VERSUS CONNAISSANCES OU LA FORMATION DE REPRESENTATIONS PARTAGEES

Selon une vision cognitive des organisations, la connaissance se distingue de l’information en ce qu’elle ne constitue pas une simple description – plus ou moins détaillée – d’une réalité ; mais, se présente comme un construit social, incluant une dimension de croyance et de jugement (March, 1991). D’après Nonaka (1994), par exemple, la connaissance se définit comme « a justified true belief ». Comment, dès lors, peuvent se coordonner des individus qui, n’ont pas les mêmes connaissances – ou, les mêmes perceptions et représentations du monde ? En guise de réponse, de nombreux travaux mettent alors l’accent sur l’existence de « schémas cognitifs partagés » – par les membres de l’organisation –règles, routines, langages, procédures…

2.1 La firme comme dépositaire de schémas d’action transférables

Ainsi, quand on sait que la production et le renouvellement de la coopération constituent le problème principal des organisations (notamment pour celles qui innovent ), il devient prégnant de s’interroger sur les potentiels de transmission des connaissances (et, des compétences) individuelles – justement (en partie ) objectivées via des « dispositifs cognitifs collectifs », suivant l’expression d’O. Favereau (1989).

Dans un premier temps – et, toujours dans une perspective d’accumulation et de sauvegarde des capacités productives  – nous pourrions penser que les individus organisés prennent leurs décisions « en fonction des représentations communes en vigueur, du jugement de convention » (Petit, 1993). En effet, logiquement, la mise en cohérence de différentes compétences, centrées sur des domaines d’intervention spécifiques, passe par une communication – à l’intérieur de la firme – entre différentes spécialisations ; aussi, est postulée la possession d’un langage commun entre les différents agents économiques (Le Bas et Zuscovitch, 1993). Néanmoins, c’est sans parler des savoirs tacites et non formalisés. Or, de telles connaissances – « gravées dans les mémoires (embrained) individuelles »– sont sans cesse mobilisées – automatiquement – dans la mise en œuvre de savoir-faire.

« Nous savons plus que ce que nous pouvons dire. (…) C’est un fait bien connu que le déroulement d’une performance habile est achevé dans l’observation d’un ensemble de règles qui ne sont pas connues en tant que telles par la personne les suivant » (Polanyi, 1958) ; ou, encore : « on retrouve toujours, dans la connaissance technique, la priorité d’un savoir-faire sur un savoir-comment. Entre le dessin de l’outil et de la machine, d’un côté, le dessin de l’objet à fabriquer de l’autre, il demeure une zone de geste et de la parole qui est indescriptible » (Gille, 1978 , p.1440) – et, par conséquent, difficilement transférable d’un individu à l’autre.

De ce point de vue, « les routines d’une organisation constituent la qualification (skill) de cette organisation » (J. Perrin, 1993 , p.11). Mais, parties prenantes du « capital immatériel » (associé à ces savoirs individuels, inarticulables au moyen d’un langage), elles demeurent, aussi, distribuées et incorporées au niveau des rationalités individuelles. De fait, de telles routines, « même si elles s’expriment globalement pour réaliser une tâche collective [ !] » (B. Walliser, 2000 , p.208), «  ne sont véritablement collectives que quant à leur résultat » (B. Walliser, 2000 , p.209).

En effet ce qui est transposé, au niveau collectif , ce sont des formes de « connaissance codifiée » – impliquant, en amont, autant de représentations, de règles interprétatives et de systèmes informationnels…Au final, donc, via une agrégation automatique des comportements individuels, se reconstitue – au prix d’un appauvrissement, relatif au contenu ainsi qu’à la variété des schémas mentaux  – un enchaînement exhaustif de la forme : « si…(liste de conditions contextuelles)…Alors…(liste d’actions associées) ».

Autant de postulats stratégiques très difficilement interprétables (car, guidant quasi mécaniquement les comportements, sans être d’ailleurs totalement exprimables par chaque individu…) ; et, partant, aussi, difficilement transposables dans un nouveau contexte socio-économique…

A contrario, « la partie articulée des savoirs et savoir-faire humains est (…) facilement transférable d’un individu à l’autre, étant dans une forme destinée par sa nature même à la communication entre êtres humains » (Mangolte, 1997, p. 121).

A côté d’un essai de stabilisation des ressources organisationnelles dans le champ du tacite, nous percevons, donc – de façon plus tangible  – le cadre formel des activités productives. Nous évoquons, ici, des procédures standardisées ; du type processus de fabrication, méthode d’utilisation de machines-outils, etc.

Dès lors, sur cette base, d’après A. Kirman (2000), « l’émergence des liens entre les individus peut être expliquée par l’utilisation de règles de comportement très simples, sans avoir recours à un comportement optimisateur ou stratégique ». Dans cette perspective, nous nous rapprochons du raisonnement simonnien – qui, implique de s’écarter de la validité objective des règles déterminant l’usage optimal des connaissances et l’action optimale ; pour se rapprocher de PROCEDURES satisfaisantes, utilisées par les agents pour améliorer leur compréhension de la réalité (Simon, 1976). Par conséquent, afin de maintenir une cohérence d’ensemble, nous nous inscrivons dans le comment (rationalité procédurale) ; et, « chemin faisant », les règles servent de guides (ou de repères) pour l’apprentissage collectif. En réalité, de telles règles (de procédure) consistent à découper le problème organisationnel, d’une certaine façon ; et, consécutivement à cette décomposition, à découvrir une heuristique spécifique (de manière, encore, plus ou moins exploratoire ou automatique ).

Un tel « langage résolutoire » peut jouer, alors, le rôle d’un Common Knowledge (CK) – créant du lien entre les membres organisationnels (du moins, pour un certain nombre d’entre eux ) ; et, permettant des transferts de significations…

« La mise en forme articulée facilite donc la circulation du savoir productif, sa dispersion éventuelle et son appropriation par autrui. On peut ainsi penser au plan d’une machine prototype – plan que l’on peut reproduire, photocopier et envoyer à l’autre bout du monde. A l’arrivée, à la seule condition de savoir déchiffrer le plan, c’est-à-dire de comprendre les codes, les conventions, les symboles utilisés, la machine est presque immédiatement reproductible » (Mangolte, 1997 , p.112).

Ainsi, comme le disait Favereau (1996), « l’incomplétude n’est pas le problème, c’est la solution » – notamment pour adapter les connaissances (construites collectivement) à de nouvelles circonstances. Maintenant, c’est dans cette optique, que nous nous proposons d’examiner, plus en détail, les modalités de passage d’un phénomène individuel à un processus collectif de mémorisation.…

2.2 Apprentissage organisationnel, représentations collectives du réel et modes de traitement décisionnel

En première analyse, nous pouvons retenir la définition de l’apprentissage – individuel et organisationnel – proposée par C. Le Bas (1993 , p.5) : « l’apprentissage est un processus d’acquisition de connaissances. Il peut être défini plus généralement comme un processus d’accumulation, de mémorisation, et concerne avant tout les Hommes dans leurs activités sociales et, en particulier, dans leur activité économique. S’il est indubitablement un phénomène dont l’agent individuel est le support, il s’incruste également dans les organisations, c’est-à-dire dans les formes institutionnelles que prennent les rapports économiques et sociaux des agents ». Une telle caractérisation trouve, d’emblée, sa légitimité dans l’évocation des dimensions individuelle et collective de l’apprentissage ; l’auteur inscrit également un tel phénomène dans le cadre social relatif aux activités de production. Enfin, est soulignée la mobilisation d’une mémoire ; partageable à divers niveaux et, chargée d’assurer la sauvegarde des connaissances accumulées…

De fait, afin de garantir, dans un premier temps, la cohérence des divers processus d’apprentissage (au sein des organisations) ainsi qu’une régulation efficace des compétences individuelles, il doit exister – à l’échelle collective – un corps de connaissances communes. Si l’on se place, donc, dans une situation de CK – telle que définie par D. Lewis – aucun doute résiduel n’est présent ; tout individu d’une population P conformera son comportement à toute régularité R caractérisant les autres membres de la population considérée – ce type de comportement étant, de plus, approuvé et connu par tout individu caractérisé ici. De ce point de vue, l’application de la règle est tout à fait dissociée des aléas affectant les interactions. « L’objectivité de la règle ne signifie rien d’autre que le fait qu’il n’y a plus rien dans la relation intersubjective qui puisse en venir perturber l’application » (Orléan, 1994).

Mais, justement, à l’instar de C. Argyris et D.A Schön, nous pouvons aussi dire que l’apprentissage organisationnel n’est possible que dans le cas où les membres de l’organisation appliquent, avec un regard critique, les règles guidant l’action collective.

Aussi, dans le cadre des préférences et des représentations individuelles, la coordination située nécessiterait la présence « d’une forme affaiblie de savoir collectif ». Tel est notre avis ; on se laisse guider – dans l’apprentissage – par les règles existantes, lesquelles sont réinterprétées au terme de cet apprentissage…

« Ces traits de comportement, justifient (…) l’idée selon laquelle les contextes d’une action sont, dans une certaine mesure, donnés à l’acteur sous la forme de figures collectives, que la coordination ne peut se faire en dehors de tout repère collectif. Cette référence peut être plus ou moins contraignante, plus ou moins directive. Elle est en revanche, toujours partagée car inscrite dans les environnements d’actions. Elle induit un statut différencié des participants à l’action et une approche différente des comportements d’action. » (Kechidi, 1998, p. 434 ; souligné par nous)

A cet égard, dans le champ des processus décisionnels, « les règles qui régissent la recherche de solutions s’ajustent également car les modes de recherche ayant produit des solutions dans le passé tendent à être répétés et ceux non productifs évités » (Daraut, 1999, p.11). Malgré tout, dans un tel cadre, peut alors se poser le problème de la maîtrise des conflits, inhérents à des logiques rationnelles différentes.

Les évolutionnistes aboutissent, par suite, à une définition des routines, à partir de propriétés presque exclusivement cognitives (Egidi et alii, 1994 , p. 2). En effet, comme « truces amongst conflicts » (Nelson et Winter, 1982) ou, mécanismes particuliers de régulation – intégrant des processus interindividuels  – de telles routines peuvent permettre – mais, toujours artificiellement ; de « canaliser le découpage des évènements ».

Elles ont, alors, cinq propriétés respectives :

(1)  une régularité et une prédictibilité ; car, représentant des modèles de comportement qui, peuvent être répétés – si les conditions environnementales sont similaires

(2)  une automaticité

(3)  un contenu tacite

(4)  une ignorance partielle quant à leur mobilisation, dans la mesure (cf. 2) où elles sont actionnées automatiquement (sans nécessité délibérative )

(5)  l’économie de savoirs au niveau individuel, lors d’une mise en place au niveau collectif (Egidi et alii, 1994 , p .2).

Partant, en particulier suivant ce cinquième item, nous pouvons renvoyer à la notion de MEMOIRE ORGANISATIONNELLE. De fait, face à des problèmes de nature répétitive, les comportements (qui ont réussi ) sont mémorisés à travers des règles standardisées. On évite, par là même, au décideur, de recommencer en totalité l’analyse et la modélisation du problème ; il suffit de reconnaître la nature du problème et d’appliquer le schéma résolutoire – qui, a réussi par le passé  – sans avoir à reconstruire complètement une réponse adaptée…

Cependant, nous pouvons considérer qu’il existe plusieurs niveaux possibles dans le processus d’apprentissage.

  • Dans le cas le plus courant, le problème est reconnu comme strictement identique à ceux qui ont été déjà observés. Il suffit, donc, de retrouver, dans l’ensemble des décisions stockées, celle qui a conduit à un résultat jugé satisfaisant et de la reproduire.
  • Si le problème n’est pas reconnu comme strictement identique, il y a adaptation ; et, pas seulement reproduction d’une décision.  Cette adaptation est toutefois plus rapide à mettre en œuvre qu’une solution totalement nouvelle.
  • Dans certains cas, néanmoins, le schéma d’action prévu dans la procédure (ou, enregistré dans la mémoire du décideur) se révèle inadéquat ; les faits observés ne coïncident pas avec la représentation « apprise » du problème. Il faut, alors, passer à un autre niveau d’apprentissage qui, consiste à modifier le schéma d’interprétation, appliqué jusque-là ; puis, à sélectionner, dans le cadre de ce schéma, les réponses fournissant les meilleurs résultats. Ce deuxième niveau d’apprentissage est celui de la modification des représentations.

Plus généralement, alors, nous pouvons remarquer que « le profil des convictions de l’organisation dépend énormément du fonctionnement de [sa ; S.D] mémoire et du fait qu’il est différent ou non selon les périodes et selon les unités de l’organisation » (March et Olsen, 1976). De cette manière, la structure organisationnelle conditionne étroitement les dynamiques d’apprentissage Comme le souligne, globalement, Llerena (1996), « dans la mesure où les processus d’apprentissage individuels sont fortement tributaires du contexte et de l’engagement des individus dans les activités cognitives, l’évolution des connaissances au sein de la firme ne peut être appréhendée sans tenir compte du contexte organisationnel dans lequel s’insèrent les individus. Ce contexte particulier, en définissant (…) les tâches et les possibilités d’interactions, les rapports hiérarchiques et les relations d’autorité, guide les activités cognitives des membres de l’organisation et détermine la variété des cadres d’interprétation ». Et, c’est notamment dans cette perspective que nous allons envisager « la coopération située ordinateur/opérateur ».

II – UNE APPLICATION A LA RELATION HOMME – POSTE INFORMATIQUE

1.VERS DES DYNAMIQUES DE CO-EVOLUTION TECHNICO -COGNITIVES

Dans un premier temps, N. Rosenberg (1982) a souligné, via le concept de « learning by using », le rôle d’un apprentissage se construisant à partir de l’expérience acquise dans l’utilisation des produits ou des machines. Plus précisément, il a montré – pour des techniques ou des objets complexes – que « les performances de ces produits sont difficiles à prévoir ; de plus, beaucoup de leurs caractéristiques ne seront connues qu’après une utilisation intensive et prolongée ». Dans de telles situations, l’innovation technologique passera par le maintien de relations étroites entre utilisateurs et concepteurs – justement, pour que ces derniers intègrent, dans leur activité, les enseignements tirés par les premiers.

A ce niveau, il ne s’agit plus, alors, de postuler un quelconque déterminisme de la technologie sur l’organisation ; mais, de considérer la technologie dans son aspect « permissif ». Parallèlement, on peut observer une forme de concomitance des changements techniques et organisationnels (Reix, 1990 , p.106).  En particulier, dans un tel cadre d’analyse, l’autonomie se définit « comme une capacité d’initiative et d’action propre à l’individu en situation de travail » (Lallé, 1999, p.98).  « L’autonomie sera positive si elle permet d’assurer la cohérence des actions en adéquation avec les objectifs de l’entreprise » (p.103 ; op.cit Lallé).

Cependant, dans une perspective d’ « action située » (Suchman, 1987), l’enjeu est de considérer l’interaction dynamique entre l’homme et son environnement. « L’action est située lorsque les ressources de l’environnement accroissent les capacités cognitives des agents » (Laville, 2000 , p.13).

De ce point de vue, si l’on se place dans le champ du traitement informationnel, nous pouvons envisager – à l’exemple de Simon – que « l’Homme raisonne dans son contexte, avec sa rationalité limitée, et cherche à ses problèmes la solution satisfaisante plutôt que la solution optimale qu’il ne peut trouver faute de disposer d’une capacité de traitement suffisante. La machine comblerait [ainsi] une partie [de ses ; S.D] lacunes, contribuant (…) à l’aider à accroître sa rationalité dans [la] prise de décision. L’Homme et son ordinateur forment alors un ‘couple’, un système Homme-machine dont la performance va croissant, au fur et à mesure que l’on comprend mieux la manière de raisonner d’une part et que les outils logiciels sont plus évolués d’autre part » (p. 101 ; op.cit Thévenot et France-Lanord, 1993).

Pourtant, H.A Simon n’a pas consacré l’essentiel de ses recherches au problème des interfaces – apparaissant comme central quant à l’utilisation des Systèmes d’Information…En effet, dans ce domaine, tout semble se jouer au niveau de la gestion des échanges de données.

« Starting from the viewpoint of action as situated in complex ill-structured contexts, Winograd et Flores (1986) argued that the most significant challenge facing the interface design is to discover the true ontology of human beings with respect to computer: Human-Computer Interaction (HCI)” (Vera et Simon, 1993, p.13). En effet, lorsque deux individus sont en interaction (même si l’un d’eux est une machine ou, interagit au travers d’une machine), ils redéfinissent, continuellement,  leur contexte d’interactions ; ceci, relativement à « la taille des mondes » dans lesquels ils évoluent respectivement…

En réalité, la prise de conscience du caractère distribué, fragmenté de la production / consommation d’informations vient se superposer à une coopération accrue entre l’Homme et la machine – médiatisant le dialogue et l’articulation de ces espaces, de ces différents points de vue connectés. Conçus séparément, l’humain et le technique s’articulent, alors, de façon inédite ; dans un processus de « mémorisation interactive ».

Minsky décrit  « l’apparition inattendue à partir d’un système complexe d’un phénomène qui n’avait pas semblé inhérent aux différentes parties de ce système. Ces phénomènes émergents ou collectifs montrent qu’un tout peut être supérieur à la somme des parties ». Dès lors, Winograd et Flores (1986) – s’intéressant toujours à la mobilisation du système interactif Homme / ordinateur – écrivent « we must focus on how people use them [interfaces] instead of how people think or what computers can do » (p.11 ; op.cit Vera et Simon).

Partant, l’apprentissage et la mémorisation continus mettent en jeu un ensemble de relations dialectiques ; « like ‘rationality’, the continuity of activity over contexts and occasions is located partly in the person acting, partly in contexts, but most strongly in their relations (souligné par nous) » (Lave, 1988, p.20).

Nous en venons, alors, progressivement, au(x) rôle(s) joué(s) par les nouvelles technologies, dans la structuration de dynamiques d’échange – propres à assurer la cohérence et la pérennité des construits d’action collective…

2.UNE MISE EN PERSPECTIVE AU SERVICE DE L’ACTION COLLECTIVE : L’INTRODUCTION DES NTIC DANS L’ENTREPRISE

A l’instar de J-L. Le Moigne, nous réaffirmons l’indépendance conceptuelle du SIO et des technologies de traitement de l’information – justement susceptibles de faciliter l’exercice des fonctions assumées par cette partie constitutive du pilotage organisationnel ; en effet, le SIC peut être défini comme « un système social de significations partagées » (Hirscheim, Klein, Lyytinen, 1995).

2.1 Dynamiques d’innovation et dynamiques d’apprentissage : une application aux modes de déploiement des NTIC

En pratique, la diffusion des NTIC se caractérise plutôt  par l’ajustement ; et, donc, par l’absence de lignes directrices ainsi que d’objectifs clairement définis.

  • Dans un premier temps, l’amélioration, au quotidien, de l’existant est privilégiée ; relativement à l’exploration de nouvelles formes organisationnelles.
  • Dans un second temps, les firmes peuvent innover plus profondément, à mesure que leurs membres s’approprient les technologies. Les utilisateurs peuvent, en effet – « avec le recul nécessaire » – imaginer des utilisations originales…
  • De telles possibilités incrémentales d’évolution organisationnelle et d’adaptation technologique représentent, enfin, des critères décisifs quant aux futurs choix d’investissement.

Ainsi, dans le cadre de relations de travail harmonieuses et constructives, la mise en œuvre d’une véritable ingénierie informationnelle peut engendrer un processus qualifiant. De telles dynamiques technico-organisationnelles tendent, surtout, à réduire l’aspect routinier des pratiques productives, valorisant le volet cognitif de l’innovation technologique et incitant à la prise en charge des problèmes organisationnels par les individus (caractérisés notamment par leurs compétences respectives ).

Dans cet état de fait, la mémorisation collective joue, encore, un rôle déterminant (Day, 1992). L’entreprise, ainsi comprise dans sa durée, dans son histoire se constitue dans « un processus continuellement apprenant » (Chandler, 1992). Mémoire et apprentissage sont interdépendants, même s’il reste à aménager l’organisation – afin que la mémorisation ne soit pas trop affectée par une vision ( par trop !) schématique du savoir…Cela n’est possible que si l’on respecte l’hétérogénéité de la connaissance ; ses versants implicites et tacites, ses degrés de codification plus ou moins établis (Spender et Baumard, 1995 ; Baumard, 1995).

Et, dans une perspective dynamique  – le savoir antérieur doit être fortement relié à la nouveauté ou à la création ; de manière à en faciliter l’assimilation…

Ainsi, l’apprentissage par l’usage peut faire évoluer les cadres cognitifs de la prise de décision . En particulier, les performances qu’une firme peut obtenir aux moyens des NTIC sont, entre autres, corrélées avec les phénomènes d’apprentissage associés à l’utilisation de telles technologies (Rosenberg, 1982 ; Porter, 1985 ; Von Hippel, 1988 ; March, 1991). En outre, dans une étude de cas, Néo (1988) observait que les implantations des NTIC les plus fructueuses correspondaient à celles pour lesquelles les organisations avaient – déjà  – enregistré une expérience, dans le domaine…

En conséquence, l’efficacité d’un SIO ne serait pas dépendante de la technologie – elle-même  – ni de la structure organisationnelle, prise de façon isolée ; mais, de la conjonction des deux (Markus et Robey, 1983). L’apport des NTIC ne doit pas être appréhendé sous une forme statique ; mais encore, suivant une co-évolution technico-organisationnelle (Brousseau et Rallet, 1995 , p.19). Par exemple, « chemin faisant », l’apprentissage lié à l’utilisation de ces nouvelles technologies pourrait permettre de catalyser des signaux environnementaux, invitant à une réorientation dans l’activité productive.

2.2 Des acteurs-projets pour la structuration d’espaces de coordination au travers des NTIC

Dans cette optique, la prise en compte des paradoxes organisationnels (intégration-différenciation, individus-collectifs, stabilité-changements, exploitation-exploration, etc.) permet de passer outre la conception statique des organisations.

Dans « une vision conversationnelle », il s’agit, alors, de proposer des schémas coordonnateurs qui, font apparaître la dynamique d’action comme une force motrice permanente – ceci, via une recherche perpétuelle d’équilibration[3] entre pôles antagonistes. « Il est donc nécessaire que soient privilégiées les stratégies bipolaires (…) incluant par exemple, une dose accrue de centralisation de certaines décisions et, simultanément, plus d’actions décentralisées » (Martinet, 1989, p. 234-35). Or, de façon générale, « les décisions ne s’imposent jamais comme des évidences techniques ou économiques, ou financières, mais en fonction des systèmes relationnels existants » (Bernoux, 1995, p.223).

  • En particulier, dans une dynamique d’amélioration de la production, toute apparition d’une innovation commande une redéfinition de la situation (Goffman, 1973 ; Habermas, 1987) – c’est-à-dire une transformation des trois rapports, constitutifs de toute culture ; à savoir aux autres, aux choses et à soi. Cependant, si cette révision n’est pas conduite par la hiérarchie en place, elle risque d’être opérée sur le versant informel de l’organisation ; la dissociation s’accentuera, alors, entre un système figé « dans la paix des rationalités » et l’effervescence associée à l’expérimentation – au quotidien …
  • Malgré tout, dans le flanc du monde vécu, la coordination s’appuie – aussi  – sur des mécanismes de circulation de la connaissance que, l’on ne peut dissocier du cadre formel. Ces mécanismes contribuent à l’efficacité et à la souplesse des liaisons hiérarchiques et horizontales. Ils constituent, dès lors, avec « la structure organisationnelle »[4] un tout indissociable – qui, peut s’analyser, en dernier ressort, comme un outil de traitement informationnel ( en vue de la prise de décisions).

Plus généralement, donc, l’individu est considéré comme inséré dans un environnement, avec lequel il est en interaction.

Dès lors, afin d’articuler ici une théorie de l’action, nous pouvons également appréhender le « travail adaptatif » comme un processus d’organisation, tendant à faire apparaître un système d’activités coordonnées (justement adapté aux conditions de l’environnement ).

Nous retrouvons cette conceptualisation dans la théorie de la structuration d’A. Giddens (cf. notamment J. Rojot, 1998).

En particulier, « les activités sociales des êtres humains sont récursives, comme d’autres éléments auto-reproducteurs dans la nature. Elles ne sont pas créées ab initio par les acteurs sociaux mais recréées sans cesse par eux en faisant usage des moyens mêmes qui leur permettent de s’exprimer en tant qu’acteurs. Des conditions permettent les activités des agents et dans et à travers leurs activités, les agents produisent et reproduisent les conditions mêmes qui rendent ces activités possibles » (p.6 ; op.cit Rojot).

A partir de là, dans un cadre organisationnel donné et considérant des dynamiques de projets endogènes – tenant notamment à une mise en situation des NTIC, au sein de certains construits béhavioristes et institutionnalisés – nous pouvons évaluer comment les agents opérationnels interagissent avec la technologie et l’organisation.

C’est dans une relation continue et bilatérale avec l’artefact technique ainsi qu’avec Autrui que se constituerait (récursivement ) « les activités spatio-temporellement situées des [acteurs ; S.D] humains » (Giddens, traduction de M. Audet, 1987 , p.74).

Partant, dans un même mouvement, les règles de l’action collective – elles-mêmes  – seront interprétées et ajustées à la situation.

En pratique, en effet, nous pouvons facilement envisager que l’acteur-projet ou l’opérateur communique ses expériences (quant à son poste de travail ), auprès de l’équipe ou des personnes les plus proches de lui en termes de compétences ; car, à première vue, ces collègues partagent – déjà  – un certain capital cognitif productif…

Ensuite, dans le cadre d’une telle base d’autonomie stable[5], les NTIC peuvent notamment appuyer des dynamiques d’apprentissage (de groupe ) – en favorisant la rapidité et l’étendue des processus de mémorisation et de communication. En retour, ces technologies feront – elles-mêmes – l’objet d’adaptations…

CONCLUSION

Ainsi, la mise en œuvre des nouvelles technologies induit – préalablement  – un processus d’abstraction et de représentation du monde – ou, plus modestement, de l’organisation du travail. En effet, les NTIC s’imbriquent à l’organisation, parce qu’elles reprennent – en partie  – le traitement et le transfert d’informations codées. « L’utilisation des TIC dans la coordination est (…) étroitement liée à la nature, formelle ou informelle, des procédures qui règlent les rapports entre les unités [organisationnelles ; S.D] » (Brousseau et Rallet, 1997, p. 294).

Dès lors, une telle inscription dans la technique, d’un certain substrat culturel légitime, encore davantage, l’intervention (négociée) des agents – s’identifiant et participant à l’organisation . Ceci d’autant plus que l’apprentissage des technologies par les utilisateurs (Rosenberg, 1983 ; Von Hippel, 1988) constitue une source génératrice d’innovation – ces derniers utilisateurs ne connaissant pas, au départ, toutes les propriétés et les potentialités des technologies. L’usage les leur apprend ; et, à ce moment-là, « cet apprentissage emprunte des voies inattendues qui tiennent d’une part aux détours d’appropriation des usages et, d’autre part, à la difficulté de modifier les mécanismes de coordination existants » (p. 304 ; op.cit Brousseau et Rallet). Se dessinent, alors, progressivement – via ce « learning by using » – des sentiers de co-évolution entre technologies et modalités organisationnelles.

«L’organisation qui émerge de ces actions stabilise la coordination des comportements des individus, mais ne se confond pas avec une donnée structurelle, une totalité préexistante à l’action des individus ; elle est plutôt une construction sociale. Au sein de cette construction sociale, la confiance et les règles jouent un rôle essentiel dans la coordination des individus. Mais les secondes ont pour avantage de permettre une coordination à distance d’individus anonymes, alors que la confiance n’est pas aliénable. Elle reste inscrite dans le cadre du face à face, de la relation de proximité » (Dupuy et Kechidi, 1996, p. 17).

Au final, donc, la possibilité d’échanges sereins et prolongés sur la base des compétences techniques de chacun, permet à ceux qui disposent déjà d’une certaine reconnaissance d’affirmer leur position au sein de l’organisation ; les autres peuvent, alors, trouver une occasion inespérée d’être rapidement reconnus ! Mais, surtout, un simple tissage de liens via les NTIC ne garantit pas – en soi  – des construits technico-organisationnels plus efficients. Ceux-ci ne peuvent constituer que le fruit « de la volonté et de la capacité des Hommes à partager la connaissance, à établir des coopérations, à faire confiance, à reconnaître à l’autre son altérité et le droit de sa subjectivité, à s’engager avec d’autres sur des chemins qui ne sont pas écrits à l’avance » (Génelot, 1996).


REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Argyris C., Schön D., “Organizational Learning. A theory of action perspective”, Reading Mass, Addison Wesley, 1978; “Organizational Learning II, theory, method and practice”, Addison Wesley, New York, 1996.

Avenier M-J. (ouvrage coordonné par), « La stratégie chemin faisant », Economica, 1997.

Azoulay N., Weinstein O.,  „Les compétences de la firme“, Revue d’Economie Industrielle, n°93, p. 117-153, 4° trimestre 2000.

Baumard Ph., « Des organisations apprenantes ? Les dangers de la ‘consensualité’ », Revue Française de Gestion sept/oct ; p. 49-57, 1995.

Bernoux Ph., « La sociologie des entreprises », Seuil, 1995.

Bouchikhi H., « La structuration des organisations », Economica, 1990.

Boyer R. et Orléan A., « Les transformations des conventions salariales entre théorie et histoire », Revue Economique, 42(2), p. 236, mars 1991.

Brousseau E. et Rallet A., « Efficacité ou inefficacité du bâtiment : une interprétation en termes de trajectoire organisationnelle », Revue d’Economie Industrielle n°74 ; p. 9-30, 1995.

Brousseau E. et Rallet A., « Le rôle des technologies de l’information et de la communication dans les changements organisationnels », in Guilhon B., Huard P., Orillard M. et Zimmerman J.B (eds.), Economie de la connaissance et organisation – entreprises, territoires, réseaux – l’Harmattan, 1997.

Chandler A., « What is a firm ? A historical perspective”, European Economic Review, 1992.

Couix N., “Evaluation ‘chemin faisant’ et mise en acte d’une stratégie tâtonnante », in M-J. Avenier « La stratégie chemin faisant » ; p.165-187, 1997.

Cyert R.M., March James., « Processus de décision dans l’entreprise », Dunod, 1970.

Daraut S., « La prise de décision dans les organisations », mémoire de DEA, 1999.

Day G.S, “Continuous Learning about Markets”, Planning Review, vol.20, n°5; p. 47-59, 1992.

Dupuy C., Kechidi M., « Interprétabilité des règles et confiance dans la dynamique des organisations », Sciences de la Société n°39, oct. 1996.

Egidi M., Marengo L., Narduzzo A.,“ On the origin and nature of organizational routines – some evidence from experiments”, Working paper, Eunetic conf., Strasbourg, oct. 1994.

Fabbe-Costes N., « Les multiples rôles du SIC dans l’action stratégique », in M-J. Avenier « La stratégie chemin faisant » ; p. 189-215, 1997.

Falzon P., « Ergonomie cognitive du dialogue », Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1989.

Favereau O., « La formalisation du rôle des conventions dans l’allocation des ressources », in R. Salais et L. Thévenot eds, Le travail : marchés, règles, conventions, INSEE – Economica ; p. 250-267, 1986.

Favereau O., « Marchés internes, marchés externes », Revue Economique n° spécial : « l’Economie des conventions », p. 273-328, mars 1989.

Favereau O., « Règles, organisation et apprentissage collectif : un paradigme non standard pour trois théories hétérodoxes », in Orléan (ed.) «  Analyse économique des conventions », Paris, Puf, Coll. « Economie », p. 113-137, 1994.

Favereau O., « Notes sur la théorie de l’information à laquelle pourrait conduire l’économie des conventions », Commissariat Général au Plan, P. Rouédé, 1996.

Génelot D., “Organisations formatrices, organisations apprenantes : atout et limite des nouvelles technologies », in J. Mallet « L’entreprise apprenante. TI : l’action productive de sens », Université d’Aix – en- Provence, 1996.

Giddens A., “La constitution de la société”, traduction de M. Audet, PUF, Paris, 1987.

Gille B.(sous la direction de.), « Histoire des techniques : technique et civilisations, technique et sciences », Paris : Gallimard (1652 p.), 1978.

Giordano Y., « L’action stratégique en milieu complexe : quelle communication ? », in M-J. Avenier « La stratégie chemin faisant » ; p. 137-164, 1997.

Goffman E., « La mise en scène de la vie quotidienne » (Tome 1 : la présentation de soi), Paris, Ed. de communicationnel, Minuit, 1973.

Habermas J., « Théorie de l’agir communicationnel » (Tome1 : rationalité de l’agir et rationalisation de la société ; tome 2 : pour une critique de la raison fonctionnaliste), Paris, Fayard, 1987.

Hirscheim R., Klein H., Lyytinen K., “Information Systems Development and Data modeling: conceptual and philosophical Foundations”, Cambridge University Press, 1995.

Kechidi M., « Rationalités et contextes de décisions: un retour sur H. Simon », Revue Internationale de Systémique, Vol.12, n°4-5, p. 419-440, 1998.

Kirman A., « La rationalité individuelle et la rationalité collective : l’importance des interactions entre des individus », ‘Economie cognitive’, Ecole thématique du CNRS, Ile de Berder (Morbihan), 14-19 mai 2000.

Lallé B., « Nouvelles technologies et évolution de la dialectique contrôle/autonomie dans le secteur des services – application au cas bancaire », Revue de Gestion des Ressources Humaines n°32, 1999.

Lave J., « Cognition in practice, Mind, Mathematics and culture in every day life », New York, Cambridge University press, 1988.

Laville F., “La cognition située – Une nouvelle approche de la rationalité limitée », Revue Economique, Vol.51, n°6 ; p. 1301-1331, 2000.

Le Bas C., « La firme et la nature de l’apprentissage», Economies et Sociétés, Série Dynamique technologique et organisation du travail, 1, p. 7-24, 1993.

Le Bas C. et Zuscovitch E., « Apprentissage technologique et organisation », Economies et Sociétés, 5, p. 153-196, 1993.

Le Moigne J-L., « Vers un système d’information organisationnel ?», Revue Française de Gestion, nov.-déc., 1986.

Llerena P., « Internationalisation de l’environnement et apprentissages dans les organisations », Thèse de doctorat, Strasbourg, 1996.

Lorino Ph., “Les deux fonctions de pilotage de l’entreprise: coordination et équilibration », in Guilhon B., Huard P., Orillard M. et Zimmerman J.B.(eds.) « Economie de la connaissance et organisation – entreprise, territoire, réseaux », L’Harmattan ; p.111-131, 1997.

Mangolte P-A., “La dynamique des connaissances tacites et articulées: une approche socio-cognitive », in Economie Appliquée, Tome L, n°2 ; p. 105-134, 1997.

March J., Olsen J.P, “Ambiguity and choice in organizations”, Bergen: universitetsforlaget, 1976.

Markus M. et Robey D., « Information technology and Organizational change : causal structure research », in Theory and Management Science, Vol.34, n°5, may, 1993.

Minsky M L., « La société de l’esprit », traduit de l’américain par J. Henry, Paris : InterEditions, 1988.

Nelson R. et Winter S., « An evolutionary Theory of Economic change », Harvard University Press, 1982.

Neo B.S., “Factors Facilitating the Use of Information Technology for Competitive Advantage: An Exploratory Study”, Information and Management, n°15, p.191-201.

Nonaka I., « A dynamic theory of organizational knowledge creation”, Organization Science, 5, 1, p. 14-37, 1993.

Peaucelle J-L., « Les systèmes d’information : la représentation », Presses Universitaires de France, Paris, 1981.

Perrin J., « Apprentissage et cognition en économie des changements techniques, l’apport des économistes néo-institutionnalistes », in Economies et Sociétés, Série Dynamique technologique et organisation, W., n°1, p. 103-124, 5/ 1993.

Perrin J-C., „ Les politiques technologiques régionales“, DATAR / GREMI (avec le concours de V. Peyrache), 1991.

Petit P., « Normes et choix rationnels », Réseaux 62, Cnet 1993.

Polanyi M., « Personal knowledge : towards a post-critical philosophy”, Chicago, University of  Chicago Press, 1958/1974.

Porter M.E. et Millard V., « How information gives you competitive advantage », Harvard Business Review, Vol.63, n°4 ; p. 149-160, 1985.

Reix R., “L’impact organisationnel des nouvelles technologies de l’information”, Revue Française de Gestion, janv. – févr ; p.100-106, 1990.

Reynaud B., « Types of rules, Interpretation and economic dynamics », ICC, 1996.

Richard J- F., « La notion de représentation et les formes de représentation », in Richard J.F., Bonnet C., Ghiglione R., Traité de psychologie cognitive, Tome 2, Dunod, Paris, 1990.

Rojot J., « La théorie de la structuration », Revue de Gestion des Ressources Humaines  n° 26-27, mai-juin 1998.

Rosenberg N., « Inside the Black Box : technology and economics”, Cambridge University Press, 1982.

Simon H., « From substantive to procedural rationality », Method and appraisal in economics, Cambridge, Cambridge University Press, 1976.

Simon H.,  “Sciences des systèmes, sciences de l’artificiel”, Dunod, 1991.

Spender J- C., Baumard Ph., „ Turning troubled firms around: case-evidence for a Penrosian view of strategic recovery”, présentation à l’Academy of Management Annual Meeting, Vancouver, le 8 août 1995.

Suchman L., “Plans and situated actions”, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Nonaka I. et Takeuchi H., “The knowledge creating company: how japanese companies create the dynamics of innovation”, Oxford University Press, New York, 1995.

Teulier-Bourgine R., « Les représentations : médiations de l’action stratégique », in M-J. Avenier « La stratégie chemin faisant » ; p. 95-135, 1997.

Thévenot J. et France-Lanord B., « Systèmes d’information : un précurseur », Revue Française de gestion, juin. – juillet. – août ; p. 96-111, 1993.

Vera A.H et Simon H.A, « Situated action : a symbolic interpretation », cognitive science, 17(1) ; p. 7-48 ; 1993.

Von Hippel E., « The sources for Innovation », Oxford University Press, 1988.

Walliser B., “L’économie cognitive”, Odile Jacob, 2000.

Winograd T. et Flores F., « Understanding computers and cognition : a new foundation for design”, (220p.), Norwood, NJ: Ablex, 1986; paperback issued by Addison-Wesley, 1987.

NOTES

[1] ATER en sciences économiques à l’université des Sciences Sociales de TOULOUSE ; doctorante en économie au LEREPS – GRES (TOULOUSE ). (Retour au texte)

[2] Entendez autant la relation Homme-Homme que la relation Homme-Machine. (Retour au texte)

[3] La congruence n’apparaît donc pas comme une propriété figée : elle est fondamentalement dynamique, en perpétuelle équilibration (et non équilibre ; souligné par nous) ; elle n’est jamais acquise, mais à rechercher/concevoir/produire continuellement au fur et à mesure que l’action se déploie et crée de nouvelles opportunités, situations, problèmes (Giordano, 1997 , p. 160). (Retour au texte)

[4] L’ensemble des fonctions et des relations déterminant formellement les missions que chaque unité de l’organisation doit accomplir et les modes de collaboration entre ces unités – STRATEGOR – « Stratégie, structure, décision, identité, politique générale d’entreprise », InterEditions, Paris, 2° édition, 1993. (Retour au texte)

[5] C’est comme si le collectif – entendez  la cellule en charge d’une activité particulière au sein d’un service ou, le service tout entier – développait « des modes de coordination de ses expériences » (Bouchikhi, 1990), capitalisant dans un nouveau cadre organisationnel. Nous considérons, aussi, une rationalité interactive – i.e procédurale et située ; au sens où « elle suppose un certain capital cognitif commun (au groupe considéré), sous la forme d’une communauté d’expériences, qu’elles soient culturelles ou historiques » (Boyer & Orléan, 1991). (Retour au texte)

©HERMÈS : revue critique et Sandrine Daraut
ISSN- 1481-0301
À jour le jeudi 20 mars 2003

Publié dans Bibliothéconomie, Cybernétique, Société de l'information | Laisser un commentaire

Documentaliste : un métier féminin ? Emilie ROUX

Documentaliste : un métier féminin ?

