Présentation du numéro 7 de Hermès : revue critique

Présentation

Un septième numéro prend son envol. Pour être sérieux et franc, nous ne pensions pas nous rendre si loin dans cette aventure, car il s’agit bien d’une aventure, celle de l’édition électronique, sans structure et sans règles de fonctionnement, libre comme nous l’affirmions dans la présentation de la revue, au numéro 1. Mais n’ayez pas peur, nous n’annonçons pas la fin de notre publication. Nous n’annonçons pas non plus notre institutionnalisation. Ces quelques mots ne sont que pour vous dire, vous, nos lecteurs, que nous voulons continuer. Les visites de ce site augmentent, la publication de livres électroniques sera réalisée occasionnellement. Nos collaborateurs reviennent nous soumettre des textes, des articles publiées par HERMÈS sont imprimés sous forme électronique ou papier dans d’autres périodiques. Tout cette démarche n’a qu’un but : faire connaître une pensée isolée, une pensée qui se veut critique, et à sa manière militante.

Il y a encore plus. Les idées développées en 1998 semblaient sourdre de nulle part. Mais depuis, d’autres intellectuels et travailleurs des sciences sociales ont publiés et publieront, dans les mois et les années qui viennent, les mêmes idées que nous avancions seuls et entêtés à ce moment. Critiquer le mythe Internet; se questionner sur le tournant « science de l’information » de la bibliothéconomie (un tournant qui a pris 40 années environ); prendre le temps de questionner ce qu’entraînaient en pratique ces quelques petits changements, voilà ce que nous avons fait. Et maintenant, nous voulons continuer. Continuer la bataille contre le mythe de la société de l’information, de sa nouvelle économie, interroger l’économie politique de la bibliothéconomie, défendre le droit et la nécessité de l’accès au savoir et finalement défendre le droit au bon sens dans un monde où la fin des idéologies aura été le plus grand canular de la dernière moitié du siècle.

Nous affirmons plus haut que des intellectuels et des travailleurs en sciences sociales produisent des textes qui se situent dans la lignée de HRC. Il y en a beaucoup. Je pense ici au débat qu’a créé la parution du livre de Dominique Wolton, Internet et après ? Plus récemment, la parution en français de Philippe Breton sur le Culte de l’Internet et de Jean Gadrey, Nouvelle économie, nouveau mythe ? etc… En anglais, le mythe est déjà attaqué de toutes parts, Cameron que nous avons traduit, Paul Edward sur l’histoire de l’informatique; plus récemment, Dan Schiller, Digital Capitalism : Networking the Global Market System; Frank Webster et Kevins Robins etc…

Nous avons discuté de plusieurs de ces textes, ou il sera bientôt question de certains d’entre eux non encore commentés. Notre critique de la société de l’information prend de l’assurance. Loin de nous l’idée de retraiter. C’est l’inverse que nous ressentons, nous passons encore à l’attaque, avec plus d’énergie et avec l’ambition au moins d’éclairer certains phénomènes qui se passent sous le silence de la pensée unique. Notre but est de sensibiliser les gens aux lacunes sociales et individuelles qui caractérisent cette « révolution ». Nous y allons simplement, sans prétention, sans résignation.

Roger Charland
Bibliothécaire professionnel

A propos charro1010

Bibliothécaire des Appalaches
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s