Emilie ROUX

Paru dans le no 9 de HRC (HERMÈS : revue critique)

Mémoire de maîtrise de sciences de l’Information et de la Documentation
rédigé sous la direction de Martine MARTIN

UNIVERSITE PARIS I SORBONNE

Jury : Martine MARTIN
Yves F. LE COADIC
Serge CACALY

le 7 octobre 2002



SOMMAIRE

Introduction

Partie 1 : Etude des facteurs de construction de la féminité et de la masculinité de certains métiers

Sous-partie 1 : La construction des différences entre les sexes

Sous-partie 2 : Histoire du travail des femmes : processus de féminisation de certains métiers

Partie 2 : Le documentaliste : une femme de 35 ans,… ?

Sous-partie 1 : Les circonstances de la féminisation du métier de documentaliste

Sous-partie 2 : Documentaliste : un métier exercé principalement par des femmes

Sous-partie 3 : Des formations en Information-Documentation majoritairement suivies par des femmes

Partie 3 : L’avenir du métier de documentaliste : vers le professionnel de l’information ?

Sous-partie 1 : De plus en plus d’hommes grâce à l’aspect technique du métier… ?

Sous-partie 2 : … Non, les hommes deviennent plutôt des « professionnels de l’information »

Sous-partie 3 : Vers la capitalisation et la complémentarité des compétences de chacun

Conclusion

Bibliographie


INTRODUCTION

A première vue, la réponse au sujet : « Documentaliste : un métier féminin ? », paraît évidente dans la mesure où comme chacun le sait, du moins dans la profession de l’Information-Documentation, le métier de documentaliste est exercé principalement par des femmes. C’est justement parce que cela semble aller de soi que ce sujet est intéressant.

En ce qui concerne le choix de l’intitulé, il y avait plusieurs formulations possibles : « Documentaliste : Un métier de femmes ? » et « Documentaliste : Un métier féminin ? ». Les deux intitulés sont à la forme interrogative, ce qui permet d’introduire la problématique : le métier de documentaliste a-t-il toujours été exercé majoritairement par des femmes, et si oui pour quelles raisons, et enfin quelle est la place des hommes au sein du métier ? Le premier intitulé n’a pas été retenu car il avait déjà été choisi par Karine ATTIG(1) dans son mémoire d’INTD en 1995 et parce qu’il contournait le problème que la notion de « métier féminin » peut engendrer. Le deuxième intitulé semble plus intéressant puisqu’il suggère justement la notion de métier féminin et par conséquent celle de métier masculin qu’il faudra définir. Notre objectif est bien de comprendre en quoi le métier de documentaliste peut être dit « féminin ». Toutefois, le problème aurait pu être abordé d’une autre manière, en s’interrogeant par exemple sur la place occupée par la minorité incarnée par les hommes. Nous aurions donc pu proposer les intitulés suivants : « Les hommes : l’avenir du métier de documentaliste ? » ou « Les hommes et le métier de documentaliste ». Mais, ces formulations ne sont pas satisfaisantes dans la mesure où notre propos est bien de tenter de cerner la population féminine qui représente tout de même 88% de l’effectif des documentalistes(2). Sans occulter les hommes (12%) pour autant, il paraît évident que notre attention se concentrera sur l’effectif dominant.

Si l’on s’intéresse aux ouvrages sur l’histoire de la documentation, on se rend compte que la documentation est un secteur d’activité qui rassemble un grand nombre de femmes depuis sa naissance en 1895, avec de nombreuses pionnières françaises comme Suzanne BRIET(3) surnommée « Madame Documentation » ou encore Georgette de GROLIER(4), épouse d’Eric de GROLIER. Certes, les hommes ont toujours été présents, plutôt en tant que théoriciens de la documentation, mais en minorité en tant que pratiquants de cette activité. Cette caractéristique est considérée comme un état de fait mais c’est une question très sensible et polémique, voire « taboue ». Il est vrai que les premiers « pratiquants » de cette activité sur le terrain ont été des femmes. Néanmoins, les hommes sont présents sur le terrain à des postes de responsables. Par exemple, nous avons pu rencontrer, à l’occasion d’un stage au service de documentation de L’Equipe, trois responsables masculins des services de documentation du journal Le Figaro, du journal Le Monde et enfin du groupe Hachette-Filipacchi. Mais, nous avons également rencontré des femmes responsables comme Madame X à L’Equipe et Madame Y au Parisien. Nous pouvons donc en déduire que l’accès aux postes à responsabilités sont mixtes mais réservés malgré tout à une élite très diplômée (Madame X est diplômée de l’INTD). Et si l’on retrouve généralement les hommes à des postes de responsables, ils sont beaucoup moins visibles aux postes d’employé documentaliste ou d’assistant documentaliste. Si certaines femmes occupent aussi des postes d’encadrement, les autres sont beaucoup plus nombreuses que les hommes à exercer à des postes d’employé.

Les études sont abondantes en ce qui concerne les thèmes généraux relevant de l’anthropologie des sexes (construction du « féminin » et du « masculin »), de la sociologie (construction sociale de la différence entre les sexes) et de l’histoire du travail des femmes. En revanche, elles se font plus rares quand on s’intéresse à la documentation et encore plus rares lorsque l’on s’intéresse au débat sur le terme « documentaliste » ou aux causes de la féminité du métier de documentaliste alors que de nombreuses études de genre ont été réalisées sur les métiers de secrétaire (Josiane PINTO(5)), d’infirmière et d’institutrice. On se heurte à des non-dits, à un véritable silence ou à des réflexions avortées sur le sujet. Seul Serge CACALY(6), dans l’enquête sur les documentalistes de 1985, suggérait de manière ironique que « le documentaliste est une femme de 35 ans ». Il ne semble pas y avoir eu de véritable continuité dans le débat. D’ailleurs, Didier FROCHOT(7) nous a récemment fait remarquer que l’étude(8) de Karine ATTIG, menée il y a sept ans maintenant, avait été décevante du point de vue sociologique : « On n’avait pas trouvé de raison nouvelle et pertinente à la féminité du métier de documentaliste si ce n’est les habituels caractères sous- payés – donc salaire d’appoint – du métier, et celui de l’intuition dite féminine si utile dans la recherche, etc. »

Il a donc fallu utiliser les sources disponibles. L’association des professionnels de l’Information et de la Documentation (ADBS) réalise régulièrement, c’est-à-dire environ tous les dix ans, une enquête sur la situation professionnelle des documentalistes. La première grande enquête nationale(9), dont le compte rendu constitue le premier numéro de Documentaliste fut menée en 1964 et la dernière(10) intitulée « L’évolution de la fonction Information-Documentation » a été réalisée en 1999. Le problème de ces études est qu’elles ne s’attardent pas vraiment sur la répartition des effectifs féminins et masculins puisqu’elles se contentent d’établir un constat de la situation des professionnels sans la remettre en cause. C’est pour cela qu’il y a très peu d’études publiées sur les causes de la féminité du métier de documentaliste. Le même constat se dégage lorsque l’on s’intéresse aux débats menés sur la liste de diffusion de l’ADBS. Ces derniers portent principalement sur le contenu du métier de documentaliste, sur son image, sa non-reconnaissance ou encore sur sa terminologie. Par conséquent, nous avons réalisé une enquête auprès des documentalistes en activité par l’intermédiaire de cette liste de diffusion. L’objectif est de mener une étude sur les représentations et les perceptions que les documentalistes ont de leur métier. Cette enquête fait donc l’objet d’une étude sur l’image de soi et non pas sur les pratiques documentaires. Il s’agit de réaliser, à ce niveau, une photographie, un état des lieux de la perception du métier par les documentalistes et leur situation professionnelle proprement dite. Ceci ayant déjà été réalisé récemment par l’ADBS, il s’avère intéressant de comparer les résultats de cette enquête à petit échantillon avec celle de 1999 et d’établir quelques statistiques sur les variables les plus intéressantes (tels que le sexe, l’âge, les études suivies, etc.) en ne l’appliquant qu’à l’échantillon constitué.

Cette absence de réflexions sur le genre pour la documentation peut s’expliquer par le fait que le métier de documentaliste a une image sociale floue, que les dénominations sont très variées, puisque ce métier recouvre des réalités très différentes. En effet, il suffit de consulter le Référentiel des compétences et des métiers-types des métiers de l’information et documentation(11) élaboré par l’ADBS (Association des professionnels de l’Information et de la Documentation) ou le ROME(12) pour s’en rendre compte. Pour l’instant, nous définirons le documentaliste comme un professionnel faisant partie de la profession de l’Information-Documentation qui manipule et diffuse de l’information. Le choix du mot « métier » dans l’intitulé n’est pas anodin dans la mesure où il permet d’insister sur le fait qu’être documentaliste, c’est posséder un savoir technique, un apprentissage et une formation spécifiques, une identité professionnelle et une image propres.

Notre principale préoccupation est d’essayer de comprendre les causes et les facteurs de féminité de certains métiers pour les comparer ensuite au cas particulier du métier de documentaliste. Il s’agit également de s’interroger sur l’avenir du métier de documentaliste : ce dernier est-il voué à devenir masculin en raison des mutations actuelles (progrès technologique, diversification des métiers, …) ? Quels moyens peut-on mettre en œuvre pour rétablir l’équilibre entre les sexes au sein de ce métier qui, malgré la malgré la légère évolution des effectifs hommes-femmes, reste fortement féminin ?

Ce mémoire est constitué de trois grands chapitres. Une première partie fera l’objet d’une réflexion générale mais nécessaire pour tenter de comprendre la façon dont l’identité sexuelle des individus se construit à travers l’action des principaux agents de socialisation que sont la famille et l’école. Il s’agira également d’étudier le processus de construction de la féminité et de la masculinité de certains métiers à travers la place occupée par les femmes et les hommes sur le marché de l’emploi. Une deuxième partie aura pour objectif de dresser le profil du documentaliste d’aujourd’hui et d’émettre des hypothèses sur les raisons de la féminité de ce métier par une approche historique ainsi qu’une enquête sur les documentalistes en activité. Enfin, une troisième partie sera l’occasion de s’interroger sur l’avenir du métier de documentaliste, à savoir s’il est voué à devenir masculin ou non et pour quelles raisons. Les hommes auront-ils un jour leur place au sein du métier ou bien continueront-ils à se diriger vers d’autres métiers de l’Information-Documentation ? Nous nous demanderons également si l’équilibre entre les hommes et les femmes s’établira un jour au sein du métier de documentaliste qui pourra alors profiter de leurs compétences respectives.

Nous aurions tout à fait pu choisir un autre plan, c’est-à-dire commencer par notre deuxième chapitre pour établir immédiatement un constat sur le métier de documentaliste. Puis, une réflexion plus générale sur la construction des métiers « féminins » et « masculins » aurait pu faire l’objet d’un deuxième chapitre. Mais, si nous avions raisonné de cette façon, il aurait fallu renoncer à notre troisième partie sur l’avenir du métier dans la mesure où elle n’aurait pas été dans la continuité de la réflexion. Par conséquent, il nous paraissait plus logique d’élaborer un premier chapitre réflexif en faisant appel à plusieurs disciplines (anthropologie, sociologie, histoire, etc.) pour ensuite appliquer cette réflexion au cas particulier des documentalistes. Ainsi organisé en forme « d’entonnoir », ce plan permet de progresser vers la troisième partie qui ouvre des perspectives sur le métier de documentaliste.


Partie 1 : Etude des facteurs de construction de la féminité et de la masculinité de certains métiers

1.1 La construction des différences entre les sexes

Toute société impose, prescrit des rôles sociaux qui supposent des modèles de conduites. Ils dépendent des normes et des valeurs en vigueur dans la société dans laquelle on vit. L’intériorisation de ces rôles est fondamentale si l’on veut être intégré dans la société. Tout individu qui ne respecte pas cet ordre établi est considéré comme « déviant », c’est-à-dire comme étant en dehors de la norme. C’est pourquoi les individus doivent intérioriser ces rôles à travers le processus de socialisation afin de se construire une identité propre. Et l’on constate qu’il existe une division sexuée des rôles sociaux dans toutes les sociétés, même si les frontières de cette division peuvent varier. Les rôles de sexe sont en fait des modèles organisés de conduite, attribués dans une société donnée, à l’ensemble des individus appartenant à l’un des deux sexes. Dès lors, chaque individu doit adapter son comportement social, intériorisé grâce à l’éducation parentale ou à l’école, en fonction du sexe auquel il appartient.

La différence des sexes apparaît, au regard des anthropologues, comme le principe organisateur des sociétés. Pour Claude LEVI-STRAUSS(13), cette différence est inhérente à la pensée elle-même. En tant qu’être humain, nous avons intériorisé la division du monde en deux catégories sexuées : le masculin et le féminin.

1.1.1 Approche anthropologique : qu’est-ce que du « féminin », du « masculin » ?

Edwin ARDENER(14) fut l’un des premiers anthropologues masculins à faire remarquer que quelque chose n’allait pas, concernant les femmes, en anthropologie. Il estimait que les femmes étaient absentes dans le discours ethnologique et que « nous étions dans un monde masculin ». Cependant, il ne remit pas en cause le discours des ethnologues. En effet, pendant longtemps les anthropologues, tout comme les sociologues, ont adopté une vision masculine du monde en faisant abstraction au sexe féminin. Ils ont également eu tendance à enraciner la vision « féminine » du monde dans le biologique (le rapport à la nature) et la vision « masculine » dans le culturel (le rapport au politique), autrement dit recourir à deux systèmes d’explication pour les deux termes d’un même phénomène. Le « masculin » sert de référent général (économiquement et idéologiquement), il dit la vision légitime du monde, de l’ordre social et, ce faisant, de l’ordre des sexes, il représente le tout social. Penser la dynamique des relations homme/femme en termes de catégorisation et s’attacher à en décrire les effets sur le vécu individuel et social, des femmes en particulier, n’est pas nouveau. Dès 1949, cette ligne d’analyse est soumise par Simone de BEAUVOIR(15) dans son introduction au Deuxième Sexe. Elle souligne en particulier le fonctionnement asymétrique de cette catégorisation : enfermées dans une fonction d’altérité au bénéfice des hommes, les femmes sont essentiellement définies par leur existence catégorielle de sexe. Toutefois, les contours des catégories de sexe sont mouvants, malléables et présentent de nombreux décalages. Les représentations de sexe ont des contenus très divers comme les caractéristiques physiques, les fonctions bio-sociales telle la reproduction, les domaines d’activités, les caractéristiques psychologiques (éléments constitutifs importants de ce qui est appelé féminité et masculinité).

Selon Pierre BOURDIEU(16), « sauf capacités exceptionnelles, une femme ou un homme ont beaucoup de mal à accéder à la connaissance de la féminité ou de la masculinité, justement parce que c’est consubstantiel à ce qu’ils sont ». En effet, en tant qu’homme ou femme, nous nous définissons par rapport à l’autre sexe, mais il est difficile de comprendre l’essence même de la féminité ou de la masculinité. Qu’est-ce qui nous fait être « féminin » ou « masculin » : le fait de porter une jupe, un pantalon, de mettre au monde des enfants ou non ? Si chacun des deux sexes se construit l’un par rapport à l’autre, on constate qu’il s’agit d’un rapport d’opposition. D’ailleurs, il est possible de constater que la différence entre les sexes est idéologiquement traduite dans un langage binaire et hiérarchisé : chaud (masculin)/froid (féminin), haut/bas, fort/faible, raide/souple, etc. Un seul des pôles, le masculin bien évidemment, est valorisé au détriment du féminin. Ce qui induit un rapport de force. Dans la tradition occidentale, le féminin est situé du côté de l’imprévisible, de l’arbitraire affectif, du sensible trompeur, en bref du désordre alors que le masculin représente le pôle de l’ordre, de la rationalité, de la construction civilisatrice. La maternité est classée du côté du biologique, du spontané, de l’immédiat, de l’instinct alors que la paternité est « incertaine », « sociale » et « symbolique ». Plusieurs études comparatives entre les sociétés dites « primitives » (ou non occidentales) et les sociétés occidentales vont nous permettre de mieux comprendre cette opposition masculin/féminin à travers les rapports entre les sexes. L’étude(17), menée par l’anthropologue Paola TABET, sur la division sexuelle du travail à travers l’étude des outils s’avère ici incontournable.

On croit généralement que du sexe, comme réalité biologique, découlent naturellement les propriétés ou caractères qui définissent le masculin et le féminin. Or la plupart des études féministes menées depuis les années 1960 ont montré qu’être homme ou femme, avec les attributs psychologiques et sociaux que ces propriétés impliquent, n’est pas une donnée naturelle. Il suffit de s’intéresser aux autres sociétés et notamment aux sociétés dites « primitives » ou non occidentales pour voir que ces propriétés et attributs ne sont pas identiques à ceux des sociétés dites occidentales pour comprendre que chaque société établit sa propre définition de ce qu’est être un homme ou une femme. Chaque société attribue pour chaque sexe des rôles, des activités et des identités particulières. Cette distribution dépend de la culture de chaque société et de la manière dont le rapport entre les sexes a été institué. Le modèle occidental(18), lui, ne reconnaît fondamentalement que deux catégories, que ce soit au niveau logique, linguistique(19) (il/elle, un/une) ou encore institutionnel. Et selon ce modèle, le rapport entre les sexes est inégal puisqu’il est basé sur la domination du sexe masculin dit « sexe fort » sur le sexe féminin dit « sexe faible ». En effet, définir le « masculin » et/ou le « féminin », c’est hiérarchiser, c’est définir le féminin à travers ce qui le domine, au travers du masculin.

Malgré le développement de la recherche technologique en anthropologie, la question des outils est souvent négligée lorsqu’il s’agit de problèmes théoriques généraux, notamment des relations entre homme et femme et de la division sexuelle du travail. Par exemple, une faible importance est donnée aux outils et moyens productifs, étant sous-entendu qu’ils sont à la portée de tous. Or, justement le problème est que tous les outils ne sont pas à la disposition et ne peuvent pas être fabriqués et utilisés par tous. Les études anthropologiques ont plutôt tendance à insister sur celui qui produit l’outil. Au contraire, le travail de Paola TABET consiste à reconnaître une importance fondamentale au contrôle des outils mis à la disposition de chacun des deux sexes. Qui s’approprie quoi selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme ? Si différenciation il y a, quels en sont les caractères et quel est le rapport entre cette différenciation, la division même du travail et la domination des hommes sur les femmes ?

L’idée généralement admise en ethnologie est que chaque sexe posséderait les outils adaptés aux tâches que la société lui assigne. Bien au contraire, Paola TABET montre, par l’analyse d’un grand nombre de populations, qu’une tâche (ou une partie d’une tâche) est dévolue à un sexe en fonction de sa capacité à se servir des outils et non l’inverse. L’auteure a pour intention de démontrer que les femmes accomplissent certaines tâches à l’exclusion d’autres, selon les outils à utiliser. Le contrôle des instruments-clés de production par les hommes, l’utilisation des femmes comme outils de processus de travail, le contrôle masculin de la production lui apparaissent comme un des éléments du rapport de classes entre les hommes et les femmes dans de nombreuses sociétés. Par conséquent, c’est dans les formes de contrôle masculin des instruments de production (contrôle qui a pour corollaire le sous-équipement des femmes) qu’il faut chercher les facteurs objectifs et les constantes de la division sexuelle du travail.

Paola TABET constate que les outils des femmes sont différents de ceux des hommes. Elle montre, par exemple, que dans les sociétés de chasse, les femmes sont exclues de la fabrication des outils et, bien sûr, des armes. De façon générale, les outils utilisés par les femmes sont plus rudimentaires et moins spécialisés que ceux employés par les hommes qui exercent ces mêmes activités dans la même société. De plus, pour chaque activité ne reviennent généralement aux femmes que les opérations les plus archaïques pour ce qui est de l’évolution technique, notamment les opérations de manipulation et de motricité directe et en général les outils où l’on n’emploie que l’énergie humaine. Par conséquent, le fait que l’emploi et le contrôle des outils par les femmes soit limité de façon précise, montre bien que ce sont les outils qui déterminent l’attribution des différentes activités aux femmes ou leur exclusion. Pour autant, il ne semble pas y avoir, comme on pourrait le croire, d’activités féminines spécifiques. Elles se contenteraient donc d’effectuer des activités « résiduelles » qui ne sont permises aux femmes que lorsqu’elles sont accomplies sans outils ou bien avec des outils simples.

P. TABET décrit plusieurs types de tâches qui nécessitent le travail des hommes et des femmes. Premièrement, il s’agit de la cueillette qui s’opère la plupart du temps à main nue puisqu’il s’agit de ramasser des baies et des graines. Cette tâche est donc exclusivement féminine et il n’y a pas de différenciation sexuelle quand l’outil est rudimentaire (ex : bâton à fouir pour planter et récolter les tubercules). Par contre, il y a différenciation sexuelle lorsque l’outil principal de la cueillette se trouve être la hache, généralement utilisée par l’homme ; les femmes ayant pour tâche de transporter et/ou de traîner la récolte. Néanmoins, on peut dire que la cueillette est une activité féminine, la participation masculine étant occasionnelle. Quant à la chasse et le maniement des armes de guerre, il s’agit d’une activité exclusivement masculine. Chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, les femmes n’ont pas le droit de porter des armes ni même de les toucher. Les hommes bénéficient alors d’un outillage complexe et performant pour chasser le gros gibier. La pêche est décrite comme une activité « quasi-masculine » mais dans certaines populations, elle est l’apanage des femmes. Elles disposent alors d’une large gamme d’outils comme des filets, des lignes, des pièges, etc. Cependant, elles dépendent toujours des hommes en ce qui concerne la construction des outils. L’exemple de l’agriculture, quant à lui, s’avère intéressant puisque chaque sexe utilise son propre outil. Alors que les femmes manipulent la houe, les hommes utilisent un outil plus évolué symbolisé par la charrue. Cependant, il faut se garder de penser en terme d’opposition « hommes/machines évoluées » et « femmes/machines rudimentaires ». Ce n’est pas par « nature » que le travail des femmes est non mécanique, et on ne saurait attribuer totalement aux femmes l’élaboration des techniques non machinistes. Il semble plutôt que ce soit le monopole des hommes sur la fabrication et l’utilisation des outils et non pas l’incapacité qui empêche les femmes de contribuer à l’amélioration technique de ces outils. On constate donc que les outils ont un rôle symbolique puisqu’ils sont identifiés avec le sexe masculin ou avec la virilité.

Il est également possible de constater qu’il existe une coupure entre les activités des hommes et des femmes en ce qui concerne les matières premières. Alors que les matières dures comme le métal, la pierre, l’os, le bois sont travaillées par les hommes, les matières souples comme la terre, l’argile les peaux, les fibres végétales et animales sont travaillées par les femmes. Chaque catégorie de matières nécessite l’emploi d’outils différents comme pour l’agriculture. Faut-il donc mettre en rapport l’exclusion des femmes du travail de ces matériaux avec le fait qu’ils nécessitent un outillage plus complexe et diversifié ? On peut le penser pour certains secteurs où des armes comme la hache sont nécessaires puisque les femmes sont privées de son utilisation. On peut ajouter que dans l’ensemble, les outils de base pour travailler les matières dures sont relativement simples et que par conséquent les femmes pourraient très bien les utiliser. P. TABET conclut que le monopole des hommes sur les femmes serait donc plus symbolique que réel et que l’examen des outils employés ne suffirait pas à rendre compte d’une division sexuelle aussi absolue. Mais est-ce vraiment le cas ? On ne peut pas nier qu’il existe une véritable division sexuelle des tâches… D’autant plus que l’une des fonctions actuelles de l’anthropologie dite des sexes (ou sexual anthropology) est justement de mettre en lumière les problèmes soulevés par la domination masculine.

Cette division sexuelle du travail, que l’on perçoit comme inégale au premier abord, est souvent définie comme une relation de complémentarité, de réciprocité, de coopération. Ce schéma se reproduit dans les sociétés dites égalitaires où les compétences de chacun se cumulent, se complètent et les individus s’enrichissent mutuellement, ce qui a pour effet de les faire progresser. Pendant que les hommes partent chasser, les femmes s’adonnent à la cueillette. Pour P. TABET, cette spécialisation des tâches apparaît comme fondée sur des caractéristiques physiologiques. La notion de complémentarité, précise-t-elle, est employée dans le sens spécifique et positif d’une division équilibrée. Malgré tout, on insiste sur le caractère naturel et biologique et donc sur la nécessité objective de cette division. Même si la notion de complémentarité n’exclut pas celle d’inégalité entre les sexes, la division du travail serait due aux « conditionnements objectifs, matériels, impersonnels, imposés par la nature et les limites des forces productives », elle « destine les hommes à la chasse et à la guerre, les femmes à la cueillette, au transport des charges, à la cuisine, aux soins et à l’éducation des enfants ». Loin d’être complémentaire, le travail des femmes constituerait donc bien pour les hommes un moyen ou un prétexte pour asseoir leur domination sur elles.

Claude LEVI-STRAUSS souligne ce caractère artificiel de la division sexuelle du travail qui peut être aussi considérée comme « un moyen d’instituer un état de dépendance réciproque entre les sexes » et qui, loin d’être naturelle, se construit socialement à travers les interactions entre les sexes. En effet, on peut supposer que dans la mesure où chaque individu se voit attribuer des tâches différentes et spécifiques, il y a un déséquilibre. Celui-ci intervient notamment lorsque certaines tâches nécessitant force physique et compétences techniques (ex : chasse, fabrication d’outils complexes) sont réservées aux hommes. Cependant, les hommes peuvent être dépendants des femmes pour des tâches qu’ils n’exercent pas non plus comme la cueillette, le soin aux malades, etc. Mais, ces dernières, prises par les soins aux enfants et aux personnes âgées, ne feraient qu’un travail moins complexe et, par conséquent, n’auraient besoin que d’outils simples appropriés à leurs activités.

L’accès aux techniques constitue un des éléments et un enjeu de la domination sociale et des rapports entre les sexes. Néanmoins, ce n’est pas uniquement l’accès aux techniques qui structure le rapport social entre les sexes mais ce que représente la possession ou la non-possession des techniques pour chaque sexe. Celui qui n’a pas directement accès aux outils, les femmes notamment, se retrouve dépendant de celui qui fabrique et utilise les outils. Dans les sociétés de chasseurs-collecteurs, le monopole de l’arme a une importance décisive dans les rapports homme/femme : c’est en effet dans la technologie qui crée les armes que se marque la distance entre les outils des hommes et ceux des femmes. Mais ce qui prévaut surtout, c’est le contrôle de la force d’où le rigoureux interdit imposé aux femmes quant à l’emploi des armes. Le rapport de force se joue entre celui qui possède les armes et celui qui ne les a pas. Le pouvoir des hommes sur les femmes est donc assuré par le monopole des armes-outils. Faut-il considérer que la discrimination passe alors entre qui détient les machines et qui en est privé ? Entre qui détient les moyens de production fondamentaux et qui ne les possède pas ? Si l’on assiste à une « masculinisation » des activités liées à la machine, cela ne veut pas dire que les femmes en sont toujours exclues : leur énergie, leur travail seront employés dans des tâches qui n’exigent pas l’outil de base et la machine ; leur travail pourra être à plein temps, mais subordonné au travail de celui qui possède et utilise les techniques et les instruments fondamentaux. Les femmes fournissent alors du travail à main nue dans l’artisanat et l’agriculture, …et n’ont pas la possibilité de prolonger leur corps et leurs bras par des outils complexes qui augmenteraient leur pouvoir sur la nature. Pour cela, elles dépendent entièrement des hommes. L’exemple des Dani de Nouvelle-Guinée est très explicite puisque, par précaution, on va jusqu’à couper les doigts des femmes pour éviter que la structure économique et religieuse de cette société et la division sexuelle du travail ne soient compromises.

Les outils semblent régler les rapports de domination /soumission entre les hommes et les femmes. Mais cela n’est pas aussi simple dans la mesure où on se rend compte qu’il existe des degrés différents dans les formes de domination. En fonction des populations étudiées, l’auteure constate que certaines femmes ont plus d’autonomie que d’autres en ce qui concerne le maniement des outils, des armes, de leur fabrication (il existe une complémentarité entre les outils réservés aux femmes et ceux destinés aux hommes selon les activités pratiquées : chasse, pêche, etc.). Paola TABET a bien montré le fossé technique puis technologique ». constant entre hommes et femmes comme l’expression des rapports de production entre les sexes : « comme le monopole de certaines activités clés est nécessaire aux hommes pour s’assurer le contrôle des instruments de production et, finalement, l’utilisation globale des femmes » pour permettre « une appropriation aussi totale des femmes, une telle utilisation dans le travail, la sexualité et la reproduction de l’espèce(20).

Pour Pierre BOURDIEU, « tout individu, qu’il soit un homme ou une femme, a incorporé, sous la forme de schèmes inconscients de perception et d’appréhension, les structures de l’ordre masculin(21) ». La force de l’ordre masculin se voit au fait qu’il se passe de justification. La différence biologique entre les sexes, c’est-à-dire entre les corps masculin et féminin, et tout particulièrement, la différence anatomique entre les organes sexuels, peut apparaître comme la justification naturelle de la différence socialement construite entre les genres, et en particulier de la division sexuelle du travail. La domination masculine, qui constitue les femmes en objets symboliques, dont l’être est un être perçu, a pour effet de les placer dans un état permanent d’insécurité corporelle ou de dépendance symbolique. Elles existent d’abord par et pour le regard des autres, c’est-à-dire en tant qu’objets accueillants, attrayants, disponibles. On attend d’elles qu’elles soient « féminines », souriantes, sympathiques, attentionnées, discrètes, voire effacées. Et cette prétendue « féminité » n’est souvent pas autre chose qu’une forme de complaisance à l’égard des attentes masculines. Dans La domination masculine de P. BOURDIEU, le raisonnement diffère assez peu de celui centré sur la domination de classe. Il analyse la situation des femmes exclusivement comme la résultante de la violence symbolique exercée par les hommes en tant que groupe (et en tant qu’individus, membres de ce dernier). Le propre de la violence symbolique est de s’accomplir « au travers d’un acte de méconnaissance et de reconnaissance qui se situe hors des contrôles de la conscience et de la volonté, dans l’obscurité des schèmes pratiques de l’habitus(22)». Ce qui signifie que le pouvoir symbolique ne peut s’exercer sans la contribution de ceux qui le subissent et qui ne le subissent que parce qu’ils le construisent comme tel. Cette approche des rapports entre les sexes est intéressante mais elle fait passer les individus aliénés dans leur propre rôle, que ce soit celui de dominé ou de dominant. Les « victimes » de cette violence n’ont-elles donc aucun moyen de se révolter ?

Nous continuons toujours à penser en termes de catégories masculine et féminine et non pas de manière globalisante, c’est-à-dire en terme d’être humain. Notre pensée est conditionnée de telle sorte que la différence entre les sexes devient un concept évident, intériorisé depuis l’enfance. Si le sexe est une réalité biologique, il n’en est pas moins et surtout une construction sociale et culturelle.

1.1.2 Construction du « genre » ou du « sexe social »

Dans cette sous-partie, il s’agit plus exactement de s’intéresser à la construction du genre ou du sexe social et donc à la construction de l’opposition entre les sexes.

Parler de rapports sociaux de sexe présuppose que les identités sexuelles ne sont pas des données naturelles, mais au contraire des constructions sociales et culturelles. Françoise HERITIER-AUGE résume très bien cette idée en une seule phrase : « les catégories de genre, les représentations de la personne sexuée, la répartition des tâches telles que nous les connaissons dans nos sociétés occidentales ne sont pas des phénomènes à valeur universelle générés par une nature biologique commune, mais bien des constructions culturelles(23) ». Si le sexe est une donnée biologique, l’identité sexuelle, elle, se construit progressivement : « on ne naît pas femme, on le devient(24) » écrivait Simone de BEAUVOIR en 1949, et « on ne naît pas homme, on le devient » avait ajouté Elisabeth BADINTER en 1992.

Essayons, dans un premier temps, de définir les notions de « genre » et de « sexe social ». La notion de sexe est une organisation mentale d’idées (représentations, mythes, utopies, etc.) et de pratiques (rapports sociaux entre les sexes). Il y a donc le « sexe pensé » et le « sexe agi ». La notion de sexe est ambiguë dans la mesure où elle recouvre deux réalités : biologique et sociale. Par exemple, on oppose généralement le sexe comme ce qui relèverait du « biologique » et le genre comme ce qui relèverait du « social ».

Nicole-Claude MATHIEU note, dans son ouvrage(25), qu’il y a comme un renouveau d’intérêt de l’anthropologie symbolique pour le genre (gender), venu d’une impulsion féministe à laquelle l’auteure a elle-même contribué dans les années 1970. Le mot « gender » couvre une dimension à la fois biologique, grammaticale et sociale. N.C. MATHIEU entend par « sexe social » ou « genre », à la fois la définition logique qui est donnée du sexe et les aspects matériels de l’organisation sociale qui utilisent (et aussi transforment) la bipartition anatomique et physiologique. Elle s’est intéressée à l’articulation entre les notions de sexe et de genre et distingue deux modes de conceptualisation : « premièrement, l’identité « sexuelle » est basée sur une conscience individualiste du sexe. Il y a une correspondance homologique entre sexe et genre : le genre traduit le sexe. Cela signifie que la différence des sexes est conçue comme fondatrice de l’identité personnelle, de l’ordre social et de l’ordre symbolique. Deuxièmement, l’identité « sexuée » est basée sur une conscience de groupe. Il y a une correspondance analogique entre sexe et genre : le genre symbolise le sexe (et inversement).(26) »

La détermination du sexe social n’est pas partout et toujours calquée sur la détermination du sexe biologique. Parfois, elle doit être matériellement construite, la forme apparente ne suffisant pas à en décider. D’après l’étude(27) de Gilbert HERDT sur les Sambia de Nouvelle-Guinée, les garçons de cette tribu sont en réalité dépourvus de la capacité endogène d’atteindre la masculinité. Ils sont censés avoir le même organe sexuel que les femmes. C’est donc la semence qui fait la masculinité : des os solides, muscles durs, ventre plat. Les hommes doivent entretenir leur corps pour le rendre fonctionnel et faire en sorte de construire leur masculinité. Alors qu’au contraire, la féminité est considérée comme complète et naturelle de façon innée. Chez les Inuit, le genre et l’identité sont dissociés du sexe. En effet, l’enfant qui vient au monde a certes un sexe apparent, mais ce sexe n’est pas nécessairement considéré comme son sexe réel. Son sexe réel est celui qui est porté par l’identité, par l’âme-nom, c’est-à-dire le sexe de l’ancêtre dont l’âme-nom a pénétré telle femme, s’est installée dans sa matrice pour renaître à nouveau, ce que les chamanes font savoir à la naissance de l’enfant. Quant aux travaux de Margaret MEAD, ils montrent qu’il y a des sociétés où des individus sont amenés, indépendamment de leur sexe biologique, à adopter des modèles de comportement que nous serions portés à « étiqueter » comme « féminins » (les Arapesh) ou « masculins » (les Mundugumor) ; dans d’autres, certes beaucoup plus rares, on observe une inversion des rôles par rapport aux modèles occidentaux (les Chambouli). La stricte dichotomie des statuts et des rôles selon le sexe n’est pas universelle, et que dans la pratique, elle n’est même pas toujours respectée là où elle est censée être impérative, et surtout que sa forme et son contenu varient selon les sociétés.

Toute interaction sociale « is doing gender », c’est-à-dire « fabrique de la différence des genres ». Toute interaction joue un rôle actif dans le processus de production et de reproduction des identités de sexe et engendre des différences de sexe à travers des mécanismes d’attribution. Les capacités, les comportements, les attitudes et les intérêts d’une personne sont catégorisés comme conformes ou déviants par rapport aux stéréotypes sexuels, c’est-à-dire en fonction d’un concept institué par la société du masculin et du féminin.

En utilisant le concept de genre, il s’agit de tenter de comprendre comment se construisent les catégories de masculin et de féminin, comment se définissent les identités sexuées. Etre une femme ou un homme relève en grande partie d’une construction sociale et historique.

L’intériorisation du « sexe social » se fait dès la petite enfance. La famille, un des principaux agents de socialisation, a un rôle de transmission des valeurs et des normes sociales. Elle contribue également à la formation de la personnalité sociale et de l’identité sexuelle des hommes et des femmes. La famille propose des modèles d’hommes, des modèles de femmes, des modèles de pères et de mères, des rôles masculins et féminins, à travers lesquels chacun s’efforce de construire son identité personnelle. Les parents se comporteraient différemment selon le sexe de leur enfant et ne les éduqueraient pas de la même manière selon qu’il s’agit des garçons et des filles. Peut-être reproduisent-ils ce qu’on leur a inculqué, leur propre rapport avec leur père, leur mère ? Selon son sexe présumé, l’enfant est déjà supposé se couler dans le moule que définissent les stéréotypes du masculin et du féminin. Il est en quelque sorte conditionné par les attentes de ses parents qui sont différentes en fonction du sexe. Les mères, par exemple, se comportent différemment, notamment dans les jouets et dans leurs interactions verbales selon qu’il s’agit d’un garçon ou d’une fille.

Pour les filles, on parle plus, on reprend les bruits qu’elles émettent. Il semble que l’on stimule leur « comportement social » davantage que chez les garçons. Elles semblent être considérées comme des êtres fragiles, que l’on protège plus longtemps, alors que les parents encouragent de manière plus précoce les garçons à prendre quelque distance et à découvrir seuls l’espace environnant. Les filles sont donc invitées à une certaine passivité et à une certaine dépendance par rapport aux adultes, tandis que les garçons sont poussés à l’autonomie, à l’activité et l’indépendance. Les jeux dits pour garçons sont liés au mouvement, à la mécanique (legos, jeux de construction), à l’aventure, à l’agression (faux pistolets). Les jeux dits de filles sont liés au domaine maternel ou domestique (poupées, cuisinières, aspirateur, etc.). Il existe aussi une contradiction et une ambivalence des discours parentaux. En effet, d’une part ils affirment résolument l’égalité entre les sexes, filles et garçons doivent recevoir la même formation, partager les tâches domestiques, etc. ; et d’autre part ils formulent des attentes spécifiques en fonction du sexe de leur enfant.

Mais, par leurs comportements conscients ou inconscients, les parents ne font qu’exercer une des fonctions primordiales de la socialisation, c’est-à-dire faire intérioriser à l’enfant son « sexe social » en encourageant les comportements liés à son sexe. Le premier repère stable qui est fourni à l’enfant dès la naissance, c’est son identité sexuelle. Ce qui va l’amener à s’identifier à son père si c’est un garçon et à sa mère si c’est une fille. Les individus ne peuvent construire leur identité sexuelle et sociale à partir des modèles identitaires qui lui sont donnés depuis leur plus jeune âge.

Après une réflexion sur le processus de construction du « féminin » et du « masculin », il serait intéressant de voir comment il est possible d’expliquer les différences qui existent entre les sexes à travers quelques hypothèses neurobiologiques.

1.1.3 Le cerveau a-t-il un sexe ?

Que sait-on de l’influence de la différenciation sexuelle sur le cerveau ? Les discussions au sujet du sexe du cerveau ont été entamées au 19e siècle. Notre objectif est de faire état des thèses qui tentent d’expliquer les fondements de la différence entre les sexes. Il ne s’agit en aucun cas de légitimer ce genre de thèses mais de les évoquer dans la mesure où elles intéressent le débat. Il faut également noter qu’il ne s’agit encore que d’hypothèses.

L’étude du poids du cerveau a longtemps été un prétexte pour prouver l’infériorité intellectuelle des femmes. La différence de poids entre le cerveau des hommes et celui des femmes est l’élément le plus anciennement connu, le cerveau des hommes étant en moyenne plus lourd de 100 grammes, soit 10% environ. Vers 1860, Paul BROCA, chercheur en neurobiologie et anthropologue, établissait qu’en moyenne, le cerveau mâle pesait 1 325 grammes, contre seulement 1 144 grammes pour le cerveau féminin. Il fournissait ainsi la preuve irréfutable que, sur le plan intellectuel, la femme devait s’incliner devant l’homme. Il mourût en 1880, son cerveau pesait 1 484 grammes. Mais, P. BROCA et ses disciples avaient oublié de tenir compte du rapport taille/poids global des hommes et des femmes. Cet oubli n’était pas négligeable puisque les calculs remaniés donnaient dès lors un léger avantage aux femmes.

En réalité et malgré de nombreuses tentatives de corrélations entre poids du cerveau et capacités intellectuelles, il n’existe aucun lien entre ces deux éléments et le seul paramètre lié au poids du cerveau est la taille des individus : la différence de taille moyenne entre homme et femme (en général, les femmes sont plus petites que les hommes, donc leur cerveau est plus petit) explique la différence de poids du cerveau.

Cerveau droit, cerveau gauche

Vers 1865, ce même Paul BROCA avait étudié les deux parties qui composent le cerveau : l’hémisphère droit et l’hémisphère gauche. Sa théorie, mais aussi celle d’autres scientifiques du 19e siècle tentait de montrer que ces deux parties du cerveau humain avaient leurs propres spécificités et n’étaient pas utilisées de la même manière selon les situations et les comportements des individus. Ainsi, selon la théorie de P. BROCA, lorsque le cerveau d’un individu était blessé, les troubles ressentis n’étaient pas les mêmes selon que ces blessures atteignaient l’hémisphère gauche (troubles de la parole) ou l’hémisphère droit (rien de particulier). Il en a donc déduit que les deux hémisphères étaient différents.

Et il avait raison, puisque de nombreux chercheurs comme le professeur Lucien ISRAEL(28) ou Jean-Louis de MENDOZA(29), professeur de psychologie à l’Université Nice Sophia-Antipolis, ont démontré que le cerveau possédait deux hémisphères aux rôles et fonctions différents. L’hémisphère droit du cerveau commanderait les aptitudes artistiques, comme la musique, la conscience de l’art et l’intuition. Il commanderait aussi la compréhension des relations spatiales et sociales. Alors que l’hémisphère gauche du cerveau serait responsable des fonctions scientifiques, comme travailler avec des chiffres, et du raisonnement. Il serait également largement responsable de la compréhension du langage parlé et écrit. L’un des deux hémisphères étant plus développé que l’autre, l’hémisphère dominant serait celui qui est responsable du langage parlé et écrit.

Ces deux chercheurs ajoutent qu’étant donné que le système nerveux suit un modèle « entrecroisé », l’hémisphère droit du cerveau commande le côté gauche du corps et vice-versa. C’est dans le traitement du langage par exemple (grâce aux nouvelles techniques d’imagerie cérébrale) que des chercheurs ont pu mettre en évidence des différences entre la stratégie mise en place par les hommes et les femmes pour gérer l’information. Il s’agissait de reconnaître des rimes dans un texte. Pour y parvenir, les hommes ont mobilisé exclusivement l’hémisphère gauche alors que les femmes ont fait appel aux deux. On ne peut pas dire qu’une méthode soit supérieure à l’autre, mais les individus homme et femme s’appuient sur des façons très diverses d’appréhender une même situation. Certaines recherches montrent que les hommes réaliseraient de meilleurs scores dans les épreuves testant les compétences spatiales, alors que les femmes obtiendraient de meilleurs résultats dans les tests verbaux.

Selon Terri RUTTER(30), ce phénomène s’expliquerait par le fait que l’on trouve dans les deux cerveaux une proportion différente de substance grise et de substance blanche. Les tâches spatiales demanderaient davantage de substance blanche que n’en possèdent la plupart des femmes. Les différences anatomiques ne sont pas les seules qui existent entre le cerveau des hommes et celui des femmes. Les différences hormonales semblent, elles aussi, jouer un rôle. Selon des travaux effectués par une équipe de chercheurs de l’Université de Yale, les oestrogènes auraient tendance à améliorer les capacités de lecture du cerveau, ce qui pourrait être une explication au fait que les femmes ont de meilleurs résultats que les hommes dans les tests de langage.

Il semblerait en fait que le « cerveau droit » soit plus stimulé chez les filles que chez les garçons lors du processus de socialisation. Par exemple, on constate que le type de jeux ou de jouets proposés aux femmes et aux hommes diffèrent précocement. C’est vrai, on offre plus volontiers aux petits garçons des jouets « à orientation spatiale » (voiture, vélo, legos) et aux petites filles des jouets à « caractère social » (poupée, déguisements, jeux ménagers : fer à repasser, dînette, etc.). Tout le comportement éducationnel des parents conditionnerait finalement l’avenir de l’enfant. Par exemple, on constate qu’une femme adulte ne réagit pas de la même manière face à un bébé de sexe masculin ou un bébé de sexe féminin. Il y a une reproduction de ses propres acquis lors de l’éducation des enfants même si certains parents ne tombent pas dans les stéréotypes du type telle couleur pour tel sexe ou tel jouet pour tel sexe, ils ont l’impression de déroger à la norme reproduite de génération en génération. Malgré tout, les enfants s’approprient mutuellement les jouets de l’autre sexe : les filles jouent avec des voitures et les garçons avec des poupées quelle que soit leur connotation.

Cependant, il faut se garder d’accréditer ce genre de thèses qui ne sont que des hypothèses et apporter quelques nuances à notre propos. En effet, sans nier l’importance des différences éventuelles au niveau biologique ou cérébral, toute tentative pour expliquer des comportements complexes, largement socialisés, par ces différences biologiques paraît tout à fait inacceptable. Même si la neurobiologie a fait d’énormes progrès, dans l’état actuel de ses connaissances, cette science ne permet pas d’expliquer les différences de comportement entre homme et femme. Le débat reste ouvert car, jusqu’à présent, aucune conclusion n’est ni définitive, ni vraiment satisfaisante quant à la fiabilité absolue des résultats scientifiques.

En ce qui concerne le sexe du cerveau, la frontière entre l’inné et l’acquis n’est pas nette et précise. Il ne s’agit en aucun cas ici de rentrer dans des considérations d’ordre

neuro-psychologique pour justifier le fait qu’il y ait une majorité de femmes exerçant le métier de documentaliste. On peut juste noter que les caractéristiques généralement attribuées à l’hémisphère droit (maîtrise du langage parlé et écrit, sens du contact et de la communication) semblent correspondre aux aptitudes propres à l’exercice du métier de documentaliste : savoir communiquer, être capable de s’exprimer, de rédiger, d’être à l’écoute de l’autre, etc. Nous verrons que de nombreux autres facteurs explicatifs de la féminité du métier de documentaliste entrent en ligne de compte.

1.2 Histoire du travail des femmes : processus de féminisation de certains métiers

« Ce ne sont pas seulement les métiers qui ont un sexe. Le sexe de celui qui occupe tel ou tel type de poste constitue un marqueur durable de la représentation de l’emploi(31) »

La sociologie du travail est longtemps restée muette sur la question du travail féminin.

Les travaux fondateurs de deux sociologues français Georges FRIEDMANN (1902-1977) et Pierre NAVILLE (1904-1993) ont tout simplement ignoré la différence des sexes. Ils employaient le masculin pour désigner les travailleurs. En effet, la sociologie du travail était alors essentiellement centrée sur la figure emblématique de l’ouvrier masculin qui servait de référent général. La division sexuelle du travail ne constituait pas un objet d’étude dans la mesure où l’on considérait finalement que le marché du travail n’était pas sexué.

Les premières recherches sur l’activité féminine furent menées, dans les années 1960, principalement par quatre femmes pionnières qui introduirent la figure de l’ouvrière et la question des différences entre travail masculin et travail féminin dans le champ sociologique : Madeleine GUILBERT(32), Viviane ISAMBERT-JAMATI(33), Andrée MICHEL(34) et Evelyne SULLEROT(35). Elles ont su imposer la question des femmes dans le champ des sciences de l’homme, à des disciplines qui, pendant des années, ont pu traiter de la division sociale du travail, des conditions de travail, du syndicalisme et des relations professionnelles, de l’évolution des classes sociales… sans traiter des femmes ou des inégalités professionnelles entre les sexes. Dans les années 1970, de nombreuses femmes sont intégrées dans des instituts de recherche (CNRS, universités) et peuvent enfin mettre au jour une histoire du travail des femmes occultée par une historiographie essentiellement au masculin. D’où la multiplication des recherches sur le travail domestique et professionnel, ainsi que sur les rapports sociaux de sexe et la division sociale du travail. Dans les années 1980, un pas est franchi puisque de nombreuses études sociologiques, qu’elles émanent d’hommes ou de femmes, visent à étudier conjointement travail professionnel et travail domestique en essayant de situer la place des hommes et des femmes dans l’ensemble des structures sociales. En effet, il était nécessaire de se détacher de la vision masculine de l’ordre des choses pour entrer véritablement dans les sciences humaines et faire exister la différence des sexes. Dans les années 1990, la réflexion porte sur la différence des sexes sur le marché du travail et l’évolution de l’emploi féminin devient un véritable objet d’étude. Les nombreux travaux de Margaret MARUANI intègrent bien cette notion et traitent principalement des inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes.

Comme chacun le sait, le métier de documentaliste n’est pas le seul métier exercé principalement par des femmes. Certains métiers comme ceux de secrétaire, d’infirmière, d’assistante sociale,…, le sont tout autant. Il s’agit, dans cette troisième partie, d’étudier les hypothèses selon lesquelles un métier peut être décrit comme « féminin » ou « masculin ».

Tout d’abord, nous devons nous interroger sur l’évolution du travail des femmes.

1.2.1 Les femmes ont toujours travaillé…

Certes, les femmes –nous dit-on – ont toujours travaillé mais cela ne signifie pas qu’elles exerçaient les mêmes activités que les hommes ni qu’elles percevaient les mêmes salaires. Avec le modèle patriarcal en vigueur, les femmes devaient se subordonner à leur père puis à leur mari à l’intérieur comme à l’extérieur de la famille et n’avaient aucune capacité juridique propre ni de droits politiques. Ainsi, la plupart du temps, elles éprouvaient des difficultés à faire reconnaître leur activité comme un « métier » ou une « profession ». Au Moyen Age par exemple, la notion de « métier », dans le sens corporatif, impliquant un savoir-faire et la possession d’un outil de production, reconnus de façon institutionnelle, ne s’appliquait qu’à une partie des activités féminines. Les métiers réservés aux femmes concernaient le travail de la soie ou la fabrication de vêtements. Elles pouvaient donc exercer, sous le contrôle avisé des corporations, les métiers de lingères, brodeuses, bonnetières ou modistes.

Les travaux(36) d’Arlette FARGE ou de Michèle PERROT montrent que le travail des femmes ne s’est jamais réduit aux tâches au sein du ménage. Avant l’industrialisation massive ou la montée des emplois salariés dans les services, des femmes, issues des milieux populaires, pouvaient exercer un métier de façon indépendante, malgré que le travail des femmes à l’extérieur fut souvent perçu comme étant de la prostitution. A la campagne comme à la ville, les femmes exerçaient déjà de nombreuses activités. A la campagne, les femmes étaient journalières et effectuaient les travaux des champs, elles faisaient de la couture et de la broderie. A la ville, les femmes des milieux populaires exerçaient des « petits » métiers tels que marchandes, blanchisseuses ou tenancières de pension ou bien encore nourrice pour enfants. Bref, il faut retenir que les femmes ont toujours travaillé, mais que leur travail était perçu comme improductif alors qu’elles effectuaient généralement les mêmes tâches que les hommes que ce soit à la ferme (en tant qu’auxiliaire du chef de famille), dans la boutique ou dans l’atelier artisanal. Cette dépréciation tenait d’ailleurs plus au statut féminin au sein de la famille et de la société (soumission des femmes au chef de famille) qu’à la nature des tâches accomplies. Décidément, les femmes devaient se contenter d’être de bonnes épouses et de bonnes mères. Leur participation à la production était considérée uniquement comme un travail d’appoint. Elles étaient sous-payées, exploitées, et employées à des travaux pénibles.

Avec le phénomène d’industrialisation et le développement du salariat au 19e siècle, les femmes passent du travail au sein de l’unité domestique au salariat dans les usines, sans pour autant cesser le travail à domicile (tâches domestiques, soin aux enfants,…) : la domestique, la couturière et l’ouvrière du textile constituent les figures dominantes de la femme au travail. Dès ce moment, le processus de féminisation de certains métiers opère véritablement et le travail salarié est perçu comme une menace par les hommes qui se voient concurrencés sur leur propre territoire. Toutefois, malgré l’essor du salariat, les femmes n’ont toujours pas de profession propre puisque leurs activités sont répertoriées, dans les recensements, sous la profession de leur mari. La Grande Guerre (1914-1918) représente un véritable tournant pour le travail des femmes. En effet, 8 millions d’hommes (soit 60% de la population active) sont mobilisés au front et il faut les remplacer. La part des femmes parmi le personnel de l’industrie et du commerce passe de 32% à la veille de la guerre à 40% fin 1917. Certes les femmes ont remplacé les hommes dans les usines (les « munitionnettes ») mais leur condition n’a pas vraiment évolué dans le sens où elles sont massivement licenciées une fois la guerre terminée et qu’elles retrouvent leur rôle traditionnel de femme au foyer.

Toutefois, quelques années après la fin de la guerre, dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, elles investissent des secteurs en expansion comme la métallurgie, la chimie, l’électricité ou l’industrie alimentaire. On assiste dès lors à un élargissement des tâches féminines, à l’émergence de métiers mixtes ou à la féminisation de certains métiers masculins (instituteur), avec toutefois certaines réticences de la part des hommes. Pendant l’entre-deux guerres, les femmes affluent dans des emplois et des activités en plein essor : administrations de l’Etat, banques, bureaux des grandes entreprises, grands établissements de commerce (ex : employées des grands magasins). En effet, essentiellement occupées à des postes ordinaires d’employées administratives, les femmes sont majoritaires, dans les années 1920, dans des emplois « techniques » de bureau : dactylographes, téléphonistes, opératrices sur machines comptables, receveuses des postes, etc. Les services télégraphiques, les PTT embauchent systématiquement des femmes. En 1921, 52% de ses employés de la poste sont des femmes.

En 1926, les femmes constitueraient un-tiers des employés dans l’industrie, autour de 40% de ceux qui travaillent dans le commerce, les banques et assurances et les soins personnels, 40% également des employés des services publics.

Mais les périodes de crise économique sont celles où on incite le retour des femmes au foyer, par peur du chômage. La crise de 1929 entraîne la fermeture de certains concours dans les ministères aux femmes en 1931, le début d’une campagne contre le travail féminin en 1932 et une prime pour les femmes au foyer en 1938. Le régime de Vichy continue dans cette voie en mettant en place des restrictions législatives du travail féminin et en présentant la famille comme modèle et « unité organique » du fonctionnement social et territoire légitime de l’activité féminine. L’éviction des femmes du marché du travail se révèle relativement important en 1939 et en 1940 puisque l’on interdit l’accès des emplois publics aux femmes mariées. Il faut attendre le préambule de la Constitution de 1958 pour que les femmes puissent avoir accès à l’emploi au même titre que les hommes et la loi du 3 juillet 1965 pour supprimer l’autorisation du mari théoriquement nécessaire pour les femmes mariées voulant exercer une profession. Le préambule dispose : « la loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme », et plus loin : « chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi », le principe d’égalité des droits au travail entre les sexes est de ce fait constitutionnel. Mais tous ces efforts pour le retour des femmes au foyer s’avèrent vains sur le long terme dans la mesure où les femmes continuent à s’orienter vers les emplois de services et de bureau.

Depuis les années 1950, deux tendances ont caractérisé l’évolution de la structure des emplois : la tertiarisation et la « salarisation » du marché du travail. Et ce sont justement les femmes qui ont contribué à produire cette évolution. Et inversement : c’est parce que l’emploi devenait de plus en plus tertiaire et de plus en plus salarié que les femmes y ont accédé nombreuses. Le travail agricole et industriel, qui exigeait auparavant de la force musculaire, s’est déplacé vers le « traitement de l’immatériel » (les services). De plus, la force physique n’est plus une obligation puisque les machines viennent la suppléer. Si bien que les femmes ont pu accéder en plus grand nombre au marché de l’emploi et surtout dans le secteur tertiaire.

Depuis les années 1960, le taux d’activité des femmes ne cesse de progresser. En 1975, sur 22 millions d’actifs, il y a 8 millions de femmes, soit un travailleur sur trois. Entre 1975 et 1998, la population active masculine reste quasiment stable alors que la population active féminine augmente de 3 millions de personnes. Ce mouvement ne s’est jamais interrompu malgré la crise de l’emploi qui sévit depuis les années 1980. Dans la France de 2002, selon les chiffres de l’INSEE, les femmes représentent presque la moitié du monde du travail, soit 45% de la population active (soit 11,5 millions de femmes sur un total de 26 millions), contre un tiers seulement dans les années 1960. Et l’évolution devrait se poursuivre : les emplois féminins continuent d’augmenter deux fois plus vite que les emplois masculins. Au point que les experts de l’INSEE estiment que près de 90% des femmes devraient, en 2040, occuper un emploi salarié. L’augmentation du nombre d’actives s’explique notamment par le fait que les femmes interrompent de moins en moins leur activité professionnelle lorsqu’elles attendent un enfant, si bien que leur période d’inactivité se réduit. De même, la poursuite de longues études par les femmes et l’acquisition de diplômes leur permet de s’installer plus durablement sur le marché du travail. Leur comportement tend donc à se rapprocher de plus en plus du modèle masculin. La création de ces nouveaux emplois de services est notamment liée à l’édification de l’Etat social (institutrices, infirmières, assistantes sociales), mais aussi dans le privé (rationalisation des emplois de bureau et accroissement du nombre d’emplois de secrétaires). Tous ces emplois nécessitent une solide culture générale et particulièrement littéraire préalable à l’accession aux écoles professionnelles (écoles d’infirmières, d’assistantes sociales, écoles professionnelles de secrétariat). Par ailleurs, c’est à partir des années 1950 que les femmes se mettent à envisager différemment leur avenir familial, elles ne cessent plus de travailler quand elles mettent au monde des enfants. C’est ce phénomène, entre autres, qui explique la progression de l’activité féminine, alors que la durée des études s’allonge et que l’âge de la retraite s’abaisse. De plus, aucune activité ne nécessite désormais de prédisposition « naturelle » ou physique à son exercice sauf quelques métiers comme ceux du bâtiment ou de l’industrie lourde où il faut transporter des charges lourdes. D’ailleurs, il faut noter que la naissance du métier de documentaliste semble coïncider avec cette conjoncture économique favorable. Ce qui explique qu’un grand nombre de femmes ont pu s’orienter vers ce métier de service.

Comme nous venons de le voir, l’activité féminine occupe une place très importante sur le marché de l’emploi surtout depuis les années 1950-1960. Cependant, cette activité féminine revêt un aspect particulier dans la mesure où elle a tendance à se concentrer dans un nombre restreint d’activités.

1.2.2 Concentration de l’emploi féminin dans un nombre restreint d’activités

Avant d’étudier plus précisément la situation de l’emploi féminin sur le marché de l’emploi, essayons de définir ce que l’on entend par « métier féminin » et « métier masculin ».

Alors qu’actuellement, le ministère de l’Education nationale œuvre en faveur de la mixité des métiers et affirme qu’il n’y a pas de métiers d’hommes ni de métiers de femmes, une telle concentration des femmes dans un nombre restreint d’activités semble accréditer l’idée qu’il existe bel et bien des métiers spécifiquement « masculins » et « féminins ». Mais qu’entend-on par « métier masculin » et « métier féminin » et en quoi peut-on dire que les métiers du secteur tertiaire sont des métiers « féminins » ?

La notion de métier féminin est établie au 19e siècle lorsqu’une réflexion sur la segmentation du marché du travail s’instaure. A cette époque, le travail féminin souffre d’une image négative, comme s’il était qu’une pâle copie du travail masculin évidemment prestigieux. Pour avoir un aperçu des opinions de l’époque concernant le travail des femmes, nous pouvons nous intéresser à deux hommes. Le premier, Jules SIMON(37) (1814-1896), reconnaissait l’idée du travail des femmes mais soulignait l’incapacité des femmes à effectuer des travaux de création. « Les femmes n’ont pas d’imagination », écrivait-il, « ou du moins elles n’ont que cette sorte d’imagination qui rappelle et représente vivement les objets que l’on a perçus. Elles ne créent pas, mais elles reproduisent à merveille ; ce sont des copistes de premier ordre ». Quant au deuxième, Paul LEROY-BAULIEU(38) (1843-1916), interprète du libéralisme moderne, il insista au contraire sur la notion de « métiers propres aux femmes » et sur la possibilité de les développer par la formation et un judicieux emploi des aptitudes de sexe. C’est surtout le secteur tertiaire qui lui paraît convenir : l’instruction – « les femmes ont d’instinct la connaissance de l’enfance » – mais aussi le commerce, les banques, les administrations publiques les postes et télégraphes. Nous verrons par la suite que l’idée selon laquelle les femmes doivent transposer leurs qualités « naturelles » dans le monde du travail persiste fortement au 20e siècle. Quant à la notion de « travail féminin », elle fut supprimée en 1945 lorsque la législation française stipule que « à travail égal, salaire égal ». Nous verrons par la suite que cette décision n’a pas eu les effets escomptés.

Une activité peut se trouver définie ou redéfinie comme « féminine » ou « masculine » à divers moments de son histoire, parce que le type de qualification et d’idéologie professionnelle qui la caractérisent ainsi que les prestations fournies…ont subi des modifications. Les différentes représentations que nous pouvons avoir sur les métiers sont inévitablement sexuées puisque nous avons intégré les habituels stéréotypes selon lesquels certaines activités sont « réservées » aux hommes et d’autres aux femmes. « Enracinée dans le symbolique, le mental, le langage, la notion de « métier féminin » ou « métier de femmes » est une construction sociale liée au rapport des sexes. Elle montre les pièges de la différence, innocentée par la nature, et érigée en principe organisateur, dans une relation inégale(39) ». Cette citation de Maurice GODELIER permet de montrer que les notions de « métier féminin » et de « métier masculin » se sont construites en opposition tout comme les notions de « féminin » et de « masculin ». On retrouve bien ici le principe de la division sexuelle des tâches. Chaque sexe exerce sur son propre territoire avec ses acquis : les hommes avec leur force physique, les femmes avec leurs qualités « naturelles ». Mais, exclues de l’exercice de certaines tâches, comme nous l’avons vu avec l’étude des outils, les femmes ne peuvent pas avoir les mêmes activités que les hommes et se retrouvent dans une situation de relation inégale, de dépendance vis-à-vis de ces derniers.

Pierre BOURDIEU ajoute que les « les métiers de femmes sont, par définition, conformes à l’idée que l’on se fait de la femme, donc, ce sont les moins « métiers » des métiers. Parce que les vrais métiers sont des métiers d’homme. Un métier de femme, c’est un métier féminin, donc subordonné, souvent mal payé, enfin, c’est une activité où la femme est censée exprimer ses dispositions « naturelles » ou considérées comme telles(40) ». En qualifiant de « travail de femme » ou de « travail d’homme » telle ou telle tâche, les employeurs redéfinissent en fait sans cesse les frontières de la « féminité » et de la « masculinité », en fonction de leurs besoins. Schématiquement, on désigne comme féminins les secteurs du sanitaire et du social (infirmière, assistante sociale, …), de l’enseignement, de la bureautique (secrétariat), voire ayant attrait à la créativité (styliste, designer, décoration) ; pour résumer, tout métier qui correspond à ce que l’on assigne comme qualités premières des femmes et auxquelles souscrivent les jeunes filles : le dévouement vis-à-vis des autres, la fonction maternante, l’aspiration au contact et à la communication, la souplesse du corps et l’agilité des doigts (couture, claviers), la dextérité (montages électroniques), la patience, la douceur, la disponibilité, etc. A contrario sont perçus comme masculins les secteurs d’une part empreints d’une tradition machiste (l’archétype étant le secteur du bâtiment), d’autre part que l’on considère comme pénible et incompatible avec la féminité Ainsi, si la question de la force physique est aujourd’hui un critère moins discriminant en raison du progrès technologique (hormis dans les professions supposant une part possible de violence tels que certains aspects du métier de policier ou de pompier), néanmoins, les métiers décrits comme salissants, peu confortables (impliquant un travail dans le froid par exemple) sont spontanément rejetés par les filles. Enfin, de manière plus globale, un métier manuel, en particulier technique et/ou supposant une forme d’esprit scientifique sont spontanément associés aux garçons comme « naturellement » plus enclins au bricolage et plus intéressés par la science. Les métiers dits « mixtes », accessibles tant aux femmes qu’aux hommes, sont en premier lieu qualifiés comme des « métiers nouveaux » (tels l’informatique, les secteurs environnementaux, le marketing, etc.), libérés de schémas sociaux préexistants et notamment du préconçu selon lequel il existe depuis toujours des territoires d’activité strictement masculins ou strictement féminins.

L’idée est toujours solidement ancrée dans les systèmes symboliques que la maîtrise de la technique est une affaire d’hommes quand les femmes se voient cantonnées aux fonctions dites « naturelles » et relationnelles (altruisme, don de soi, gentillesse, etc.). Or ce type de préjugé est dépassé du simple fait de l’évolution même des métiers. D’une part, il n’existe pas un métier dont l’exécution n’impose la maîtrise de compétences scientifiques et techniques élevées ; d’autre part, on constate désormais une tendance forte à la tertiarisation des métiers du secondaire qui impose à ceux qui les exercent de développer des compétences relationnelles et humaines autrefois réservées aux emplois tertiaires féminisés. On peut choisir un exemple qui illustre bien cette tendance. Les soins infirmiers font désormais de plus en appel à un haut degré de technicité et de scientificité, tant dans le domaine strictement médical (matériels de diagnostic et de soins, unités de soins intensifs, etc.) que dans celui de la gestion administrative et des stocks, mais ce n’est pas pour autant associé à la représentation d’un métier technique. On peut néanmoins espérer qu’à l’avenir, compte tenu des évolutions médicales, le métier d’infirmier(e) sera reconnu comme étant éminemment technique. Mais, ceci ne pourra évoluer que lorsqu’un métier ne sera plus dévalorisé sous prétexte qu’il est majoritairement exercé par des femmes. Les infirmières ont donc un rôle à jouer, comme dans les années 1980 avec leur mot d’ordre « ni bonnes, ni nonnes, ni connes », pour être reconnues en tant que « professionnelles » et pour faire-valoir la technicité de leur métier.

Le tableau suivant est le résultat d’une enquête réalisée par Anne BARRERE, en 1990, auprès de dirigeants de 20 entreprises du bâtiment, des métaux et de la mécanique afin de mettre à jour la gestion sexuée du personnel. Et c’est à partir de cette série d’opposition qui semblent s’inscrire dans la « nature » des choses, où le pôle féminin est systématiquement infériorisé par rapport au pôle masculin que se met en place, pour les enquêtés, une catégorisation des métiers féminins, masculins, « féminisables », … L’embauche des femmes s’accompagne souvent d’un discours justificateur de la part des employeurs qui vise à légitimer leur emploi par les « qualités féminines » et à décourager leurs éventuelles ambitions à faire carrière. Les femmes sont donc engagées pour effectuer des travaux d’exécution et non pas pour prendre des décisions. Les employeurs recourent aux savoir-faire, et plus largement aux dispositions, que les femmes ont acquis dans la sphère domestique, tout en leur déniant toute qualification. Il en est ainsi des « qualités » de rapidité et de dextérité des ouvrières de l’électronique appréciées par les employeurs, alors qu’elles demeurent ouvrières spécialisées.

Tableau : Stéréotypes féminins et masculins tels qu’ils apparaissent dans la sphère du travail

Stéréotype masculin Stéréotype féminin
Force Faiblesse
Polyvalence Monovalence
Danger Protection
Saleté Propreté
Chantier Bureau
Ouverture Fermeture
Dextérité
Minutie
Qualité
Professionnel Domestique
Disponibilité Indisponibilité
Mobilisation Absentéisme
Dehors Dedans
Intuition
Conscience professionnelle

Source : GADREY (Nicole), Hommes et femmes sur le marché du travail, 1992

Par conséquent, les femmes et leurs qualités relationnelles supposées, tendent à se concentrer fortement dans les secteurs des services. En effet, le processus de tertiarisation de la société qui s’était accéléré dans les années 1960, se poursuit encore aujourd’hui. Entre les années 1950 et les années 1990, la part des emplois tertiaires, c’est-à-dire des emplois créés dans le secteur des services, passe de 40% à 70% du total.

Tableau : Répartition sectorielle des emplois en France, 1955-1996 (en %)

1955 1962 1968 1974 1980 1985 1990 1996
Agriculture 26 20 16 11 9 7 6 5
Industrie et bâtiment 34 36 37 39 35 32 29 26
Tertiaire 40 44 47 51 56 61 65 70
Total 100 100 100 100 100 100 100 100

Source : MARCHAND (Olivier), THELOT (Claude), Le Travail en France, Nathan, Paris, 1997
(Tableau cité dans MARUANI (Margaret), Les nouvelles frontières de l’inégalité, Paris, La Découverte, 2000)

Tableau : Répartition sectorielle des emplois féminins, France, 1955-1996 (en %)

1955 1962 1968 1974 1980 1985 1990 1996
Agriculture 27 20 15 10 8 6 5 3
Industrie et bâtiment 25 25 25 26 22 19 17 15
Tertiaire 49 55 61 65 70 75 78 82
Total 100 100 100 100 100 100 100 100

Source : MARCHAND(Olivier), THELOT (Claude), Le Travail en France, Nathan, Paris, 1997
(Tableau cité dans MARUANI (Margaret), Les nouvelles frontières de l’inégalité, Paris, La Découverte, 2000)

L’emploi féminin est majoritairement concentré dans le secteur tertiaire et cette concentration a fortement augmenté de 1955 à 1996. En effet, en 1996, 82% des emplois féminins se regroupent dans le secteur tertiaire contre près de la moitié seulement en 1955.

Cette évolution est en partie due au fait que le tertiaire est resté, tout au long des années de crise, le seul secteur créateur d’emplois. Il est donc tout à fait logique que les femmes se soient dirigées en priorité vers ce secteur. Les hommes ont subi les effets de la désindustrialisation pendant que les femmes ont tiré profit de la tertiarisation. La montée en puissance du travail rémunéré féminin s’est traduite par un double mouvement. Un certain nombre de femmes ont pu accéder à des professions autrefois réservées aux hommes où elles commencent à s’imposer : 45% des avocats, 52% des magistrats, 66% des instituteurs, 80 % des bibliothécaires sont des femmes.

Mais en même temps, l’emploi des femmes demeure pour l’essentiel concentré dans quelques professions mal rémunérées et peu valorisées du secteur tertiaire et déjà fortement féminisées (phénomène de « ségrégation horizontale ») : agents d’entretien, caissières, assistantes maternelles, secrétaires, par exemple. De plus, l’essentiel des créations d’emplois de ces vingt dernières années s’est fait dans des secteurs où les femmes étaient déjà largement présentes. En 2001, 6 catégories socio-professionnelles sur 31 CSP recensées par l’INSEE, concentrent 61% des femmes. Il s’agit des employés des entreprises et de la fonction publique (environ 82% des employés), des personnels de service aux particuliers et aux entreprises (85%), ouvriers non qualifiés de l’industrie, des instituteurs, des professions intermédiaires de la santé, activités sociales qui emploient au total 6 millions de femmes. Sur une longue période, c’est bien la constance qui frappe (comme le montre le tableau ci-dessous): les six catégories socioprofessionnelles les plus féminisées en 1997 sont les mêmes que celles qui l’étaient en 1962. Par contre, on peut observer une tendance plus récente à la sur-concentration des femmes dans les CSP les moins qualifiées : près de 50% des actives exercent leur profession dans les trois catégories d’emplois les moins qualifiées : celles des agents civils de la fonction publique, celle des employées administratives des entreprises, celles des services directs aux particuliers. A l’inverse, leur poids relatif dans les CSP plus qualifiées de l’enseignement ou des professions intermédiaires tend, lui, baisser depuis quelques années, même si les femmes sont plus souvent cadres (24% de l’encadrement des entreprises privées contre 19% il y a 10 ans). Or, cette situation est paradoxale dans la mesure où le niveau de diplôme obtenu par les femmes a largement augmenté voire dépassé celui des hommes. Les femmes sont majoritaires dans le secteur tertiaire non marchand (57%) qui concentre les deux tiers des créations d’emploi, elles sont plus souvent salariées (90% contre 84% pour les hommes) et fonctionnaires. Ces professions féminines se situent entre deux pôles : l’un fortement lié à la sphère domestique (externalisation dans la sphère de production de tâches confiées aux femmes dans la sphère domestique : concierge, agent d’entretien, assistante maternelle), l’autre qui s’apparente aux cadres et professions intermédiaires (positions plus conformes aux positions masculines, mais souvent « décalées » par rapport à celles-ci : cadre administratif moyen, comptable, secrétaires de direction, etc.). Entre ces deux pôles, se retrouvent alors les agents de service, les serveuses, employés des banques et assurances, bref des postes moins qualifiés.

Tableau : Les six catégories socioprofessionnelles les plus féminisées (1962-1997)

CSP 1962* 1975 1982 1990 1997
Effectifs (en milliers) % de femmes Effectifs (en milliers) % de femmes Effectifs (en milliers) % de femmes Effectifs (en milliers) % de femmes Effectifs (en milliers) % de femmes
Personnels de service aux part. 809 88% 744 82% 786 83% 937 83% 1 289 86
Employés admin. d’ent 1 117 70% 1 807 75% 2 041 76% 1 921 83% 1 949 83%
Employ. civils, agents de service de la fonction publique 772 66% 1 352 72% 1 673 75% 1915 79% 1 924 79%
Professions de la santé, travail social 190 71% 434 73% 590 74% 737 77% 878 78%
Employés de commerce 389 74% 537 78% 625 78% 731 78% 790 77%
Instituteurs et assimilés 385 65% 673 64% 759 63% 736 65% 764 65%

* De 1962 à 1990, il s’agit des recensements de la population, pour 1997 de l’Enquête Emploi.

Source(41) : BORDES et GONZALEZ-DEMICHEL, 1998

La répartition par profession atteste du même phénomène de concentration. Douze professions sont exercées par plus de 90% des femmes : Assistantes maternelles, gardiennes d’enfants, travailleuses familiales ; Puéricultrices ; Sages-femmes ; Manucures, esthéticiennes salariées ; Personnel de secrétariat de niveau supérieur, secrétaires de direction ; Employés de maison et femmes de ménage ; Secrétaires ; Aides familiales non salariées ou associées d’artisans effectuant un travail administratif ou commercial ; Assistantes sociales ; Caissières de magasin ; Standardistes, téléphonistes ; Agents et hôtesses d’accueil et d’information.

Près de 71% des femmes travaillent dans les services, seulement 47% des hommes ; près de la moitié des hommes sont ouvriers et la moitié des femmes sont employées. Cette situation trouve en partie sa source dans l’orientation scolaire des filles qui, comme on l’a déjà vu, continuent de se diriger massivement vers des secteurs de services peu qualifiés et peu rémunérés et moins vers les secteurs techniques, plus rentables.

Certes, les tableaux suivants ne sont pas récents mais ils peuvent servir à titre indicatif, pour montrer que la concentration des femmes dans certaines professions est loin d’être un phénomène nouveau.

Tableau : Les 12 professions ayant les taux de féminité les plus élevés

Intitulé de la profession Taux de féminité (en %) Effectifs totaux (en milliers)
Assistantes maternelles, garde d’enfant, travailleuses familiales 99,66 % 261
Puéricultrices 99,59 % 13
Sages-femmes 99,56 % 11
Manucures, esthéticiennes salariées 99,26 % 12
Personnel de secrétariat de niv. sup., secrétaires de dir. (non cadres) 98,59 % 117
Employées de maison et femmes de ménage 98,16 % 178
Secrétaires 97,64 % 719
Associées d’artisans effectuant un travail admn. ou commercial 96,14 % 116
Assistantes sociales 95,64 % 37
Caissières de magasins 94,69 % 131
Standardistes, téléphonistes 93,52 % 37
Agent et hôtesse d’accueil et d’information 92,96 % 37

Source : INSEE, Recensement de la population de 1990 (sondage au 1 / 4)

Tableau : les 12 professions ayant les taux de féminité les moins élevés

Intitulé de la profession Taux de féminité (en %) Effectifs totaux (en milliers)
Couvreurs qualifiés 0,07 16
Tuyauteurs industriels qualifiés 0,07 22
Chefs d’équipe de gros œuvre (bât.) et des travaux publics 0,08 15
Carrossiers d’automobile qualifiés 0,09 36
Mineurs de fond qualifiés 0,11 8
Conducteurs qualifiés d’engins 0,11 46
Maçons qualifiés 0,12 176
Ouvriers qualifiés du travail du béton 0,12 34
Plombiers/chauffagistes qualifiés 0,14 88
Charpentiers en bois qualifiés 0,16 15
Menuisiers qualifiés du bâtiment 0,26 76
Mécaniciens qualifiés de l’auto 0,29 104

Source : INSEE, Recensement de la population de 1990 (sondage au 1 / 4)

Et lorsque les femmes travaillent dans le secteur secondaire, c’est pour occuper des branches spécifiques comme l’industrie textile, l’habillement ou encore la chimie. Parallèlement, on constate une absence des hommes dans certains secteurs tertiaires comme le secteur médico-social ou le secteur secondaire comme dans le textile, etc. Tout comme les femmes, les hommes ont également tendance à se concentrer dans certaines activités. Par exemple, ils se concentrent dans l’agriculture, le bâtiment et l’industrie. Le cas extrême (qu’on pourrait mettre en parallèle avec le cas de la secrétaire) est celui des ouvriers qualifiés de l’artisanat avec 91% d’hommes et 9% de femmes. Force est de constater qu’hommes et femmes se situent dans des segments différents du marché du travail.

La faible diversification des emplois féminins associés au développement des services a eu une incidence plutôt négative sur les conditions d’emploi des femmes, en termes de qualification, de rémunération, de nature des contrats, de représentation sociale, et de conditions de travail. En effet, même si les femmes participent activement à la vie économique, elles n’en continuent pas moins de souffrir de discriminations et d’inégalités persistantes. Diversifier les choix professionnels, en agissant à la fois sur les emplois dans lesquels les femmes sont très présentes et sur ceux dans lesquels elles le sont peu, promouvoir une image positive de l’emploi féminin dans les entreprises, améliorer le niveau de formation, sont autant d’enjeux essentiels pour l’avenir. Après un aperçu des raisons de la féminité et de la masculinité de certains métiers, intéressons-nous maintenant aux causes de la féminité du métier de documentaliste.

Partie 2 : Le documentaliste : une femme de 35 ans,… ?

Commençons cette deuxième partie par une définition du terme « documentaliste ». Mais nous verrons par la suite que ce terme n’est plus vraiment approprié aujourd’hui.

Prenons une définition proposée par l’ADBS : « Il reste commode d’appeler « documentalistes » les professionnels qui doivent connaître l’organisation de l’information, sa production, sa circulation et ses techniques de traitement, les moyens d’assurer et d’évaluer la qualité des services rendus, mais aussi la façon de communiquer avec les décideurs, avec les producteurs comme avec les utilisateurs d’information, les comportements des intermédiaires, les usages de l’information dans le management des entreprises(42) ». Plus simplement, le documentaliste est une personne chargée de rechercher, collecter, traiter et analyser l’information sur n’importe quel support, à l’aide des techniques mises à sa disposition afin de pouvoir la diffuser auprès de profils d’usagers prédéfinis, au bon moment, voire en anticipant, et dans les meilleurs délais.

2.1 Les circonstances de la féminisation du métier de documentaliste

On ne peut pas étudier l’histoire de la documentation sans évoquer l’histoire des bibliothèques dans la mesure où les métiers de bibliothécaire et de documentaliste sont très proches. S’ils se rapprochent parfois au niveau des compétences (connaissance des publics et du milieu professionnel, identification et localisation des documents, développement des collections, conservation et gestion des documents, indexation, recherche de l’information), il faut tout de même préciser qu’il s’agit de deux cultures professionnelles différentes et que le métier de documentaliste s’est construit par rapport au métier de bibliothécaire qui est beaucoup plus ancien puisqu’il existe depuis le IIIe siècle av. J.-C. Mais, les documentalistes ont essayé de se différencier de leurs collègues bibliothécaires en tentant de faire reconnaître leur spécificité (traitement et analyse du contenu, diffusion de l’information, veille). L’évocation de ces deux métiers va permettre d’établir des comparaisons, notamment en ce qui concerne le processus de féminisation.

2.1.1 Avant les documentalistes, il y avait des bibliothécaires

Le métier de bibliothécaire naît avec la création des premières bibliothèques(43) mais prend surtout son essor au 16e siècle avec la naissance du terme en 1546. Les fonctions de bibliothécaire sont le plus souvent confiées à des érudits, hommes de lettres ou ecclésiastiques. Leur rôle est celui d’un conseiller, d’un aide pour la recherche d’information. Il n’existe alors aucune structure de formation. En 1751, un article de L’Encyclopédie de DIDEROT et d’ALEMBERT définit la profession de la manière suivante : « Bibliothécaire, celui qui est préposé à la garde, au soin, au bon ordre et à l’accroissement des livres d’une bibliothèque. Il y a peu de fonctions littéraires qui demandent autant de talent…». L’image littéraire du bibliothécaire du 19e siècle est celle d’un homme érudit, sans connaissance technique particulière, plus attaché à l’avancement de ses travaux personnels – puis de son statut car ses appointements sont peu élevés – qu’au service du lecteur. Il s’agit, pour lui, de conserver des fonds anciens et non de gérer d’abondants fonds documentaires pour le plus grand nombre de lecteurs. En effet, à la fin du 19e siècle, les bibliothèques tendent à se scléroser dans la conservation de leur fonds ancien. Pour mieux former le personnel et répondre aux attentes du public, est créé, en 1873, le premier diplôme professionnel, le Certificat d’Aptitude aux Fonctions de bibliothécaire (CAFB). En 1906, est créée l’Association de Bibliothécaires Français (ABF) qui œuvre pour l’unification et la reconnaissance du métier de bibliothécaire à travers la promotion de la bibliothéconomie, la formation initiale des professionnels et la lecture publique. Dès lors, le bibliothécaire remplit un nouveau rôle professionnel, celui d’animateur, qui « doit se préoccuper davantage de la diffusion des connaissances que de la conservation des documents ».

Nous avons vu précédemment que le métier de bibliothécaire était exclusivement exercé par des hommes érudits et ceci jusqu’à la fin du 19e siècle. Or, dès le début du 20e siècle, les femmes font progressivement leur entrée (qui sera irréversible) dans le monde des bibliothèques. En effet, la féminisation de la profession de bibliothécaire intervient, en France, essentiellement entre les deux guerres, c’est-à-dire beaucoup plus tard qu’aux USA. On peut trouver quelques remarques désobligeantes sur les rôles limités données aux femmes dans les bibliothèques, mais dans l’ensemble, elles sont plutôt bien acceptées, voire même attendues dans les bibliothèques publiques. Parmi les premières femmes chartistes (la première femme chartiste fut reçue à l’Ecole des Chartes en 1906), certaines choisiront les métiers des bibliothèques. Selon un auteur anonyme cité dans l’ouvrage(44) de Sylvie FAYET-SCRIBE, le travail des bibliothécaires consiste à : « classer les livres avec soin, à les préserver de la poussière, à mettre de l’ordre dans les rayons, recopier avec une précision méticuleuse les titres sur un catalogue, à apporter du goût dans le choix des reliures, à servir les lecteurs avec empressement et complaisance » ; ce même auteur continue et s’interroge : « Ce travail ne peut-il pas être exécuté aussi bien par une femme que par un homme ? La question ainsi posée, la réponse ne saurait être douteuse. Disons toute notre pensée : il y a là qui convient beaucoup mieux à une femme qu’à un homme. […] Il ne s’agit pas évidemment- nul ne le propose – de porter atteinte aux situations acquises qui doivent être respectées. Mais procéder méthodiquement au remplacement progressif du personnel masculin par un personnel féminin dans les bibliothèques publiques serait à la fois rationnel et avantageux ». Ce témoignage œuvre donc explicitement en faveur de la féminisation des bibliothèques mais ce n’est pas sans intérêt dans la mesure où il souligne bien le fait que ce changement serait avantageux et rationnel sans dire pour qui. Mais on devine bien que ce sont les hommes bibliothécaires qui en tireraient profit.

En effet, dans les années 1920-1930, la main d’œuvre féminine des bibliothèques travaille souvent à des postes subalternes pour un salaire inférieur à celui que réclament les hommes. L’avantage est donc, dans un premier temps, économique puisque les femmes travaillent à moindre coût que les hommes. Les femmes ne sont pas perçues comme des professionnelles possédant un savoir technique et des compétences administratives. Pour une femme, être une bonne professionnelle, c’est avoir des compétences acquises suite à un apprentissage comme classer les livres, recopier avec précision et des compétences innées comme le goût de l’ordre, le goût pour servir avec empressement, etc. qui peuvent faire partie intégrante de la nature féminine. Comme nous l’avons dans la première partie, les femmes transposent leurs qualités dites naturelles (qualités ménagères par exemple) dans leur milieu professionnel. Mais cela peut également s’appliquer aux hommes à quelques nuances près : ils peuvent avoir le goût de l’ordre, des choses bien faites, etc.

Bref, quel que soit le discours, ce que l’on constate, c’est que les femmes (parmi elles, nombreuses sont celles qui ont exercé la profession d’enseignante, le métier de bibliothécaire représentant un débouché idéal pour quitter l’enseignement en douceur en cas d’échec éventuel) entrent massivement dans les bibliothèques. Et elles occupent progressivement des postes de responsabilités en raison notamment de l’évolution de leur niveau d’instruction. De manière générale, elles ont été bien perçues par leurs homologues masculins. Ces femmes ont atteint, après la seconde guerre mondiale, des postes de conservateurs, et même de conservateurs en chef. Elles ont exercé des responsabilités à la tête de l’ABF (Association des Bibliothécaires Français), comme Myriem FONCIN (1893-1976) et Louise-Noëlle MALCLES (1899-1977). Elles ont été reconnues pour leurs aptitudes, même si celles-ci avaient des caractéristiques vues plutôt comme masculines : esprit logique, sens de l’initiative, combativité pour entreprendre, … Elles ont contribué à donner une image de marque à la profession de bibliothécaire et à prendre le contre-pied de l’érudit qui conserve ses livres et se cache derrière son comptoir, sans véritable contact avec l’usager. Ces femmes pionnières sont à l’origine d’une longue lignée de femmes bibliothécaires numériquement plus nombreuses que les hommes.

Les femmes étaient-elles vouées à devenir bibliothécaires ? Comment expliquer que nous assimilons aujourd’hui le bibliothécaire à une femme ? Si l’on en croit la citation de Christiane DESROCHES-NOBLECOURT dans son ouvrage(45) La femme au temps des pharaons, on peut voir que c’est une déesse qui était, à l’origine, associé aux bibliothèques : « D’autres concepts divins ont emprunté à la femme leur support matériel ; citons seulement la science du document et de l’archivage, apparaissant sous la forme de Séchat, maîtresse des bibliothèques, jeune femme vêtue d’une peau de félin et ayant toujours à la main le calame, roseau pour écrire… ». Certes, cette citation est anecdotique, mais elle montre bien que dans la mythologie égyptienne, la science du document est associée à une déesse. Malheureusement, l’auteure n’explique pas les causes de cette assimilation.

La masse documentaire s’accroît fortement après la seconde guerre mondiale, ce qui engendre la multiplication des services et des centres de documentation dans les entreprises des secteurs économiques les plus actifs : charbon, acier, pétrole, textile. Afin de répondre au développement des activités d’information, l’industrialisation croissante de la France engendre une activité documentaire intense tant dans le secteur public (administrations) que privé (entreprises). Des méthodes et des techniques propres au traitement d’une information spécialisée apparaissent. On passe alors d’une logique de conservation de fonds patrimoniaux à une logique de diffusion massive d’information à un public donné. Ainsi, les nouveaux professionnels, que sont les documentalistes, héritent de la tâche de conservation et d’érudition chère aux bibliothécaires et y ajoutent le traitement du contenu des documents. Mais les bibliothécaires ressentent la naissance de cette discipline comme une intrusion dans leur tranquille domaine, presque comme une atteinte à leur identité professionnelle. La compétition entre les deux communautés en devient parfois conflictuelle.

2.1.2 Naissance de la documentation et du métier de documentaliste

Au 12e siècle, le terme « document » (du latin documentum, ce qui sert à instruire) a le sens d’ « enseignement ». Au 18e siècle, on ne parle pas encore de documentation, mais plutôt de « renseignement ». Le verbe « documenter » apparaît en 1769 et le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française de Paul ROBERT (1910-1980) le définit comme étant l’action de fournir des documents. Quant au sens actuel : « Ecrit servant de preuve ou de renseignement : annales, archives, dossier, matériaux, papier, pièces », il paraît provenir de l’emploi du mot comme terme juridique. Dans les années 1870, lors de son premier emploi, le mot « documentation » a le sens de « recherche de documents pour faire une étude ou une thèse ». Paul OTLET (1868-1944) et Henri LAFONTAINE (1854-1943), avocats belges sont les premiers, en 1895, à mettre en avant la notion de « documentation » qui se développe avec la Révolution industrielle et la création de nouveaux secteurs d’activités économiques qui engendrent le développement des activités documentaires, du traitement de l’information et la création de centres de documentation. La définition qu’ils donnent est très large. Elle englobe la bibliographie, elle est la science qui permet la fourniture de tous les documents sur un sujet donné. Toutefois, le mot « documentation » n’est employé régulièrement qu’à partir de 1905, à la suite du congrès organisé par l’Institut international de bibliographie, en opposition à « bibliothéconomie », ce terme désignant « l’ensemble des techniques permettant une bonne gestion de l’acquisition et de la conservation des livres(46) » .

En 1934, Paul OTLET publie son Traité de documentation qui marque la séparation de la documentation et de la bibliographie à laquelle elle était associée au début du siècle. Après 1945, les termes de « documentation » et de « documentaliste » s’imposent véritablement ; revues(47) et écoles de documentation(48) se développent. On parle de plus en plus de recherche automatique, de gestion de documents. La notion de documentation s’affirme par rapport à celle de bibliothéconomie. Actuellement considérée comme un « processus de recherche pour répondre à une demande ou un besoin », selon la définition donnée par Pierre ALBERT(49) en 1981, la documentation est un ensemble de techniques mises en œuvre pour collecter, traiter et diffuser les documents.

L’origine de la profession de documentaliste est directement liée au terme de « documentation ». Elle apparaît dans les années 1950 lorsque est ouverte au CNAM, une formation à la documentation, assurée par l’INTD (Institut National des Techniques Documentaires). Le terme « documentaliste », beaucoup plus récent que celui de « bibliothécaire(50) », existe depuis 1932 mais il faudra toutefois attendre les années 1953 pour qu’il apparaisse dans le dictionnaire Larousse. La plupart des dictionnaires de langue française s’accordent pour dire qu’il s’agit d’un professionnel chargé de rechercher, classer, diffuser et conserver les documents.

Après une mise au point sur les termes « documentation » et « documentaliste », intéressons-nous plus précisément aux acteurs qui ont contribué à la naissance et à la construction de cette discipline. En effet, de nombreux hommes et femmes en sont à l’origine et ont fait de la documentation ce qu’elle est aujourd’hui. Si les hommes avaient plutôt un rôle de théoricien comme Paul OTLET ou Henri LAFONTAINE et bien d’autres encore (comme Eric de GROLIER), les femmes, elles, ont véritablement été les pionnières de cette discipline. Bibliothécaires à l’origine, comme Suzanne BRIET (1894-1989), elles se sont progressivement investies dans la « documentation ». Rappelons seulement cette citation de Sylvie FAYET-SCRIBE qui résume bien la situation : « Les femmes documentalistes oeuvrent de concert avec des collègues masculins. Il serait sans doute erroné de voir uniquement des femmes ou seulement des hommes à la naissance de la lecture publique ou de la documentation. Ce secteur professionnel est mixte lorsqu’il se constitue. Le couple, extrêmement actif et militant, formé par Georgette et Eric de GROLIER durant toute l’entre-deux guerre, illustre bien cette mixité(51) ». Il n’y a donc pas de doute, il s’agit bien d’une collaboration entre les hommes et les femmes. Contrairement au métier de bibliothécaire qui était à l’origine exercé exclusivement par des hommes puis par une majorité de femmes, le métier de documentaliste a été, à l’origine, exercé par des hommes et des femmes.

L’objectif de ces femmes pionnières en documentation (Louise-Noëlle MALCLES, Yvonne ODDON, Georgette de GROLIER, Myriem FONCIN, Suzanne BRIET, etc.) était de former les utilisateurs afin qu’ils maîtrisent mieux les outils d’accès à l’information. Au lieu de garder pour elles les compétences qu’elles avaient acquises, elles mettaient en place des formations pour que les usagers, leurs principaux interlocuteurs, puissent en profiter. Elles réfléchissaient selon la logique de l’usager final. Elles organisaient la médiation entre l’information et l’usager. Parallèlement, des formations se développent pour les futurs professionnels afin qu’ils puissent maîtriser les outils d’accès à l’information voire créer de nouveaux outils documentaires.

Evoquons seulement cette femme, sans pour autant oublier toutes les autres, qui fut surnommée « Madame Documentation » en raison de son rôle pionnier dans cette discipline. Bibliothécaire(52), documentaliste, historienne, féministe, Suzanne BRIET fut l’une des figures marquantes de la profession de documentaliste de la première partie du 20e siècle. Elle joua un rôle décisif dans le développement de la documentation au cours des années 1930 et fut ensuite très active au sein de l’UFOD et de l’INTD. Son manifeste(53) sur la nature de la documentation, publié en 1951, constitue toujours un ouvrage de référence pour l’histoire et la théorie de la science de l’information. Elle y explore la définition du mot document et met l’accent sur les nouveaux et nombreux services actifs d’information et de documentation et salue la naissance d’une nouvelle profession : celle de documentaliste. La première partie de cet opuscule de 48 pages, dans la conception française de la documentation, cherchait à repousser les frontières du domaine au-delà du texte, pour qu’y soit inclus tout type d’objet documentaire (« un animal vivant est-il un document ? » demandait-elle). La seconde partie affirmait qu’une profession nouvelle et distincte était en train de naître. La troisième partie mettait l’accent sur le besoin nouveau de services d’information actifs. Elle conçut, mit en place et dirigea de 1934 à 1954 la Salle des catalogues et bibliographies (à la BN). Elle rendit accessibles des bibliographies qui étaient jusqu’alors conservées dans des rayonnages fermés. Elle étendit l’indexation et développa un service de consultation bibliographique. Cette femme était donc beaucoup plus une documentaliste dans l’âme et dans l’esprit qu’une bibliothécaire puisque sa logique était de mettre à disposition les documents et non pas seulement les conserver. En 1954, à 60 ans, elle prit une retraite anticipée. Durant 25 ans, elle fut en première ligne, en compagnie des pionniers qui étaient chef de file du secteur de la documentation : Samuel BRADFORD, Watson DAVIS, Jean GERARD, Paul OTLET, Jean WYART, etc. Elle mourut à l’âge de 95 ans.

Accordant la priorité à leur fonction de conservateurs d’un patrimoine, les bibliothécaires se sont moins préoccupés de la communication des documents et de la diffusion de l’information. La majorité d’entre eux se sont contentés d’un statut social assez modeste, laissant leur image publique se ternir. Si l’on a volontiers opposé, jusqu’à aujourd’hui, la gestion du fonds réservée aux bibliothécaires et le traitement du contenu par les documentalistes, les fonctions traditionnelles des bibliothécaires changent dans la mesure où la gestion s’automatise, et le traitement de l’information est informatisé. De plus, les frontières entre les mondes que sont l’information, la communication, la documentation et les bibliothèques tendent à s’atténuer. La figure centrale du professionnel de l’information émerge. Qu’il soit bibliothécaire ou documentaliste, il doit savoir à la fois organiser une documentation, gérer une bibliothèque, trouver l’information, communiquer et transmettre l’information. Par conséquent, les métiers de bibliothécaire et de documentaliste n’ont jamais été aussi proches qu’aujourd’hui. Ces deux métiers, qui coexistent à l’heure actuelle, s’enrichissent et se complètent par des compétences, des savoirs et des savoirs-faire mutuels. Toutefois, il subsiste des réticences de la part des documentalistes à être assimilés à des bibliothécaires.

Comme nous venons de le voir, le métier de documentaliste a été pratiqué par des hommes et des femmes à l’origine. Or, progressivement il a été investi par davantage de femmes pour devenir aujourd’hui presque essentiellement féminin. L’objectif est de tenter de comprendre les raisons pour lesquelles ce métier est exercé par un si grand nombre de femmes : est-ce en raison d’une conjoncture économique favorable : développement du secteur tertiaire et augmentation de l’activité féminine dans ce secteur, reconversion des secrétaires dans ce nouveau métier de service, possession des qualités requises pour ce métier,… ? C’est ce que nous allons essayer d’étudier.

2.2. Documentaliste : un métier exercé principalement par des femmes

Il semble que les raisons évoquées précédemment concernant la féminité des métiers soient identiques pour le métier de documentaliste. On reconnaît aux femmes documentalistes des qualités dites naturelles comme le sens de l’organisation, la patience, le dévouement aux autres, etc.. Il suffirait donc à ces dernières de transposer ces qualités « naturelles » sur le marché du travail pour répondre aux critères de recrutement. Mais il faut souligner que ces qualités requises, qui peuvent d’ailleurs aussi bien émaner d’une femme que d’un homme, construisent le métier de documentaliste comme féminin alors qu’il était mixte à l’origine.

L’enquête que nous avons menée auprès de la liste de diffusion pourra nous être utile ici. Exposons, dans un premier temps, notre travail. L’objectif de cette enquête est d’établir une photographie, un état des lieux de la perception du métier par les documentalistes ainsi que leur situation professionnelle. Un questionnaire(54), constitué de questions ouvertes et fermées a été soumis à la liste de diffusion de l’ADBS au début de l’année 2002. Il a été rempli par 70 individus, soit 62 femmes et 8 hommes prises au hasard parmi les adhérents ou non-adhérents à l’ADBS. Si petit soit-il, cet échantillon nous a permis de dégager quelques grandes tendances concernant le métier de documentaliste. Il s’agit surtout pour nous d’interpréter les questions qualitatives qui ont tendance à relever plus du mini-entretien que du questionnaire parce que la plupart des personnes interrogées avaient pris la peine de rédiger leurs réponses. Quatre critères ont été retenus en priorité: le genre, la formation générale, la formation en Information-Documentation et le fait que les documentalistes sont en activité. Nous retiendrons ces critères pour tenter de dresser un profil du documentaliste du début des années 2000.

En ce qui concerne le sexe et l’âge, nous ne remarquons pas d’évolution notable d’une population qui reste particulièrement féminine. Alors qu’en 1964, il y avait 80% de femmes pour 20% d’hommes documentalistes, il y a, en 1999, 88% de femmes pour 12% d’hommes. La faible évolution des proportions a tout de même profité aux femmes. L’examen des résultats de notre enquête permet de dresser le même constat : 62 femmes (soit 88,6%) ont répondu au questionnaire contre seulement 8 hommes (soit 11,4%). L’âge du documentaliste, qu’il soit homme ou femme n’a pas vraiment évolué. Notre enquête révèle que l’âge moyen des personnes interrogées est de 34 ans, soit 33 ans pour les femmes et 30 ans pour les hommes. Or, Serge CACALY(55) avait déjà souligné que l’âge moyen d’une femme documentaliste, en 1985, était de 35 ans.

L’obtention d’un baccalauréat littéraire concerne 44,3% des femmes contre 2,9% des hommes interrogés(56). Les baccalauréats scientifique et économique sont presque sur un pied d’égalité puisque 22% de femmes ont obtenu un bac S et 20% sont titulaires d’un bac ES. Cet écart de deux points reste peu important. Par contre, en ce qui concerne ces deux baccalauréats, l’effectif masculin est équivalent dans la mesure où 4,3% sont titulaires d’un bac S et 4,3% sont titulaires d’un bac ES.

Enfin en ce qui concerne le dernier diplôme obtenu en Information-Documentation, ce sont les DESS (hors INTD et INTD) qui prédominent dans la mesure où 29,6% de femmes en sont titulaires. Or, on aurait pu penser, au vu des chiffres fournis par l’ADBS concernant les DUT (diplôme le plus généralement représenté) que ce dernier aurait fait l’unanimité. Et bien non, les DUT viennent en deuxième position avec 26,2% de l’effectif féminin. Ceci nous amène à supposer que les documentalistes sont de plus en plus diplômés en I-D et qu’ils ne se contentent plus d’un diplôme de niveau bac +2.

Le profil du documentaliste se dégage : une femme d’environ 35 ans, issue d’un baccalauréat littéraire, ayant suivi une formation en Information-Documentation de niveau bac +5. Ce portrait n’a pas évolué si l’on prend en compte le sexe, l’âge et le baccalauréat, par contre il a changé en ce qui concerne le niveau de diplôme obtenu. Cependant, d’autres caractéristiques vont se dégager progressivement au cours de la réflexion.

2.2.1 Un métier de service

Voici les qualités principales citées par les documentalistes dans notre enquête(57). Nous en retiendrons six, c’est-à-dire celles qui ont été le plus souvent citées par les personnes interrogées : l’organisation (citée par 41 personnes), la curiosité (citée par 33 personnes), la rigueur (28), l’écoute (17), le sens du contact (14), le sens du service (10). Nous constatons que ces qualités recoupent les qualités dites féminines, souvent demandées dans le secteur des services (secteur tertiaire), que l’on a étudié lors de la réflexion sur les métiers « féminins » et « masculins ». En effet, nous avons vu que les secrétaires devaient être organisées, avoir le sens du contact, être patientes, etc. Or, nous retrouvons ces mêmes qualités pour le métier de documentaliste qui est avant tout un « métier de l’ombre » et un métier de service. En effet, le documentaliste doit posséder des qualités relationnelles, une bonne connaissance du milieu professionnel, le sens du contact, l’accueil des usagers d’information, comprendre, analyser leur demande, y répondre de manière pertinente, rapide et au meilleur coût, dans les délais les plus brefs, mais aussi d’être apte à promouvoir le centre ou le service de documentation. Toutes ces qualités dites relationnelles sont souvent associées au sexe féminin sous prétexte que les femmes y font « naturellement » recours dans leur vie familiale. Par conséquent, c’est aussi tout « naturellement » qu’elles peuvent les transposer dans leur milieu professionnel. Ce type de discours est très réducteur. Et si l’on a vu, effectivement, que les femmes pouvaient développer ce type de qualités du fait qu’elles ont longtemps été reléguées dans leur foyer à effectuer les tâches domestiques et s’occuper des enfants, on sait que les hommes peuvent en faire autant. En réalité tout dépend de leur éducation et de leur apprentissage des normes et des valeurs. Il n’y a, évidemment, pas que les femmes qui sont patientes, organisées, etc. Penser que les femmes seraient plus à même d’exercer le métier de documentaliste parce qu’elles possèdent déjà les qualités requises du fait de leur « état de femme » est un faux problème. Cela ne suffit pas à expliquer le fait que le métier de documentaliste est exercé par une majorité de femmes.

Il faut aussi préciser que si toutefois le documentaliste rend service aux usagers potentiels d’information, il n’est en aucun cas à leur service. Or, souvent on constate que les utilisateurs abusent de cette notion de service, de dévouement aux autres pour satisfaire leurs besoins. Cependant, les documentalistes sont tout aussi responsables de cet abus dans la mesure où ils ont poussé leur dévouement à l’extrême. On peut reprendre ici la citation de Didier FROCHOT interrogé par Karine ATTIG dans le cadre de son mémoire : « Etre au service peut s’entendre de diverses manières. Dans une première perspective, je puis affirmer sans hésiter que les documentalistes ont très largement fait preuve d’une abnégation remarquable pour se mettre au service de leurs utilisateurs. Ils ou elles ont souvent déployé des trésors d’ingéniosité pour trouver l’information attendue. Même si c’est parfois très artisanal, ce sens du dévouement doit être salué comme une des qualités réelles de la profession. Il est regrettable, redisons-le, que cette ingéniosité dans le savoir-faire n’ait pas été plus fréquemment relayée par un faire-savoir. Trop de discrétion a nui à notre métier ou pour reprendre l’expression d’une de nos collègues, « Le scoutisme, c’est fini ! ». Cette ingéniosité toute artisanale est d’ailleurs une arme à double tranchant. On s’est en effet trop longtemps contenté de ce caractère artisanal, empirique, fondé sur l’intuition (féminine comme chacun le sait !). De ce fait, on s’est assez largement abstenu de réfléchir sur nos pratiques, d’en dégager les structures de fonctionnement, de formaliser, de modéliser les comportements et les méthodes de travail. Cela restait essentiellement pragmatique. Dès lors, il était difficile de donner à ce métier des lettres de noblesse. (…) Dans une autre perspective, être au service de l’entreprise, c’est répondre à tous ces besoins documentaires. Et c’est sur ce point que l’absence d’analyse managériale a nui(58) ».

Cette réflexion est toujours d’actualité dans la mesure où cette notion de service, de dévouement aux autres « colle à la peau » des documentalistes qui finalement ne feraient que leur devoir, leur métier en se soumettant à la volonté des utilisateurs, sans en retirer aucune satisfaction. La relation est souvent unilatérale et nombre de documentalistes interrogés dans le cadre de mon enquête m’ont confié qu’il n’y avait aucune gloire à retirer de ce genre de comportement et que le métier de documentaliste était et restera un « métier de l’ombre ».

Le stage effectué au sein du service de documentation du journal L’Equipe me fait penser à une anecdote à ce sujet. Cette notion de service y est très présente mais les documentalistes ne sont pas pour autant au service des journalistes. Il s’agit plutôt d’un partenariat, d’un travail en équipe. En revanche, le dévouement reste important envers les fidèles lecteurs du journal. Lors du Tour de France cet été, les documentalistes ont dû effectuer des recherches pour des paris passés entre amis ou pour des concours concernant le cyclisme, abandonnant pour cela les recherches qu’ils effectuaient déjà par ailleurs. Ceci montre bien que toutes les demandes, quelles qu’elles soient, sont prises en compte mais toujours dans une certaine mesure.

Mais la réputation des documentalistes pour leur dévouement inconditionnel n’est-elle pas parfois la cause de leur manque de reconnaissance ainsi que de l’image négative du métier ?

2.2.2 Les hommes ont parfois une image négative du métier

Comment peut-on expliquer la faible présence des hommes parmi les documentalistes ? On peut faire de nombreuses hypothèses et tenir compte du témoignage des quelques personnes, trop rares, interrogées. On peut supposer que les nombreux préjugés qui sont attachés au métier de documentaliste (« non-utile », « improductif », « non-rentable ») peuvent dissuader les hommes d’exercer ce métier. Ou bien les hommes s’orientent-ils dans cette voie plus par défaut que par choix ?

Depuis 1970, de nombreux rapports commandités par l’ADBS statuent sur la situation quelque peu précaire des documentalistes : statuts mal définis, salaires peu élevés, image sociale dévalorisée, … et sur les assimilations simplistes aux métiers d’archiviste et de bibliothécaire. Outre cela, ils semblent souffrir d’une méconnaissance voire d’une

non-reconnaissance de leur activité longtemps considérée comme une charge supplémentaire plutôt que comme une valeur ajoutée. Ceci engendre donc des difficultés pour démontrer leur utilité, pour prouver leur efficacité et enfin construire leur identité professionnelle.

Nous avons choisi de retenir cinq raisons permettant d’expliquer ce phénomène de sous-représentation de l’effectif masculin dans ce métier. Tout d’abord, il s’agit de la connotation féminine liée au métier de documentaliste. En effet, c’est un métier où les hommes sont largement minoritaires. De plus, il est probable que le préjugé selon lequel un métier, parce qu’il est féminin est dévalorisé, soit encore fortement ancré dans les esprits. Autant, les hommes se sentent menacés lorsque les femmes s’orientent vers des métiers dits masculins, autant ils semblent quelque peu réticents à entrer dans un monde de femmes. Cependant, il ne s’agit ici que d’hypothèses. Il y a bien sûr et heureusement des exceptions comme nous le verrons par la suite et surtout il semble que les hommes s’orientent vers d’autres métiers de l’Information-Documentation.

Outre la féminité du métier s’ajoute la traditionnelle assimilation à la bibliothécaire. Et, cette fois-ci, non seulement le bibliothécaire est une femme mais en plus, elle est décrite comme une « vieille fille au chignon et aux lunettes », de quoi dissuader les plus motivés…

Mais, le problème semble plutôt être la confusion qui existe entre les métiers de bibliothécaire et de documentaliste : à la logique de conservation des documents est opposée celle de gestion du contenu des documents. Si aujourd’hui les fonctions et le contenu du métier de bibliothécaire évoluent et se rapprochent de ceux du documentaliste, les images de la secrétaire, de la bibliothécaire sur son échelle et parmi ses livres ou qui se cache derrière son comptoir sont encore très présentes dans les esprits. En effet, Anne-Marie CHAINTREAU et Renée LEMAITRE ont bien souligné, dans leur ouvrage(59), l’image négative véhiculée à propos des bibliothécaires dans l’opinion publique par le cinéma et la littérature. Du « vieillard chauve » au « savant fou », en passant par le « censeur » et « l’espion », « vivant dans la poussière », « les échelles », «les piles de documents », le professionnel des bibliothèques, aussi bien que celui de la documentation, serait représenté comme le « gardien d’un savoir redoutable ».

De plus, le métier de documentaliste souffre d’un problème d’identité, d’une image floue ainsi que d’un manque de reconnaissance et de valorisation. Certes, ce constat peut apparaître pessimiste dans la mesure où l’image du documentaliste tend à s’améliorer du fait que son rôle est de mieux en mieux reconnu par les entreprises qui requièrent leurs services. En effet, les entreprises ont progressivement pris conscience de la nécessité stratégique de gérer les flots d’information. Toutefois, il est vrai que les documentalistes souffrent d’un manque de reconnaissance que Laurent BERNAT avait souligné dans son mémoire(60) : Pour en finir avec la crise d’identité des documentalistes. Ce manque de reconnaissance apparaît notamment dans la structure même de la nomenclature des PCS (Catégories socioprofessionnelles) : on constate que les documentalistes ont leur place dans la catégorie plutôt vague des « professions de l’information, des arts et des spectacles ». Il n’est pas gênant que les documentalistes soient considérés comme des artistes mais cette classification s’avère toutefois incohérente, comme si on les avait mis là par défaut, ne sachant pas où les classer. Certes, ils sont représentés dans les associations professionnelles comme l’ADBS mais de manière générale, ils ne s’impliquent que très faiblement dans la vie professionnelle associative et très peu ont pris l’initiative de se syndiquer pour faire valoir leurs revendications et améliorer éventuellement leur image. Par conséquent, loin d’être les victimes de cette dévalorisation ou non-reconnaissance de leur profession, les documentalistes en sont la plupart du temps les responsables.

Le fait que le métier de documentaliste soit un « métier de l’ombre » peut également dissuader les hommes à s’engager dans cette voie surtout s’ils ont besoin d’être reconnus pour leur travail.

Les salaires peu attractifs peuvent également être une des raisons pour lesquels les hommes ne s’intéressent pas au métier de documentaliste. Il faut souligner que l’échelle des salaires est très variée du fait de la diversification des métiers liés au secteur de l’Information-Documentation. Cela dépend des postes occupés, des responsabilités, du statut de l’entreprise (publique, privée), si c’est une association, etc. En 1998, les rémunérations nettes annuelles des documentalistes ayant répondu à l’enquête de l’ADBS(61), s’échelonnaient entre 9 147 euros (avec un temps partiel) et 36 588 euros, le salaire moyen d’une personne se situant vers 22 105 euros. Deux facteurs interviennent dans la détermination de la rémunération : le niveau du diplôme(62) (de plus en plus élevé) et l’âge du candidat (les plus jeunes étant les plus pénalisés) mais aussi le sexe : 53% gagnent moins de 20 123 euros par an, 55% chez les femmes, 36% chez les hommes. En revanche, les tranches supérieures à 36 587 euros annuel (5% dans l’ensemble) sont représentées à 4% chez les femmes et 13% chez les hommes. Sauf exception, les salaires des professionnels de l’information n’atteignent pas des niveaux exceptionnels. Cependant, s’ils font preuve d’une grande stabilité à leurs postes.

Le niveau de salaire progresse tout de même, avec de 1998 à 2000, des proportions plus importantes percevant annuellement un salaire net entre 23 782 euros et 29 270 euros, 29 270 euros et 36 587 euros et plus de 36 587 euros nets. Le salaire moyen est de 23 276, 5 euros net annuel, soit une hausse de + 5% par rapport à 1998 (ce qui est plus élevé que la hausse du coût de la vie, soit moins de 3% en 2 ans). Les tranches de salaires les plus élevées se retrouvent chez les diplômés de l’INTD (pour 67%) et les titulaires de DEA et DESS (60%). Les secteurs les plus rémunérateurs sont : la banque-assurance (58%), la recherche (56%), l’industrie (55%), la santé (53%) et les services (53%). On peut conclure qu’il faut être cadre, travailler dans un secteur rémunérateur ou exercer un autre métier de l’Information-Documentation pour percevoir un salaire plus convenable. Mais nous constatons, à travers notre enquête, que le salaire est loin d’être un motif de satisfaction pour continuer un métier dans le secteur de l’I-D, aussi bien pour les hommes que pour les femmes d’ailleurs.

Du fait qu’il soit méconnu ou associé au métier de bibliothécaire, le métier de documentaliste peut être perçu comme un métier peu technique, ne demandant que des compétences en découpage et collage (en exagérant un peu) insuffisamment axé sur les technologies de l’information, etc. Or, c’est tout le contraire, le métier de documentaliste nécessite de plus en plus des compétences techniques et technologiques pour la conception de logiciels documentaires, la veille, l’intelligence économique, etc. Ce qui devrait convenir aux quelques hommes qui choisissent souvent un métier en fonction de son degré de technicité. L’idée selon laquelle le métier attirerait plus d’hommes sous prétexte qu’il se technicise davantage conforte le préjugé selon lequel la technique est exclusivement liée au sexe masculin. Par conséquent, il s’agit ici d’une fausse raison pour tenter d’expliquer cette relative « désertion » masculine.

Malgré toutes ces raisons qui peuvent dissuader certains hommes, il n’est pas rare, fort heureusement, que ces derniers exercent le métier de documentaliste.

2.2.3 Cependant, il y a des hommes

Nous sommes en droit de nous demander où sont passés les hommes au vu des statistiques évoquées précédemment : 88% de femmes et 12% d’hommes et surtout lorsque l’on visite les services de documentation. Effectivement, en visitant plusieurs centres de documentation, nous nous sommes vite rendus compte que la population est exclusivement féminine et que les postes de responsables sont occupés de manière égale par les hommes et les femmes : par exemple, les services du Parisien et de L’Equipe sont dirigés par deux femmes et ceux du Monde et du Figaro par deux hommes. Et si l’on s’intéresse au personnel de ces services, les femmes sont majoritaires : elles sont 13 au Figaro, 8 au Monde et au Parisien. Le journal L’Equipe fait exception puisqu’il n’y a qu’une seule femme : la responsable est épaulée par 4 journalistes et un documentaliste. Le service de documentation technique d’Eurosport ne comprend également qu’un seul documentaliste. Par conséquent, penser que les documentalistes masculins seraient plus nombreux dans le domaine du sport est une idée fausse et qui plus est sexiste.

Les quelques hommes qui ont répondu au questionnaire semblent être bien intégrés dans ce milieu de femmes, ont les mêmes aspirations concernant leur avenir professionnel, le même souci de se rendre utile, bref les mêmes compétences et la même approche du métier. Ils paraissent toutefois moins convaincus que les femmes en ce qui concerne les raisons qui les ont poussées à s’engager dans cette voie. Souvent, la documentation s’est présentée, pour eux, comme une alternative à des études qui ne leur convenaient pas (mauvais résultats, échecs, désintérêt pour certaines matières, …) ou bien elle a été choisie dans la continuité d’études littéraires, de goût pour les livres, les archives, etc. La documentation serait-elle une voie de garage ? On peut le penser si l’on prend en compte certains documentalistes qui ont choisi des voies courtes comme les DUT et qui n’ont pas de perspectives d’évolution. Cela ne veut en aucun cas dire que les DUT n’ont pas d’évolution de carrière possible mais seulement que celle-ci est limitée en raison de l’arrivée massive des bac +4 et des bac +5. Dans le cas d’études universitaires plus poussées, on peut légitimement penser que les élèves en documentation concrétisent un choix mûri depuis plus longtemps.

En revanche, on se rend compte que lorsque les hommes sont présents, ils sont à des postes de responsables et qu’ils ont rarement suivi une formation en documentation. Par exemple, le responsable de la documentation au Figaro est un ancien journaliste et celui du Monde a fait des études de droit avant de rentrer aux archives du journal pour évoluer au poste de responsable-adjoint puis de responsable de la documentation. Le choix de la documentation se présente alors comme un choix de reconversion.

On peut en conclure, malgré l’absence d’étude claire sur le sujet, que les hommes sont présents mais surtout en tant que responsables. De plus, on peut supposer que les hommes tendent à s’orienter vers d’autres métiers de l’Information-Documentation et que par conséquent, ils ne sont pas comptabilisés dans les effectifs des documentalistes.

2.3 Des formations en Information-Documentation majoritairement suivies par des femmes

2.3.1 Les formations en sciences humaines

Si l’on étudie la répartition des effectifs comptabilisés dans notre enquête, on constate que la filière littéraire domine. Le tableau ci-dessous permet de dégager quelques enseignements.

Tableau : Répartition des effectifs (en %) en fonction de la série du baccalauréat

% Bac L Bac ES Bac S Bac STT Totaux
% Femmes 44,3 % 20 % 22,8 % 1,4% 88,5%
% Hommes 2,9 % 4,3 % 4,3 % 0 % 11,5%
Totaux 47,2 % 24,3 % 27,1 % 1,4 % 100 %

Source : Enquête pour le Mémoire, 2002

Alors que 47,2% des personnes interrogées ont obtenu un baccalauréat littéraire (soit 44,3% de femmes et 2,8% d’hommes), seulement 27,1% de l’effectif global ont obtenu un bac scientifique et 24,3% ont obtenu un baccalauréat économique et social. Donc, après le bac L, c’est le bac S qui prime, ce qui n’est pas étonnant dans la mesure où une formation scientifique est très recommandée pour exercer le métier de documentaliste. La suprématie du bac littéraire peut s’expliquer par le fait que la majorité des personnes interrogées sont de sexe féminin. En effet, les formations littéraires sont plus suivies par les filles que par les garçons : Selon une étude du ministère de l’Education nationale publiée en 2002 (Regards sur la parité), 81,1% de filles ont présenté un bac littéraire en l’an 2001. Malgré tout, les filles sont également très présentes dans les filières scientifiques puisque, toujours selon cette étude, 42,6% d’entre elles ont présenté un bac scientifique. Sur les 8 hommes documentalistes interrogés, seulement 2 d’entre eux ont un bac littéraire, alors que 3 ont un bac scientifique et 3 un bac économique et social. Mais, en raison du faible effectif masculin, ces résultats se retrouvent un peu biaisés. On peut supposer que si l’échantillon avait été plus large, davantage d’hommes auraient pu obtenir un bac L ou un bac S. Mais, retenons simplement que la majorité des femmes interrogées ont obtenu un baccalauréat littéraire. De même que 9 étudiantes de la maîtrise en sciences de l’information (de Paris I) sur 13, soit plus de la moitié, sont titulaires d’un bac littéraire. Et aucune des personnes interrogées dans cette promotion n’a obtenu de bac scientifique.

L’examen du domaine de formation générale après le baccalauréat fait également apparaître une très large domination des formations littéraires. Déjà en 1964, selon l’enquête ADBS(63), 42,9% des répondants avaient suivi une formation universitaire majoritairement en droit ou lettres (76%). La tendance se poursuit puisque selon l’enquête ADBS de 1999, 54% des professionnels de l’I-D ont un diplôme en sciences humaines, langues étrangères comprises, ils étaient 64% en 1993.

Le monde de la documentation cultive donc un paradoxe : les deux-tiers des étudiants en documentation sont des littéraires, alors que les deux-tiers des emplois ont plutôt une orientation scientifique ! De plus, du documentaliste en entreprise au bibliothécaire municipal, Internet et les CD-Rom ont radicalement changé le métier. Côté formation, une bonne culture générale n’est pas suffisante : il faut suivre un cursus spécifique, à l’université ou en école.

Compte tenu de l’évolution du métier, il semble que la bonne stratégie soit d’acquérir d’abord une solide formation de base scientifique, économique ou juridique de niveau bac + 4 ou bac + 5 (Maîtrise, diplôme d’ingénieur,…), puis un diplôme relatif aux techniques documentaires.

Les effectifs de la série littéraire sont principalement féminins. Or, la plupart des étudiants inscrits en Information-Documentation sont issus de cette série. Par conséquent, il est logique que la population des formations en I-D soit majoritairement féminine.

2.3.2 Les formations en Information – Documentation

Très peu d’études statistiques, voire aucune, ne traitent de la question des proportions hommes-femmes dans les formations spécialisées en Information-Documentation. Par conséquent, nous utiliserons les quelques éléments qui sont à notre portée concernant les effectifs masculin et féminin, ainsi que des données plus générales sur les diplômés en Information-Documentation. Il s’agit de l’enquête menée en 1999 par l’ADBS(64) et de l’enquête menée pour le mémoire sur la liste de diffusion de l’ADBS.

De plus en plus, les documentalistes suivent une formation professionnelle spécialisée en plus de leur formation initiale. Selon l’enquête ADBS de 1999, 83% des documentalistes possèdent un diplôme en Information-Documentation, contre 74% en 1993. Ce constat est similaire pour notre enquête auprès des professionnels interrogés sur la liste de diffusion de l’ADBS. En effet, 87,2% des répondants ont un diplôme en Information-Documentation. Si l’on tient compte du diplôme le plus élevé obtenu en I-D, 34% (soit 26,2% de femmes et 7,8% d’hommes) des répondants sont titulaires d’un DUT et 29,6% (effectif exclusivement féminin) possèdent un DESS.

Tableau : Répartition des effectifs (en %) selon le diplôme le plus élevé obtenu en I-D

% DUT Licence Maîtrise CAPES DESS INTD Concours Aucun Totaux
% Femmes 26,2 % 3,2 % 9 % 7,5 % 17,6 % 12 % 5 % 8,6 % 89,1%
% Hommes 7,8 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 0 % 3,1 % 10,9 %
Totaux 34 % 3,2 % 9 % 7,5 % 17,6 % 12 % 5 % 11,7 % 100

Source : Enquête pour le mémoire, 2002

L’effectif masculin étant sous-représenté par rapport à l’effectif féminin, les écarts entre les pourcentages sont très importants et les femmes dominent largement dans toutes les catégories de diplômes. Par conséquent, plutôt que de comparer les effectifs masculin et féminin entre eux, il serait plus astucieux de comparer les effectifs féminins d’une part et les effectifs masculins d’autre part. Ainsi, on remarque que la plupart des femmes interrogées sont titulaires d’un DUT (26,2%) contre 29,6% (DESS et INTD) de femmes titulaires d’un DESS. Les autres diplômes comme la licence, la maîtrise, les concours, … sont moins bien représentés dans la mesure où les personnes interrogées ont soit un niveau inférieur (bac+2), soit un niveau supérieur (bac +5). Par exemple, il est rare d’arrêter son parcours au niveau de la licence. Le DUT, de niveau bac +2, est le diplôme minimum en

Information-Documentation, alors que le DESS, de niveau bac +5, est le diplôme le plus élevé dans ce domaine. Si les employeurs recherchent de plus en plus de bac +5, les bac +2 restent les plus demandés. Mais tout dépend, en réalité, des responsabilités confiées. Certains postes ne nécessitent pas qu’une personne possède un bac +5 si elle a de l’expérience. Certaines entreprises préfèrent embaucher des bac +2 pour des questions de salaire. Notons que les DESS mènent à des postes d’encadrement (chargé d’études documentaires, ingénieur documentaliste, etc.) et que par conséquent, ils ne mènent pas aux mêmes emplois.

Si l’on observe les formations de plus près, comme par exemple la licence ou la maîtrise de documentation à Paris I, on constate que l’effectif féminin est largement majoritaire. En effet, la promotion 2002 comptait 22 étudiantes pour 2 étudiants seulement. Apparemment, les effectifs évoluent puisqu’il y a davantage d’étudiants dans la licence de 2002. Cependant, il faut souligner que la plupart des étudiants présents dans la licence de 2001 n’ont pas poursuivi en maîtrise en raison de résultats insuffisants ou de réorientation. Cela explique en partie la faiblesse de l’effectif masculin en maîtrise.

Le métier de documentaliste est, comme nous venons de le voir, un métier pratiqué par un très grand nombre de femmes et par quelques hommes que l’on retrouve surtout à des postes d’encadrement. Nous avons pu émettre une série d’hypothèses plus ou moins satisfaisantes pour expliquer la féminité du métier de documentaliste et la relative absence des hommes. Mais cette situation est-elle vouée à rester déséquilibrée ou bien les hommes vont-ils investir ce métier en plus grand nombre à l’avenir ?

Partie 3 : L’avenir du métier de documentaliste : vers le professionnel de l’information ?

Le monde de l’information est constitué de trois grands groupes de professionnels : ceux qui créent l’information, ceux qui l’utilisent et ceux qui la manipulent et servent ainsi d’intermédiaires. Le dernier groupe correspond aux métiers de l’Information et de la Documentation dont font partie les documentalistes. Cependant, les frontières entre ces trois groupes restent floues puisque chacun travaille avec l’information. Les frontières ne sont pas non plus très bien déterminées en ce qui concerne les métiers de l’I-D : si les documentalistes ont un rôle spécifique de médiation, certaines de leurs compétences peuvent se retrouver dans des métiers voisins. Par conséquent, l’identification des différents métiers s’avère plus difficile. Les professionnels de ces trois groupes peuvent être considérés comme des professionnels de l’information, ce qui est encore plus vague, semble-t-il que le terme « documentaliste ». En effet, nous verrons plus tard que cette expression ne permet pas d’expliciter la fonction exacte du professionnel.

Outre ce problème terminologique et identitaire, on peut se demander si la répartition actuelle des effectifs féminin et masculin dans le métier de documentaliste peut évoluer à l’avenir ou bien considérer que les hommes s’orientent déjà et s’orienteront de plus en plus vers des métiers voisins appartenant au secteur de l’Information-Documentation. Les femmes seraient alors des documentalistes et les hommes des professionnels de l’information. Or, cette distinction est ridicule dans la mesure où le documentaliste est un professionnel de l’information.

3.1 De plus en plus d’hommes grâce à l’aspect technique du métier… ?

On peut constater une technicité accrue du métier avec l’introduction des technologies de l’information et de la communication (TIC) : logiciels bureautiques, PAO (début des années 1980), GEIDE, groupware, Internet, Intranet, Extranet (début des années 1990) et plus récemment des techniques de management (organisation de l’entreprise). Tout documentaliste, généraliste ou spécialiste se doit d’avoir des compétences techniques en plus des qualités traditionnelles (telles que le sens du contact et du service, le sens de l’organisation, etc.). Il s’agit de maîtriser les méthodes et les techniques de gestion du document : archivage, indexation, catalogage et bien évidemment tous les aspects informatiques. L’enjeu actuel pour les documentalistes est de bien de se former à ces technologies qui ne cessent d’évoluer. L’Association des professionnels de l’Information et de la Documentation (ADBS) l’a bien compris puisqu’elle organise régulièrement des stages de formation continue dans le domaine des TIC. « D’ailleurs c’est aux TIC que l’on se forme ou continue de se former en premier (34%) – Internet en est une raison – ensuite aux techniques documentaires (25%) et à la bureautique (18%). Manifestement, les professionnels veulent se mettre à la page, sans pour autant laisser de côté les fondamentaux de la documentation (indexation, catalogage, etc.)(65)»

L’essor des technologies peut-il justifier une présence accrue des hommes dans le métier de documentaliste ? Le monde des technologies étant essentiellement un univers d’hommes et prenant une place de plus en plus importante dans le métier de documentaliste notamment, il paraît légitime de se demander si l’avenir du métier est masculin. Cette supposition implique que l’on cautionne le préjugé traditionnel qui associe la technique au sexe masculin, ce qui n’est pas notre intention. Cette hypothèse est valable dans un premier temps si l’on rappelle que les hommes s’orientent massivement vers les filières scientifiques et techniques(66) et qu’ils sont davantage familiarisés avec la technique lors du processus de socialisation (jeux de legos, jeux vidéos, ordinateurs,…). Mais combien d’hommes, parmi ceux qui ont suivi des cursus en informatique ou en management, deviennent documentalistes ? Il semble qu’il y en ait peu ou bien ils ne sont pas visibles dans les effectifs de la profession.

Peut-on distinguer des usages et des pratiques différenciés de la technique en fonction du sexe des individus ?

3.1.1 Des rapports différents à la technique selon le sexe

Il s’agit ici de mettre fin au stéréotype selon lequel les femmes ne seraient pas faites pour la technique et casser ce duo traditionnel formé par l’homme et la technique. Les femmes ne sont pas « nulles » en informatique, cette idée préconçue serait pourtant présente chez les femmes elles-mêmes. Rares sont les femmes qui refusent encore aujourd’hui d’utiliser un ordinateur. Les dernières générations et notamment celles qui arrivent sur le marché du travail, sont nées avec les outils informatiques. Selon une enquête INSEE(67) d’avril 1999, « environ 46% des Français déclaraient savoir se servir d’un micro-ordinateur en juin 1998. Cette compétence est bien plus répandue chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes que dans les générations des parents et des grands-parents (…) Si les adultes qui savent aujourd’hui se servir d’un ordinateur ont généralement découvert l’informatique sur leur lieu de travail, c’est au cours de la scolarité que les jeunes se familiarisent avec cet outil ». Mais dans le monde des nouvelles technologies, il est vrai que les femmes y occupent les postes les moins qualifiés comme la programmation par exemple. Un paradoxe puisqu’elles sont de plus en plus nombreuses à travailler dans le domaine de la bureautique. Ingénieur en informatique, programmateur de bases de données sont des métiers peu traditionnellement féminins. Mais les femmes ont tout à gagner en s’imposant dans ce secteur porteur et plus que jamais créateur d’emplois.

Si les hommes et les femmes sont égaux en termes d’accès aux techniques, ils n’en restent pas moins différents sur le plan des usages et des pratiques. Certes, les technologies de l’information et de la communication n’ont pas de sexe et il n’existe pas de déterminisme technique qui assigne des usages aux filles et aux garçons et pourtant force est de constater des différences d’usages selon le sexe des individus. Ces différences peuvent notamment s’expliquer par l’éducation inculquée aux enfants. Très tôt, les filles seraient écartées du dialogue avec la machine, alors que les garçons montreraient un investissement important dans le dialogue avec la machine, comme source de projection de l’ego. Dès leur plus jeune âge, on apprend aux filles à prendre soin d’elles-mêmes et aux garçons à démonter des objets. Par exemple, on donne au petit garçon des veilles montres pour qu’il les ouvre et voie comment fonctionne le mécanisme. C’est le genre de choses qui mène aux sciences et à la technologie. De plus, l’écran d’un ordinateur, par exemple, demande une certaine coordination spatiale. Or, on a vu dans le premier chapitre que les garçons avaient de meilleures capacités visuelles et spatiales d’où leurs meilleurs résultats que les filles en géométrie. En revanche, ces dernières étaient plus performantes dans les exercices de langage. Les garçons sont également encouragés à cultiver l’autonomie et les filles, le lien. Or, les nouvelles technologies n’ont pas grand chose à offrir de l’ordre du lien. En revanche, elles répondent à la revendication d’autonomie des garçons. Tant que l’ordinateur ne servira qu’à programmer ou à jouer, il attirera très peu de filles. Mais on peut imaginer d’autres usages permettant de mobiliser des émotions et d’établir des relations. Avec l’Internet, c’est déjà en train de changer : les femmes utilisent beaucoup l’e-mail et communiquent avec d’autres personnes grâce aux groupes de discussion.

Cependant, les conditions d’appropriation d’un outil technologique par les hommes ou les femmes sont difficiles à cerner dans la mesure où il y a de nombreuses dimensions psychologiques à prendre en compte. Il faut situer les usages dans le contexte global de la vie quotidienne. Les femmes ont un usage fonctionnel de la technique. Par exemple, elles utilisent presque exclusivement l’ordinateur sur leur lieu de travail et très peu comme un outil de loisir.

L’enquête menée par Céline ROUQUETTE sur l’informatique, souligne bien que « les hommes sont plus nombreux que les femmes à se servir d’un ordinateur : 49,8% contre 43,3%. Mais l’activité expliquerait en grande partie ces écarts. En effet, il n’y a aucune différence entre hommes et femmes actifs ou en formation : 6 actifs sur 10 et 9 élèves ou étudiants sur 10 savent se servir d’un ordinateur, quel que soit le sexe. En revanche, les disparités sont plus grandes chez les retraités et les personnes sans activité professionnelle ». Elle ajoute que « néanmoins, à diplôme, âge, catégorie socioprofessionnelle et situation d’activité identiques, les hommes sont plus familiarisés avec l’informatique que les femmes. Ceci traduit peut-être un rapport à la technique différent : selon une récente étude européenne, les jeunes garçons âgés de 6 à 14 ans utilisent beaucoup plus que les filles du même âge les ordinateurs, consoles et jeux vidéo, les filles privilégiant davantage d’autres formes de loisir (lecture…) et de sociabilité(68) ».

Attention, cela ne veut pas dire que les femmes ne peuvent pas être de grandes utilisatrices d’Internet ou de la technologie en général. Jacques PERRIAULT(69) explique que l’utilisation des technologies par les femmes dépend de leur budget-temps parce qu’elles doivent cumuler leur activité professionnelle, les tâches ménagères et éventuellement l’éducation des enfants. Les femmes seraient donc en partie pénalisées par rapport aux hommes en raison de leur double journée de travail… Outre le temps, les goûts, les préférences, les moyens financiers peuvent entrer en ligne de compte dans ce rapport à l’outil. De plus, il faut souligner que l’âge (et donc l’appartenance à une génération), la catégorie socioprofessionnelle, et le diplôme influencent davantage que le sexe la connaissance de l’informatique. Quels rapports les documentalistes entretiennent-ils avec la technique ?

3.1.2 Les documentalistes et l’aspect technique du métier

Les femmes documentalistes, en activité avant le processus d’informatisation des centres et des services de documentation, n’ont pas eu d’autre choix que de suivre des stages de formation pour se familiariser avec l’outil informatique ou avec les autres technologies de l’information, sous peine d’être rapidement dépasser les nouveaux professionnels. Mais cela s’avérait aussi primordial pour ne pas être submergé par des flots d’informations grandissants et pour perfectionner la gestion de l’information.

L’enquête menée auprès la liste de diffusion de l’ADBS confirme l’hypothèse d’adaptation des femmes au progrès technologique. En effet, la progression en technicité est un des motifs principaux (au même titre que « se rendre utile » et les « relations avec les collègues ») qui inciterait les femmes à poursuivre le métier de documentaliste ou un autre métier de l’Information-Documentation. La moitié des femmes interrogées (soit 31 sur 62) citent ce motif comme déterminant pour leur avenir dans le secteur de l’I-D. Donc, non seulement, les femmes semblent s’être adaptées au changement, mais en plus, la valeur du métier qu’elles exercent dépend de son degré de technicité. Ce comportement est caractéristique de la situation actuelle puisque les demandes de double formation en informatique, par exemple, deviennent de plus en plus fréquentes. Il est essentiel de maîtriser l’indexation, le catalogage, la gestion des documents électroniques (GED) et bien sûr la maîtrise des logiciels documentaires. Loin d’être réfractaires à toute forme de technique, les femmes sont bien au contraire les garantes de la progression technique du métier de documentaliste. De toute manière, on ne peut pas imaginer un service de documentation efficace qui ne soit pas en phase avec les technologies actuelles. Et pourtant, certains font exception, faute de moyens ou de motivation…

Quel rapport entretiennent les hommes documentalistes avec la technique ? On peut penser que la progression en technicité peut les attirer davantage. Mais ce n’est pas le cas dans la mesure où les hommes documentalistes interrogés dans le cadre de l’enquête pour le mémoire, soulignent bien le fait que la progression en technicité du métier n’est pas un élément déterminant pour continuer un métier dans le secteur de l’I-D. Leurs motivations sont autres : « les relations avec les collègues », « rendre service », etc. alors que nous venons de voir que la technicité est un des éléments déterminants chez les femmes ! Il est possible que s’ils avaient vraiment été intéressés par la technique, ils auraient choisi un autre métier. En effet, on peut supposer que les hommes intéressés par la technique ne deviennent pas « documentalistes » au sens strict du terme dans la mesure où ce métier est souvent méconnu par le grand public et qu’il n’a pas une image de métier technique. Or, le paradoxe est que ce métier est de plus en plus technique. La plupart des hommes qui suivent des études en informatique deviennent consultants en organisation documentaire, ingénieurs en informatique, administrateurs de bases de données, concepteurs de logiciels documentaires, webmestre, … mais pas documentalistes. Ce sont les autres métiers de l’Information-Documentation qui profitent de leurs compétences en informatique.

Il est peu probable que les hommes viennent gonfler les effectifs, du moins sur le court terme, dans la mesure où les hommes documentalistes déjà en activité ne privilégient pas le caractère technique du métier. On peut supposer, étant donné la faible évolution des proportions hommes-femmes, que le métier n’est pas voué à devenir masculin pour le moment. Il faudrait d’abord que les caractéristiques peu attractives du métier de documentaliste (image négative, connotation féminine, salaires peu élevés en moyenne, manque de reconnaissance, etc.) soient améliorées pour que les hommes s’intéressent à ce métier. Pour l’instant, il semble que les hommes s’orientent vers des professions à dénominations plus pompeuses, donc plus rémunératrices.

3.2 …Non les hommes deviennent des « professionnels de l’information »

Certes, la polémique sur le terme « documentaliste » et sa légitimité n’est pas l’objet de notre propos. Cependant, nous avons choisi de l’évoquer dans la mesure où cette question terminologique croise notre sujet. En effet, il n’est pas possible de faire abstraction des nombreux débats qui ont lieu sur la liste de diffusion de l’ADBS si l’on s’interroge sur l’avenir de la profession.

3.2.1 Mise au point sur les termes « documentaliste » et « professionnel de l’information »

Alors que le mot « documentaliste » était déjà peu significatif pour la plupart des usagers qui l’assimilaient à un bibliothécaire, celui-ci est encore plus confus aujourd’hui à la fois pour les usagers et les professionnels. D’ailleurs, Christine LETEINTURIER(70) souligne que « le mot « documentaliste » qui sert pourtant de titre à la principale revue française consacrée à la documentation, est finalement peu utilisé ». Elle constate également que ce « terme appartient à un corpus lexical incomplet dans la mesure où le terme « documentation » est parfaitement polysémique, désignant tout à la fois l’activité, le résultat de l’activité (documentation au sens de l’ensemble des documents) et parfois le lieu où elle s’exerce (aller à la « doc »). Il manque pour les documentalistes l’équivalent de journalisme, c’est-à-dire un terme qui désigne exclusivement, sans polysémie aucune, l’activité du documentaliste (le documentalisme !) ». Il n’y a donc pas de terme clair qui désignerait exclusivement l’activité. En effet, les documentalistes interrogés dans le cadre de notre enquête ont des difficultés à donner une définition cohérente et complète du métier. Voici quelques exemples : « Je sèche mais je serais très intéressée par une synthèse en particulier pour cette question », « Je ne sais plus !!! » ou bien « Cela dépend trop des situations ». Si ces réponses illustrent bien le fait que le mot « documentaliste » n’est plus significatif, ces personnes n’ont pas fait l’effort de se remettre en cause et d’élucider ce problème de définition. D’où provient cette difficulté à définir le terme « documentaliste » ?

Dans un premier temps, le métier a changé en raison notamment du progrès technologique. Dans un deuxième temps, de « nouveaux métiers » (cyberdocumentaliste, webmaster, knowledge manager, etc.) sont apparus, entraînant la création de nouvelles dénominations (on en recense actuellement 500). Or, ces métiers voisins ont souvent des compétences communes avec le métier de documentaliste. Unique à l’origine, construit en opposition par rapport au métier de bibliothécaire, le métier n’est plus qu’un métier parmi d’autres dans la profession de l’Information-Documentation. Même s’il garde une base solide, le terme de « documentaliste » perd encore de sa pertinence pour désigner de façon générique la population des professionnels de l’information. De plus, les frontières entre les différents métiers (49 emplois-types répertoriés par l’ADBS : documentaliste-généraliste, documentaliste spécialisé, documentaliste de presse, documentaliste scientifique, documentaliste-archiviste, etc.), sont floues, peu délimitées, ce qui a pour effet d’accentuer la confusion. Une même appellation peut revêtir une réalité très différente d’un secteur à l’autre et ceux-ci sont extrêmement divers : CDI dans les écoles, organes de presse, centres de documentation spécialisés, institutions, services de veille dans l’industrie, cabinets de conseil, etc. Le principal point commun entre ces métiers reste la gestion de l’information et ce qui diffère, c’est la manière dont l’information est gérée et surtout l’objectif visé : « Pour optimiser l’accès à l’information, certains créent et gèrent des stocks d’information. D’autres des flux. Certains font des recherches ponctuelles. D’autres cherchent en permanence (veille). Certains mettent en place des interfaces d’accès « automatiques » (sites web, bases de données)(71) ». Il s’agit désormais de distinguer le secteur d’activité (Information-Documentation) qui regroupe l’ensemble des métiers et chacun des métiers qui accomplissent différemment la même fonction.

Bref, le terme paraît, pour beaucoup de professionnels, trop restrictif et semble ne plus correspondre à la réalité. Et de plus en plus de documentalistes tentent de se débarrasser de cette dénomination parfois pénalisante et fortement connotée pour la remplacer par une autre appellation à l’aspect plus prestigieux : « professionnel ou gestionnaire de l’information ».

Parmi les personnes interrogées dans le cadre de notre enquête, un certain nombre montrent leur préférence pour ces appellations. Voici ce que m’a confié la responsable de la documentation du journal L’Equipe : « Le terme documentaliste est obsolète aujourd’hui. De plus, il pose des problèmes de confusion avec les métiers de bibliothécaire. C’est pourquoi le terme de professionnel de l’information semble plus adéquat. Il reflète bien l’idée que le métier a évolué et que la personne est responsable, non plus seulement de documents sous différents supports, mais bien de flux d’information. Il doit s’adapter aux usagers et satisfaire rapidement sa demande ». Certes, le terme « professionnel de l’information » paraît plus adapté aujourd’hui parce qu’il met l’accent sur l’information mais il ne renseigne pas davantage sur la fonction du documentaliste. Une autre personne s’interroge: « Le terme documentaliste est considéré comme généraliste et ne reflétant pas réellement la diversité de la fonction documentaire. Faut-il vraiment trouver une autre appellation ou d’autres appellations déclinables, comme le propose l’ADBS ? ». Pour une autre, « Documentaliste est un terme générique. Cela ne sert à rien de vouloir le définir car il regroupe des situations multiples. A mon sens, il fédère des gens qui ont une culture professionnelle commune avec des compétences et qualités propres. »

Cependant, ces dénominations restent quelque peu illusoires dans la mesure où elles ne signifient pas plus de choses que le terme « documentaliste » lui-même, qui est un professionnel de l’information. Mais il est vrai que lorsqu’on fait allusion au documentaliste, on met davantage l’accent sur le support (en l’occurrence le document) alors que le travail et la réflexion « documentaires » portent essentiellement sur l’information et non sur son support, si ce n’est de façon secondaire. C’est donc une des raisons pour lesquelles, ceux qui exercent un des « nouveaux métiers » de l’Information-Documentation se donnent des noms plus spécifiques et surtout plus prestigieux, voire anglicisés : spécialistes de l’information, ingénieurs en systèmes d’information, courtier en information, Information data manager, knowledge manager, etc. Cependant, l’invention de mots ou de formules parfois pompeuses ne résout pas le problème du manque de reconnaissance ou de valorisation. On aurait tort d’oublier que ces « professionnels de l’information » sont les héritiers des documentalistes (et des bibliothécaires).

Il faut retenir que le métier de documentaliste est en pleine mutation mais que ses missions de base restent identiques : dénicher, traiter, analyser, communiquer l’information demandée et en gérer les sources. Néanmoins, les modes d’exercice du métier ont considérablement changé avec Internet. Les fonds d’information et les techniques de recherche se sont diversifiées et complexifiées. Dans le même temps, le développement des technologies ont fait prendre conscience de l’importance de l’information notamment du côté des entreprises. Du coup, les documentalistes investissent de plus en plus le secteur privé, leurs fonctions se voient revalorisées et leurs postes deviennent stratégiques. Symbolique de cette évolution, le documentaliste à l’image vieillotte et poussiéreuse se modernise et tend à changer de nom. Dans certains secteurs, on l’appelle aujourd’hui cyberdocumentaliste, netsurfeur, etc. Mais est-il toujours question du même métier ? Oui si l’on considère que ces « nouveaux professionnels » continuent à gérer de l’information et ont un rôle de médiation. Dans une autre configuration, il ne peut s’agir d’un documentaliste. Un webmestre, même s’il manipule de l’information, n’est pas un documentaliste parce qu’il n’en a pas la formation. Par contre, un documentaliste peut s’improviser, grâce à des stages, un peu webmestre ou knowledge manager sans pour autant approfondir la fonction. Ce qui distingue, pour l’instant, le métier de documentaliste avec ces nouveaux métiers, c’est qu’il faut suivre une formation spécifique. A l’heure actuelle, il n’existe pas de formation spécifique pour devenir webmaster.

Pour conclure sur ce point, on peut dire qu’aucune appellation ne fait l’unanimité parmi les professionnels, du moins pour l’instant. D’ailleurs, en 1993, la tentative de l’ADBS dans cette voie fut un échec. En effet, les membres de cette association professionnelle connue sous le nom d’association des documentalistes et des bibliothécaires spécialisés ont opté pour un autre développé qui ne correspond plus au sigle : l’association des professionnels de l’Information et de la Documentation. Il faut donc en déduire qu’un « documentaliste » doit être désormais un « professionnel de l’information ». Certes, cette nouvelle appellation est moins connotée donc moins dépréciée, mais elle est encore plus vague que la précédente. Après cette mise au point sur les termes « documentaliste » et « professionnel de l’information », il serait intéressant d’identifier l’appellation sous laquelle se rassemblent les hommes.

3.2.2 Les hommes ont plutôt tendance à s’orienter vers d’autres métiers de l’Information-Documentation

Comme nous l’avons vu dans le deuxième chapitre, les hommes ne représentent qu’une très faible part (soit 12%) des effectifs dans le métier de documentaliste. S’ils sont si peu présents dans ce métier, on peut donc supposer qu’ils se dirigent vers les autres métiers du secteur de l’Information-Documentation. Dans ce cas, il est nécessaire de comprendre pourquoi ils s’orientent vers ces métiers voisins. Pour cela, nous pouvons rappeler les quelques facteurs (vus dans la deuxième partie) susceptibles de dissuader les hommes à s’orienter vers le métier de documentaliste et par conséquent les convaincre d’exercer des métiers voisins. Nous avons vu brièvement que les hommes se détournaient du métier de documentaliste en raison de la connotation féminine, de l’assimilation à la bibliothécaire, de la méconnaissance du métier et du salaire peu élevé. Les autres métiers qui manipulent l’information semblent en effet plus attractifs avec, comme nous venons de le voir, leurs appellations plus prestigieuses donc plus rémunératrices telles que consultant en organisation de systèmes d’information, Information data manager, etc. Il est donc fort probable que ces hommes effectuent des tâches similaires à celles du documentaliste comme l’indexation, la classification de données ou encore l’élaboration de produits documentaires mais ils le font sous une autre dénomination. On peut supposer que ce type d’appellations, parfois trompeuses, sont élaborées pour que leurs titulaires se démarquent justement du documentaliste et du bibliothécaire. Il est également intéressant de souligner le changement de sexe quand on passe de la documentaliste – nécessairement féminine – au spécialiste ou à l’expert – nécessairement masculin ! Il s’agit ici d’une différenciation entre les niveaux de qualification des individus. L’ADBS recense quatre niveaux de qualification : expert, ingénieur, technicien et assistant. Le fait d’utiliser le terme « expert » lorsqu’on fait allusion à un travail masculin est tout simplement discriminatoire par rapport au travail féminin qui ne serait pas, par définition, qualifié. Il est important de retenir que les termes employés pour désigner les professionnels de la documentation recouvrent des réalités différentes et plusieurs niveaux de qualification.

Si les hommes sont moins représentés dans le métier de documentaliste, ils n’en occupent pas moins des postes supérieurs. Effectivement, beaucoup sont veilleurs, responsables d’ingénierie documentaire, webmestres, analystes programmateurs. Mais là, il ne s’agit plus du métier de documentaliste mais bien d’autres métiers du secteur de l’Information-Documentation. Malgré quelques compétences communes comme la gestion de l’information ou l’élaboration de produits documentaires, ces métiers sont différents. Comme le métier de documentaliste, ce sont également des métiers techniques. L’exemple du métier de webmestre est intéressant parce qu’il est pratiqué essentiellement par des hommes, des « bidouilleurs », qui ont le plus souvent une formation d’informaticien. De plus, ce métier bénéficie pour l’instant de sa récente apparition. Il n’est pas pénalisé par une image négative qui pourrait le dévaloriser. Et surtout, leur prestige semble d’autant plus élevé qu’ils sont exercés en majorité par des hommes. Le rapport de cause à effet qui unit un métier féminin et le phénomène de déqualification ou de dévalorisation est encore actif : aux hommes les métiers qualifiés, aux femmes les métiers non qualifiés parce que « féminins ».

Si les hommes ne sont pas documentalistes, on peut supposer qu’ils exercent à des postes à responsabilités plus importantes sans qu’ils aient pour autant les formations adéquates en documentation. Beaucoup sont ingénieurs, informaticiens, médecins ou scientifiques qui se forment à la documentation et leurs compétences dans un domaine de connaissances est plus important… On peut citer l’exemple des gestionnaires de banques de données documentaires dans un domaine de connaissances particulier. Les laboratoires pharmaceutiques, par exemple, recherchent avant tout des personnes compétentes en sciences. Ceci se voit dans les annonces diffusées par l’APEC ou l’ADBS : une expérience dans le domaine scientifique est fortement recommandée. Or, la plupart des documentalistes ne sont pas spécialisés dans un domaine précis, ils sont généralistes. Ceci peut expliquer le fait que les femmes restent cantonnées dans quelques emplois-types parmi les 49 emplois recensés par l’ADBS.

Dans l’ensemble, les hommes et les femmes accèdent à des emplois différents dans la profession de l’Information-Documentation sans cumuler ni tirer profit de leurs compétences réciproques. Quelles tendances se dégagent pour l’avenir : un partenariat mixte ou bien un isolement encore plus prononcé des hommes et des femmes au sein du métier de documentaliste ? Quels sont les moyens à mettre en œuvre pour parvenir à cette collaboration entre les sexes ?

3.3 Vers la capitalisation et la complémentarité des compétences de chacun

Qu’il soit homme ou femme, le documentaliste a un rôle à jouer dans l’avenir du métier. Si chacun possède des qualités acquises lors de son éducation, de son apprentissage scolaire puis des compétences et des savoir-faire dans le cadre de son métier, il doit être possible de les capitaliser et faire en sorte que les tâches de chacun soient complémentaires. La profession a besoin d’individus qui possèdent différentes casquettes. En effet, le documentaliste doit parfois s’improviser un peu veilleur, un peu webmestre, un peu manager, animateur, pédagogue, etc. Au lieu de souligner les aspects négatifs du métier de documentaliste, il serait plus intéressant de valoriser l’aspect féminin du métier par exemple. Il ne s’agit pas de parvenir à une parité homme-femme (l’idée des quotas est ridicule) mais bien de profiter des compétences de chacun et convaincre davantage d’hommes du bien- fondé de ce partenariat. Une revalorisation de l’image du métier de documentaliste semble nécessaire pour atteindre cet objectif.

3.3.1 Revaloriser l’image du métier de documentaliste

Il serait intéressant de revaloriser l’image, souvent négative, du métier de documentaliste, pour le rendre plus crédible auprès de la population masculine. Pour cela, il faudrait casser les stéréotypes qui associent le documentaliste au bibliothécaire, ceux qui confortent l’idée selon laquelle c’est un métier peu technique, peu rémunéré, etc. Concrètement, cette première mesure pourrait s’appliquer par le biais de conférences entre tous les professionnels ou d’échanges sur la liste de diffusion de l’ADBS. Mais, l’objectif serait de porter les débats vers l’extérieur pour les rendre plus efficaces. Plusieurs tentatives de ce genre ont bien évidemment été réalisées. Par exemple, pour remédier à cette méconnaissance et permettre une meilleure information sur ce métier de l’Information-Documentation, le Centre national d’enseignement à distance (CNED) avait réalisé une vidéo à partir d’une table ronde qui s’était déroulée le 28 janvier 1999 au Futuroscope de Poitiers. Cette table ronde rassemblait 6 documentalistes venus d’horizons très divers, qui ont présenté leur activité, réagi à des reportages projetés pendant la séance. Les professionnels en activité ont un devoir de promotion de leur métier, c’est leur rôle de se faire connaître et reconnaître auprès des élèves ou étudiants et des autres professionnels (partenaires ou usagers potentiels). Par exemple, les documentalistes de collège et de lycée devraient davantage parler de leur rôle aux élèves et leur spécifier qu’ils n’exercent pas tout à fait le même métier que les bibliothécaires car souvent les élèves ne font pas la différence.

Puis, il faut « en finir avec la crise d’identité des documentalistes » comme le suggère Laurent BERNAT, dans l’intitulé de son mémoire(72). Cette quête d’identité professionnelle affaiblit l’action des documentalistes. Souvent, les débats autour de ces problèmes restent stériles dans la mesure où ils sont menés en interne. Certes, les associations professionnelles jouent un rôle important mais insuffisant pour promouvoir l’image des documentalistes. De plus, les documentalistes ne s’impliquent que très faiblement dans la vie professionnelle associative. Cette absence de mobilisation des documentalistes en général est parfaitement contradictoire par rapport à la volonté de trouver une reconnaissance professionnelle. La syndicalisation serait peut-être une solution pour améliorer leur image sur le marché de l’emploi et se faire entendre auprès des pouvoirs publics.

Outre ce problème d’image, d’identité au demeurant floue avec l’apparition des « nouveaux » métiers, la question de la mixité dans les formations est également importante.

3.3.2 Encourager une plus grande mixité dans les formations

Alors qu’une double formation, notamment scientifique, est fortement recommandée pour exercer le métier de documentaliste, on se rend vite compte que la plupart des professionnels concernés sont issus de filières en sciences humaines. Ceci peut s’expliquer en partie par le fait que l’option documentation, proposée actuellement dans plus de 70 licences, reste peu suivie ou rarement proposée dans les filières scientifiques. Comme nous l’avons vu en deuxième partie, que ce soit dans l’enquête ADBS(73) de 1999 ou dans notre propre enquête(74), la majorité des personnes interrogées sont des femmes et elles ont obtenu un baccalauréat littéraire. Il y a peu de scientifiques. Par contre, si l’on s’intéresse aux résultats généraux du baccalauréat scientifique(75) en 2001, on se rend compte qu’il a été obtenu par 55,5% de garçons contre 44,5% de filles. Donc, logiquement, au vu des exigences du métier de documentaliste en terme de formation scientifique, il devrait y avoir plus d’hommes.

Actuellement, les formations, que ce soit les licence, les maîtrises ou les DESS sont majoritairement suivies par des femmes. L’équilibre tend tout de même à s’installer lorsque la formation s’éloigne quelque peu de l’univers proprement dit de la documentation pour s’orienter vers des disciplines comme le management de l’information dans l’entreprise par exemple. Il n’est pas étonnant de trouver un équilibre entre les sexes dans le DESS « Gestion de l’information de l’information dans l’entreprise » de Sciences Politiques dans la mesure où il est fortement recommandé d’avoir, entre autres, de bonnes compétences en informatique. Ce genre de formations attire les hommes qui ont suivi un cursus en informatique ou en mathématiques et qui souhaitent exercer un métier de l’information.

Les enseignants formateurs en documentation doivent réfléchir aux évolutions possibles des formations plus ou moins récemment mises en place pour faire en sorte qu’elles intéressent davantage les hommes. Il semble que les compétences de ces derniers dans d’autres domaines de connaissances que les femmes représentent une véritable valeur ajoutée pour le métier de documentaliste ou les autres métiers de l’Information-Documentation.

CONCLUSION

« Documentaliste : Un métier féminin ? »

La réponse est affirmative si l’on considère qu’un métier peut être dit « féminin » dans la mesure où il est composé par une majorité de femmes. Vu sous cet angle, le métier de documentaliste est un métier féminin puisqu’il est exercé actuellement par 88% de femmes. Certes, il s’agit d’un état de fait mais il est réducteur. D’ailleurs, nous l’avons bien vu au cours de notre réflexion lorsque nous avons tenté d’expliquer pour quelles raisons ce métier était pratiqué par une majorité de femmes. Nous n’avons pu dégager que quelques hypothèses dans la mesure où un certain nombre d’éléments sociologiques, psychologiques, anthropologiques et historiques pouvaient servir à expliquer la féminité du métier. Toutes ces hypothèses intéressantes nous ont permis de comprendre pourquoi les femmes exerçaient massivement le métier de documentaliste. Mais, nous nous rendons compte que ces hypothèses ne nous ont pas permis de définir ce métier comme « féminin » au sens où on l’entend habituellement. En effet, dans notre réflexion sur les métiers dans la deuxième partie, nous avons précisé qu’un métier était féminin à partir du moment où les femmes transposaient leurs qualités dites naturelles sur le marché du travail. Or, ce n’est pas le cas pour le métier de documentaliste. Certes, les femmes ont le sens de l’organisation, de la patience, etc. Et les hommes alors ? En sont-ils dépourvus ? Non, bien au contraire, les hommes documentalistes interrogés dans notre enquête présentaient les mêmes caractéristiques, compétences et qualités que les femmes. De plus, ce métier requiert autre chose que des qualités « féminines », il nécessité une formation spécifique, des savoirs-faire, des compétences techniques (maîtrise des outils),…, qui sont tout à fait mixtes. Et si l’on arrêtait de définir le métier de documentaliste comme féminin pour le considérer enfin comme un métier mixte ? Cela aurait probablement de bonnes répercussions sur son image encore floue et dévalorisée. Il faut défendre l’idée selon laquelle « tous les métiers sont bi(76) » et qu’il n’y a pas de métiers féminins ni de métiers masculins même si ces notions restent présentes dans de nombreux esprits.


BIBLIOGRAPHIE

1. CLASSEMENT PAR ORDRE ALPHABETIQUE

[1] ACCART (Jean-Philippe), « Bibliothécaire, documentaliste : même métier ? », BBF, 2000, t.45, n°1, p.88-93

[2] ACCART (Jean-Philippe), RETHY (Marie-Pierre), Le métier de documentaliste, Paris, Editions du Cercle de la Librairie, 1999, 382 p.

[3] ADBS, Référentiel des métiers types et compétences des professionnels de l’information et documentation, Paris, ADBS, 1998, 2000, 133 p., Guide professionnel ADBS, 05

[4] ADBS, Euroréférentiel I&D : Référentiel des compétences des professionnels européens de l’information et documentation, Paris, ADBS, 1999, Guide professionnel ADBS, 07

[5] AEBISCHER (Verena), «Représentations de soi, projets professionnels : Goût et absence de goût pour les sciences chez les adolescents», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris, La Découverte, 1995, p.121-127, Recherches

[6] ALONZO (Philippe), Femmes et salariat : l’inégalité dans la différence, Paris, Montréal , L’Harmattan, 2000, 123 p., Logiques sociales

[7] ALONZO (Philippe), Femmes employées :la construction sociale sexuée du salariat, Paris, Montréal, L’Harmattan, 1996, 237 p., Logiques sociales

[8] ANPE, ROME : Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois, 1993, 1999

[9] ARDENER (Edwin), Social anthropology and language, London, Tavistock, 1971, 318 p.

[10] ATTIG (Karine), Documentaliste : un métier de femme ?, Mémoire INTD, 1995, 123 p.

[11] BARRERE-MAURISSON (dir.), Le sexe du travail : structures familiales et système productif, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1984, 320 p.

[12] BARRET-DUCROCQ (Françoise), PISIER (Evelyne), Femmes en tête, Paris, Flammarion, 1997

[13] BATTAGLIOLA (Françoise), Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte, 2000, 122 p., Repères

[14] BAUDELOT (Christian), ESTABLET (Roger), Allez les filles, Paris, Editions du Seuil, 1998, 243 p., L’épreuve des faits

[15] BEAUVOIR (Simone de), Le deuxième sexe, t.1 : les faits et les mythes, Paris, Gallimard, 1949, 2000 (dernière éd.), 399 p.

[16] BERNAT (Laurent), « L’Information-Documentation : notre secteur d’activité », Documentaliste – Sciences de l’information, 1995, vol.32, n°6, p.270-282

[17] BERNAT (Laurent), Pour en finir avec la crise d’identité des documentalistes, Mémoire INTD, 1994

[18] BIHR (A.), PFEFFERKORN (R.), Homme, femme : l’introuvable égalité, Paris, Les Editions de l’Atelier, 1996

[19] BLANQUET (Marie-France), « La fonction documentaire : étude dans une perspective historique », Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n°4-5, p.199-204

[20] BOURDIEU (Pierre), PASSERON (Jean-Claude), Les héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Ed. de Minuit, 1964, 1996, réed., 191 p.

[21] BOURDIEU (Pierre), La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, 139 p., Liber

[22] BRIET (Suzanne), Qu’est-ce que la documentation ?, Paris, Editions Documentologie, 1951, 48 p.

[23] BUCKLAND (Michael), « Le centenaire de Madame Documentation : Suzanne BRIET, 1894-1989 », Documentaliste – Sciences de l’information, 1995, vol.32, n°3, p.179-181

[24] CACALY (Serge), « Les piétons du savoir : la profession de documentaliste en France aujourd’hui », Documentaliste – Sciences de l’information, 1985, vol.22, n°6, p. 208-215

[25] CACALY (Serge), LE COADIC (Yves-François), Dictionnaire encyclopédique de l’information et de la documentation, Paris : Nathan, 1997, 634 p., Références

[26] CACOUAULT (Marlaine), MARRY (Catherine), «Les chemins de la mixité : éducation, qualification, métiers », In MARUANI (Margaret), Les nouvelles frontières de l’inégalité : Hommes et femmes sur le marché du travail, Paris, La Découverte, 1998, 283 p., Recherches

[27] CHAINTREAU (Anne-Marie), LEMAITRE (Renée), Drôles de bibliothèques, Paris, Cercle de la Librairie, 1988, 415 p., Bibliothèques

[28] CORDERO (Christiane), Le travail des femmes, Paris, Le Monde- Editions, 1994, 184 p., Le Monde poche

[29] CORMOULS (Martine), « Nouveaux territoires des métiers documentaires », BBF, Paris, 2000, t.45, n°2, p.113-116

[30] CORNU (Gérard), Favoriser l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Paris, Direction des journaux officiels, 2000, 81 p., Rapports du Sénat

[31] COURNUT-JANIN (Monique), Féminin et féminité, Paris, PUF, 2000 (2e éd. corr.), 177 p., Epîtres

[32] COUZINET (Viviane), Médiations hybrides, le documentaliste et le chercheur en sciences de l’information, Paris :ADBS éd., 2000, 340 p., Sciences de l’information

[33] DEROUESNE (Christian), «Cerveau sexué, cerveau socialisé», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.280-282

[34] DESCOLONGES (Michèle), Qu’est-ce qu’un métier ?, Paris : PUF, 1996, 264 p., Sociologie d’aujourd’hui

[35] DESROCHES-NOBLECOURT (Christiane), La femme au temps des pharaons, Paris, Stock, 1986, 463 p.

[36] DOWNS (Laura Lee), Manufacturing Inequality : gender division in the French and British Metalworking industries, 1914-1939, London : Cornell University Press, 1995, 329 p.

DOWNS (Laura Lee), L’inégalité à la chaîne : la division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre (1914-1939), Paris : Albin Michel, 2001, 463 p.

[37] DUBY (Georges), PERROT (Michèle), FARGE (Arlette), Histoire des femmes, tome V : XX s., Plon, Paris, 1992, 646 p.

[38] DUBY (Georges), PERROT (Michèle), Femmes et Histoire, Paris : Plon, 1993, Colloque de la Sorbonne, décembre 1992

[39] DURU-BELLAT (Marie), «Garçons et filles à l’école de la différence», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.598-603, Recherches

[40] DURU-BELLAT (Marie), TERRAIL (Jean-Pierre), «Emancipation scolaire et persistance des clivages de sexe», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.574-580, Recherches

[41] DURU-BELLAT (Marie), L’école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris : L’Harmattan, 1990, 232 p., Bibliothèque de l’éducation

[42] DUVERNE (Anne), « Les pionniers du savoir : les professionnels de l’information et de la documentation en 1993 », In Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n°6, p. 287-291

[43] EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, 740p., Recherches

[44] ESCOFFIER-LAMBIOTTE, « Le sexe du cerveau », Le Monde, 3 novembre 1982, p.12

[45] FAYET-SCRIBE (Sylvie), Histoire de la documentation française : culture, science et technologie de l’information (1895-1937), Paris : CNRS Editions, 2000, 313 p.

[46] FELOUZIS (Georges), Filles et garçons au collège : comportements, dispositions et réussite scolaire en sixième et en cinquième, Thèse pour le doctorat de sociologie, université de Provence, déc. 1990

[47] FRAISSE (Geneviève), La différence des sexes, Paris : Puf, 1996, 126 p., Philosophies

[48] FRAISSE (Geneviève), L’exercice du savoir et la différence des sexes, Paris : L’Harmattan, 1991

[49] FROCHOT (Didier), « Comment positionner votre service documentaire dans la structure générale de l’entreprise », Documentaliste – Sciences de l’information, décembre 1995

[50] GADREY (Nicole), Représentation de l’emploi féminin et la construction de la différence entre les sexes, Paris : L’Harmattan, 1992

[51] GADREY (Nicole), Hommes et femmes au travail : inégalités, différences, identités, Paris : L’Harmattan, 1992, 255 p., Logiques sociales

[52]GAUVIN (Annie), «Emploi des femmes, tertiarisation de l’emploi et de la société », In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p. 562-568, Recherches

[53] GODELIER (Maurice), «Du quadruple rapport entre les catégories de masculin et de féminin», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.440-442

[54] GOETSCH (Lori), WATSTEIN (Sarah B.), On account of sex : an annotated bibliography on the status of women in librarianship, 1987-1992, Metuchen, NJ : Scarecrow, 1993, 244 p.

[55] GREMILLET (Muriel), CHARVET (Nadya), «Papa commande et maman coud…», Libération, 17 décembre 2001, Rubrique Emploi

[56] HERDT (Gilbert), The Sambia : ritual and gender in New Guinea, New York, Holt, Rinehart and Winston ed., 1987, 227 p.

[57] HERITIER-AUGE (Françoise), Masculin/féminin : la pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, 332 p.

[58] HIRATA (Helena), SENOTIER (Danièle), Femmes et partage du travail, Paris : Syros, 1996, 280 p., Alternatives sociologiques

[59] IRIGARAY (Luce), «Femmes et hommes : une identité relationnelle différente», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.137-142, Recherches

[60] ISRAEL (Lucien), Cerveau droit, cerveau gauche : cultures et civilisations, Paris : Plon, 1995, 316 p.

[61] JARRIGE (Anne-Sophie), « Quand les documentalistes se mettent à la page », Le Point, 26/10/2001, n°1519, p.124

[62] LAUFER (Jacqueline), MARRY (Catherine), MARUANI (Margaret), Masculin-Féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris : PUF, 2001, 246 p.

[63] LENZINI (Rebecca), »The graying of the library profession : a survey of our professional association and their responses », The Charleston Advisor, July-August, 2002, vol.10, n°7, 1070-4795

[64] LETEINTURIER (Christine), L’identité professionnelle des documentalistes : le cas des médias, Paris : ADBS éd., 1996, 370 p., Sciences de l’information

[65] MAJNONI d’INTIGNANO (Béatrice), Egalité entre femmes et hommes : aspects économiques, Paris : La Documentation française, 1999, 209 p., Les rapports du Conseil d’analyse économique

[66] MARCHAND (Olivier), « Les emplois féminins restent très concentrés », In La Société française : Données sociales 1993, Paris : INSEE, 1993, p.495-503

[67] MARRY (Catherine), «Les scolarités supérieures féminines en France dans les années 1980 : un bilan contrasté», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.591-597, Recherches

[68] MARTIN (Martine), PERROT (Michelle) (dir.), Femmes et société : le travail ménager (1919-1939), Paris 7, Thèse 3e cycle Histoire, 1984

[69] MARUANI (Margaret), Travail et emploi des femmes, Paris : La Découverte, 2000, Repères

[70] MARUANI (Margaret) (dir.), Les nouvelles frontières de l’inégalité, Paris : La Découverte, 1998, 283 p., Recherches

[71] MARUANI (Margaret), NICOLE- DRANCOURT (Chantal), Au labeur des dames : métiers masculins, emplois féminins, Paris : Syros, 1989, 191 p., Syros-alternatives

[72] MARUANI (Margaret), Mais qui a peur du travail des femmes ?, Paris : Syros, 1985

[73] MATHIEU (Nicole-Claude), L’anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe, 2e éd., Paris : côté-femmes éd., 1991, 291 p., Recherches

[74] MEDA (Dominique), Le travail : une valeur en voie de disparition, Paris : Aubier, 1995, 358 p., Alto

[75] MEDA (Dominique), Le temps des femmes : pour un nouveau partage des rôles, Paris : Flammarion, 2001, 199 p., Essais

[76] MENDOZA (Jean-Louis de), Cerveau gauche, cerveau droit : un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir, Paris : Flammarion, Domino, 1995, 126 p.

[77] MERLE (Vincent), (dir.), Femmes sur le marché du travail : l’autre relation formation-emploi, Paris : CEREQ, La documentation française, 1997, 170 p.

[78] MEYRIAT (Jean), « La formation initiale en France, des professionnels de l’information et de la documentation », Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n°2, p.91-98

[79] MEYRIAT (Jean), « Les formations à la documentation en France : aperçu historique », Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n°4-5, p.213-218

[80] MEYRIAT (Jean), « Un siècle de documentation : la chose et le mot », Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n°4-5, p.192-198

[81] MICHEL (Andrée), Non aux stéréotypes : vaincre le sexisme dans les livres pour enfants et les manuels scolaires, Paris : Unesco éd., 1986, 113 p.

[82] MICHEL (Jean), « Comprendre et agir ensemble : le sens de la réflexion prospective des professionnels de l’information et de la documentation », Documentaliste – Sciences de l’information, 1995, vol.32, n°6, p.263-269

[83] MOLLER OKIN (Susan), « Sur la question des différences», In EPHESIA, La place des femmes : Les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.57-58

[84] Mc NEIL (Maureen), Gender and expertise, London, Free Association Books, 1987, 266 p.

[85] OECD, OCDE, Les femmes et le changement structurel, Paris : OCDE, 1994, 223 p., Nouvelles perspectives.

[86] OLLENDORFF (Christine), FROCHOT (Didier), « L’évolution des méthodes de travail documentaire avec Internet », Documentaliste – Sciences de l’information, 1995, vol.32, n°6, p.313-318

[87] OVAL (Isabelle), Les métiers de la documentation et des bibliothèques, Paris : L’Etudiant, 2000, 156 p., Les Guides de l’Etudiant

[88] PERRIAULT (Jacques), La logique de l’usage, essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion, 1989, 253 p.

[89] PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris : Flammarion, 1998, 493 p.

[90] PERROT (Michelle), « Qu’est-ce qu’un métier de femme ? », In PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris : Flammarion, 1998, 493 p

[91] PERROT (Michelle), « Métiers de femmes », Le Mouvement social, n°40, juillet-septembre, 1987

[92] PINTO (Josiane), « Le secrétariat, un métier très féminin », Le Mouvement social, n°140, 1987, p. 121-134

[93] POMART (Paul-Dominique), « 1973-1993 : Quelle évolution du métier de documentaliste ? », Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n° 4-5, p.210-212

[94] ROEDERER (Benoît), L’évolution de la fonction information-documentation : résultats de l’enquête ADBS, Paris : ADBS éd., 2000, 158 p., Sciences de l’information

[95] ROUQUETTE (Céline), L’informatique : une technique assimilée par les jeunes générations, Paris, INSEE, avril 1999

[96] RUTTER (Terri), « Cerveau homme, cerveau femme : quelles différences ? », EuroBrain, vol. 1, n° 3, déc. 1999

[97] SCOTT (Joan), Gender and the politics of history, New York , Columbia University Press, 1988, 242 p.

[98] SEIBEL (Bernadette), Au nom du livre, analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, Paris : La Documentation française, 1988, 229 p.

[99] SILVERA (Rachel), Les femmes et le travail : nouvelles inégalités, nouveaux enjeux, Montreuil : VO Editions, 2000, 188 p., Séminaire 1998-1999

[100] TABET (Paola), La construction sociale de l’inégalité des sexes : des outils et des corps, Paris : L’Harmattan, 1998, 206 p., Bibliothèque du féminisme

[101] THIS (Bernard), «Qui nous dira ce qui est homme ou ce qui est femme», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.283-285

[102] TILLEY (Christine), « Gender equality in librarianship : a review article », Journal of Librarianship, 1988, vol.20, n°1, p.54-59

[103] TURNER (William), « La formation des professionnels de l’information », BBF, 1995, t.40, n°6, p.77-82

[104] WILDER (Stanley), The changing profile of research library professional Staff, University of Rochester Libraries, Bimonthly Report, Issue 208-209

[105] WILDER (Stanley), Age demographics of academic librarians : a profession apart, a report based on data from the ARL annual salary survey, 1995, 88 p.

2. CLASSEMENT THEMATIQUE ET CHRONOLOGIQUE

Partie 1 : Etude des facteurs de construction de la féminité et de la masculinité de certains métiers.

Approche anthropologique : la construction de la « féminité » et de la « masculinité »

2001

[55] GREMILLET (Muriel), CHARVET (Nadya), «Papa commande et maman coud…», Libération, 17 décembre 2001, Rubrique Emploi

[62] LAUFER (Jacqueline), MARRY (Catherine), MARUANI (Margaret), Masculin-Féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris : PUF, 2001, 246 p.

2000

[31] COURNUT-JANIN (Monique), Féminin et féminité, Paris, PUF, 2000 (2e éd. corr.), 177 p., Epîtres

1999

[96] RUTTER (Terri), « Cerveau homme, cerveau femme : quelles différences ? », EuroBrain, vol. 1, n° 3, déc. 1999

1998

[21] BOURDIEU (Pierre), La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, 139 p., Liber

[100] TABET (Paola), La construction sociale de l’inégalité des sexes : des outils et des corps, Paris : L’Harmattan, 1998, 206 p., Bibliothèque du féminisme

1996

[47] FRAISSE (Geneviève), La différence des sexes, Paris : Puf, 1996, 126 p., Philosophies 81

[57] HERITIER-AUGE (Françoise), Masculin/féminin : la pensée de la différence, Paris : Odile Jacob, 1996, 332 p.

1995

[33] DEROUESNE (Christian), «Cerveau sexué, cerveau socialisé», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.280-282

[43] EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, 740p., Recherches

[53] GODELIER (Maurice), «Du quadruple rapport entre les catégories de masculin et de féminin», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.440-442

[59] IRIGARAY (Luce), «Femmes et hommes : une identité relationnelle différente», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.137-142, Recherches

[60] ISRAEL (Lucien), Cerveau droit, cerveau gauche : cultures et civilisations, Paris : Plon, 1995, 316 p.

[76] MENDOZA DE (Jean-Louis), Cerveau gauche, cerveau droit : un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir, Paris : Flammarion, Domino, 1995, 126 p.

[83] MOLLER OKIN (Susan), « Sur la question des différences», In EPHESIA, La place des femmes : Les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.57-58

[101] THIS (Bernard), «Qui nous dira ce qui est homme ou ce qui est femme», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.283-285

1992

[50] GADREY (Nicole), Représentation de l’emploi féminin et la construction de la différence entre les sexes, Paris : L’Harmattan, 1992

1991

[48] FRAISSE (Geneviève), L’exercice du savoir et la différence des sexes, Paris : L’Harmattan, 1991

[73] MATHIEU (Nicole-Claude), L’anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe, 2e éd., Paris : côté-femmes éd., 1991, 291 p., Recherches

1988

[97] SCOTT (Joan), Gender and the politics of history, New York , Columbia University Press, 1988, 242 p.

1987

[56] HERDT (Gilbert), The Sambia : ritual and gender in New Guinea, New York, Holt, Rinehart and Winston ed., 1987, 227 p.

[84] Mc NEIL (Maureen), Gender and expertise, London, Free Association Books, 1987, 266 p.

1982

[44] ESCOFFIER-LAMBIOTTE, « Le sexe du cerveau », Le Monde, 3 novembre 1982, p.12

1971

[9] ARDENER (Edwin), Social anthropology and language, London, Tavistock, 1971, 318 p.

1949

[15] BEAUVOIR (Simone de), Le deuxième sexe, t.1 : les faits et les mythes, Paris, Gallimard, 1949, 2000 (dernière éd.), 399 p.

Le parcours scolaire des filles et des garçons

1998

[14] BAUDELOT (Christian), ESTABLET (Roger), Allez les filles, Paris, Editions du Seuil, 1998, 243 p., L’épreuve des faits

[26] CACOUAULT (Marlaine), MARRY (Catherine), «Les chemins de la mixité : éducation, qualification, métiers », In MARUANI (Margaret), Les nouvelles frontières de l’inégalité : Hommes et femmes sur le marché du travail, Paris, La Découverte, 1998, 283 p., Recherches

1997

[77] MERLE (Vincent), (dir.), Femmes sur le marché du travail : l’autre relation formation-emploi, Paris : CEREQ, La documentation française, 1997, 170 p.

1996

[18] BIHR (A.), PFEFFERKORN (R.), Homme, femme : l’introuvable égalité, Paris, Les Editions de l’Atelier, 1996

1995

[5] AEBISCHER (Verena), «Représentations de soi, projets professionnels : Goût et absence de goût pour les sciences chez les adolescents», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris, La Découverte, 1995, p.121-127, Recherches

[39] DURU-BELLAT (Marie), «Garçons et filles à l’école de la différence», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.598-603, Recherches

[40] DURU-BELLAT (Marie), TERRAIL (Jean-Pierre), «Emancipation scolaire et persistance des clivages de sexe», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.574-580, Recherches

[43] EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, 740p., Recherches

[67] MARRY (Catherine), «Les scolarités supérieures féminines en France dans les années 1980 : un bilan contrasté», In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p.591-597, Recherches

1994

[85] OECD, OCDE, Les femmes et le changement structurel, Paris : OCDE, 1994, 223 p., Nouvelles perspectives.

1990

[41] DURU-BELLAT (Marie), L’école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris : L’Harmattan, 1990, 232 p., Bibliothèque de l’éducation

[46] FELOUZIS (Georges), Filles et garçons au collège : comportements, dispositions et réussite scolaire en sixième et en cinquième, Thèse pour le doctorat de sociologie, université de Provence, déc. 1990

1986

[81] MICHEL (Andrée), Non aux stéréotypes : vaincre le sexisme dans les livres pour enfants et les manuels scolaires, Paris : Unesco éd., 1986, 113 p.

1964

[20] BOURDIEU (Pierre), PASSERON (Jean-Claude), Les héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Ed. de Minuit, 1964, 1996, réed., 191 p.

Histoire du travail des femmes

2001

[36] DOWNS (Laura Lee), L’inégalité à la chaîne : la division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre (1914-1939), Paris : Albin Michel, 2001, 463 p.

[75] MEDA (Dominique), Le temps des femmes : pour un nouveau partage des rôles, Paris : Flammarion, 2001, 199 p., Essais

2000

[6] ALONZO (Philippe), Femmes et salariat : l’inégalité dans la différence, Paris, Montréal , L’Harmattan, 2000, 123 p., Logiques sociales

[13] BATTAGLIOLA (Françoise), Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte, 2000, 122 p., Repères

[30] CORNU (Gérard), Favoriser l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Paris, Direction des journaux officiels, 2000, 81 p., Rapports du Sénat

[69] MARUANI (Margaret), Travail et emploi des femmes, Paris : La Découverte, 2000, Repères

[99] SILVERA (Rachel), Les femmes et le travail : nouvelles inégalités, nouveaux enjeux, Montreuil : VO Editions, 2000, 188 p., Séminaire 1998-1999

1999

[65] MAJNONI d’INTIGNANO (Béatrice), Egalité entre femmes et hommes : aspects économiques, Paris : La Documentation française, 1999, 209 p., Les rapports du Conseil d’analyse économique

1998

[70] MARUANI (Margaret) (dir.), Les nouvelles frontières de l’inégalité, Paris : La Découverte, 1998, 283 p., Recherches

[89] PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris : Flammarion, 1998, 493 p.

[90] PERROT (Michelle), « Qu’est-ce qu’un métier de femme ? », In PERROT (Michelle), Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris : Flammarion, 1998, 493 p

1997

[12] BARRET-DUCROCQ (Françoise), PISIER (Evelyne), Femmes en tête, Paris, Flammarion, 1997

[77] MERLE (Vincent), (dir.), Femmes sur le marché du travail : l’autre relation formation-emploi, Paris : CEREQ, La documentation française, 1997, 170 p.

1996

[7] ALONZO (Philippe), Femmes employées :la construction sociale sexuée du salariat, Paris, Montréal, L’Harmattan, 1996, 237 p., Logiques sociales

[34] DESCOLONGES (Michèle), Qu’est-ce qu’un métier ?, Paris : PUF, 1996, 264 p., Sociologie d’aujourd’hui

[58] HIRATA (Helena), SENOTIER (Danièle), Femmes et partage du travail, Paris : Syros, 1996, 280 p., Alternatives sociologiques

1995

[43] EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, 740p., Recherches

[52]GAUVIN (Annie), «Emploi des femmes, tertiarisation de l’emploi et de la société », In EPHESIA, La place des femmes : les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris : La Découverte, 1995, p. 562-568, Recherches

[74] MEDA (Dominique), Le travail : une valeur en voie de disparition, Paris : Aubier, 1995, 358 p., Alto

1994

[28] CORDERO (Christiane), Le travail des femmes, Paris, Le Monde- Editions, 1994, 184 p., Le Monde poche

[85] OECD, OCDE, Les femmes et le changement structurel, Paris : OCDE, 1994, 223 p., Nouvelles perspectives

1993

[38] DUBY (Georges), PERROT (Michèle), Femmes et Histoire, Paris : Plon, 1993, Colloque de la Sorbonne (décembre 1992)

[66] MARCHAND (Olivier), « Les emplois féminins restent très concentrés », In La Société française : Données sociales 1993, Paris : INSEE, 1993, p.495-503

1992

[37] DUBY (Georges), PERROT (Michèle), FARGE (Arlette), Histoire des femmes, tome V : XX s., Plon, Paris, 1992, 646 p.

[51] GADREY (Nicole), Hommes et femmes au travail : inégalités, différences, identités, Paris : L’Harmattan, 1992, 255 p., Logiques sociales

1989

[71] MARUANI (Margaret), NICOLE- DRANCOURT (Chantal), Au labeur des dames : métiers masculins, emplois féminins, Paris : Syros, 1989, 191 p., Syros-alternatives

1987

[91] PERROT (Michelle), « Métiers de femmes », Le Mouvement social, n°40, juillet-septembre, 1987

[92] PINTO (Josiane), « Le secrétariat, un métier très féminin », Le Mouvement social, n°140, 1987, p. 121-134

1985

[72] MARUANI (Margaret), Mais qui a peur du travail des femmes ?, Paris : Syros, 1985

1984

[11] BARRERE-MAURISSON (dir.), Le sexe du travail : structures familiales et système productif, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1984, 320 p.

[68] MARTIN (Martine), PERROT (Michelle) (dir.), Femmes et société : le travail ménager (1919-1939), Paris 7, Thèse 3e cycle Histoire, 1984

Partie 2 : Le documentaliste, une femme de 35 ans,… ?

Les circonstances de la féminisation du métier de documentaliste : naissance de la documentation et du métier de documentaliste

2000

[1] ACCART (Jean-Philippe), « Bibliothécaire, documentaliste : même métier ? », BBF, 2000, t.45, n°1, p.88-93

[32] COUZINET (Viviane), Médiations hybrides, le documentaliste et le chercheur en sciences de l’information, Paris :ADBS éd., 2000, 340 p., Sciences de l’information

[45] FAYET-SCRIBE (Sylvie), Histoire de la documentation française : culture, science et technologie de l’information (1895-1937), Paris : CNRS Editions, 2000, 313 p.

1999

[2] ACCART (Jean-Philippe), RETHY (Marie-Pierre), Le métier de documentaliste, Paris, Editions du Cercle de la Librairie, 1999, 382 p.

1997

[25] CACALY (Serge), LE COADIC (Yves-François), Dictionnaire encyclopédique de l’information et de la documentation, Paris : Nathan, 1997, 634 p., Références

1995

[23] BUCKLAND (Michael), « Le centenaire de Madame Documentation : Suzanne BRIET, 1894-1989 », Documentaliste – Sciences de l’information, 1995, vol.32, n°3, p.179-181

1993

[80] MEYRIAT (Jean), « Un siècle de documentation : la chose et le mot », Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n°4-5, p.192-198

1988

[98] SEIBEL (Bernadette), Au nom du livre, analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, Paris : La Documentation française, 1988, 229 p.

1986

[35] DESROCHES-NOBLECOURT (Christiane), La femme au temps des pharaons, Paris, Stock, 1986, 463 p.

1951

[22] BRIET (Suzanne), Qu’est-ce que la documentation ?, Paris, Editions Documentologie, 1951, 48 p.

Documentaliste : un métier exercé principalement par des femmes

2000

[94] ROEDERER (Benoît), L’évolution de la fonction information-documentation : résultats de l’enquête ADBS, Paris : ADBS éd., 2000, 158 p., Sciences de l’information

1995

[10] ATTIG (Karine), Documentaliste : un métier de femme ?, Mémoire INTD, 1995, 123 p.

[49] FROCHOT (Didier), « Comment positionner votre service documentaire dans la structure générale de l’entreprise », Documentaliste – Sciences de l’information, décembre 1995

[105] WILDER (Stanley), Age demographics of academic librarians : a profession apart, a report based on data from the ARL annual salary survey, 1995, 88 p.

1994

[17] BERNAT (Laurent), Pour en finir avec la crise d’identité des documentalistes, Mémoire INTD, 1994

1993

[42] DUVERNE (Anne), « Les pionniers du savoir : les professionnels de l’information et de la documentation en 1993 », In Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n°6, p. 287-291

[54] GOETSCH (Lori), WATSTEIN (Sarah B.), On account of sex : an annotated bibliography on the status of women in librarianship, 1987-1992, Metuchen, NJ : Scarecrow, 1993, 244 p.

1988

[27] CHAINTREAU (Anne-Marie), LEMAITRE (Renée), Drôles de bibliothèques, Paris, Cercle de la Librairie, 1988, 415 p., Bibliothèques

[102] TILLEY (Christine), « Gender equality in librarianship : a review article », Journal of Librarianship, 1988, vol.20, n°1, p.54-59

1985

[24] CACALY (Serge), « Les piétons du savoir : la profession de documentaliste en France aujourd’hui », Documentaliste – Sciences de l’information, 1985, vol.22, n°6, p. 208-215

Les formations en Information-Documentation

2000

[87] OVAL (Isabelle), Les métiers de la documentation et des bibliothèques, Paris, L’Etudiant, 2000, 156 p., Les Guides de l’Etudiant

[94] ROEDERER (Benoît), L’évolution de la fonction information-documentation : résultats de l’enquête ADBS, Paris : ADBS éd., 2000, 158 p., Sciences de l’information

1995

[103] TURNER (William), « La formation des professionnels de l’information », BBF, 1995, t.40, n°6, p.77-82

1993

[78] MEYRIAT (Jean), « La formation initiale en France, des professionnels de l’information et de la documentation », Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n°2, p.91-98

[79] MEYRIAT (Jean), « Les formations à la documentation en France : aperçu historique », Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n°4-5, p.213-218

Partie 3 : L’avenir du métier de documentaliste : vers le professionnel de l’information ?

Des rapports différents à la technique selon le sexe

1999

[95] ROUQUETTE (Céline), L’informatique : une technique assimilée par les jeunes générations, Paris, INSEE, avril 1999

1989

[88] PERRIAULT (Jacques), La logique de l’usage, essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion, 1989, 253 p.

Les hommes et les autres métiers de l’Information-Documentation

2000

[3] ADBS, Référentiel des métiers types et compétences des professionnels de l’information et documentation, Paris, ADBS, 1998, 2000, 133 p., Guide professionnel ADBS, 05

1996

[64] LETEINTURIER (Christine), L’identité professionnelle des documentalistes : le cas des médias, Paris : ADBS éd., 1996, 370 p., Sciences de l’information

1995

[16] BERNAT (Laurent), « L’Information-Documentation : notre secteur d’activité », Documentaliste – Sciences de l’information, 1995, vol.32, n°6, p.270-282

1994

[17] BERNAT (Laurent), Pour en finir avec la crise d’identité des documentalistes, Mémoire INTD, 1994

1993

[93] POMART (Paul-Dominique), « 1973-1993 : Quelle évolution du métier de documentaliste ? », Documentaliste – Sciences de l’information, 1993, vol.30, n° 4-5, p.210-212

NOTES

1 [10] ATTIG (Karine), Documentaliste : un métier de femme ?, Mémoire DESS, INTD, 1995, 123 p. (Retour au texte)

2 [94] ROEDERER (Benoît), L’évolution de la fonction Information-Documentation : résultats de l’enquête ADBS, Paris : ADBS éd., 2000, 158 p. (Retour au texte)

3 Suzanne BRIET (1894-1989) : voir [22] BRIET (Suzanne), Qu’est-ce que la documentation ?, Paris : Editions Documentologie, 48 p. (Retour au texte)

4 Georgette de GROLIER (1899-1988) et Eric de GROLIER (1911-1998) forment le couple de militants le plus actif de l’entre-deux guerre dans le développement de la culture publique et de la documentation (Retour au texte)

5 [92] PINTO (Josiane), « Le secrétariat, un métier très féminin », Le Mouvement social, n°140, 1987, p. 121-134 (Retour au texte)

6 [24] CACALY (Serge), « Les piétons du savoir : La profession de documentaliste en France aujourd’hui », Documentaliste, vol. 22, n° 6, nov-déc. 1985 (Retour au texte)

7 Propos de Didier FROCHOT(directeur de recherche de Karine ATTIG pour son mémoire INTD en 1995) recueillis par courrier électronique (Retour au texte)

8 Voir note 1 (Retour au texte)

9 « Situation et traitements des documentalistes en France », Documentaliste, 1964, 26 p., n° spécial (Retour au texte)

10 [94] ROEDERER (Benoît), L’évolution de la fonction information-documentation : résultats de l’enquête ADBS, Paris : ADBS éd., 2000, 158 p. (Retour au texte)

11 [3] ADBS, Référentiel des métiers-types et compétences des professionnels de l’information et documentation, Paris, ADBS, 1998, 2000, 133 p. (Retour au texte)

12 [8]ANPE, ROME : Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois, 1993, 1999 (Retour au texte)

13 Claude LEVI-STRAUSS, ethnologue et anthropologue français (né en 1908) (Retour au texte)

14 [9] ARDENER (Edwin), Social anthropology and language, London, Tavistock, 1971, 318 p. (Retour au texte)

15 [15] BEAUVOIR (Simone de ), Le deuxième sexe, t.1 : les faits et les mythes, Paris, Gallimard, 1949, 2000 (dernière éd.), 399 p. (Retour au texte)

16 Pierre BOURDIEU se confie à Télérama lors d’un entretien en 1998 à l’occasion de la parution de son ouvrage La domination masculine (Retour au texte)

17 [100] TABET (Paola), La construction sociale de l’inégalité des sexes : Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, 1998, 206 p. (Retour au texte)

18 On peut citer ici les problèmes juridiques et psychologiques qui se posent aux androgynes auxquels la société impose de décider pour l’un ou l’autre sexe social. La société et ses membres ne reconnaissent pas l’idée qu’il puisse exister un troisième genre qui ne serait ni masculin ni féminin ou les deux. (Retour au texte)

19 Certes, le neutre « il » existe en français, mais il ne désigne pas une personne comme le pronom « das » en allemand, par exemple : Das Mädchen (la fille) (Retour au texte)

20 Renvoi biblio [100] (Retour au texte)

21 [21] BOURDIEU (Pierre), La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, 139 p. (Retour au texte)

22 Voir note 21 (Retour au texte)

23 [57] HERITIER-AUGE (Françoise), Masculin/féminin : la pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, 332 p. (Retour au texte)

24 Renvoi biblio [15] (Retour au texte)

25 [73] MATHIEU (Nicole-Claude), L’anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe, 2e éd., Paris, Côté-femmes éd., 1991, 291 p. (Retour au texte)

26 Voir note 23 (Retour au texte)

27 [56] HERDT (Gilbert), The Sambia : ritual and gender in New Guinea, New York, Holt, Rinehart and Winston ed., 227 p. (Retour au texte)

28 [60] ISRAEL (Lucien), Cerveau droit, cerveau gauche : cultures et civilisations, Paris : Plon, 1995, 316 p. (Retour au texte)

29 [76] MENDOZA (Jean-Louis de), Cerveau gauche, cerveau droit : un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir, Paris, Flammarion, 126 p. (Retour au texte)

30 [96] RUTTER (Terri), « Cerveau homme, cerveau femme : quelles différences ? », EuroBrain, vol. 1, n° 3, déc. 1999(Retour au texte)

31 [70] MARUANI (Margaret) (dir.), Les nouvelles frontières de l’inégalité, Paris : La Découverte, 1998, 283 p. (Retour au texte)

32 GUILBERT (Madeleine), MICHEL (Andrée), Les fonctions des femmes dans l’industrie, Paris : Mouton, 1966, 395 p. (Retour au texte)

33 ISAMBERT-JAMATI (Viviane), Travail féminin et travail à domicile : enquête sur le travail à domicile de la confection féminine dans la région parisienne, Paris : CNRS, 1956, 226 p. (Retour au texte)

34 MICHEL (Andrée), Travail féminin : un point de vue, Paris : La Documentation française, 1975, 158 p. (Retour au texte)

35 SULLEROT (Evelyne), Histoire et sociologie du travail féminin, Paris, Gonthier, 1968, 395 p. (Retour au texte)

36 [37] DUBY (Georges), PERROT (Michèle), FARGE (Arlette), Histoire des femmes, tome V : XX s., Plon, Paris, 1992, 646 p. (Retour au texte)

37 Jules SIMON, homme politique, historien de la philosophie. Il écrivit une quarantaine d’ouvrages dont : L’ouvrière (1861), Le travail (1866) et La femme du XX e siècle (1891). (Retour au texte)

38 Paul LEROY-BAULIEU, économiste français. Il écrivit de nombreux ouvrages dont : Le travail des femmes au XIXe siècle (1873) (Retour au texte)

39 Maurice GODELIER cité dans [89] PERROT (Michèle), Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, 493 p. (Retour au texte)

40 Pierre BOURDIEU se confie à un journaliste de Télérama en 1998 à l’occasion de la parution de son ouvrage La domination masculine (Retour au texte)

41 Ce tableau est cité dans l’ouvrage suivant : [69] MARUANI (Margaret), Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2000, 123 p. (Retour au texte)

42 ADBS, « Positions de l’ADBS sur la formation professionnelle diplômante », Documentaliste – Sciences de l’information, 1995, vol. 32, n°4-5, p.215 (Retour au texte)

43 La bibliothèque d’Alexandrie étant la plus célèbre, au IIIe siècle avant J.-C. (Retour au texte)

44 [45] FAYET-SCRIBE (Sylvie), Histoire de la documentation française : culture, science et technologie de l’information (1895-1937), Paris : CNRS Editions, 2000, 313 p. (Retour au texte)

45 [35] DESROCHES-NOBLECOURT (Christiane), La femme au temps des pharaons, Paris, Stock, 1986, 463 p., citation p. 33 (Retour au texte)

46 Hubert FONDIN cité dans [32] COUZINET (Viviane), Médiations hybrides, le documentaliste et le chercheur en sciences de l’information, Paris :ADBS éd., 2000, 340 p. (Retour au texte)

47 La revue Documentaliste (Retour au texte)

48 Création de l’INTD (Institut National des Techniques de la Documentation) en 1950 (Retour au texte)

49 Pierre ALBERT cité dans[32] COUZINET (Viviane), Médiations hybrides, le documentaliste et le chercheur en sciences de l’information, Paris :ADBS éd., 2000, 340 p. (Retour au texte)

50 Le terme « bibliothécaire » date de 1518 dans sa forme française actuelle (Retour au texte)

51 Renvoi biblio [45] (Retour au texte)

52 Suzanne BRIET fut l’une des trois premières femmes bibliothécaires professionnelles nommées à la Bibliothèque nationale. (Retour au texte)

53 [22] BRIET (Suzanne), Qu’est-ce que la documentation ?, Paris, Editions Documentologie, 1951, 48 p. (Retour au texte)

54 Voir annexe IV (Retour au texte)

55 [24] CACALY (Serge), « Les piétons du savoir : la profession de documentaliste en France aujourd’hui », Documentaliste – Sciences de l’information, 1985, vol.22, n°6, p. 208-215 (Retour au texte)

56 Voir annexe V (tableau n°1) (Retour au texte)

57 La question posée est la suivante : « Selon vous, quelles sont les qualités propres au documentaliste ? » (Retour au texte)

58 Interview publiée depuis dans [50] FROCHOT (Didier), « Comment positionner votre service documentaire dans la structure générale de l’entreprise », Documentaliste – Sciences de l’information, décembre 1995 (Retour au texte)

59 [27] CHAINTREAU (Anne-Marie), LEMAITRE (Renée), Drôles de bibliothèques, Paris, Cercle de la Librairie, 1988, 415 p. (Retour au texte)

60 [17] BERNAT (Laurent), Pour en finir avec la crise d’identité des documentalistes, Mémoire INTD, 1994 (Retour au texte)

61 [94] ROEDERER (Benoît), L’évolution de la fonction information-documentation : résultats de l’enquête ADBS, Paris : ADBS éd., 2000, 158 p. (Retour au texte)

62 Renvoi biblio [94], (p. 17-18) (Retour au texte)

63 « Situation et traitements des documentalistes en France », Documentaliste, n° spécial, 1964, 26 p. (Retour au texte)

64 Renvoi biblio [94] (Retour au texte)

65 Renvoi biblio [94] (Retour au texte)

66 Voir partie 1, sous-partie sur les filles et les garçons à l’école (p.28-32) (Retour au texte)

67 [95] ROUQUETTE (Céline), L’informatique : une technique assimilée par les jeunes générations, Paris, INSEE, avril 1999 (Retour au texte)

68 Renvoi biblio [95] (Retour au texte)

69 [88] PERRIAULT (Jacques), La logique de l’usage, essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion, 1989, 253 p. (Retour au texte)

70 [64] LETEINTURIER (Christine), L’identité professionnelle des documentalistes : le cas des médias, Paris : ADBS éd., 1996, 370 p., citation p. 231 (Retour au texte)

71 [17] BERNAT (Laurent), Pour en finir avec la crise d’identité des documentalistes, Mémoire INTD, 1994 (Retour au texte)

72 Renvoi biblio [17] (Retour au texte)

73 Renvoi biblio [94] (Retour au texte)

74 Voir annexe V (tableau n°1) (Retour au texte)

75 Voir p.29 (Retour au texte)

76 La mixité dans la voie des métiers, le défi de l’égalité : Campagne engagée par le ministère de l’Education nationale en 2002 en faveur de la mixité sur le marché de l’emploi. (Retour au texte)

©HERMÈS : revue critique et Emilie ROUX
ISSN- 1481-0301
Créée le vendredi 18 août 2000
À jour le lundi 26 mai 2003


Publié dans Bibliothéconomie, Société de l'information, Sociologie, Uncategorized | 1 commentaire

Introduction à l’esthétique d’Adorno. Approche de l’esthétique d’Adorno par l’analyse du rapport à Marx dans la Théorie esthétique Raphaël CLERGET

INTRODUCTION A L’ESTHÉTIQUE D’ADORNO

Approche de l’esthétique d’Adorno par l’analyse du rapport
à Marx dans la Théorie ethétique

Raphaël CLERGET

Paru dans le no 9 de HRC (HERMÈS : revue critique)


[Vu la longueur du texte il est divisé en 5 sections, et sera publié en deux parties.]

Paru une première fois dans:
Actuel Marx en Ligne   n°14
(25/11/2002)
Notes :

  • les notes I,II, III etc. indiquées dans le texte renvoient en fin de document
  • les guillemets «  » indiquent une citation, et les ‘ ‘ indiquent une mise entre guillemets de l’expression
  • les ouvrages sont cités en italique. En l’absence de référence en note, ils sont cités dans la bibliographie

TABLE DES MATIERES

1 Introduction

2 Matérialisme et dialectique dans l’art et l’esthétique

3 Les catégories de la connaissance du monde

4 Les catégories de la transformation du monde

5 Conclusion

6 Bibliographie sommaire


Table de la section 1

1 Introduction

1.1 Objet d’étude et méthodologie

1.1.1 L’objet de ce travail et son contexte

1.1.2 Méthodologie

1.1.2.1 Le refus motivé de la méthode par Adorno

1.1.2.2 La méthode employée et le plan

1.1.2.3 Textes et références employés

1.2 Situation : que faire ?

1.2.1 Contexte général : la domination et la raison

1.2.2 L’art et la question de l’identité

1.2.3 Contexte particulier et problématique de la T.E.

1.2.4 Critiques d’Adorno : quelle théorie pour une stratégie politique ?

Table de la section 2

2 Matérialisme et dialectique dans l’art et l’esthétique

2.1 L’art comme lieu d’une lutte dialectique entre l’individuel et l’universel

2.2 L’expression de la souffrance

2.3 Une pratique différente

2.4 La nécessité de la distance artistique

2.5 Les forces artistiques

2.6 Les risques de l’œuvre d’art

2.7 L’esthétique

Table de la section 3

3 Les catégories de la connaissance du monde

3.1 Le double caractère de l’art et son origine dans la division du travail

3.1.1 Le double caractère de l’œuvre d’art

3.1.2 Son origine dans la division du travail

3.2 Processus de production

3.2.1 Rapport à la production sociale : rationalité et artisanat

3.2.2 Rapport intérieur à la société, par la forme

3.2.3 Relativisation du rôle de la personne privée

3.3 La société capitaliste échangiste et ses conséquences dans le domaine de l’art

3.3.1 La constellation échange-idéologie-marchandise-réification-aliénation-fétichisme

3.3.2 Le monde marchand et l’art : combat pour l’identité

3.4 Idéologie

3.4.1 La richesse du sujet et de l’expérience

3.4.2 La suppression du sujet

3.4.3 L’humanité de l’art

3.4.4 La bonne naturalité de l’art

3.4.5 Le caractère désengagé de l’art

3.4.6 L’harmonie de l’art

3.4.7 La bonne nouvelle de l’art

3.4.8 La pure spiritualité de l’art

3.4.9 L’art communiquant

3.4.10 L’art altruiste

3.4.11 La culture dans toute sa gloire

3.5 Fétichisme

3.5.1 Le fétichisme de la marchandise dans la sphère esthétique

3.5.2 Le fétichisme du caractère d’en-soi de l’œuvre d’art

3.5.3 Le fétichisme de l’objectivation

3.5.4 Le fétichisme des moyens techniques

3.6 Réification

3.6.1 Affaiblissement et déformation de la capacité d’expérience

3.6.2 La nécessité et les risques de l’objectivation artistique

3.7 Aliénation

3.7.1 Aliénation comme étrangeté à soi et comme puissance déterminante

3.7.2 Influence sur la sphère du divertissement

3.7.3 Influence sur la production artistique et l’art moderne

3.7.3.1 Le montage

3.7.3.2 La construction

3.7.4 Influence sur le contemplateur

3.8 Bourgeoisie

3.8.1 Liberté partielle

3.8.2 Quatre grands principes bourgeois : conservation de soi, échange, propriété et travail

3.8.3 Idéaux bourgeois de l’art : réconciliation, satisfaction, intuition

Table de la section 4

4 Les catégories de la transformation du monde

4.1 Praxis

4.2 Utopie

4.3 Critique politique

4.4 Lutte des classes

4.5 Forces et rapports de production

4.5.1 Forces/rapports de production artistiques et forces/rapports de production sociaux

4.5.2 Les forces de production artistiques et les rapports de production

4.5.3 Progrès artistique

4.5.4 Le sujet collectif résistant non encore réalisé

Table de la section 5

5 Conclusion

6 Bibliographie sommaire

6.1 Textes d’Adorno traduits en Français

6.2 Textes en français sur Adorno

6.3 Autres textes utilisés

6.4 Dictionnaires utilisés

6.5 Histoires de la philosophie utilisées

7 Notes


« La définition de ce qu’est l’art est toujours donnée à l’avance par ce qu’il fut autrefois, mais n’est légitimée que par ce qu’il est devenu, ouvert à ce qu’il veut être et pourra peut-être devenir »

T.W.Adorno, Théorie esthétique, p.17.

1 Introduction

1.1 Objet d’étude et méthodologie

1.1.1 L’objet de ce travail et son contexte

Ce travail constitue une première étape du projet d’une interprétation générale de la pensée de la Théorie esthétique (1970), dernier texte inachevé et édité de façon posthume du philosophe – et musicien – allemand Theodor Wiesengrund Adorno (1903-1969). La position dernière de la Théorie esthétique dans l’ensemble de la production théorique d’Adorno, et donnant la dernière station de sa pensée, n’était cependant pas prévue par l’auteur. En effet, les trois textes essentiels de sa production théorique auraient dû être à ses propres yeux[1] la Dialectique négative (1966), la Théorie esthétique, inachevée, et un ouvrage de philosophie morale resté à l’état de projet.

La Théorie esthétique s’attache essentiellement à proposer une théorie de l’art moderne et contemporain, s’appuyant en particulier sur l’analyse de la situation des œuvres contemporaines du texte, les œuvres d’après la Seconde Guerre mondiale, d’après l’Holocauste, et des ‘révolutions’ artistiques du début du siècle, en tentant de penser la crise qui les saisit au sein de leur interrogation sur la légitimité de leur propre existence après toutes les horreurs du siècle. L’autre station théorique essentielle – et la seule achevée – a donc été selon lui la Dialectique négative. Celle-ci est présentée dans son avant-propos[2]comme le projet de « délivrer la dialectique de son essence affirmative » en s’efforçant de penser, contre la pensée systématique, la « discontinuité » entre la méthodologie des travaux appliqués d’Adorno, dont le plus grand nombre porte sur la musique et la littérature, et ces mêmes travaux appliqués où se déploie la possibilité de « philosopher concrètement », et en cela « parvenir de façon rigoureuse au-delà de la séparation officielle entre philosophie pure et teneur chosale ou forme scientifique ». C’est en ce sens un ouvrage de logique et l’intervention philosophique d’Adorno était donc pensée par lui-même comme se déployant suivant les trois axes traditionnels de la logique, l’esthétique et l’éthique.

Cette production théorique ne se limite cependant pas au sillage qui s’évanouit le long des trois ouvrages cités, le second étant inachevé et le dernier n’existant pas. Outre l’ouvrage La dialectique de la Raison (1947) écrit avec M.Horkheimer, qui constitue un premier pas important sur le parcours théorique d’Adorno, cherchant à répondre à la question de savoir comment la prétention rationaliste d’émancipation de l’homme formulée avec enthousiasme par la pensée des Lumières a pu aboutir à l’horreur de l’Holocauste, l’ambition d’une philosophie concrète d’Adorno s’est réalisée le long d’un grand nombre d’étude sur la musique et la littérature, dont l’ouvrage Mahler une physionomie musicale (1960) sur le compositeur Mahler du même nom est la réalisation la plus élaborée, et le long d’études sociologiques.

Cette première étape que matérialise le présent texte a pour objet limité de se doter d’instruments de compréhension de la pensée qui s’y déploie. Ces instruments constituent ce qui pourraient s’appeler des cartographies transversales du texte en ce que l’opération analytique a consisté à recomposer le texte suivant l’axe du rapport à Marx qu’il faut lire comme un rapport aux catégories qu’il a introduites. La justification de cette opération réside dans leur massive utilisation tout au long du texte, ainsi que l’hypothèse que c’est la dialectique matérialiste qui permet le déroulement du discours et le rapport avec Kant et Hegel, qui ont développé selon Adorno « les conceptions esthétiques les plus puissantes »[3], rapport qui ne sera pas abordé ici, mais qui devra l’être au cours des étapes ultérieur du projet.

Cette analyse, en tant que tentative de compréhension philosophique à partir d’une cartographie conceptuelle n’est ni matérialiste ni dialectique en ce sens que le texte d’Adorno n’est pas déchiffré à partir des conditions historiques et sociales de son apparition[4]. En cela, c’est bien un premier pas qu’il s’agira de dépasser.

Son intention, elle, n’est pas purement théorique mais aussi pratique en tant que permettant de se doter d’armes théoriques pour affronter les discours dominants sur l’art qui orientent la production artistique et brouille le regard porté sur les œuvres contemporaines.

1.1.2  Méthodologie

La présentation de la méthodologie employée pour mener à bien ce travail nécessite un retour sur le problème du rapport à la méthodologie d’Adorno qui a, comme cela a été évoqué plus haut, constitué le noyau épistémologique de la Dialectique négative. En effet, sa constitution qui relève des moyens propres de l’auteur n’est pas sans poser des problèmes par rapport à ce que les propos méthodologiques d’Adorno enseignent, en ce que rien n’assure que l’application d’une méthode différente de celle suivie par un texte dans son propre effort de connaissance aboutira à sa connaissance.

1.1.2.1  Le refus motivé de la méthode par Adorno

Le problème de la méthode permettant de développer la connaissance des phénomènes sur lesquels se porte l’attention du théoricien est ce qu’Adorno appelle « l’aporie du nominalisme » et qui touche la philosophie comme l’art moderne, à savoir la possibilité d’atteindre la réalité spécifique, individuelle, à l’aide de formes pures nécessairement universelles, le concept pour la philosophie et les genres, styles, et formes pour l’art [5]. Une formulation équivalente est le projet d’atteindre le détail sans philosophie préconçue. C’était déjà le projet hégélien mais il échoue selon Adorno [6] car le résultat est atteint « comme si c’était convenu d’avance, cet esprit qui [était] posé dès le début comme totalité et comme Absolu ». C’est la thèse hégélienne de l’identité de l‘a priori et de l’a posteriori qui garantit a priori – et donc a posteriori – de manière dogmatique la réussite de son entreprise théorique et dont l’excès se montre par exemple dans la construction de l’Etat comme instance positive résolvant toutes les contradictions sociales, la « réalité de la raison » [7]. Dans cet excès se lit la tendance à intégrer les faits, de force dans une unité sans faille, et finit par imposer le sujet au détriment de son objet, ce contre quoi avait lutté Hegel dans sa lecture de Kant dont la Critique de la Raison Pure semblait aboutir à une position formelle de méthode de la raison sans qu’aucune connaissance concrète n’ait été acquise et en imposant l’a priori des formes subjectives sur leur objet. Cette analyse a son corrélat social en ce que ces formes d’universalité imposées peuvent être décryptées, après Marx, comme formes sociales dominantes. Les répéter, c’est répéter la domination sociale, alors que dans la mise à jour de ce qui refuse de s’y laisser subsumer peut s’annoncer le ferment de sa transformation.

Comment dès lors s’assurer du résultat d’une étude en posant préalablement la méthode qui le garantira ? C’est le point d’achoppement avec le positivisme tel que l’interprète Adorno, attaché au projet hégélien. La méthode du positivisme assurant sortir du subjectivisme en effectuant la soustraction de tout ce qu’a de spécifique le sujet ne conduit selon lui qu’à faire de la méthode un nouveau sujet mais un faux sujet, un « sujet objectivé » et formet [8] qui tronque l’expérience du sujet au sein de laquelle l’objet vient à l’expression. Comme le dit la Dialectique Négative, « [L]e tournant dialectique fait ses preuves dans sa réalisation » [9]. Présenter une méthode avant l’étude proprement dite, garantissant sa réussite, donnant la manière a priori d’y arriver, est un retour à la métaphysique de la prima philosophia pour laquelle il existe un principe a priori dont tout découle, un fondement apodictique dernier, ce qui constitue le sommet d’une pensée de l’identité qui impose à ce qui est penser une forme immuable sans prendre en considération les exigences qualitatives et individuelles de l’objet. Cet avertissement de l’idée dialectique élevé par Hegel et auquel il passa outre se retrouve dans les paragraphes des études d’Adorno consacrés à la méthodologie, comme on le voit dans la Philosophie de la nouvelle musique [10] et dans l’Introduction première de la Théorie esthétique [11], où le refus de présenter une méthodologie est associé au fait que sa réussite ne peut être hypostasiée en dehors de sa réalisation dans l’ouvrage. L’immanence de la méthode à son application ne permet pas de l’en dégager, de la détacher, pour la présenter en début de livre, justifiant par avance la suite. Ne s’assurant pas par avance du contenu de ce qui est traité; Adorno dans l’Introduction première de la Théorie Esthétique [12], explique que la seule méthodologie, c’est de ne pas avoir de méthode, seule la réalisation du projet – ici faire une théorie esthétique – prouvera le bien-fondé de la méthode immanente.

Comment dès lors mettre concrètement en œuvre ce projet ? Quel modus operandi employer qui ne serait pas une méthode au sens de garantie a priori d’atteinte de l’objectivité ? Dans le cadre de l’esthétique, la réponse est la suivante : « la meilleure méthode est d’introduire dans les catégories traditionnelles, au moyen de modèles, un mouvement du concept qui les fasse se confronter à l’expérience artistique » [13]. Cette confrontation s’appuie sur la contrainte à la réflexion sur soi exercée sur les phénomènes à l’aide du concept, afin par ce moyen de libérer leur expression muette [14] par le mouvement que cette confrontation fait naître dans le concept. La réponse au problème nominaliste commun à la philosophie et à l’art moderne passe par la construction, comme forme qui cesse d’être imposée du dehors mais résulte de la réflexion de l’expérience par la raison subjective [15]. En philosophie, cette construction est celle de modèles, de développements conceptuels autour de problèmes singuliers comme ceux de l’harmonie, du beau, etc. Par la démarche de confrontation expérimentale, avec le phénomène, la dialectisation du caractère universel du concept et de l’irréductible singularité des phénomènes auxquels il prétend s’appliquer est libérée, sans que ce geste répète dans la théorie celui dominateur qui fait des phénomènes des exemples[16]. La critique même du principe d’identité de l’idéalisme avait en effet porté sur le caractère schématique du concept qui surplombe ses exemplaires, là où l’objectif est que l’élément singulier ‘donne de la voix’, surplomb duquel l’écho reçu par la voix lancé du sujet n’en est que le double[17]. Il est légitime de se demander alors si le tour de force dont parle Adorno comme geste de l’œuvre d’art, ne s’applique pas à la philosophie, le tour de force étant qu’au nom de l’être-en-soi, l’œuvre établit artificiellement une cohérence de sens [18].

Ce refus de l’écriture qui, des principes, en déduit le concret, refus qui s’était retrouvé en art comme refus de l’organiser à partir d’un principe de structuration, pose aussi la question de savoir comment organiser un texte. L’écriture qu’Adorno a caractérisée chez Hölderlin comme écriture ‘paratactique’, « synthèse non conceptuelle » qui devient en poésie une « dissociation constitutive » opérant avec une syntaxe faite de juxtapositions s’opposant à la « syntaxe subordonnante » [19], s’applique-t-elle à Adorno ? Dans la Théorie esthétique, cette forme différente de logicité dans l’art est caractérisée comme consistant « dans l’équilibre des éléments coordonnés, dans cette homéostasie dans le concept de laquelle l’harmonie esthétique finit par se sublimer », le terme ‘homéostasie’ renchérissant sur l’équilibre pour indiquer la stabilisation des éléments en question[20]. Le principe ou le concept souverain représentant la transposition philosophique de la transcendance divine, cette écriture accomplit la suppression de cette transcendance autoritaire et peut être dite écriture immanente.

Cette constitution de modèles s’appliquant à des concepts quand il s’agit de philosophie, a son corrélat quand il s’agit des œuvres d’art dans la constitution de constellations de fragments d’analyse de détail, « immanentes », « micrologiques », dont la finesse et le caractère qualitatif seuls sont capables de dégager un « contenu de vérité », l’universalité à laquelle renvoie la caractérisation de ces figures particulières. « Parmi les parties de la totalité, le fragment est celle qui lui résiste »[21]. Benjamin dans l’Origine du drame baroque allemand [22] devient ici l’alternative à Hegel, en opposant à la déduction idéaliste le procédé inductif, utilisant l’extrapolation, Benjamin voyant dans toute parcelle de réalité les sédimentations de la totalité à déchiffrer[23]. Là où dans La Dialectique Négative ou dans La Théorie esthétique, l’analyse se fait à partir des matériaux que sont les concepts les plus généraux de l’épistémologie ou de la logique, et de l’esthétique, dans les analyses d’œuvres singulières, l’opération est double, consistant à mouvoir les concepts plus locaux de l’esthétique en vigueur à l’époque de l’œuvre considérée, et à dégager la constellation de ses caractères propres dont la figure nomme l’œuvre. Pour cela, la clé pour entrer dans l’œuvre sera sa technique. Et c’est une réflexion subséquente qui permettra d’extrapoler à partir de sa concrétion, le contenu de l’œuvre, sa complexion technique contenant le problème objectif de l’œuvre et son contenu de vérité[24].

1.1.2.2  La méthode employée et le plan

La mise en place d’une méthode détaillée pour réaliser l’étude du rapport à Marx dans la Théorie esthétique n’a pas pu s’appuyer dès le départ sur la théorie adornienne de la méthodologie, en ce que ce rapport a été découvert au fur et à mesure de la compréhension de l’auteur. Le présent paragraphe a pour objet de confronter a posteriori cette compréhension avec le mode opératoire quelque peu positiviste mis en place, et ce afin de déterminer ses potentialités et ses limites.

L’élucidation du rapport aux catégories marxistes s’est limitée à leurs mentions explicites dans la Théorie esthétique; tous les usages implicites ont donc été écartés ce qui se justifie par l’a priori que les lieux où une référence explicite était faite dénotaient l’importance cognitive de son usage. En tant que l’usage des catégories par Adorno suppose une certaine lecture de Marx et du marxisme, et toute lecture compréhensive étant théorisée dans le texte Skoteinos des Trois études sur Hegel comme critique et comme dépassement, il faudra se garder de voir dans cet usage la simple application d’un système supposé de Marx, mais leur usage réfléchi, reprise de la pensée sur la base d’une nouvelle situation historico-philosophique. De même il faudra en conclure a contrario que la lecture présente d’Adorno n’en est pas la pleine compréhension puisqu’elle n’aboutit à aucune critique ni dépassement.

Les références ont donc d’abord été compilées par reformulation interprétative tenant compte du contexte de leur apparition, puis les catégories principales retenues ont été regroupées en deux groupes, celui de la connaissance du monde en ce qu’elles sont utiles à la critique et à la connaissance du monde mais n’abordent pas directement la problématique de sa transformation, et celui justement de la transformation du monde. La répartition a donc été la suivante : division du travail, société d’échange, idéologie, fétichisme, réification, aliénation, bourgeoisie pour la connaissance du monde et praxis, utopie, critique politique, lutte des classes, forces et rapports de production pour sa transformation. Au sein même de chaque catégorie, l’organisation s’est fait selon le sens de leur application. Au sein de chaque ensemble, l’articulation entre les catégories s’est fait sur la base de leur rapport qui a émergé de leur analyse individuelle. C’est d’ailleurs le maillage serré des catégories qui a rendu artificiel leur isolement apparent, isolement souhaité pour répondre au problème qui avait été posé.

La solution proposée au problème plus complexe du statut du matérialisme et de la dialectique a été d’en faire une première partie, comme sous-entendu général de l’approche d’Adorno, aux deux autres sur les catégories de la connaissance du monde et de sa transformation. Quant au rapport entre les trois parties, il est de juxtaposition. En ce qui concerne l’introduction, outre l’exposition de l’objet du travail, de la présentation succincte de la production théorique d’Adorno et de la méthodologie, il était nécessaire d’indiquer plus largement la place de la question de l’art et de la Théorie esthétique dans cette production théorique. Pour cela, la présentation du plus général au plus particulier a été retenue en décrivant d’abord très globalement l’univers conceptuel d’Adorno sous la forme d’un paragraphe sur la question de la domination et de la raison, puis l’insertion de la question de l’art dans ce questionnement général, enfin la problématique de la Théorie esthétique. Cette approche à trois niveau nous a paru répondre à cette question de la mise en contexte de la Théorie esthétique. La conclusion, pour finir, a consisté à mettre à jour les découvertes qui nous ont paru essentielles au cours de ce travail ainsi que le schéma succinct des études suivantes à engager pour aboutir à une interprétation générale de la Théorie esthétique.

Les difficultés d’une telle approche sont celles qui peuvent être appelées les difficultés de la lecture, de l’extraction, de la classification(-reconstruction).

Le problème de la lecture a été de deux ordres : d’une part en tant que non garantie à saisir dans sa complexité la pensée adornienne malgré l’immersion dans l’œuvre sans schémas philosophiques d’interprétation conscients, mais avec une première formation à l’arrière plan de type scientifique qui a ralentit par ses schémas identificateurs et classificateurs positivistes fustigés par Adorno, la compréhension d’une pensée dialectique; d’autre part, en tant que l’auteur ne disposait pas de la formation artistique et de la connaissance de l’art dont disposait Adorno – ce problème a été atténué par un dialogue théorique avec des artistes [25]. Enfin, Adorno émaille ses textes de considérations à prendre au sérieux sur la quasi-impossibilité d’une quelconque réduction d’un texte à laquelle la présente recomposition se trouve confrontée. Ainsi la philosophie « doit au cours de sa progression se renouveler constamment, de par sa propre force autant qu’en se frottant à ce à quoi elle se mesure; c’est ce qui se passe en elle qui décide et non la thèse ou la position; le tissu et non, déductive ou inductive, la marche à sens unique de la pensée. C’est pourquoi la philosophie est essentiellement irrésumable. »[26] Cet avertissement rappelle cette phrase de Nietzsche dans Aurore [27] : « Ne plus jamais rien écrire qui n’accule au désespoir toutes les sortes d’hommes pressés ».

Le problème de l’extraction opère de fait, malgré tout l’effort interprétatif cherchant à retenir le contexte, une extraction hors de son contexte et ne se garantit pas contre la perte des nuances qu’elle implique a priori. Alors qu’Adorno aborde successivement les différentes catégories afférentes à l’esthétique et les dialectise historiquement et socialement, les extractions que ce travail opèrent ne suivent pas ce mouvement insistant autour du noyau réel de ce qu’exige le présent – comme le vide sculpté par le plein du texte – que suit chaque modèle dialectique. La seule assurance de ce choix méthodologique qui empêche de le réduire au pur geste du ‘coup de dés’ est la reprise par Adorno de la théorisation benjaminienne du fragment, à savoir que les fragments du réel contiennent comme sédiments la totalité. L’opération n’est cependant pas protégée contre le fait que le changement de vocabulaire effectué lors de l’interprétation des morceaux extraits du corps du texte d’Adorno n’y réimplante pas des philosophies implicites, en constituant au final une sorte de corps de texte recousu fait d’un ‘patchwork’ de philosophies non encore maîtrisées mais convoyées par les mots de substitution employées. Pour permettre une correction ultérieure de cette première étape, chaque extraction a été référencé et cela explique le nombre important de notes.

La classification a opéré de manière à développer de manière itérative dans chacune des trois parties un arbre classificateur suivant des unités distinctives à extension de moins en moins grande, l’opération s’arrêtant suivant le critère subjectif quelque peu arbitraire du sentiment d’une unité cohérente et maîtrisée. La position de certaines de ces unités distinctives était évidemment guidée par le sujet comme par exemple le premier niveau de dégagement des catégories marxistes, mais la classification a permis de dégager les plus représentatives pour Adorno, se basant sur l’a priori que l’importance de la catégorie était proportionnée à la répétition de son usage. La relecture à chaque étape des morceaux rapprochés a permis de développer la compréhension. Cette approche en apparence ultra-positiviste ne s’est cependant pas basée sur un calcul statistique, aveugle au contenu du texte, mais sur une approche qualitative du texte associée certes à une classification ultérieure. Sans la lecture répétée et insistante du texte, aucune sorte de compréhension n’aurait été possible. Cela s’explique en ce que le halo contextuel a été intégré subjectivement par cette lecture répétée et réintroduit à chaque moment classificateur et au moment de la fusion par recomposition discursive des morceaux en discours. Sans cela, les morceaux prélevés auraient perdu leur sens et n’auraient pu se constituer en fragments potentiels à savoir en parties non contingentes par rapport à la totalité, tendant au-delà d’elles-mêmes mais résistant à la totalité. Cela explique la difficulté rencontrée du regroupement par catégorie marxienne, en ce que chacune renvoyant au-delà d’elle-même vers les autres, et que suivre ces renvois menant trop loin, un équilibre précaire a du être trouvé dans la rupture de ces liens au cours de la classification, quitte à les recomposer après.

La méthodologie s’expose – à demi – au reproche d’Adorno d’en hypostasier une dès le départ puisque l’idée générale de classification est bien un a priori mais seulement à demi parce que la forme détaillée de cette classification a été guidé par le contenu. Ce geste d’extraction dans le corps du texte afin de le recomposer sur d’autres axes n’aboutit pas à un principe premier duquel tout découlerait. Le procédé classificateur n’est donc pas utilisé avec la finalité des tentatives de philosophie positiviste. Cependant cette classification est malgré tout fustigée par Adorno comme « méthode de la raison ‘théorique’ […] renonçant expressément à la connaissance intime de l’objet »[28]. C’est la limite de cette étude qui n’a pas la prétention d’atteindre au regard micrologique, prétention qu’il faudrait pourtant avoir sur l’œuvre d’Adorno, afin de saisir sa « spécifique, son irremplaçable législation »[29]. En particulier, alors que la technique constitue la clé d’accès aux œuvres d’art, et à la philosophie comme le montre Adorno pour Hegel dans Skoteinos des Trois études sur Hegel, la lecture présente et préalable ne s’est basée que sur le contenu explicite du texte et non à son geste syntaxique, et attend son dépassement.

1.1.2.3 Textes et références employés

Le texte de la Théorie esthétique a été utilisé dans l’édition française de Klincksieck de 1995, la traduction étant de M.Jimenez. Il comprend le corps de la Théorie esthétique, une Introduction première qui était destinée à être réécrite, le recueil de fragments Paralipomena et une digression Théories sur l’origine de l’art. Compte tenu des remarques éditoriales cet ensemble a été considéré comme un tout cohérent[30]. Les autres textes d’Adorno ont été consultés dans leur version française faute de connaissance suffisante de l’allemand. Les textes Modèles critiques et Trois études sur Hegel ont été consultés dans des éditions américaines faute de pouvoir se les procurer en version française. Les références aux autres textes, en particulier la Dialectique négative publié trois années avant la mort d’Adorno, sont utilisées quand elles permettent d’éclairer le texte sur des points ponctuels sans introduire de nouveaux problèmes d’interprétation. Pour autant il n’a pas été précisé pour chacun leur différence spécifique par rapport à la dernière pensée d’Adorno.

Des références contemporaines singulières émaillent le texte – J.Bidet, E.Balibar, F.Laruelle – afin d’établir des correspondances avec aujourd’hui. De même, des références aux débuts de l’activité pratique et théorique de D.Buren, contemporains du texte de la Théorie esthétique, et visant une approche transformatrice de l’art à l’extrême opposé d’Adorno nous ont semblé pertinentes.

1.2 Situation : que faire ?

1.2.1 Contexte général : la domination et la raison

Le monde tel qu’il est interprété par Adorno perpétue la domination de l’homme sur la nature, la sienne et l’extérieure [31], dont les formes et les gestes sont naturalisés, comme s’ils répondaient à une fatalité sans fin, donc au mythe. Une illustration en serait chez Marx, la critique de l’économie politique dont la description semble supposer que le système capitaliste est le système naturel de l’économie. Ce thème central d’Adorno est couplé avec l’Aufklärung, les Lumières, ou comme le définit l’ouverture de La dialectique de la Raison, « la pensée en progrès »[32] qui accroît certes, la maîtrise de la nature, mais en même temps, ce qui est une régression, appauvrit son expérience de la nature, dont la sienne. L’espèce humaine, mue par son principe d’auto-conservation, ou conservation de soi, non dénuée de dialectique du fait de la contradiction persistant entre sa prétention et sa réalisation, entre son concept et ce qu’il en est dans la réalité, travaille en partie dans le sens contraire du progrès vers le bonheur généralisé, spécialement en substituant les moyens mis en place par la raison, au but, à la finalité de ces moyens[33]. Cela se traduit par l’irrationalité de l’activité de l’homme comme histoire naturelle aveugle [34]. La finalité de la rationalité, le bonheur, est oubliée. Si elle nomme l’ensemble des moyens définis pour dominer la nature, sa finalité reste un moyen, et la raison non-rationnelle[35]. L’auto-conservation fixée sur ses moyens, appauvrit la vie du sujet et mutile le monde, en particulier la faculté humaine de différenciation, qualitative, sa capacité à faire l’expérience du monde et des autres, qui peu à peu n’est plus pratiquée et remplacée par des schémas pré-établis de pensée, cherchant à préformer et à uniformiser les individus et leurs impulsions sur le modèle de la marchandise, et ce afin qu’ils travaillent à la conservation de la société telle qu’elle est [36]. La tâche de la philosophie est alors de critiquer cet esprit d’auto-conservation pour s’aider elle-même et les autres à une prise de conscience, prélude à une éventuelle transformation des conditions de vie, déterminées, Adorno étant en accord avec Marx, par le mode de production capitaliste de la société. La Dialectique négative exprime clairement la différence entre la pensée identificatrice qui domine son objet en voulant le subsumer sous une catégorie, comme un exemplaire, et une pensée dialectique qui cherche à se corriger en cherchant à exprimer à l’aide d’une constellation de concepts ce que la chose est, à se servir de la forme identifiante du concept contre elle-même, dans le but différent qui est d’exprimer le non-identique et non l’identique, et ce au nom de l’identité réprimée de la chose dont il est question[37]. Dans le domaine de la connaissance cette domination d’un principe borné de conservation de soi entraîne que le sujet ne retrouve que lui-même dans l’objet de son étude au lieu d’y trouver l’objet[38], l’idéal de la connaissance étant l’amour pour Adorno, le fait de laisser son objet différent, lointain, tout en se portant à sa proximité[39].

Les exemples de domination sont pléthores et semblent pouvoir être trouvés dans tous les domaines de la vie comme l’illustre l’énumération arbitraire suivante : domination de la femme par l’homme dans le mariage bourgeois, de l’animal dans les expérimentations, du salarié au sein de l’entreprise parfois directement par l’intermédiaire de normes de rendement associées à des processus de travail, du citoyen dans l’Etat, du paysage par l’industrie touristique, de l’écosystème par l’industrie, de la recherche musicale par son immédiate réception ou par sa rentabilité, etc.

Cette vision de la domination qui s’est exprimée en premier lieu dans La dialectique de la Raison écrit en collaboration avec Horkheimer dans le contexte historique de la Seconde Guerre Mondiale, est ensuite présente dans les autres œuvres comme un prolongement dans divers domaines de l’analyse critique de la Raison qui présente le caractère double de développer le potentiel de liberté en même temps que la réalité de l’oppression[40], par la tenue séparée des instances de la raison et de la nature.

1.2.2 L’art et la question de l’identité

Adorno a travaillé dans nombre de ses textes avec des références à des œuvres d’art, les utilisant comme des archétypes esthétiques, en ce que les œuvres sont pour lui une forme de trace sismographique de la situation – dont celle primordiale du sujet comme l’illustre dans le texte Théorie et Pratique des Modèles critiques le recours à Hamlet et Don Quichotte pour parler de la perte d’expérience de l’autre, de l’individu[41]. Cependant Adorno voit en outre dans l’art un lieu où naît l’espoir de voir s’infléchir ce prétendu ‘destin’, par un comportement différent vis à vis de l’objectivité, et où vient à jour l’image d’une situation possible où l’humanité serait libérée de son geste dominateur réduisant l’autre au silence, situation où les êtres et les choses pourront être elles-mêmes. Cela ne signifie pas pour autant que l’art serait exempt de la perte par la vie de ses qualités, sa dé-qualification – Entqualifizierung en allemand –[42], car en l’art se produit l’Entkunstung – dés-esthétisation ou dés-artification[43] – , la perte de son caractère artistique. C’est alors ici la question de l’identité qui est en jeu, d’emprunt, imposé ou propre à soi. Et l’art critique et remet en cause cette domination du principe universel de réalité qu’est la principe d’échange complété par l’administration du monde car ce qui apparaît en elle ne peut être saisi de manière définitive dans un corps de concepts l’identifiant sans reste et s’y substituant[44]. Son existence est résistance à cette substitution de n’importe qui par n’importe qui, modèle de l’échange que l’on retrouve jusque dans l’idéal scientifique positiviste selon Adorno en ce le sujet ne devant plus intervenir, devant être retranché pour laisser place à une pure objectivité, il devient indifférent de savoir qui va faire l’expérience scientifique[45]. La raison devient obnubilée par son caractère de moyen et oublie la finalité humaine du bonheur de tous avec tous, la construction d’une totalité rationnelle, dans sa nuance raisonnable. Cette obnubilation de la raison dans le moyen tient dans la formule de l’échange où une chose est toujours pour autre chose. L’art conserve quant à lui l’image de la finalité en se constituant pour soi. Il peut ainsi, par ses moyens propres, qui ne sont pas directement politiques, et malgré – en réalité grâce à – son apparence, son caractère de fiction, convaincre le monde de son irrationalité. En tant que comportement spécifique vis à vis de l’objet, de son autre, l’art est une forme de pratique qui tente de sortir de la perpétuation de la domination de l’un sur l’autre, et malgré le caractère dialectique de sa tentative – entre le geste organisateur qui objective les impulsions mimétiques et « leur régression à la magie » – dessine l’utopie à savoir l’horizon d’une réconciliation où la raison cessera d’être dominatrice[46].

Contrairement à Marx, Adorno ne voit pas dans le prolétariat le sujet de l’histoire, et ne voit même plus quel groupe social pourrait représenter son instance, à savoir la force qui va amorcer l’émancipation des hommes, et ce certainement selon J.M.Vincent dans La théorie critique de l’Ecole de Francfort à cause de la conjoncture historique qui a vu l’échec des tentatives de révolution en Allemagne, et la montée en puissance de l’administration bureaucratique du monde, des hommes et des choses, au sein même des partis favorables au renversement du capitalisme. L’art représente alors une pratique où se conserve encore l’espoir d’une société différente, où la figure utopique d’un monde différent peut s’esquisser dans les grandes œuvres d’art. Figure utopique car seule une image en est donnée, mais l’espoir s’y loge car les éléments de cet image sont des éléments empruntés à la réalité. C’est leur organisation, leur agencement, qui diffère de celle du monde. L’art échappe cependant au reproche de la négation abstraite, du ‘tout autre’ en ce que son opération est une négation déterminée qui se réalise dans la concrétion de l’œuvre, par sa technique et la transformation du stade technique, et qui permet de faire émerger la promesse d’autre chose, l’image du réconcilié[47]. C’est une négation déterminée de l’organisation du monde existant[48]. Elle est mise en place par la raison, mais au nom de la nature opprimée[49] et projette ainsi une réconciliation avec elle, en cherchant à donner l’image de la nature[50] . Le beau naturel comme s’opposant au principe d’identité réduisant tout à la forme vide du sujet, et au chaos diffus qui emprisonne de même, représente ce que serait le réconcilié .C’est en cela que la nature constitue le contenu de vérité de l’art [51]. L’image de la nature est sauvée par l’art et c’est cette image qui représente un au-delà de la société bourgeoise, quelque chose qui la transcende, et ce au sein de l’immanence sociale, comme allégorie [52]. Elle se dépasse en laissant une énigme qui défie le pouvoir identificateur, la réduction violente au sujet, réalisée par la raison, qu’Adorno qualifie de subjective. L’esprit n’identifie pas le non-identique mais s’identifie lui[53] et l’œuvre réalise par là l’idéal d’être soi-même[54]. Cet idéal naît dans un monde où l’identité à soi est imposé par la société et aux objets naturels par le mode de pensée identificateur qui ramène à soi, au lieu de faire émerger l’identité de l’autre, ce que cherche à faire l’art sans cette violence qui se perpétue dans la réalité empirique, violence qui fait des êtres des choses, opération de chosification ou réification qui tronque la part vivante, qualitative de ces êtres qui ne se réduit pas à un ensemble figé de déterminations. L’analyse des œuvres devra de même les considérer comme vivantes en tant qu’elles parlent, « communication en elles de tout particulier »[55]. L’art est un « correctif parfait de la conscience réifiée aujourd’hui érigée en totalité »qui ne perçoit plus la « communication entre des éléments dispersés » ce qui est le propre de celui qui n’est plus capable d’aucune projection en répétant simplement ce qui est[56]. Il est en cela le refuge du comportement mimétique qui permet cette appréhension[57].

L’intérêt porté spécifiquement par Adorno à l’art tient en ce qu’il présente l’utopie d’une réalité qui est elle-même[58] là où les autres réalités et en premier lieu les hommes et leurs relations se voient imposer des formes figées sur le modèle de la marchandise et du recouvrement du travail concret par le travail abstrait. A l’encontre de l’irrationalité du monde administré du capitalisme qui, en faisant de la rationalité « l’ensemble des moyens qui dominent la nature », masque la finalité, l’art représente la vérité car elle conserve l’image de la finalité, en voulant être fin en soi, et critique par là même cette irrationalité [59]. L’art montre ainsi à la raison triomphante ce qu’elle oublie [60]. Là où la société est antagoniste et présente une fausse totalité, l’art en est le modèle antithétique : « La totalité esthétique est l’antithèse d’une totalité non-vraie »[61] en ce que la formation de l’œuvre est un geste pacifique qui cherche à épouser les formes du formé, qui est brisé, pour l’amener à l’expression. Il conserve l’image de l’irrationalité d’une société dirigée par les moyens dans ses failles comme sa trace, et participe ainsi à la vérité par ce biais[62]. Seul l’art selon Adorno est peut être encore en mesure de satisfaire à cette formulation hégélienne de la vérité comme étant seule concrète, étant donné que la souffrance, telle quelle, reste muette et est étouffée sous la discursivité. Seule l’art peut lui donner la parole [63] en se constituant alors comme conscience authentique [64]. Dans le même geste d’expression, l’œuvre d’art fait apparaître, dans la formation de sa totalité, dans son idéal de complète structuration, une société plus digne des hommes, les images d’une humanité transformée [65], en s’opposant à ce qui est brut, assimilé au mal par Adorno[66]. Par sa mise à distance de la réalité empirique par la loi de se forme qui recompose les éléments de l’Etant, « elle représente négativement un état dans lequel ce qui est viendrait à sa juste place »[67]. Cependant, comme l’art cherche à exprimer la douleur de ce qui est et à travers celle-ci l’exigence d’une autre situation, il est une tentative de faire la paix avec la société qui ne cesse de la rompre[68], en présentant dans l’immanence de sa forme une transcendance vers le non-étant, ce qui passe entre les éléments de l’étant,à partir de l’étant[69]. Sous l’apparence – puisque non-étant – de cette réalité autre pointe cependant sa possibilité, et c’est en cela que l’art est utopique et promesse de bonheur[70], et qu’il faut sauver le caractère d’apparence de l’art, fustigé comme fiction mensongère[71]. Même si l’art dans sa distance ne participe pas directement à la réconciliation réelle, en apaisant ce qui résiste à sa mise en forme, il constitue un modèle de réconciliation irréelle[72]. Il anticipe par la promesse de son apparence sur une praxis qui n’est pas garantie[73].

Cette réconciliation en image de l’art se lit aussi comme celle de l’âme avec le corps dont la séparation platonicienne – choris en grec – est souvent utilisée par Adorno pour la critiquer, en ce que les impulsions mimétiques se trouvent apaisées et organisées par l’esprit. Cependant, cette utopie de l’art n’est pas sans essuyer la contradiction d’une mise en forme et donc d’une certaine violence pour laisser parler et communiquer les éléments du réel. Cette contradiction lui donne sa tristesse et la convainc d’illusion là où elle cherche à tracer une possibilité : l’utopie ne se laisse pas dessiner positivement sous peine de ne pas en être une.

Les œuvres attaquées par Adorno seront alors celles qui se résignent à consoler dans un monde qui continuera sans fin à perpétuer le malheur de certains. Serait-ce extrapoler que de dire qu’il semble qu’Adorno pense que cette différence d’attitude se retrouve dans l’œuvre et la conscience de l’artiste en ce que les œuvres résignées seront celles qui auront tendance à se conformer à un idiome établi, attendu du public, et manipulé à fin de consommation, alors que les autres se confronteront à l’idiome reçu pour sortir de l’immanence artistique, geste à rapprocher à celui de la sortie de l’immanence sociale.

1.2.3 Contexte particulier et problématique de la Théorie esthétique

Le monde dans lequel Adorno intervient au moment de la Théorie esthétique est caractérisé par lui-même comme l’époque de l’administration généralisée, où règne une société de monopole totalement organisée[74]. Quant au contexte artistique, c’est celui des années soixante et spécialement celui des œuvres dites de « l’absurde » comme celles de Beckett, qui devait être dédicataire de l’œuvre. La compréhension de leur sens devient un défi. Plus généralement ces œuvres et leur aspect noir et brisé s’intègrent dans la crise de l’art d’après l’Holocauste,. Il s’agit alors pour Adorno de tenter une explication philosophique de la situation historique de l’art, cette dernière s’éclairant singulièrement à la lumière des catégories philosophiques.

Le trajet dialectique qu’Adorno parcourt dans la Théorie esthétique au sein, et entre les différentes catégories esthétiques, a pour référence récurrente la mise en place d’une défense de l’art moderne. Bien que la peinture, la musique, l’architecture, le théâtre, la littérature et la poésie, y soient abordées – la sculpture semble absente et le cinéma simplement effleuré dans l’analyse de la catégorie de montage, cinéma considéré en 1944 comme « moyen de communication de la culture de masse » plutôt que « comme une forme d’art spécifique »[75] – c’est la musique, le domaine dans lequel il a le plus œuvré, avec la figure de la Seconde Ecole de Vienne (Schönberg, Berg, Webern) qui de l’atonalité en est passé au dodécaphonisme[76], et la littérature, avec les figures majeures de Baudelaire, Kafka et Beckett à qui la Théorie esthétique était destinée à être dédiée, qui sont les référents centraux de l’analyse. La défense de l’art moderne était nécessaire car le caractère brisé de cet art, ne présentant plus une belle apparence harmonieuse, l’a rendu d’une part globalement peu reconnu ou reconnu et vite encadré pour ne pas en entendre parler, et d’autre part a été critiqué non seulement par la critique bourgeoise, mais par le réalisme socialiste, et par Lukacs, Brecht et peut-être même par Benjamin, proche d’Adorno, sur la base, pour le dire schématiquement, de l’absence d’une protestation immédiate dans ses thèmes contre la situation sociale.

Outre ce motif ‘extérieur’, et lui étant lié, le problème interne de son caractère d’apparence se posait à l’art, de manière encore plus aiguë après les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale, car ce caractère pouvait être interprété comme illusion, comme mensonge contribuant à consoler les hommes et à perpétuer la société et la culture telle qu’elle était, société et culture dont l’un des résultats fut ces horreurs. La remise en question de la culture dans la Dialectique de l’Aufklärung à travers le retournement dialectique de la ‘rationalité’ de l’homme au cours de son histoire, se poursuit donc avec celle de la position de l’art au sein de cette même culture. La Théorie esthétique prend alors le rôle d’une analyse qui s’appuie sur ce que l’art est devenu, pour déterminer ce qu’il s’agit de faire ici et maintenant. C’est ce qu’a entrepris concrètement Adorno en musique dans le texte de 1961 Vers une musique informelle de Quasi une Fantasia[77]. Cette réponse musicologique à un Que faire? politique de Lénine, est ainsi une réponse partielle aux critiques marxistes[78] adressées à Adorno sur son incapacité à analyser concrètement la situation historico-sociale et y articuler une politique, en ce sens que s’il ne l’a effectivement pas fait[79], ce n’est pas le cas dans le domaine musical, là où le domaine de l’art est selon la Théorie esthétique politique d’une manière médiate. Adorno voyant dans l’art, reprenant une formule hégélienne, un déploiement de la vérité, il s’agit pour lui de sauver le caractère d’apparence. Cette utilisation de ‘sauver’ et de ‘sauvetage’, présente dans la Dialectique négative et la Théorie esthétique, indique que la condamnation par l’histoire de phénomènes, de réalités, de concepts, etc. a souvent été unilatérale en manquant ce que qu’ils pouvaient contenir de vérité, vérité qu’il s’agit de faire ressurgir comme toujours liée à un potentiel d’émancipation.

Les deux plus grands efforts pour élaborer une théorie esthétique jusqu’ici sont, selon Adorno, Kant et Hegel, et, tels quels, ces efforts sont insuffisants pour comprendre l’art moderne et apporter les instruments nécessaires à l’analyse du problème de l’apparence[80]. L’esthétique kantienne en reste à une analyse orientée sur le sujet qui fait l’expérience esthétique, sur l’effet de l’art. Elle est de ce fait formelle et se ferme aux contenus des œuvres, essentiels à leur caractère artistique. Quant à l’esthétique hégélienne, elle dépasse la précédente dans son intention de faire s’exprimer la chose même, mais ne réalise pas cette intention par son idéalisme absolu. Elle cherche à se séparer de la matérialité de l’œuvre pour faire place à une pure spiritualité, pauvre dans son détachement, réductible à un simple message discursif. Cette amputation du contenu de sa base matérielle la condamne et arrête le mouvement dialectique projeté.

Le passage au matérialisme est alors nécessaire, comme le titre un paragraphe de la Dialectique négative[81]. Un retour rapide est ici nécessaire sur ce passage présenté dans la Dialectique négative. Ce passage suit la reconnaissance du primat de l’objet dans la connaissance. Une réflexion seconde, réflexion du sujet sur la réflexion du sujet, révèle que le primat du sujet est usurpé. La première réflexion du sujet était intervenue lors de la question de savoir comment pouvait se déterminer l’objet que l’on cherche à connaître. C’était une question kantienne dont l’analyse permettait de dégager une subjectivité, en dépit de la chose en soi, et finissait par poser un primat du sujet, un sujet qui, royalement, faisait enfin tourner l’objet autour de lui. Cependant, la reconnaissance que la connaissance n’est pas arbitraire dans son rapport à l’objet dont elle doit suivre les courbes, et que le sujet n’a pas réussi, comme il en avait la prétention, à organiser le monde raisonnablement, aide à mener à la reconnaissance du caractère subreptice du primat du sujet. Cette reconnaissance par la réflexion sur les prétentions du sujet de la connaissance mène à la dissymétrie entre le sujet et l’objet. Là où le sujet est impensable sans l’objectivité, la sienne – le quelque chose qui est visé par le concept de sujet – l’objectivité est potentiellement pensable sans le sujet, bien que reconnaissable seulement par le sujet. Cette reconnaissance de la trace de quelque chose qui n’est pas de la pensée au sein même de la pensée mène au matérialisme au sens d’Adorno en ce que ce quelque chose renvoie à des impulsions corporelles, comme la souffrance, qui par elle-même dit ‘Passe !’, Adorno citant ici la Chanson ivre de Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche[82]. Au niveau de la théorie esthétique, il faut mettre en œuvre ce primat de l’objet, la pensée philosophique devant avoir pour projet de mettre à jour le contenu de vérité des œuvres d’art à partir de leur complexion sensible organisée, contenu de vérité historique faisant de l’art une historiographie[83]. Ce faisant, il s’agit pour Adorno de reprendre les apports conceptuels de Kant et Hegel et de les dialectiser, à savoir par la confrontation de leur prétention et de la réalité historique de l’art, mettre en mouvement leur contenu.

Trois directions privilégiées mettent en œuvre ce projet doublement motivé, défendre l’art moderne et sauver le caractère d’apparence de l’art. D’abord, l’insistance est mise sur la distance que l’œuvre d’art instaure avec la réalité empirique – réalité historique et sociale même dans son aspect le plus particulier de la vie ‘privée’ – dont l’expérience qu’en fait l’artiste imprègne l’œuvre. Cette distance se concrétise par le fait que l’œuvre est une mise en forme des éléments de cette réalité, recomposés en une image, recomposition suivant ce qu’Adorno nomme la loi de la forme de l’œuvre. Cette distance qui est le problème de l’autonomie – relative – de l’art est le moyen de faire s’exprimer une souffrance, souvent celle d’une contrainte, même au sein d’œuvres qui peuvent présenter une surface apparemment en harmonie avec le monde comme chez Mozart[84]. La souffrance à laquelle l’œuvre donne la voix au chapitre est cette seconde direction. La phrase citée de Nietzsche : « La douleur dit : ‘Passe !’  », devient un motif du cryptogramme que constitue l’œuvre d’art, ‘cryptogramme’ étant un terme récurrent chez Adorno dans le cours du déchiffrement du contenu de vérité des œuvres d’art. Ainsi, bien que sphère de l’esprit avec une parcelle d’autonomie, l’art n’est pas sans rapport avec le monde matériel, ce qui va lui permettre de ne pas être réductible à de l’idéologie. Et le contenu de vérité de l’œuvre d’art qui s’y oppose, suppose une expressivité – qui peut-être celle de pleurs sans larme – passant dans l’art par le médium sensible pour la rendre spirituelle, d’une spiritualité qui pourrait être dite matérielle en ce qu’elle passe nécessairement par le sensible sous peine de n’être rien. Cette insistance sur une ‘spiritualité matérialiste’ constitue la troisième direction, forme de défense de la culture, mais contre la culture telle qu’elle a été.

Le matérialisme devient pour Adorno après la lecture de Marx, « l’ensemble de la critique de l’idéalisme et de la réalité pour laquelle opte l’idéalisme en la déformant »[85], cette critique ayant pour base la souffrance, dont la fin est sa finalité, le bonheur, sensible. Pour mener à bien cette critique en développant les trois directions privilégiées dont il a été donné une première coordination, la Théorie esthétique a recourt à des catégories marxistes dont la fonction au sein du texte peut être présentée selon les deux pôles de la théorie et de la pratique, orientés par la dialectique et le matérialisme. Après donc avec éclairé l’usage dialectique et matérialiste d’Adorno, la connaissance du monde permise par les catégories marxistes sera présentée dans sa conjonction avec la sphère esthétique. De la même manière, la question de la transformation du monde suivra, la connaissance du monde, en tant qu’analyse critique, y menant, en tant qu’analyse étant susceptible d’aider à déterminer les actions pertinentes à entreprendre à cette fin. Il s’agit donc des deux pôles de la théorie et de la pratique, dont la coordination problématique a été initiée par Adorno dans la musique comme il a été vu, mais semble avoir fait défaut dans la politique.

1.2.4 Critiques d’Adorno : quelle théorie pour une stratégie politique ?

La critique faite à Adorno[86] semble porter sur l’absence dans ses travaux d’ « analyse concrète d’une situation concrète » permettant de déterminer la marge d’action possible et de définir une stratégie subséquente en vue de la transformation du monde, et de l’absence de la référence à une force sociale comme le prolétariat comme base matérielle de cette analyse[87]. Les affirmations d’Adorno du type de celles qui allèguent que dans les conditions présentes, « aucune forme supérieure de société n’est concrètement visible »[88], sont ainsi remises en cause faute d’analyses concrètes. Il est même jusqu’à être identifié à un auteur tragique[89]. Le texte Résignation[90] ne répond pas à cette question puisqu’il porte sur une défense de la théorie par rapport à l’activisme, sur l’erreur d’un saut irréfléchi dans la praxis, sur l’atrophie d’une pensée instrumentalisée, sur la force de la pensée la plus solitaire et impuissante comme portant l’universel. Mais l’activité de critique d’Adorno en musique jusqu’au texte Vers une musique informelle[91] qui devait précéder une réalisation musicale qu’Adorno n’eut pas le temps d’accomplir[92] rendent compte d’analyses précises d’œuvres musicales ou du monde musical qui lui était contemporain avec des indications d’actions possibles. A défaut d’une réalisation dans le domaine social en son entier, une coordination déterminée de la théorie et de la praxis a donc été tentée dans le domaine musical. Quant aux multiples interventions radiophoniques d’Adorno dont les Modèles critiques témoignent, elles étaient destinées à faire amorcer une prise de conscience des auditeurs. Ce type d’intervention de type individuel s’oppose à celui de l’action reposant sur une prise de décision au sein d’un parti ou d’un groupe organisé représentant les intérêts déterminés d’une classe sociale ou d’un autre regroupement d’individus partageant des conditions de vie ou des intérêts communs, et pouvaient susciter le doute quant à son efficacité.

Le texte Marginalia à la Théorie et la Praxis des Modèles critiques[93] avance des arguments théoriques contre cette critique. Vouloir que la théorie soit immédiatement applicable, la condamne selon lui à se lier de telle manière aux conditions existantes qu’elle en reste prisonnière, là où elle cherche à transformer le système tout en y appartenant – chez Adorno, le dépassement théorique s’effectuant de manière négative, c’est à dire sans poser positivement ce qui doit être, et ce malgré quelques indications de sa part – et ce vers un stade réconcilié de l’homme et de la nature. Le problème du lien entre la théorie et la pratique émerge selon Adorno par la progressive et désormais totale domination du principe d’identité, de la « rationalité du toujours semblable » qui ramène l’autre à soi et ce faisant appauvrit son expérience de l’autre – du monde, de la nature, de son semblable. En séparant le sujet de l’objet, il sépare la théorie de la praxis. Mais la théorie séparée est sans puissance et la praxis séparée, arbitraire. Ce problème marxiste est résumé dans la question ‘que faire ?’ dont l’ouvrage du même nom de Lénine abordait la question de la séparation des mouvements ouvriers et du socialisme et leur fusion[94]. Les deux sont pourtant liés car penser, c’est déjà faire, la théorie est une forme de praxis. L’immanence de la pensée est complétée par le fait que c’est un comportement réel. Sans comprendre théoriquement le lien sujet-objet et théorie-praxis, l’objet devient l’incommensurable et la praxis irrationnelle, et ce lien est dévolu au destin, à la fatalité, au hasard[95]. Amor fati.

NOTES

[1] T.W.Adorno, Théorie esthétique (Klincksieck, Paris, 1995, trad.M.Jimenez), p.501 (à l’avenir, T.E.) (Retour au texte)

[2] T.W.Adorno, Dialectique négative (Payot, Paris, 1978, trad. G.Coffin, J.Masson, O.Masson, A.Renaut, D.Trousson.), p.7-8 (Retour au texte)

[3] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.489 (Retour au texte)

[4] Un exemple d’une telle tentative d’interprétation d’Adorno est le livre La théorie critique de l’Ecole de Francfort de J.M.Vincent (Paris, Galilée, 1976) qui cependant semble plus juxtaposer une partie de contexte historique et une partie théorique qu’à parvenir à faire le lien entre les deux.
Un modèle nouveau d’une telle analyse sur l’objet de la modernité est fourni par Topologie d’une alternative de J.Bidet in Dictionnaire Marx Contemporain sous la direction de J.Bidet et E.Kouvélakis (Paris, PUF 2001) p.360, un des fils conducteurs de Théorie générale (Paris, PUF, 1999) (Retour au texte)

[5] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.307 (Retour au texte)

[6] T.W.Adorno, Dialectique négative (op. cit.), p.237-238 (Retour au texte)

[7] voir G.W.F.Hegel, Principes de la philosophie du droit (Librairie philosophique J.Vrin, 1982) §360 p.341 (Retour au texte)

[8] T.W.Adorno, Dialectique négative (op. cit.), p.150 (Retour au texte)

[9] T.W.Adorno, Dialectique négative (op. cit.), p.126 (Retour au texte)

[10] T.W.Adorno, Philosophie de la nouvelle musique, (Paris, Gallimard, 1990, trad. H.Hildenbrand, A.Lindenberg), p.34-37 Introduction – § De la méthode (Retour au texte)

[11] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.494-497 (Retour au texte)

[12] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.494-497. (Retour au texte)

[13] T.W.Adorno, T.E. (dans T.E. op. cit.), p.364 (Retour au texte)

[14] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.363 (Retour au texte)

[15] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.308 (Retour au texte)

[16] Il serait intéressant de comparer cette manière de cerner le réel à travers des modèles à une autre solution à cette question donnée par F.Laruelle avec une axiomatique transcendantale, où selon l’occasion d’un matériel philosophique, un nouveau visage du Réel se donne dans l’écriture. (Retour au texte)

[17] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.307 (Retour au texte)

[18] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.155 (Retour au texte)

[19] T.W.Adorno, Notes sur la littérature (Flammarion, Paris, 1984, trad.S.Muller) Parataxe p.330 (Retour au texte)

[20] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.221 (Retour au texte)

[21] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.74 (Retour au texte)

[22] W.Benjamin, Origine du drame baroque allemand (Flammarion, Paris, 1985, trad. S.Muller), p.24-25 (Retour au texte)

[23] Il pourrait être intéressant de comparer cette alternative avec la vision monadique de Leibniz sans l’harmonie pré-établie, à savoir avec la philosophie nietzschéenne comme monadologie athée selon l’interprétation de Heidegger dans Nietzsche (Paris, Gallimard, 1990-1995, trad.P.Klossowski) (Retour au texte)

[24] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.296 (Retour au texte)

[25] sur le lien travail solitaire et collectif chez Adorno, voir Dictionnaire Marx Contemporain sous la direction de J.Bidet et E.Kouvélakis (PUF,Paris, 2001) p.360 (Retour au texte)

[26] T.W.Adorno, Dialectique négative (op. cit.), p.34 (Retour au texte)

[27] F.Nietzsche, Aurore (Gallimard, Paris, 1980) Avant Propos §5 p.18 (Retour au texte)

[28] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.232 (Retour au texte)

[29] T.W.Adorno, L’art et les arts (Desclée de Brouwer, Paris,2002, trad.J.Lauxerois), p.124 (Retour au texte)

[30] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.501sq. (Retour au texte)

[31] T.W.Adorno, Mahler, une physionomie musicale (Les Editions de Minuit, Paris, 1976, trad. J.L.Leleu et T.Leydenbach), p.22 (Retour au texte)

[32] M.Horkheimer, T.W.Adorno, La dialectique de la Raison (Gallimard, Paris,1974, trad. E.Kaufholz), p.21 (Retour au texte)

[33] T.W.Adorno, Mahler, une physionomie musicale (op. cit.), p.22 (Retour au texte)

[34] T.W.Adorno, Mahler, une physionomie musicale (op. cit.), p.22 (Retour au texte)

[35] T.W.Adorno, T.E. (op.cit.), p.85 (Retour au texte)

[36] T.W.Adorno, Minima Moralia Réflexions sur la vie mutilée (Payot, Paris, 2001, trad. J.R.Ladmiral, E.Kaufholz), p.246 (Retour au texte)

[37] T.W.Adorno, Dialectique négative (op. cit.), p.121-122 (Retour au texte)

[38] T.W.Adorno, Minima Moralia (op. cit.), p.76 (Retour au texte)

[39] T.W.Adorno, Dialectique négative (op.cit.), p.152 (Retour au texte)

[40] T.W.Adorno, Minima Moralia (op. cit.), p.157 (Retour au texte)

[41] T.W.Adorno, Critical models Interventions and catchwords (Columbia University Press, NewYork, 1998, trad.H.W.Pickford), p.260 (Retour au texte)

[42] T.W. Adorno, Critical models Interventions and catchwords (op.cit.) §1 p.260 (Retour au texte)

[43] Il sera traduit par la suite par désartification suivant une idée de M.Jimenez qu’il n’a pas retenu dans sa traduction ici utilisée de la Théorie esthétique, puisqu’il choisit désesthétisation (Théorie esthétique p.36 note 7), mais qui a l’avantage de faire penser au désertique, et donc à la perte de qualités, renvoyant ainsi par connotation à un terme employé par Adorno : Entqualifizierung et à l’aliénation elle-même Entfremdung. On a ici une série de terme en Ent- exprimant une forme de négativité, celle de la perte d’un qualité propre à soi. (Retour au texte)

[44] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.124-125 (Retour au texte)

[45] T.W.Adorno, Dialectique négative (op.cit.), p.39 (Retour au texte)

[46] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.85-86 (Retour au texte)

[47] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.112 (Retour au texte)

[48] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.132 (Retour au texte)

[49] Un rapprochement serait à faire avec G.Deleuze dans L’abécédaire de Gilles Deleuze (Paris, Editions Montparnasse, 1998) pour qui l’art c’est parler pour, au nom des animaux qui meurent. (Retour au texte)

[50] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.97 (Retour au texte)

[51] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.118 (Retour au texte)

[52] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.105 (Retour au texte)

[53] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.191 (Retour au texte)

[54] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.19 (Retour au texte)

[55] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.20 (Retour au texte)

[56] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.456 (Retour au texte)

[57] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.85 (Retour au texte)

[58] Cette recherche de l’identité post-hégélienne se retrouvent dans les tentatives contemporaines de la non-philosophie de F.Laruelle avec l’Un-en-Un et de la philosophie de A.Badiou avec la multiplicité pure (Retour au texte)

[59] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.85 (Retour au texte)

[60] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.102 (Retour au texte)

[61] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.400 (Retour au texte)

[62] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.126 (Retour au texte)

[63] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.39 (Retour au texte)

[64] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.58 (Retour au texte)

[65] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.333 (Retour au texte)

[66] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.320-321 (Retour au texte)

[67] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.314 (Retour au texte)

[68] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.303 (Retour au texte)

[69] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.242 (Retour au texte)

[70] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.38 (Retour au texte)

[71] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.471 (Retour au texte)

[72] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.83 (Retour au texte)

[73] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.125 (Retour au texte)

[74] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.37 et 47 (Retour au texte)

[75] T.W.Adorno, H.Eisler, Musique de cinéma (L’Arche Editeur, Paris,1972, trad.J.P.Hammer), p.9 (Retour au texte)

[76] Là où un morceau ou passage tonal avait un centre de référence, la tonalité du morceau ou du passage en question, par exemple Do majeur, par rapport auquel s’organisait le morceau, l’atonalité rompt ce centre de référence, l’analyse pouvant difficilement rattacher les passages à une tonalité, où sinon sur une période si courte que cette analyse suivant le centre tonal n’est plus pertinente. Le dodécaphonisme est un système où chacune des douze notes de l’octave (par exemple do, do#, ré, ré#, mi, fa etc. jusqu’à si, c’est à dire sur un piano une série contiguë de 12 notes blanches et noires) a une valeur égale – ce qui supprime le centre tonal. La composition se donnera alors une série de 12 notes dans un certain ordre comme point de départ, et opérera des transformations sur cette série comme moyen de composition. (Retour au texte)

[77] T.W.Adorno, Quasi una fantasia (Gallimard,Paris,1982, , trad.J.L.Leleu avec O.Hansen-Løve, P.Joubert), p.339 (Retour au texte)

[78] voir à ce sujet les critiques contenues dans les ouvrages de J.M.Vincent, La théorie critique de l’Ecole de Francfort (Paris,Galilée,1975) et A.Tosel, Le développement du marxisme en Europe occidentale depuis 1917, § Le métamarxisme de la Théorie Critique L’Ecole de Francfort (1955,1958) dans l’Histoire de la philosophie (Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1974) tome III p.984 sq. (Retour au texte)

[79] Pour un exemple d’une telle articulation, voir J.Bidet, Théorie générale (Paris, PUF, 1999), (Retour au texte)

[80] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.463 (Retour au texte)

[81] T.W.Adorno, Dialectique négative (op. cit.), p.153-154 (Retour au texte)

[82] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.161 (Retour au texte)

[83] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.356 (Retour au texte)

[84] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.247 (Retour au texte)

[85] T.W.Adorno, T.E. (op. cit.), p.156 (Retour au texte)

[86] J.M.Vincent, La théorie critique de l’Ecole de Francfort (Galilée, Paris, 1976) et A.Tosel, Le développement du marxisme en Europe occidentale depuis 1917, § Le métamarxisme de la Théorie Critique L’Ecole de Francfort (1955,1958) (Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1974) p.984 sq. (Retour au texte)

[87] voir pour comprendre l’importance d’un telle instance : G.Lukacs, Histoire et conscience de classe (Les Editions de Minuit, Paris,1960, trad. K.Axelos et J.Bois) Qu’est-ce que la marxisme orthodoxe ? p.17-45 (Retour au texte)

[88] T.W. Adorno, Critical models Interventions and catchwords (op.cit.), p.292 [ma propre traduction en français] (Retour au texte)

[89] C.Menke, Théorie critique et connaissance tragique in Actualités d’Adorno (PUF, Rue Descartes n°23, 1999), p.27-45 (Retour au texte)

[90] T.W. Adorno, Critical models Interventions and catchwords (op.cit.), 289-293 (Retour au texte)

[91] T.W.Adorno, Quasi une fantasia (op.cit.)p.291-340 (Retour au texte)

[92] T.W.Adorno, Quasi une fantasia (op. cit.), p.XIV (Retour au texte)

[93] T.W.Adorno, Critical models Interventions and catchwords (op.cit.), p. 259-278 (Retour au texte)

[94] Dictionnaire critique du marxisme (PUF, Paris, 1999), article Fusion p.497 (Retour au texte)

[95] T.W. Adorno, Critical models Interventions and catchwords (op.cit.) §1 p.260-261 (Retour au texte)

©HERMÈS : revue critique et Raphaël CLERGET
ISSN- 1481-0301
Créée le vendredi 18 août 2000
À jour le samedi 17 mai 2003

Publié dans Adorno, Esthétique, Idéologie, Littérature | Laisser un commentaire

Michel Ouellet, musicien et ami Roger Charland

Michel Ouellet, musicien et ami

par Roger Charland

Paru dans le no 9 de HRC (HERMÈS : revue critique)

« L’homme, disent les dieux, fasse l’essai de toutes choses,
Que nourri de leur force, il sache gré à toutes
Et comprenne sa liberté,
Rompre là, s’en aller où il veut.»

HÖDERLIN, « Cours de la vie » in Odes, Élégies, Hymnes.
Poésie/Gallimard, Paris, 1967, p. 42

[k1]

La dernière fois que nous nous sommes parlés ça fait deux ans. Puis maintenant, on m’apprend que ça, ça ne sera plus possible. Tu as perdu cette notion du dialogue, tu as perdu la vie… Cette seule singularité, qui était tienne, tu nous l’a prise. Tu es parti ce matin d’automne 2001. C’est à ce moment que tu as repris à toi-même, la seule chose qui t’appartenait : la vie. J’oserais dire que tu t’es enlevé à nous… Tu nous laisses là… bouche bée et toi absent !

Je t’ai connu à une époque très belle de mon existence. J’étais en état de choc, je connaissais la plus belle révolution intérieure que je n’ai jamais éprouvée. Nous étions dans ce cégep qui connaissait quelques grèves. Nous étions là, dans l’antichambre de la vie pratique, cette vie parmi les marchandises, les salaires, les dépenses des consommateurs, la consommation, les hypothèques, les inégalités, du non-respect de la liberté, de cette société qui ne pardonne pas la différence, de cette société brutale face à la vie. Et nous qui partagions nos vies gratuitement et prudemment. Nous étions toujours la même gang, à la même table, dans cette cafétéria infecte… Puis tu nous parlais de musique, de musique et d’amour… Et nous, nous nous aimions bien, c’était une rencontre, l’amalgame de nos vies ensembles.

Il y a vingt ans, je n’ai pas manqué tes premières frasques de musicien professionnel au tout nouveau Festival de jazz de Montréal, entres autres. (1) Nous avons, je me souviens très bien, passé des nuits blanches sur la rue Saint-Denis en attendant le premier métro du matin. Et nous discutions sans fin de musique, en riant de tes aventures diverses avec quelques personnes qui auraient aimé « que toi et les autres musiciens jouiez ensemble ». Sans oublier le fait que votre jazz ne faisait pas danser. Que Coltrane prime sur le swing c’était un choix… a love supreme !

Avec le Normand Guilbeault Ensemble, plusieurs années plus tard, tu gagnas un prix important à ce Festival et des disques seront enregistrés après cette performance (2). Tu travailleras avec plusieurs musiciens. Guy Nadon, Vic Vogel et Frédéric Alarie sont de ceux là. Malheureusement je ne connais pas l’ensemble de ta discographie comme « side man » comme toi tu ne connais pas tous mes écrits, nous c’était la vie, et chacun de notre côté la nôtre individuellement.

Puis ensuite j’allais te voir dans les bars, petits et emboucanés, Celui de tes camarades, sur la rue Ontario, celui plus à l’ouest, le bar de M. Symons et avec un bassiste, qui jouait, presque tout, sans aucune feuille  de musique. Je me souviens que tu jouais sur les pièces que tu connaissais alors, et , que tu écoutais respectueusement, celles qui t’étaient inconnues. Humilité du musicien. Le respect des autres et de la musique des autres…

Je me souviens, plus tard, des rencontres avec toi dans ces bars de jazz de plus en plus rares à Montréal. Toutes ces fois que nous discutions du Festival International de Jazz de Montréal, de tes critiques envers celui-ci, et, du public de Montréal qui venait le temps de ce Festival, mais qui malheureusement ne vous suivait plus durant le reste de l’année. De tes revenus de crève-la-faim, malgré le talent, malgré les efforts. Tu suivais des cours à l’université Concordia et à l’université McGill en improvisation et autre, et t’obligeais à des pratiques quotidiennes, acceptant toutes les offres qui pouvaient t’aider à développer ton talent, mais surtout à subvenir aux besoins les plus élémentaires de la vie.

Et notre autre passion : la philosophie. Des soirées passées en ta compagnie. Nous invitions Heidegger, Agamben et d’autres à siroter nos bières et nous nous prenions pour un temps des interlocuteurs sérieux face à ces bonzes. Le monde n’avait qu’à bien se tenir. Nous n’en avons pas eu assez de ces soirées ! Ça me manque déjà, ça me manquera souvent mon vieux !

Puis dans tout cela les évènements tristes de ta vie. La perte de ta mère, que je n’ai rencontrée qu’une seule fois. La perte aussi de ton père et de ton frère. Pour régler toute cette douleur, tu partiras à New York faire ce que tu pensais, et moi aussi, être le mieux pour toi. (3) Tu as été là-bas, à New York, faire une maîtrise en interprétation jazz. C’est la dernière fois que nous nous sommes parlés lors d’une longue conversation téléphonique. Moi je commençais HERMES : revue critique et toi tu te faisais la main à cette ville, que tu trouvais odieuse d’argent et d’anomie.

Odieuse d’argent et de pauvreté aussi. Odieuse d’inhumanité. Je me souviens bien de tes commentaires acides de ta vie là-bas. je retiens que tu étais heureux de ton apprentissage académique et de la musique que tu y faisais. De tes rencontres musicales…

Bizarrement, tu remettais en cause ton retour à Montréal. Tu pensais, si mon souvenir respecte tes intentions de l’époque, à Boston. Puis récemment, en août, tu as rencontré R.B. dans le quartier que j’habitais auparavant. Puis son frère, ton ami E.B. On devait se voir tous, on aurait pu…

Nous ne le pouvons plus aujourd’hui. Mon vieux, tu me manques, tu me manqueras. C’est sans doute égoïste d’écrire cela. C’est difficile d’accepter que nous ne discuterons plus de l’amour et des femmes, du respect que nous avions pour elles. Nous ne parlerons plus de J.J. Jonhson et de Mangelsdorff (4) que tu aimais pour des raisons différentes : le premier pour le swing et le bop, et le second pour la virtuosité.

Nous ne pourrons plus voir le jour se lever ensemble. Nous n’irons plus discourir de la vie et du désespoir que cette société nous inspirait.

L’ami tu as pris une décision irréversible et irrémédiable. Tu as quitté les gens qui t’aimaient. Ton désespoir me laisse là, au mitant de ma vie, avec les autres que j’aime, mais malheureusement, sans toi que j’aimais aussi. Une large ouverture, qui t’était toujours réservée, devra se cicatriser dans mon coeur.

Salut mon ami, c’est ton choix.

Il me reste la vie pour apprendre et apprivoiser la mort.

Rémi Bolduc, dans un récent disque, dédie une composition à Michel. Le titre de cette pièce est À la mémoire de Michel.  Ce disque est très intéressant et mérite bien que les amateurs se laisse tenter par ce dernier. Rémi Bolduc est un saxophoniste contemporain de Michel.Rémi Bolduc et Kenny Werner, Tchat,  Justin Time, 2003.  JTR 8500-2

Discographie partielle :

  • Vision, Fédéric Alarie & basse section (Dominic Sciscente Music, 1997, DSM-3009
  • Hommage à Mingus – Normand Guilbeault Ensemble, Justin Time Records, 1995, JTR 8460-2
  • Basso Continuo, Normand Guilbeault Ensemble, Justin Time Records, JTR 8452-2

Un mémoire de maîtrise en psychologie :

  • Étude de la contrôlabilité et de la prédictibilité comme variables déterminantes du comportement d’évitement. Université du Québec à Montréal, 1985.

NOTES

(1) Le Festival International de Jazz de Montréal a été créé en 1980. http://www.montrealjazzfest.com/

(2) Avec le quintet de Normand Guilbeault, il enregistrera deux disques. Le groupe a gagné le Prix de Jazz DuMaurier au Festival de Jazz de Montréal en 1994. En plus de Guilbeault (contrebassiste) le groupe se composait de Mathieu Bélanger (clarinette, clarinette basse), d’Ivanhoe Jolicoeur (trompette, flugelhorn) et de Paul Léger (batterie). Il participa à un disque de Frédéric Alarie en 1997 intitulé Vision. Et à plusieurs autres que je ne connaissais pas alors.

(3) Michel étudia à New York à Queens College, avec Jimmy Health, la composition et avec Steve Turre et Benny Powell l’interprétation.

(4) Albert Mangeldorff (1928-) et Jay Jay Johnson (1924-2001) deux musiciens de jazz virtuoses du trombone.

Publié dans Esthétique | Laisser un commentaire

Présentation de Hermès : revue critique numéro 9 par Roger Charland

Présentation

Paru dans le no 9 de HRC (HERMES : revue critique)

Voici un numéro en solo. En effet Pierre Blouin, co-éditeur de cette revue électronique, prend une retraite bien méritée. Il n’a pas l’âge de la retraite, mais il veut se concentrer sur d’autres choses. Je lui souhaite bonne chance. Je le remercie pour les traductions et les excellents textes qu’il a publié ici.

Je salue, pour autant qu’il est possible, un grand ami Michel Ouellet. Une amitié qui datait de longtemps et qui était signifiante pour moi. Je n’en écris pas plus ici, je vous invite à lire ce court texte qui ne fut pas très facile à rédiger.

Dans un long texte, présenté en deux parties, Raphaël CLERGET propose une lecture serrée de la Théorie esthétique d’Adorno et des rapports de cette dernière avec la pensée de Marx. Il s’agit d’une contribution importante concernant les racines de la théorie esthétique de Adorno. La fin du texte paraîtra dans le numéro 10 de Hermès : revue critique.

Dans une toute autre optique, Sandrine Daraut nous présente une approche systémique de l’information organisationnelle. Elle nous présente un texte très intéressant qui, enfin, n’est pas qu’une suite d’idées toutes faites de cette théorie. La tautologie habituelle est évitée ici. Celle qui dit que nous sommes dans une société de l’information qui repose sur l’information. Position futile et idiote il faut le répéter qui est celle courante en bibliothéconomie. Une tautologie creuse, comme Pierre Blouin le démontrait fort bien dans sa série de textes sur le discours idéaliste de l’information.

Wilson, Ponzi et Koenig proposent deux textes tout aussi amusant. Un de ces textes nous pose une très bonne question « Knowledge management: another management fad? »  La réponse est positive. Il faudra très bien lire ces textes. Sandrine Daraut interroge l’information organisationnelle, Wilson analyse le non-sens d’une telle approche, et finalement, Ponzi et Koenig nous convainc qu’il ne s’agit que d’une mode. La victoire du discours technologique sera peut-être de courte durée. Les scandales politiques et financiers ne sont que l’ombre d’un système qui s’en tire très mal. (1)

Enfin, Joseph Henrotin nous entraîne dans les méandres du surhumain, ce militaire cyborg. Certains d’entre vous se demandent pourquoi Hermès publie un article sur un sujet de cette sorte? La réponse est bien simple, observez bien les origines de l’approche de ce militaire surhomme, elles sont les mêmes qu’utilise les théoriciens de la société de l’information. L’humain est imparfait, la technologie aide à l’améliorer. On verra sans doute là une logique implacable du progrès, une nécessité. Pourquoi lutter alors contre l’histoire, surtout celle des vainqueurs nous dirait Walter Benjamin ?  Juste pour l’humanité !

En mai prochain, pour saluer le prochain congrès de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec qui portera sur le thème suivant  « D’un service d’aide à un service stratégique pour l’usager : le positionnement de la bibliothèque dans la nouvelle société de l’information », nous proposerons un numéro spécial sur le mythe de la dite société. Comment mettre en place une critique de ce mythe : simplement en montrant comment la mondialisation néolibérale fonctionne, comment elle est la machine réelle de cette nouvelle société dite de l’information. Soyez patients… vous verrez bien.

Si vous voulez participer à Hermès, je vous y invite en m’envoyant vos textes.

Bonne lecture !

Roger Charland

NOTES

(1) À ce propos voir le texte de présentation intitulé « The New Economy: Myth and Reality » d’un numéro de Monthly Review, de l’été 2001, portant sur la nouvelle économie. Il y était écrit : « We are living through an unprecedented situation marked by dramatic new developments, including not only the New Economy boom and bust, but also an unheard of polarization of wealth, rampant globalization, and the greatest merger wave in history aimed at the takeover of larger and larger sections of the world market by a relatively small number of global-monopolistic corporations. Rather than trying to predict what will happen under these rapidly changing circumstances we should be keeping our eyes on the main contradictions and tendencies that will feature prominently in any future developments, recognizing all along that this is a phenomenon of capital accumulation and crisis—and hence class struggle. » http://www.monthlyreview.org/0401edit.htm . Imaginez maintenant les conclusions de cette présentation à la lumière de la crise boursière et surtout de l’écroulement du marché des nouvelles technologies. Et tout cela a été écrit avant le 11 septembre 2001.

Publié dans Présentation | Laisser un commentaire